Périgny (Val-de-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Périgny.
Périgny
Mairie de Périgny.
Mairie de Périgny.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Arrondissement de Créteil
Canton Canton de Villecresnes
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Briard
Maire
Mandat
Georges Urlacher
2014-2020
Code postal 94520
Code commune 94056
Démographie
Gentilé Pérignons
Population
municipale
2 352 hab. (2011)
Densité 846 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 43″ N 2° 33′ 06″ E / 48.6952777778, 2.5516666666748° 41′ 43″ Nord 2° 33′ 06″ Est / 48.6952777778, 2.55166666667  
Altitude Min. 42 m – Max. 97 m
Superficie 2,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Périgny

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Périgny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Périgny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Périgny
Liens
Site web perigny-sur-yerres.fr

Périgny, aussi appelée Périgny-sur-Yerres, est une commune française située dans le département de Val-de-Marne, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation de Périgny dans le Val-de-Marne


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Au nord Mandres-les-Roses, au nord-est Servon, à l'ouest Boussy-Saint-Antoine à l'est Brie-Comte-Robert, au sud-ouest Quincy-sous-Sénart, au sud Varennes-Jarcy.

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Périgny domine une boucle de l’Yerres et s’étend modestement sur le plateau de Brie : elle jouxte les départements de l’Essonne au Sud et de la Seine-et-Marne à l’Est.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les éléments concernant cette période sont à peu près inexistants. En effet, un menhir aurait existé sur le territoire de la commune mais cette information n’a pu encore être confirmée.

Périodes historiques[modifier | modifier le code]

Eglise de Périgny

Bien que cette hypothèse soit contestée, le nom de la commune évoquerait un domaine antique placé sous le patronyme de Patrinius, mais rien ne permet, à l’heure actuelle, de confirmer ou d’infirmer l’existence d’une implantation gallo-romaine sur le territoire communal.

Des trois petits fiefs groupés autour de l’église, Périgny-le-Grand et Montigny ne sont perceptibles qu’au début de l’époque moderne et seul Périgny-le-Petit apparaît, semble-t-il, sur des documents médiévaux. Sur le plan archéologique, des canalisations anciennes sont mentionnées dans le domaine de Périgny-le-Petit.

S’il risque fort d’être d’origine plus ancienne, le moulin sur l’Yerres n’est attesté qu’à l’époque moderne.

Le toponyme Pont Fêtu, déplacé sur les plans actuels mais situé en limite de plateau au XVIIIe siècle, déformation probable du latin Pons vetus, vieux pont, se rapporte peut-être au ponceau de la Chaussée de Varennes. Ce dernier permet encore à la Chaussée de Varennes de franchir un ru descendant vers l’Yerres : il semble figuré sur le plan cadastral de 1810.

L’église, bien que reconstruite au XVIIIe siècle, est mentionnée au XIIIe siècle : l’ancien cimetière qui devait l’entourer présente donc de fortes potentialités médiévales.

Indices périphériques[modifier | modifier le code]

Ils sont rares faute de connaître les découvertes dans les départements limitrophes : à noter toutefois la fouille d’un domaine de la fin de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge à Servon.

Dans le département, ont été révélées des potentialités préhistoriques et antiques au Sud de la commune de Santeny, à peu de distance de Périgny.

La commune voisine de Mandres a été un important fief médiéval.

Il est vraisemblable qu’une ancienne voirie venant de Villecresnes passe par Périgny, mais aucune hypothèse ne peut actuellement être avancée sur son tracé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours Georges Urlacher UMP Retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Périgny-sur-Yerres est jumelée avec Teana (province de Potenza en Italie) et avec Boécourt (canton du Jura en Suisse)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 352 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220 219 236 251 297 283 288 275 295
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304 353 354 333 347 353 385 401 358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
376 327 327 325 339 388 380 357 382
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
379 437 1 011 1 673 1 681 2 020 2 231 2 352 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Périgny sont rattachés à l'académie de Créteil. La commune possède deux établissements scolaires : l'école maternelle Suzanne Heinrich et l'école élémentaire Georges Huré.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Périgny dispose d'une Pharmacie

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Lucas. Périgny ou les aventures d'un maire. (Période 1967-1995)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011