Ralph Steinman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Steinman.

Ralph Marvin Steinman

Naissance
Montréal, Drapeau : Québec Québec (Drapeau du Canada Canada)
Décès (à 68 ans)
New York (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Champs Immunologie, médecine, biologie cellulaire, biologie moléculaire
Institutions Université Rockefeller
Diplôme Université McGill (B.Sc. 1963)
Harvard Medical School (M.D. 1968)
Université Rockefeller (Ph.D.)
Renommé pour Découvertes des cellules dendritiques du système immunitaire (1973) et de leur rôle dans l'immunité adaptative
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou médecine ()

Ralph Marvin Steinman (né le à Montréal[1], et mort le à New York) est un spécialiste canadien en immunologie, rattaché à l’Université Rockefeller (New York), de laquelle il détient son doctorat, après des études à l'Université McGill (Montréal) et au Harvard Medical School (Boston)[2]. Il découvre en 1973 les cellules dendritiques, puis leur rôle dans le système immunitaire, et obtient pour cette découverte le prix Nobel de physiologie ou médecine, partagé pour moitié avec Bruce Beutler et Jules Hoffmann, le . Son décès récent, que son université et le jury ignoraient, survint donc trois jours avant l'annonce de ce prix « non posthume ». Cependant, l'attribution est maintenue par le jury, car faite « de bonne foi ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Ralph Steinman grandit à Montréal[1],[3], second d'une famille de quatre enfants (Seymour, Ralph, Mark et Joni)[4]. Il passe son enfance à Sherbrooke, où ses parents tiennent boutique (Mozart's Department Store)[4]. Il manifeste assez tôt son indépendance : ainsi, à 7 ans, il part seul vers Montréal, pour rejoindre sa grand-mère puis, fâché que ses parents l'envoient passer l'été dans une colonie de vacances, il décide de rester muet lorsqu'ils l'y visitent[4].

Après ses études à l'école secondaire Sherbrooke High School[N 1] à Sherbrooke, il passe à Montréal se mériter un baccalauréat en sciences[N 2] à l'Université McGill (1963) puis, muni d'une bourse d'études adéquate, est reçu médecin, avec grande distinction, à Boston, au Harvard Medical School (1968)[2] et docteur en science (Ph.D.) à New York, à l’Université Rockefeller.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Membre de l'Institute of Medicine et de la National Academy of Sciences, Steinman a reçu de nombreux prix pour son travail sur les cellules dendritiques, dont :

Imbroglio posthume[modifier | modifier le code]

La mort de Ralph Steinman, d'un cancer du pancréas trois jours avant de recevoir le Prix Nobel, oblige l'institution à changer les statuts d'attribution du prix, qui jusqu'alors ne peut d'aucune façon être remis à titre posthume[5],[6] : la Fondation Nobel annonce, le 3 octobre 2011 au soir, que Steinman resterait lauréat du prix, vu que l'attribution fut faite en toute bonne foi et que le décès, très récent, était alors inconnu[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. High School : nom donné en anglais aux établissements d'enseignement secondaire en Amérique du Nord anglophone : 5 ans d'études après six ou sept ans à l'école primaire.
  2. Baccalauréat dans les systèmes universitaires anglo-saxons. Jusqu'au milieu des années 1960 au Québec, pour être admis dans la plupart des facultés, les francophones devaient être diplômés du cours classique (13 à 15 ans d'études : après six ou sept ans d'école primaire et sept ou huit ans d'humanités gréco-latines) ou, pour gagner jusqu'à deux ou trois ans, être diplômés du High School et s'inscrire dans une université anglophone, telle McGill.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Biography of Ralph Steinman », The Rockefeller University,‎ 2009 (lire en ligne).
  2. a et b (en) Ralph M. Steiman, « Dendritic cells: from the fabric of immunology », Clin Invest Med, vol. 27, no 5,‎ octobre 2004, p. 231-236 (retransmis sur lab.rockefeller.edu] (lire en ligne).
  3. a et b Pierre-André Normandin, « Un Canadien meurt trois jours avant de recevoir le prix Nobel de médecine », La Presse,‎ 3 octobre 2011 (avec La Presse Canadienne et l'Agence France-Presse) (lire en ligne).
  4. a, b et c (en) Andy Blatchford, « Canada's posthumous Nobel Prize winner always did things his own way », La Presse canadienne,‎ 3 octobre 2011 (sur globaltvbc.com) (lire en ligne).
  5. (es) Valeria Román, « Murió hace 3 días pero igual le dan el Nobel de Medicina », clarin.com,‎ 4 octobre 2011 (lire en ligne).
  6. (en) « Late Nobel medicine laureate Ralph Steinman keeps award », BBC,‎ 3 octobre 2011 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]