Prix Nobel de littérature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Prix Nobel de Littérature)
Aller à : navigation, rechercher
Prix Nobel de littérature
Nom original Nobelpriset i litteratur
Description Prix récompensant une contribution majeure en littérature
Organisateur Académie suédoise
Pays Drapeau de la Suède Suède
Date de création 1901
Dernier récipiendaire Drapeau de la France Patrick Modiano
Site officiel www.nobelprize.org

Le prix Nobel de littérature (Nobelpriset i litteratur en suédois) récompense annuellement, depuis 1901, un écrivain ayant rendu de grands services à l'humanité grâce à une œuvre littéraire qui, selon le testament du chimiste suédois Alfred Nobel, « a fait la preuve d'un puissant idéal »[1].

Récompense considérée comme la plus prestigieuse et la plus médiatique au monde, le prix Nobel met en lumière un auteur et ses travaux. Il lui assure une promotion à l'échelle planétaire, une renommée internationale et une certaine aisance financière.

Il n'est pas rare que le prix Nobel prenne une signification politique, ayant parfois valeur de désaveu face à des régimes autoritaires. En effet, plusieurs écrivains exilés, dissidents, contestataires, persécutés ou interdits de publication dans leur pays ont été récompensés, tels Boris Pasternak, Pablo Neruda, Alexandre Soljenitsyne et Gao Xingjian[2],[3].

Le prix Nobel honore avant tout les romanciers, essayistes, poètes et dramaturges. Toutefois, la liste des lauréats inclut également trois philosophes (Rudolf Christoph Eucken, Henri Bergson et Bertrand Russell), un historien (Theodor Mommsen) et un homme d'État (Winston Churchill, distingué aussi pour ses discours politiques). En 2013, Alice Munro devient le premier auteur presque exclusivement nouvelliste à recevoir ce prix[4],[5].

Nominations et mode de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Annonce annuelle du prix Nobel à Stockholm

Chaque fin d'année, le prix Nobel est attribué par l'Académie suédoise[6]. Celle-ci constitue ses nominations avec l'aide d'autres membres d'académies et de sociétés littéraires nationales et étrangères, d'éminents professeurs d'université en littérature, langue et linguistique, d'anciens lauréats du prix ou encore des présidents d'associations d'écrivains, représentant la culture littéraire de leurs pays[7]. L'Académie compose le Comité Nobel (rattaché à la Fondation Nobel) avec 5 de ses membres, élus pour 3 ans[8]. Ces 5 académiciens vérifient la pertinence et le critère d'éligibilité des écrivains secrètement nommés pour la récompense[8]. Chaque automne, un courrier du Comité est expédié à près de 700 adresses afin d'être retourné pour le choix de l'année suivante[8]. Toutes les personnes ou institutions sollicitées proposent en conséquence une liste de plusieurs noms qu'elles peuvent détailler et expliquer[8]. Il est formellement interdit aux personnalités démarchées de voter pour elles-mêmes[8]. Près de 350 noms sont proposés annuellement aux membres du Comité qui les éliminent à partir du 1er février pour ne garder que 15 à 20 candidatures[9], validées par tous leurs collègues de l'Académie[8]. En mai, le Comité Nobel fixe une liste finale de 5 noms, avalisée par l'ensemble des académiciens qui aura alors à désigner le récipiendaire du prix[9]. Si l'un des auteurs nommés ou proposés n'est pas publié dans une langue accessible à la majorité du jury, l'Académie peut réclamer une traduction spéciale[8]. Après avoir étudié en détail l'œuvre des auteurs en lice, les jurés organisent plusieurs discussions[8]. Il arrive souvent que les travaux d'un écrivain, nommé à plusieurs reprises, soient déjà lus[8]. Dans ce cas, l'Académie prend en compte les nouvelles publications de l'auteur sélectionné[8]. En conclusion des débats, début octobre, le jury procède à un vote[8]. La personne qui obtient plus de la moitié des voix est désignée comme lauréate du prix. Les 4 recalés sont réinscrits d'office pour les sélections de l'année suivante[2]. Le jury peut aussi déroger à la règle à la suite d'une décision exceptionnelle comme dans le cas très rare d'attribution d'un prix double ou conjoint. Ce mode de fonctionnement est similaire pour toutes les autres catégories du prix Nobel. L'identité du récipiendaire est révélée par le secrétaire perpétuel de l'Académie, courant octobre, lors d'une conférence de presse dans le bâtiment de Börshuset, situé dans la vieille ville de Stockholm. Le contenu des délibérations et la liste finale des 5 personnalités sont gardés secrets pendant 50 ans[10]. Le nom du vainqueur fait en conséquence l'objet de spéculations au sein des milieux littéraires.

Même si le montant de la somme inhérente au prix a évolué au cours de son histoire, il est fixé aujourd'hui à 10 millions de couronnes suédoises, à savoir environ un million d'euros[11]. Chaque personnalité récompensée se voit décerner, par le roi de Suède, la médaille d'or et le diplôme de la Fondation Nobel au cours d'une cérémonie de remise des prix, le 10 décembre à Stockholm, date-anniversaire de la mort d'Alfred Nobel. Auparavant, le gagnant doit faire un discours devant les membres de l'Académie suédoise dans lequel il définit son œuvre et ses aspirations artistiques.

Depuis sa création, le prix est revenue à 13 femmes et 5 membres de l'Académie suédoise, élus de manière antérieure ou postérieure à la réception de leur récompense[12]. La personnalité la plus âgée à avoir obtenu cette distinction est Doris Lessing (1919-2013), récompensée en 2007 à 88 ans. Le plus jeune lauréat est Rudyard Kipling (1865-1936), couronné en 1907 à 42 ans.

Histoire controversée[modifier | modifier le code]

Nombre de critiques, spécialistes et cercles de lecteurs déplorent le fait que la qualité des apports poétique et esthétique d'une œuvre au domaine des Lettres n'est pas le seul critère impartial sur lequel s'axe l'Académie suédoise pour attribuer le prix Nobel. Son histoire est jalonnée de controverses et il entraîne régulièrement des contestations.

Premières années[modifier | modifier le code]

Le poète français Sully Prudhomme, premier lauréat du prix Nobel de littérature.

Lors des premières années de l'attribution du prix Nobel, le critère d'« idéalisme », fixé par le testament d'Alfred Nobel[13] est la principale cause de l'oubli d'écrivains et de dramaturges aussi importants que Léon Tolstoï, Anton Tchekhov, Émile Zola, August Strindberg, Henry James, Thomas Hardy ou encore Henrik Ibsen dont les œuvres sont jugées trop pessimistes. Selon l'historien de la littérature François Comba, l'Académie suédoise, sous l'influence du secrétaire perpétuel Carl David af Wirsén, rapproche au départ la notion d'« idéalisme » de « patriotisme » et met à l'honneur toute la littérature nationaliste ou régionaliste européenne (Theodor Mommsen, Henryk Sienkiewicz, Frédéric Mistral…)[14]. Pendant la Première Guerre mondiale à laquelle la Suède ne participe pas, le comité revendique une ligne de neutralité, récompensant des auteurs de pays non-belligérants (comme le Danemark) ou des écrivains tels que Romain Rolland dont la vision universaliste et optimiste fait consensus[14].

Dans les années 1920, l'Académie change de ligne de conduite et prime des écrivains ouvertement sceptiques et critiques comme Carl Spitteler et Anatole France dont l'œuvre s'accommode mal avec l'idéal exigé par Alfred Nobel[14]. Dans les années 1930, le jury s'ouvre au continent américain et récompense Sinclair Lewis[14]. Aucun écrivain allemand ou autrichien susceptible de gêner Adolf Hitler n'est distingué à l'instar de Bertolt Brecht, Hermann Broch, Joseph Roth, Stefan Zweig ou encore Robert Musil[14]. Pour cette raison, l'écrivain tchécoslovaque Karel Čapek, farouchement opposé au national-socialisme et nommé sept fois pour le prix entre 1932 et 1938, est également écarté[15]. En 1931, la récompense est attribuée à l'ancien secrétaire perpétuel de l'Académie Erik Axel Karlfeldt, décédé en avril. Auparavant, l'auteur avait déjà été proposé par ses collègues mais il aurait refusé le prix en 1919[16]. Il s'agit de la seule fois dans l'histoire des Nobel que la distinction est décernée intentionnellement de manière posthume[17]. Bien que réfugié en France et déchu de sa nationalité soviétique, Ivan Bounine devient le premier écrivain de langue russe à être distingué en 1933 car le comité préfère écarter Maxime Gorki, jugé trop proche de Staline et se ranger à l'avis d'un neveu d'Alfred Nobel dont les faveurs allaient à Bounine[18]. Au cours de la même décennie, la candidature de Sigmund Freud est étudiée et rejetée[19]. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le prix est suspendu de 1940 à 1943 à la demande du gouvernement suédois qui affiche une politique de neutralité dans le conflit[14].

Au milieu des années 1940, alors que le comité a laissé mourir des grands créateurs comme James Joyce, Virginia Woolf et surtout Paul Valéry, mort en 1945 trois mois avant l'annonce de son couronnement, il s'agit de faire du rattrapage et de mettre à l'honneur des écrivains dont le prestige littéraire est mondial : William Faulkner, Hermann Hesse ou encore André Gide[14]. Lors de la Guerre froide, les académiciens donnent le prix à des pays méprisés lors des premières années comme le Guatemala, la Grèce et l'Islande ce qui préfigure l'ouverture au tiers-monde et à la littérature cosmopolite qui connaît son apogée avec la récompense décernée à Gabriel García Márquez en 1982[14].

Choix des lauréats dans les années 1950[modifier | modifier le code]

En 1953, le comité distingue Winston Churchill, unique ancien Premier ministre à recevoir ce prix. Ce dernier lui est décerné « pour sa maîtrise de la description historique et biographique ainsi que pour ses discours brillants pour la défense des valeurs humaines. »[20]. Lors de l'annonce de sa victoire, Churchill est à la fois déçu car il souhaitait obtenir le prix Nobel de la paix et surpris, s'exclamant : « Tiens, je ne savais pas que j'écrivais si bien. »[21]. À noter que la candidature de Charles de Gaulle est sérieusement étudiée dix ans plus tard car l'Académie apprécie la qualité littéraire de ses ouvrages[22].

En 1954, 27 écrivains sont pressentis, dont l'Espagnol Ramón Menéndez Pidal, l'Américain Ernest Hemingway, et les Français André Malraux et Albert Camus dont les noms circulent depuis la fin des années 1940. Même si les jurés suédois ont une préférence pour Malraux, celui-ci n'a pas écrit de romans depuis longtemps, ce qui rend son choix impossible. Hemingway, quant à lui, vient d'écrire Le Vieil Homme et la Mer deux ans plus tôt. Le cynisme, la sécheresse et la brutalité de son écriture ne s'accordent pas avec l'idéal souhaité par le testament d'Alfred Nobel mais l'écrivain a une forme d'héroïsme qui séduit certains jurés. C'est finalement lui qui l'emporte[23].

En 1955, 46 noms figurent sur la première liste de pressentis, dont les Français Albert Camus, Henri Bosco, André Malraux, Jules Romains et Georges Duhamel. C'est finalement l'Islandais Halldór Laxness qui est choisi. En 1956, parmi les 44 écrivains pressentis, il y a 12 Français : Georges Duhamel, Marcel Pagnol, Henry de Montherlant, Henri Bosco, Jean Guitton, Marthe Bibesco, Saint-John Perse, André Malraux, Gabriel Marcel, Albert Camus, Jean Schlumberger et Jules Supervielle. Mais c'est l'Espagnol Ramón Menéndez Pidal qui a le plus de parrainages de personnalités et d'institutions. Pour Anders Österling, secrétaire perpétuel de l'Académie, le choix doit se faire entre lui et Juan Ramón Jiménez : « Il est évident que la zone espagnole a été sérieusement négligée depuis 1922, lorsque le dramaturge Jacinto Benavente a été récompensé. Le choix doit se faire entre lui et Jimenez[23] ». Camus vient alors de publier La Chute, un récit qui, pour les membres du comité, peut être comparé à La Peste pour son impact. Cette nouvelle œuvre renforce indéniablement les mérites d'Albert Camus et ses chances d'obtenir le Nobel, mais le jury préfère attendre un examen approfondi et privilégie les lettres espagnoles, négligées depuis une trentaine d'années. Juan Ramon Jimenez est donc choisi.

En 1957, 49 noms sont cités sur les listes dont 12 nouveaux. Cette fois, le choix, unanime, du comité se porte sur Albert Camus. Quelques mois auparavant, le 14 avril, Anders Österling écrit une critique élogieuse de L'Exil et le Royaume dans le quotidien Stockholms Tidningen. Le 17 octobre 1957, Albert Camus est désigné « pour son importante œuvre littéraire qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant, les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes[23] ».

En 1958, l'attribution du prix à Boris Pasternak déclenche la colère des autorités soviétiques. L'auteur est forcé de décliner la récompense pour s'épargner des sanctions[24].

Le Nobel dans les années 1960 et 1970[modifier | modifier le code]

Lorsqu'en 2012, la Fondation Nobel rend publiques les archives des délibérations vieilles de cinquante ans comme le stipule le règlement, elle révèle que John Steinbeck fut récompensé par défaut[25],[26]. Les quatre autres auteurs retenus dans la sélection finale de 1962 étaient la Danoise Karen Blixen, le Français Jean Anouilh puis les Britanniques Lawrence Durrell et Robert Graves[25],[26]. Il fut d'emblée décidé que Durell serait écarté[25]. Son œuvre ne faisait pas l'unanimité au sein du jury qui avait déjà évincé sa candidature l'année précédente sur l'insistance d'un membre du comité trouvant que ses livres avaient un « arrière-goût douteux », en raison d'une « préoccupation monomaniaque pour les développements érotiques. »[25]. Blixen mourut un mois avant l'élection du gagnant et Anouilh fut évincé car sa victoire aurait été trop proche de celle Saint-John Perse, le dernier lauréat français[25],[26]. Graves, quant à lui, était connu comme poète bien qu'il ait publié quelques romans[26]. Mais pour Anders Österling, secrétaire perpétuel d'alors, personne dans la poésie anglophone n'égalait le talent d'Ezra Pound dont il fut décidé qu'il serait privé de la récompense à cause de ses positions politiques[26]. Steinbeck obtint finalement le prix. L'annonce de son couronnement fut mal reçue par la presse suédoise et américaine pour qui il était un auteur du passé[26]. En effet, l'écrivain américain n'avait rien publié de marquant depuis longtemps et ses grands romans (Les Raisins de la colère, Des souris et des hommes et À l'est d'Éden) étaient derrière lui[26]. Quand il répondit à un journaliste lui demandant s'il méritait la distinction, Steinbeck, lui-même surpris par sa victoire, répondit : « Franchement, non. »[25]. Jamais par la suite, Anouilh, Graves et Durrell ne furent primés.

En 1964, Jean-Paul Sartre décline le prix Nobel qui, selon lui, est « beaucoup trop tourné vers l'Occident »[27].

En 1968, le prix est décerné à Yasunari Kawabata sur recommandation d'experts de la littérature japonaise car le jury souhaitait équilibrer son palmarès et s'ouvrir à l'Asie[14].

Le lauréat de l'année 1970 Alexandre Soljenitsyne, dissident soviétique, ne veut pas se rendre à Stockholm de peur de ne pas être autorisé à retourner en Union soviétique où il est assigné à résidence et où son œuvre, mise à l'index, circule clandestinement. Mais après le refus du gouvernement suédois d'honorer Soljenitsyne par une remise du prix avec lecture et discours publics lors d'une cérémonie organisée à l'ambassade de Moscou, l'écrivain est prêt à décliner la récompense et l'argent, rejetant les conditions suédoises qui, selon lui, sont « une insulte au prix Nobel lui-même ». Il ne peut percevoir sa distinction qu'après avoir été déchu de sa nationalité soviétique et exclu d'URSS en 1974[28].

En 1974, Graham Greene, Vladimir Nabokov et Saul Bellow, gardés dans la liste finale, sont donnés favoris. Mais le comité préfère attribuer un prix conjoint aux écrivains suédois Eyvind Johnson et Harry Martinson, tous deux membres de l'Académie et donc jurés du prix Nobel. Bellow est finalement honoré deux ans plus tard en 1976, mais ni Greene ni Nabokov ne seront récompensés[29].

Prix politique ?[modifier | modifier le code]

La non-attribution du prix est souvent polémique dans la mesure où elle peut avoir valeur de sanction politique, à l'instar de Louis-Ferdinand Céline et Ezra Pound, écartés respectivement pour leurs prises de position antisémite et pro-fasciste[30],[31]. Maintes fois retenu sur les listes, Jorge Luis Borges n'aurait, de son côté, jamais été récompensé comme le suppose son biographe Edwin Williamson dans Jorge Luis Borges, une vie, en raison de ses relations conciliantes, voire troubles, avec les dictatures argentine et chilienne[32].

Josepha Laroche soutient justement la thèse selon laquelle les motivations de l'Académie suédoise dépassent l'évaluation de la qualité littéraire d'une œuvre ou de son apport novateur pour s'inscrire dans une dimension éminemment diplomatique : « Il n’y a pas d’équation entre la valeur littéraire et le Nobel. Un grand écrivain novateur ne mérite pas forcément le prix. Il s’agit d’incarner dans sa personne, mais aussi dans son œuvre, des valeurs de respect des droits des peuples. Le Nobel, y compris en littérature, a pour horizon la pacification des relations internationales. »[30]. François Comba nuance cette affirmation, expliquant que la valeur esthétique et littéraire reste primordiale dans l'attribution du prix même si le critère politique n'est pas évincé : « De manière générale, les prix Nobel font preuve de bonne volonté, et ne commettent pas tant d'erreurs que cela : sur 109 lauréats, on trouve une quarantaine de très grands noms. [...] Il s'agit fondamentalement d'un prix de littérature, même s'il inclut des considérations géographiques et politiques. C'est ce qui explique son poids. »[14].

Cependant, les oublis notables contrastent avec certains choix du comité comme le fait de récompenser Pablo Neruda et Jean-Paul Sartre, fervents soutiens du régime stalinien, Gabriel García Márquez, proche ami de Fidel Castro ou encore Camilo José Cela, qui a toujours oscillé entre connivence et critique du franquisme, ayant assuré un temps la fonction de censeur littéraire, entre 1943 et 1944, tout en étant lui-même censuré[33],[34],[35].

En août 2006, à la suite du chahut médiatique provoqué par la révélation de l'engagement volontaire au sein de la Waffen-SS en 1944 de Günter Grass (récompensé en 1999), la Fondation Nobel intervient face aux sommations de la droite allemande et d'une partie de la presse qui demandent à l'écrivain de rendre sa récompense et la somme d'argent reçue. Le président du comité déclare que « l'attribution des prix est irréversible car aucun prix Nobel n'a été retiré à quiconque par le passé[36]. ». En avril 2012, après la publication du poème polémique « Ce qui doit être dit » dans lequel l'auteur accuse Israël de menacer la paix mondiale, Peter Englund, secrétaire perpétuel de l'Académie, exclut une nouvelle fois toute sanction vis-à-vis de Grass, rappelant que le prix lui a été attribué pour son mérite littéraire uniquement[37],[38].

Les choix du jury dans le courant des années 2000 ont été soupçonnés, par une partie de la presse, d'être motivés par l'actualité politique, notamment avec le couronnement d'Harold Pinter en 2005 qui concorde avec ses virulentes prises de position contre la guerre d'Irak ou celui d'Orhan Pamuk en 2006 après la reconnaissance publique par ce dernier du génocide arménien et du massacre des Kurdes par la Turquie[39],[40].

Le comité est en effet souvent taxé d'« élitisme » et d'« engagement gauchiste » par une partie de la presse car il met régulièrement à l'honneur des romanciers ou des poètes méconnus du grand public, pour la plupart engagés à gauche, mais le jury a toujours revendiqué son indépendance[40]. Néanmoins, le choix de récompenser Mario Vargas Llosa en 2010 (auteur très engagé à droite et candidat du parti libéral lors de l'élection présidentielle du Pérou en 1990) est à considérer[41].

En 2012, le choix du Chinois Mo Yan entraîne de vives contestations au sein du monde des arts, des lettres et de la culture en raison de la proximité supposée de l'auteur avec les autorités de Pékin et son silence vis-à-vis de la répression des opposants politiques, du non-respect des droits de l'homme et de l'application de la censure en Chine[42]. Parmi ses détracteurs se trouvent l'artiste Ai Wei Wei, l'écrivain indo-britannique Salman Rushdie et la romancière germano-roumaine Herta Müller, lauréate du prix en 2009, qui considère ce Nobel comme une « honte », une « catastrophe » et « une claque pour tout ceux qui travaillent au respect de la démocratie et les droits de l’homme »[43],[44].

Attributions contestées[modifier | modifier le code]

Plusieurs spécialistes regrettent que la liste des lauréats comporte pléthore d'oublis majeurs[45].

L'Académie reconnaît avoir raté des monuments de la littérature universelle, en raison du décès prématuré de certains écrivains : Marcel Proust, Rainer Maria Rilke et Antonin Artaud (morts tous trois à 51 ans), Vladimir Maïakovski et Paul Celan (qui se sont respectivement donné la mort à 36 et 49 ans) ou encore Federico García Lorca (décédé à 38 ans)[30].

L'actuel membre du jury Kjell Espmark rappelle par ailleurs que l'essentiel de l'œuvre de Franz Kafka, Fernando Pessoa, Constantin Cavafy et Ossip Mandelstam a été publié après leur mort et qu'en conséquence les jurés n'ont jamais pu en évaluer la portée de leur vivant[46].

Sur son site, l'Académie confesse cependant quelques choix d'un goût discutable et reconnaît l'indigence de certains résultats, notamment lors de la décennie 1930-1939 : « La période offre plusieurs lauréats légitimement jugés médiocres, et qui cachent autant de négligences : Virginia Woolf aurait dû être récompensée à la place de Pearl Buck, etc. »[30].

Les médias notent, de plus, que beaucoup de poètes ont été récompensés, dans un esprit fidèle à celui d'Alfred Nobel, grand amateur de poésie[30]. À l'inverse les écrivains qui privilégient une multitude de petits ouvrages aux grandes sommes semblent défavorisés. Selon le professeur en littérature comparée de Harvard, David Damrosh, Italo Calvino n’a jamais été nobelisé pour cette raison[30]. Toutefois, le prix décerné en 2013 à Alice Munro, qui écrit surtout des nouvelles, semble marquer un changement.

En 1989, la romancière Kerstin Ekman « démissionne » de l'Académie suédoise pour cause de non-condamnation, de la part de ses collègues, de la fatwa islamique contre Salman Rushdie, écarté du palmarès[47],[40]. Elle a toujours sa place à l'Académie, mais refuse depuis l'affaire Rushdie de participer aux réunions.

L'année de l'attribution surprise du prix à l'homme de théâtre Dario Fo, en 1997, Rushdie et Arthur Miller en lice, faisaient figure de favoris. Mais le jury aurait considéré leur éventuelle victoire comme « beaucoup trop prévisible », émanant d'un choix « trop populaire »[48].

Le choix d'Elfriede Jelinek en 2004 n'a pas seulement partagé la presse, il a également été l'objet de violents débats au sein de l'Académie[40]. Sur l'exemple d'Ekman, le professeur en littérature scandinave Knut Ahnlund quitte sa fonction d'académicien en 2005, jugeant l'honneur fait à l'écrivain autrichien être un « choc d'une extrême gravité, ayant causé des dommages irréparables à la littérature de manière générale et à la réputation du prix en particulier »[47]. Il n'a plus participé à aucun débat de l'Académie jusqu'à son décès en 2012.

Les propos de l'ancien secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise Horace Engdahl, qui justifiait devant l'Associated Press en octobre 2008 la précellence accordée par les jurés aux auteurs européens, ont déclenché un tollé au sein des milieux littéraires outre-Atlantique : « Il existe bien sûr des auteurs forts dans toutes les grandes cultures, mais on ne peut pas nier le fait que l'Europe est toujours le centre du monde littéraire... pas les États-Unis [...] Les États-Unis sont trop isolés, ils ne traduisent pas assez et ne participent pas au dialogue des littératures[49]. ». L'année suivante, le nouveau secrétaire perpétuel Peter Englund enraye la polémique en expliquant qu'« il est forcément plus facile pour les Européens d'être en phase avec la littérature européenne. »[50].

Critiques récentes[modifier | modifier le code]

Une partie de la presse déplore le fait que la littérature de genre, destinée aux enfants ou représentative de la culture populaire soit passée sous silence[30].

La critique la plus insistante concerne la perspective euro-centrée ou occidentalo-centrée du jury et le fait que certaines zones géographiques soient totalement délaissées, faute de rayonnement ou de traductions suffisantes à l'instar de la littérature persane[30]. Les lettres arabes trouveraient, quant à elles, peu d'échos car elles sont souvent contextualisées, référencées et ont un contenu assez social, ce qui suppose qu'elles correspondent mal à l’exigence universaliste du Nobel[30].

Au vu du nombre de lauréats, l'Europe est sans conteste le continent le plus récompensé par l'Académie. Plusieurs journaux suédois ironisent d'ailleurs sur le fait que la Suède détient plus de prix Nobel que l'Asie (huit prix suédois contre quatre à peine pour le continent asiatique : deux japonais, un indien et un chinois[51])[52]. L'Afrique a attendu très longtemps son premier lauréat, le Nigérian d'expression anglaise Wole Soyinka en 1986. L'ont suivi l'Égyptien arabophone Naguib Mahfouz en 1988, puis les Sud-Africains anglophones Nadine Gordimer et J. M. Coetzee, récompensés respectivement en 1991 et 2003.

De même, certains favoris de la presse, sont systématiquement évincés à l'instar de Philip Roth, Amos Oz, Ismail Kadare, Milan Kundera, Adonis, Ko Un, Haruki Murakami et Claudio Magris[53],[54].

Liste des lauréats[modifier | modifier le code]

En tout, 110 prix Nobel de littérature ont été attribués. Le prix n'a pas été décerné 7 années (1914, 1918, 1935, 1940–1943) mais a été décerné à deux lauréats en 1904, 1917, 1966, 1974.

Années 1900 - 1910 - 1920 - 1930 - 1940 - 1950 - 1960 - 1970 - 1980 - 1990 - 2000 - 2010

Années 1900[modifier | modifier le code]

Années 1910[modifier | modifier le code]

Années 1920[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Récompenses par nationalité[modifier | modifier le code]

En 2014, les prix par nationalité se répartissent ainsi :

Nationalité
Lauréats  %
Drapeau de la France France 15 13,5 %
Drapeau des États-Unis États-Unis 11 9,91 %
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 10 9,01 %
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 8 7,21 %
Drapeau de la Suède Suède 8 7,21 %
Drapeau de l'Espagne Espagne 6 5,41 %
Drapeau de l'Italie Italie 6 5,41 %
Drapeau de l'Irlande Irlande 4 3,6 %
Drapeau de l'URSS URSS 3 2,7 %
Drapeau de la Pologne Pologne 3 2,7 %
Drapeau de la Norvège Norvège 3 2,7 %
Drapeau du Danemark Danemark 3 2,7 %
Drapeau du Japon Japon 2 1,8 %
Drapeau de la Suisse Suisse 2 1,8 %
Drapeau du Chili Chili 2 1,8 %
Drapeau de la Grèce Grèce 2 1,8 %
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 2 1,8 %
Drapeau de la Russie Russie 1 0,901 %
Drapeau de l'Inde Inde 1 0,901 %
Drapeau de la Belgique Belgique 1 0,901 %
Drapeau de la Finlande Finlande 1 0,901 %
Drapeau de l'Islande Islande 1 0,901 %
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 1 0,901 %
Drapeau d’Israël Israël 1 0,901 %
Drapeau du Guatemala Guatemala 1 0,901 %
Drapeau de l'Australie Australie 1 0,901 %
Drapeau de la Colombie Colombie 1 0,901 %
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 1 0,901 %
Drapeau du Nigeria Nigeria 1 0,901 %
Drapeau de l'Égypte Égypte 1 0,901 %
Drapeau du Mexique Mexique 1 0,901 %
Drapeau du Portugal Portugal 1 0,901 %
Drapeau de la Hongrie Hongrie 1 0,901 %
Drapeau de l'Autriche Autriche 1 0,901 %
Drapeau de la Turquie Turquie 1 0,901 %
Drapeau de Sainte-Lucie Sainte-Lucie 1 0,901 %
Drapeau du Pérou Pérou 1 0,901 %
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1 0,901 %
Drapeau du Canada Canada 1 0,901 %
France: 15 (13,5 %) États-Unis: 11 (9,9 %) Royaume-Uni: 10 (9 %) Allemagne: 8 (7,2 %) Suède: 8 (7,2 %) Espagne: 6 (5,4 %) Italie: 6 (5,4 %) Irlande: 4 (3,6 %) Danemark: 3 (2,7 %) Norvège: 3 (2,7 %) Pologne: 3 (2,7 %) URSS: 3 (2,7 %) Afrique du Sud: 2 (1,8 %) Chili: 2 (1,8 %) Grèce: 2 (1,8 %) Suisse: 2 (1,8 %) Japon: 2 (1,8 %) autres: 21 (18,9 %)Circle frame.svg
  •   France: 15 (13,5 %)
  •   États-Unis: 11 (9,9 %)
  •   Royaume-Uni: 10 (9 %)
  •   Allemagne: 8 (7,2 %)
  •   Suède: 8 (7,2 %)
  •   Espagne: 6 (5,4 %)
  •   Italie: 6 (5,4 %)
  •   Irlande: 4 (3,6 %)
  •   Danemark: 3 (2,7 %)
  •   Norvège: 3 (2,7 %)
  •   Pologne: 3 (2,7 %)
  •   URSS: 3 (2,7 %)
  •   Afrique du Sud: 2 (1,8 %)
  •   Chili: 2 (1,8 %)
  •   Grèce: 2 (1,8 %)
  •   Suisse: 2 (1,8 %)
  •   Japon: 2 (1,8 %)
  •   autres: 21 (18,9 %)

Récompenses par langue[modifier | modifier le code]

En 2014, les prix par langue d'écriture se répartissent ainsi :

Langue
Lauréats  %
Anglais 28 25,2 %
Français 16 14,4 %
Allemand 13 11,7 %
Espagnol 11 9,91 %
Suédois 7 6,31 %
Italien 6 5,41 %
Russe 5 4,5 %
Polonais 4 3,6 %
Norvégien 3 2,7 %
Danois 2 1,8 %
Grec 2 1,8 %
Japonais 2 1,8 %
Chinois mandarin 2 1,8 %
Arabe 1 0,901 %
Bengalî 1 0,901 %
Créole 1 0,901 %
Finnois 1 0,901 %
Hébreu 1 0,901 %
Hongrois 1 0,901 %
Islandais 1 0,901 %
Provençal 1 0,901 %
Portugais 1 0,901 %
Serbo-croate 1 0,901 %
Tchèque 1 0,901 %
Turc 1 0,901 %
Yiddish 1 0,901 %
anglais: 28 (24,6 %) français: 16 (14 %) allemand: 13 (11,4 %) espagnol: 11 (9,6 %) suédois: 7 (6,1 %) italien: 6 (5,3 %) russe: 5 (4,4 %) polonais: 4 (3,5 %) norvégien: 3 (2,6 %) autres: 21 (18,4 %)Circle frame.svg
  •   anglais: 28 (24,6 %)
  •   français: 16 (14 %)
  •   allemand: 13 (11,4 %)
  •   espagnol: 11 (9,6 %)
  •   suédois: 7 (6,1 %)
  •   italien: 6 (5,3 %)
  •   russe: 5 (4,4 %)
  •   polonais: 4 (3,5 %)
  •   norvégien: 3 (2,6 %)
  •   autres: 21 (18,4 %)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sv) den som inom litteraturen har producerat det utmärktaste idealisk riktning. Le terme idealisk peut se traduire par « idéaliste » ou « idéal » (en) Ink and Spit, John Sutherland, The Guardian, 13 octobre 2007.
  2. a et b http://www.republique-des-lettres.fr/10532-prix-nobel-litterature.php
  3. Natalie Levisalles, « Gao Xingjian au pays des contes de fées », Libération,‎ 11 décembre 2000 (lire en ligne)
  4. « Alice Munro, prix Nobel de littérature 2013 », Le Point,‎ 10 octobre 2013 (lire en ligne)
  5. « Le prix Nobel de littérature décerné à la Canadienne Alice Munro », Hufftington Post,‎ 10 octobre 2013 (lire en ligne)
  6. (en) Nomination for the Nobel Prize in Literature
  7. (en) Qualified Nominators – The Nobel Prize in Literature
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k How Nobel laureates are chosen sur le site de l'Académie suédoise.
  9. a et b (en) Nomination and Selection of the Nobel Laureates in Literature
  10. http://www.lalibre.be/culture/livres/article/450202/le-clezio-parmi-les-favoris-du-nobel-de-litterature.html
  11. (en) Nobel Prize Amount in Literature
  12. (en) « Facts on the Nobel Prize in Literature », Nobelprize.org (consulté le 04 May 2014)
  13. Article de Kjell Espmark du 3 décembre 1999.
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Marion Coquet, « Nobel de littérature, les dessous du prix », Le Point,‎ 12 octobre 2012 (lire en ligne)
  15. (en) Peter Swirski, From Lowbrow to Nobrow, McGill Queen's University Press (lire en ligne)
  16. Karlfeldtsamfundet (suédois). Retrieved 2010-02-17.
  17. En 2011, le prix Nobel de médecine est décerné à Ralph Steinman alors que ce dernier vient de mourir quelques jours auparavant sans que le jury en soit informé ; le prix est maintenu malgré les statuts.
  18. François Comba, « Le Prix Nobel de littérature », Profondeur de champs (magazine culturel en ligne),‎ 6 octobre 2012 (lire en ligne)
  19. (en) Bo Svensén, « The Nobel Prize in Literature: Nominations and Reports 1901–1950 », Nobelprize.org (consulté le 04 May 2014)
  20. (en) Official Nobel Page « Le Prix Nobel de Littérature de 1953 », sur nobelprize.org
  21. Louis Blanchard, « Un poème inédit de Winston Churchill », Le Nouvel Observateur,‎ 11 février 2013 (lire en ligne)
  22. Mohammed Aissaoui, « Le général de Gaulle aurait pu être Prix Nobel de littérature », Le Nouvel Observateur,‎ 6 janvier 2014 (lire en ligne)
  23. a, b et c Olivier Truc, « Et Camus obtint enfin le prix Nobel », Le Monde, 28 décembre 2008.
  24. Citation de l'article consacré à Boris Pasternak par Michel Aucouturier in Le Nouveau Dictionnaire des auteurs, édition Laffont-Bompiani, Paris, 1994, volume 2 page 2439
  25. a, b, c, d, e et f « John Steinbeck, prix Nobel par défaut », Libération,‎ 4 janvier 2013 (lire en ligne)
  26. a, b, c, d, e, f et g Charlotte Pudlowski, « Comment Steinbeck a privé le Français Anouilh du Nobel en 1962 », Slate,‎ 4 janvier 2013 (lire en ligne)
  27. Cité dans l'article « Jean-Paul Sartre », Encyclopédie des écrivains de langue française dirigée par Jean-Pierre de Beaumarchais et Alain Rey, édition Larousse, Paris, 2001,volume 2 page 1741
  28. Stig Fredrikson « How I Helped Alexandr Solzhenitsyn Smuggle His Nobel Lecture from the USSR », nobelprize.org, 22 février 2006, article disponible en octobre 2006.
  29. Alex Duval Smith, « A Nobel Calling: 100 Years of Controversy », The Independent, news.independent.co.uk,‎ 2005-10-14 (lire en ligne) :

    « Not many women, a weakness for Anglo-Saxon literature and an ostrich-like ability to resist popular or political pressure. Alex Duval Smith reports from Stockholm on the strange and secret world of the Swedish Academy. »

  30. a, b, c, d, e, f, g, h et i Charlotte Pudlowski, « Qui sont les oubliés du prix Nobel ? (section littérature) », Slate,‎ 7 octobre 2012 (lire en ligne)
  31. J.-P. Crespelle, La vie quotidienne à Montparnasse à la grande époque (1905 - 1930), Hachette, Paris, 1976, p. 177)
  32. Colm Tóibín, « Don't Abandon Me », The London Review of Books,‎ 11-05-2006 (lire en ligne)
  33. New studies agree that Beauvoir is eclipsing Sartre as a philosopher and writer The Independent May 25, 2008. Retrieved on January 4, 2009.
  34. Textos escondidos de Pablo Neruda Libros April 14, 2005. Retrieved on January 4, 2009.
  35. Unearthing Franco's Legacy, p. 17, University of Nortre dame Press.
  36. Article du journal Libération, 12 juillet 2006, « Grass pourra garder son prix Nobel ».
  37. « L'Académie suédoise exclut de retirer le Nobel à Günter Grass », Le Point,‎ 10 avril 2012 (lire en ligne)
  38. « L'Académie suédoise exclut de retirer le Nobel à Günter Grass », Le Nouvel Observateur,‎ 10 avril 2012 (lire en ligne)
  39. Dan Kellum, « Lessing's Legacy of Political Literature. The Nation: Skeptics Call It A Nonliterary Nobel Win, But Academy Saw Her Visionary Power », CBS News, rpt. from The Nation (column), 14 octobre, 2007, 17 octobre 2007.
  40. a, b, c et d « Le Nobel de littérature remis ce jeudi », Le Nouvel Observateur,‎ 12 octobre 2006 (lire en ligne)
  41. Mario Vargas Llosa, un prix Nobel de littérature très politique sur rue89.com le 7 octobre 2011
  42. Siegfried Forster, « Mo Yan reçoit son prix Nobel de littérature 2012 sans faire la paix avec ses détracteurs », RFI,‎ 11 décembre 2012 (lire en ligne)
  43. « Mo Yan mérite-t-il le prix Nobel ? », Le Magazine littéraire,‎ 28 novembre 2012 (lire en ligne)
  44. Nicolas Guégan, « Mo Yan prix Nobel? "Une catastrophe" et "une honte" selon Herta Müller », Le Nouvel Observateur,‎ 26 novembre 2012 (lire en ligne)
  45. Burton Feldman, The Nobel Prize, pages 61-62.
  46. Kjell Espmark, « Nobel's Will and the Literature Prize », Nobelprize.org (consulté le 6 May 2012)
  47. a et b « Nobel judge steps down in protest », BBC News, 11 octobre 2005.
  48. « Nobel Stuns Italy's Left-wing Jester », The Times, 10 octobre 1997, rpt. in Archives of a list at hartford-hwp.com, consulté le 10 octobre 2007.
  49. http://www.radio-canada.ca/arts-spectacles/livres/2008/10/01/001-Horace_Engdahl_AP.asp?ref=rss
  50. Herta Müller Wins Nobel Prize in Literature. By MOTOKO RICH and NICHOLAS KULISH. Published: 8 October 2009. NY Times
  51. En réalité, deux auteurs chinois ont été mis à l'honneur : Gao Xingjian (2000) et Mo Yan (2012). Il faut néanmoins mettre de côté le cas de Gao, qui écrit en mandarin et a été récompensé pour avoir ouvert de nouvelles voies à l'art littéraire chinois. Mais il est un écrivain dissident et est mis à l'index dans son pays d'origine. Il a d'ailleurs accepté le prix sous bannière française (il a reçu la nationalité française en 1997) et les autorités chinoises n'ont jamais reconnu ce prix Nobel : aucun journal n'a relayé l'information de sa victoire en 2000.
  52. (sv) « Akademien väljer helst en europé », Dagens Nyheter.
  53. Fiche Evene d'Ismail Kadare
  54. Le Figaro.fr, Blaise de Chabalier, Tomas Tranströmer, Prix Nobel de Littérature, le 6 octobre 2011.
  55. « The Nobel Prize in Literature 2008 », Fondation Nobel,‎ 2008 (consulté le 5 février 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]