Tanzanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

République unie de Tanzanie

Jamhuri ya Muungano wa Tanzania (sw)

The United Republic of Tanzania (en)

Drapeau
Drapeau de la Tanzanie
Blason
Armoiries de la Tanzanie
Description de l'image  Tanzania (orthographic projection).svg.
Devise nationale Uhuru na Umoja
(Liberté et unité)
Hymne national Mungu ibariki Afrika
(Dieu bénisse l'Afrique)
Administration
Forme de l'État République
Président Jakaya Mrisho Kikwete
Premier ministre Mizengo Pinda
Langues officielles Aucune, swahili (de facto), anglais (de facto),
Capitale Dodoma

6° 11′ 00″ S 35° 44′ 05″ E / -6.18333, 35.73472 ()

Géographie
Plus grande ville Dar es Salam
Superficie totale 945 087 km2
(classé 31e)
Superficie en eau 6,2 %
Fuseau horaire UTC +3
Histoire
Indépendance du Royaume-Uni
Union du Tanganyika
et de Zanzibar
26 avril 1964
Démographie
Gentilé Tanzaniens, Tanzaniennes
Population totale (2010) 43 188 000 hab.
(classé 31e)
Densité 46 hab./km2
Économie
IDH (2010) en augmentation 0.398[1] (bas) (148e)
Monnaie Shilling tanzanien (TZS​)
Divers
Code ISO 3166-1 TZA, TZ​
Domaine Internet .tz
Indicatif téléphonique +255

La Tanzanie, en forme longue la République unie de Tanzanie ou la République-Unie de Tanzanie, en swahili Tanzania et Jamhuri ya Muungano wa Tanzania, en anglais Tanzania et The United Republic of Tanzania, est un pays d'Afrique de l'Est situé en bordure de l'océan Indien, dans la partie tropicale de l'Hémisphère sud. Il est entouré au nord par le Kenya et l'Ouganda, à l'ouest par le Rwanda, le Burundi et la République démocratique du Congo, au sud-ouest par la Zambie et le Malawi et au sud par le Mozambique. Le pays couvre 945 087 km2 et compte plus de 43 millions d'habitants en 2010, essentiellement bantous. Sa capitale est Dodoma située dans l'intérieur des terres mais le principal pôle économique est l'ancienne capitale Dar es Salam située sur la côte. Les langues officielles sont le kiswahili et l'anglais mais l'arabe est aussi parlé notamment dans les îles de Zanzibar et Pemba.

La Tanzanie actuelle est née de l'union du Tanganyika et de Zanzibar le 26 avril 1964, peu de temps après leur indépendance respective vis-à-vis du Royaume-Uni. Elle est membre du Commonwealth depuis fin 1961 et des Nations unies depuis le 14 décembre 1961.

Histoire[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Histoire de la Tanzanie et Histoire de Zanzibar.

De 1964 jusqu’à aujourd’hui : la Tanzanie indépendante[modifier | modifier le code]

L’indépendance et la création de la Tanzanie[modifier | modifier le code]

Julius Nyerere, le 4 août 1977.

En 1953, Julius Nyerere, un enseignant né en 1922, passé par l'université de Makerere en Ouganda puis Édimbourg au début des années 1950 pour terminer ses études, prend à 31 ans la tête de la TAA (Tanganyika African Association), qu’il transforme rapidement en un véritable parti politique – le Tanganyika African National Union (TANU) – qui prône l’indépendance. Celle-ci est accordée par le Royaume-Uni le 9 décembre 1961, sans aucune violence. Julius Nyerere est un court temps Premier ministre, puis à la suite des élections de décembre 1962, devient le premier président de la République du Tanganyika.

L’indépendance de Zanzibar et Pemba est obtenue le 10 décembre 1963. Le nouvel État commence par être contrôlé par les partis initiés par les Britanniques (une coalition du ZNP et de petits partis de Pemba). Mais, à peine un mois plus tard, en janvier 1964, les tensions communautaires qui couvent depuis des années se libèrent et le parti ASP (Afro-Shirazi Party), étant écarté depuis longtemps du pouvoir alors qu’il est majoritaire dans les urnes, déclenche une révolution. Celle-ci fait de nombreuses victimes dans les rangs des communautés arabes et indiennes. On estime à environ 10 000 le nombre de personnes qui furent massacrées dans la nuit du 11 au 12 janvier 1964 à Zanzibar. À la suite de ce renversement, Sheikh Abeid Karume, chef de l’ASP, devient président de la République de Zanzibar.

Le 26 avril 1964, le Tanganyika et Zanzibar fusionnent pour former la République unie de Tanzanie. Nyerere devient le président de l’État nouvellement créé, tandis que Abeid Karume, restant président de Zanzibar, devient le vice-président de la Tanzanie. Dans les faits, même si l’union est bien célébrée avec le reste du pays, Zanzibar a conservé jusqu'à aujourd’hui une large autonomie. En pratique, c’est le gouvernement central tanzanien qui s’occupe des domaines « nationaux » de la politique à Zanzibar : Défense, Intérieur, Affaires étrangères, tandis que le gouvernement local zanzibarite traite des sujets comme l’éducation ou l’économie.

Le règne de Nyerere : 1964-1985[modifier | modifier le code]

Soucieux d’accélérer l’émancipation des Africains par rapport au monde occidental, inspiré des expériences communistes en Chine, Nyerere s’engage résolument dans une politique socialiste. En février 1967, lors de la déclaration d'Arusha, il définit les principes et doctrines qu’il souhaite voir suivre par le pays. Selon l’idéal de Nyerere, le socialisme africain doit conduire à la création d’une société égalitaire, juste, solidaire, qui trouve dans ses propres ressources les moyens de son autosuffisance. L’éducation est la priorité numéro un. Il faut dire qu’il y a urgence dans ce domaine : la Tanzanie ne produit à cette époque que 120 diplômés par an.

Les premières mesures concrètes d’application de cette politique ne tardent pas à arriver. Les principales industries et sociétés de services sont nationalisées, les impôts augmentés pour une plus grande répartition des richesses. C’est sur le plan de l’agriculture, principal secteur économique du pays, que les changements sont les plus forts. Appelé Ujamaas, c’est-à-dire cofraternité, des communautés villageoises sont organisées sur des principes collectivistes. Des incitations financières encouragent la formation de coopératives. Les premiers résultats sont décevants, et le premier choc pétrolier de 1973 assombrit fortement les perspectives économiques du pays. À Zanzibar, l’Afro-Shirazi Party mène une politique implacable et totalitaire, à tendance ouvertement révolutionnaire. Les propriétés arabes et indiennes sont nationalisées. Quelques désaccords apparaissent même entre Nyerere et Karume, ce dernier voulant se rapprocher davantage du monde communiste que le président tanzanien qui cherche, lui, à ménager au maximum les relations avec les Occidentaux.

En 1972, Karume est assassiné pour des motifs qui restent assez obscurs.

Pendant ces années, très faiblement soutenue par les occidentaux, la Tanzanie reçoit l’aide de la Chine, qui souhaite pour sa part augmenter son influence en Afrique de l’est. C’est avec un soutien chinois que la ligne de chemin de fer TAZARA de Dar-es-Salaam à la Zambie est construite en 1975. C’est aussi sur le modèle des communes chinoises que sont créées 800 villages collectifs, regroupant des populations d’origine ethniques et tribales différentes, et déplacées de force en camion. On estime qu’en 4 ans, de 1973 à 1976, 9 millions de personnes sont ainsi déplacées. Cette politique, dont on ne peut nier qu’elle permet un certain brassage entre les différentes ethnies qui composent la population tanzanienne, casse brutalement les repères humains et communautaires des individus.

Ces politiques dirigistes et utopiques apportent de moins en moins les résultats escomptés. Les productions manufacturière et agricole régressent, la planification de l’économie par l’administration est inefficace.

Sur le plan politique, les partis TANU de Nyerere et l’ASP se rapprochent et fusionnent en 1977 pour former le Chama cha Mapinduzi (CCM), c’est-à-dire le parti de la Révolution.

Les relations de la Tanzanie avec ses voisins africains, en particulier ceux du nord, Ouganda et Kenya, se détériorent au fil des années. Les intentions étaient pourtant bonnes puisque ces trois pays ont formé en 1967 l'East Africain Community (Communauté d'Afrique de l'Est) dans le but de constituer à terme un marché économique commun. Les premières coopérations visent notamment à uniformiser la politique des changes et de contrôle des devises.

Mais le Kenya, à l'origine plutôt proche des pays occidentaux, s’éloigne de plus en plus de la Tanzanie soutenue par les communistes chinois, et la frontière entre ces deux pays est même fermée de 1977 à 1983. En Ouganda, le dirigeant Idi Amin Dada, qui nourrit des ambitions d’expansions territoriales, reproche à son voisin tanzanien d’héberger des opposants à son régime. L’Ouganda attaque la Tanzanie à la fin de l’année 1978, et envahit les environs du lac Victoria. Les Tanzaniens, avec l’aide du matériel militaire chinois, parviennent, au bout de plusieurs mois d’efforts et au prix de lourdes pertes humaines, à reprendre les territoires perdus et occupent même l’Ouganda pendant presque deux ans.

La guerre a coûté cher, environ 500 millions de dollars, et au début des années 1980, sans réelle industrie, avec un secteur agricole improductif, la Tanzanie est l’un des pays les plus pauvres de la planète.

Le pays s’enfonçant dans l’échec, Nyerere commence à modifier progressivement sa politique dirigiste menée depuis le milieu des années 1960. Avec l’intervention de plus en plus grande de la Banque mondiale et du FMI, les incitations financières à la production collectiviste sont en partie réorientées vers un investissement pour les grandes fermes de l’État et pour les infrastructures routières. En 1984, la possibilité d’une propriété privée des moyens de productions apparaît et la société est, très progressivement, libéralisée.

De 1985 à aujourd’hui[modifier | modifier le code]

En 1985, Nyerere, le « mwalimu » (l’instituteur), choisit, contrairement à l’habitude prise par la plupart des autres chefs d’État africains, de se retirer de la politique, après avoir tout de même conservé le pouvoir pendant 24 années. C’est Ali Hassan Mwinyi, alors président depuis 1980 de l’archipel de Zanzibar, qui prend sa succession. Malgré les résultats très largement négatifs de sa politique de développement économique, Nyerere conserva jusqu’à sa mort en 1999 l’estime de beaucoup de Tanzaniens et d’une partie de la communauté internationale. On lui reconnaît en effet le mérite d’avoir posé les bases d’un État démocratique pluriethnique.

Ali Hassan Mwinyi accélère l’ouverture et la libéralisation progressive du pays. En 1992, il autorise le multipartisme. En 1995, les premières élections multipartites ont lieu, même si entachées de sérieux doutes sur leur régularité. Elles voient la victoire de Benjamin William Mkapa, un des disciples de Nyerere, qui est réélu en 2000. Mkapa doit faire face à de nombreuses difficultés qui grèvent le décollage tant espéré du pays : crise économique, épidémie de sida, afflux de réfugiés qui fuient les guerres du Burundi.

À Zanzibar, des velléités indépendantistes émergent parfois, mais jusqu’à présent, l’Union tanzanienne est préservée. En 1998, des attentats visent les ambassades américaines de Dar es-Salaam et de Nairobi au Kenya : on compte plus de 250 victimes et 5 000 blessés.

Après les élections de décembre 2005, Jakaya Kikwete devient le nouveau président de la république, le quatrième depuis la création de la Tanzanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de la Tanzanie.

La Tanzanie est un pays de l'hémisphère sud situé en Afrique de l'Est. Ses frontières naturelles sont formées par l'océan Indien à l'est, le Kilimandjaro et le lac Victoria au nord, la rivière Kagera au nord-ouest, le lac Tanganyika à l'ouest, le Malawi au sud-ouest et le fleuve Ruvuma au sud. Il a des frontières terrestres avec le Kenya et l'Ouganda au nord, le Rwanda et le Burundi au nord-ouest, la République démocratique du Congo à l'ouest, la Zambie et le Malawi au sud-ouest et le Mozambique au sud.

Carte de la Tanzanie

Le pays est traversé par la vallée du grand rift qui parcourt la partie occidentale du pays du nord au sud et dans lequel se logent quelques-uns des grands lacs africains : lac Malawi, lac Rukwa, lac Tanganyika, lac Victoria, lac Eyasi, lac Manyara, lac Natron, etc. Le centre du pays est constitué d'un plateau drainé par des rivières et des fleuves qui se jettent dans l'océan Indien. La façade maritime du pays est formée d'une plaine côtière qui fait face à l'archipel de Zanzibar formé de trois principales îles : Unguja, Pemba et Mafia.

La Tanzanie comporte plusieurs volcans dont un seul, l'Ol Doinyo Lengaï, est encore actif et un autre constitue le point culminant du continent africain, le Kilimandjaro, avec 5 895 mètres d'altitude.

On y trouve de nombreux parcs naturels tels que l'énorme terrain du Serengeti, le Tarangire, le Lac Manyara ou le magnifique cratère du N'Gorongoro, où on peut avoir la chance d'apercevoir lions, éléphants, rhinocéros, guépards, léopards, hyènes, chacals, girafes, hippopotames, crocodiles, etc.

Organisation politique et administrative[modifier | modifier le code]

Jakaya Kikwete, actuel président de Tanzanie
Article détaillé : Politique en Tanzanie.

La Tanzanie est une république fédérale multipartite présidentielle née le 26 avril 1964 de la fusion du Tanganyika et de Zanzibar qui avaient accédé à l'indépendance respectivement le 9 décembre 1961 et le 10 décembre 1963 après les colonisations allemande puis britannique. Le nom de Tanzanie est formé du Tan de Tanganyika et du zan de Zanzibar.

La constitution actuelle, adoptée le 27 octobre 1977, a été révisée en octobre 1984.

Le Président de la République, qui est aussi le Chef de l'État, est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. Celui-ci nomme le Premier ministre, qui représente le gouvernement devant le Parlement, et les ministres parmi les membres du Parlement ou parmi dix personnes non élues.

L'Assemblée nationale, le parlement monocaméral, compte 274 sièges, adopte les lois s'appliquant à la totalité de la République ou uniquement aux 21 régions continentales (île de Mafia comprise), les cinq régions formant le Gouvernement révolutionnaire de Zanzibar pouvant adopter certaines lois spécifiques car disposant de son propre Parlement. Les parlementaires sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans.

Le pouvoir judiciaire est sensiblement plus compliqué car disposant de cinq niveaux combinant les institutions tribales, islamiques et de la Common law : tribunaux de première instance, tribunaux de districts, Cour Magistrale, Haute Cour et enfin Cour d’Appel.

La récente création de la Tanzanie par l'union de deux pays tend constamment à le déstabiliser mais la démocratie est préservée grâce à l'héritage de son premier Président, le charismatique Julius Nyerere, qui est resté trente ans au pouvoir sans installer de régime autoritaire ou dictatorial. Cette stabilité a permis par exemple l'installation du Tribunal pénal international pour le Rwanda à Arusha, chargé de juger les criminels de guerre lors du génocide rwandais de 1994.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La Tanzanie est divisée en 26 régions (21 dites continentales et 5 dites insulaires formant le Gouvernement révolutionnaire de Zanzibar), elles-mêmes divisées en 127 districts aussi appelés wilaya.

Forces armées[modifier | modifier le code]

Fondées en 1964, les forces de défense tanzaniennes ont un total de 27 000 personnels actifs sous ses drapeaux[2]. Leur budget est de 19,68 millions de dollars, soit 0,2 % du PNB en 2005.

Économie de la Tanzanie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de la Tanzanie.
Représentation graphique des exportations de la Tanzanie dans 28 catégories de couleurs.
Marché alimentaire à Stone Town, Zanzibar

L'économie de la Tanzanie est, à bien des égards, typique d'un pays en voie de développement. Essentiellement axée sur l'agriculture et l'industrie minière, elle dispose d'une base industrielle quasi-inexistante et peu compétitive. En 2009, l'agriculture représentait ainsi plus de 25 % du PNB, plus de 30 % des exportations et 70 % des emplois. Le tourisme y constitue une source appréciable et croissante de devises.

Mais le pays est également très différent de la plupart des pays africains, avec une présence marchande arabe et perse sur ses côtes, commerce datant des premiers siècles de l'ère commune, et une ville, Zanzibar, qui pendant plusieurs centaines d'années dominera l'économie de toute la région. Plaque tournante du commerce d'or, d'ivoire et d'esclaves, à l'interface des mondes africain, arabe et indien, son hinterland s'étend jusqu'à l'Afrique des Grands Lacs, à près de 1 000 km de distance. L'arrivée des Européens dans le sillage de Vasco de Gama au XVe siècle ne remet pas tout de suite cette domination en question, ceux-ci offrant même de nouveaux marchés pour une denrée locale appréciée, le clou de girofle.

Banque de Tanzanie à Dar es Salam

L'installation progressive des empires coloniaux allemand puis britannique relègue cependant la région hors des grands axes de développement. L'accession à l'indépendance, au début des années 1960, voit la jeune République unie du Tanganyka et de Zanzibar (son nom d'origine) se tourner vers un « socialisme africain » d'inspiration maoïste qui se révèle rapidement être un échec: plutôt que de décoller et se moderniser, l'économie du pays s'effondre. La remise en question qui s'ensuivra, à partir du milieu des années 1980, conduira progressivement le pays à revenir sur la scène économique régionale. La libéralisation franche opérée dans les premières années du XXIe siècle, couplée à des efforts de gouvernance, permet l'arrivée massive d'investisseurs étrangers dans tous les secteurs de l'économie. Pour la première fois de sa jeune histoire, ce pays chroniquement sous-développé semble toucher les premiers dividendes de ses efforts. Le potentiel touristique de la Tanzanie, avec son littoral composé de superbes plages sur l'océan Indien, la région nord qui comprend le Kilimandjaro, le cratère de Ngorongoro et les plus grandes réserves animales d'Afrique, la présence de la plupart des grands-lacs du continent et sa stabilité politique, est également très important et continue à se développer.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Tanzania transport map-fr.svg
Les axes de transport tanzaniens.
Source : OCDE
Transports[3]
Routes (2010)
Goudronnées 6 578 km
Non goudronnées 84 471 km
Rail (2010)
3 689 km
Voies d’eau (2009)
Lacs Nyasa, Tanganyka et Victoria; les fleuves ne sont pas navigables
Ports & Aéroports (2010)
Port de marchandises Dar es Salam, Zanzibar
Aéroports à piste goudronnée 9
- avec trafic int’l 4
Aéroports non goudronnés 115

Les transports tanzaniens s'effectuent principalement par la route, avec un complément par le rail. Le réseau routier est cependant mauvais, et peu nombreuses encore sont les voies goudronnées: la saison des pluies rend nombre de pistes impraticables pendant des jours, voire des semaines, et le seul lien entre la côte et le lac Tanganyka durant cette période est ferroviaire. Le transport aérien est hors de portée pour l'immense majorité de la population. Il sert essentiellement le tourisme pour ce qui est des connexions internationales, et s'appuie sur un plus grand nombre de pistes de terre pour le trafic régional.

Routes[modifier | modifier le code]

Carrefour à Moshi

La plupart des routes pavées tanzaniennes se situent dans l'Est et le Sud-Ouest du pays. Dans le reste du pays, des pistes (parfois en gravier) constituent l'essentiel d'un réseau où l'on peut occasionnellement trouver des sections goudronnées mais isolées.

L'autoroute Le Caire-Le Cap (autoroute no 4 sur le réseau autoroutier panafricain) pénètre en Tanzanie depuis le Kenya par la localité frontalière de Tunduma et traverse Arusha, Dodoma, Iringa et Mbeya avant de poursuivre vers la Zambie. Une importante section entre le Parc national de Tarangire et Iringa n'est pas goudronnée, et peut devenir difficile en cas de pluies abondantes. Il s'agit d'un des axes de développement majeur des transports routiers dans le proche avenir[4], au risque sinon d'étrangler ou freiner l'importante croissance des dernières années.

Rail[modifier | modifier le code]

Avec 3 700 km de voies ferrées réparties sur quatre corridors principaux[5], la Tanzanie est, comparativement à certains autres pays africains, bien desservie. Conséquence indirecte d'un climat qui peut être cruel avec les routes, c'est le rail qui a longtemps été privilégié pour relier la côte à l'intérieur du pays. Seul le sud-est du pays ne dispose pas de réseau ferré, et les liaisons internationales se limitent à la Zambie, l'Ouganda et le Kenya. Plusieurs projets d'extension vers les autres voisins sont à l'étude.

Gare d'Ifakara

Le pays dispose de deux compagnies indépendantes, la Tanzania Railways Corporation (TRC) et la Tazara. Cette dernière opère 1 900 km de voies entre Dar es Salaam et Kapiri Mposhi, en Zambie. Les deux réseaux ne sont pas connectés pour cause de différence d'écartement des rails, mais un centre de transbordement est en fonctionnement près de Morogoro, permettant ainsi à un même conteneur de voyager jusqu'en Ouganda ou au Kenya depuis l'Afrique du Sud. Cette section était un élément important du projet britannique de Chemin de fer Le Cap-Le Caire.

Pour pallier une gestion chaotique et plombée par le manque chronique de moyens, les deux compagnies ferroviaires sont en cours de privatisation.

Transports aérien et maritime[modifier | modifier le code]

Le pays dispose de plusieurs ports sur sa côte orientale et sur les Grands Lacs, mais ces deux régions ne sont pas connectées, le transport fluvial étant inexistant dans le centre. La Tanzanie dispose d'une tradition maritime bien établie, Zanzibar ayant été pendant des siècles le port le plus important de toute la côte africaine de l'océan Indien; son hinterland s'étendait jusqu'au bassin du Congo. Les marchands swahilis utilisaient des dhows pour commercer le long des côtes, tradition encore bien vivante de nos jours.

Les lignes de ferries sur les Grands Lacs sont gérées par les compagnies ferroviaires nationales des États riverains, le Lac Victoria profitant du trafic le plus dense. L'activité sur le Lac Tanganyika a décliné du fait de la guerre au République démocratique du Congo voisin, mais un solide trafic commercial reste entre les villes de Kigoma, Bujumbura (Burundi) et Mpulungu (Zambie), notamment grâce au MV Liemba, ancien navire de guerre allemand bâti en 1913, coulé en 1916 et renfloué (et en activité) depuis 1927.

La compagnie nationale aérienne, Air Tanzania, relie les principales villes du pays, et de petits opérateurs privés commencent à s'intéresser à certaines de ces lignes intérieures. Les trois aéroports internationaux sont à Dar es Salaam, Kilimandjaro (Arusha) et Zanzibar.

Énergie[modifier | modifier le code]

Électricité
Production totale
- dont hydraulique
- thermique
- autres
1,88 TWh (2006)
71 %
29 %
0 %
Consommation 1,2 TWh (2006)
Consommation d’énergie/capita 46 kWh (2002)
Source : Energy Information Administration, US Dpt of Energy, Mbendi

La Tanzanie est dotée d'une large variété de sources d'énergie : biomasse, gaz naturel, hydroélectricité, charbon, énergie solaire ou éolienne. Dans les faits, la plupart de ces ressources ne sont pas exploitées, moins de 10 % de la population a accès à l'électricité et, dans les zones rurales, 20 % du temps de travail est consacré quotidiennement à la collecte de bois, qui représente près de 92 % de l'énergie produite[6]. Le reste se répartit entre produits pétroliers (< 7 %) et hydroélectricité (< 2 %)[7].

La compagnie nationale d'électricité, la Tanzania Electric Supply Company (TANESCO), est responsable de 98 % de l'électricité produite dans le pays[7], essentiellement par le biais de barrages, notamment ceux de Kihansi et Kidatu, qui à eux deux fournissent près de 40 % du total. Ceux-ci sont malheureusement touchés par la sécheresse récurrente depuis quelques années, poussant le gouvernement à investir plus lourdement dans des sources alternatives alors que seuls 400 des 3 800 MW d'énergie hydroélectrique théoriquement disponibles sont construits: avec 11 à 13 % de progression annuelle, les besoins en électricité sont réels et croissants[6].

L'énergie thermique, gérée pour l'essentiel par deux compagnies privées (IPTL et Songas), se base sur du pétrole lourd d'importation et, depuis peu, l'exploitation du gaz issu du gisement de Songo Songo directement connecté à une centrale à turbine de Dar es Salaam, ville qui consomme près de la moitié de la production nationale d'électricité à elle seule. Mais les capacités se développent : la station d'Ubungo, à Dar es Salaam, consomme près de 300 millions de m3 de gaz de Songo Songo, et il est prévu que la demande pour celui-ci grimpe jusqu'à 900 millions de m3 vers 2010, notamment grâce à l'installation de nouvelles centrales ou la reconversion de centrales au fioul, comme à Mtwara[7].

De nombreuses villes sont encore dépendantes de générateurs au diesel vieillissants : en 2004, 18 capitales de districts attendaient encore leur raccordement[7]. Une faible quantité d'énergie est importée de la Zambie et de l'Ouganda voisins pour les villes frontalières. Le pétrole, malgré divers projets d'exploration en cours, est presque entièrement importé : la dernière raffinerie du pays, aux installations obsolètes, a fermé en 2000. L'effort se porte sur le raccordement rapide des zones qui ne le sont pas de manière à ralentir la déforestation. Dans cette optique de protection, les énergies solaire et éolienne ne sont pas exploitées, et le charbon n'est pas utilisé à la pleine mesure de son potentiel non plus, notamment dans l'industrie.

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Tanzania phone.png
Évolution du nombre de lignes de téléphone fixe (beige), mobile (bleu) et d’utilisateurs d’internet (rouge) : 1997-2007*
Source:UIT - (* ):estimation
Télécommunications et internet[3]
Téléphonie
Indicatif + 255
Nombre de lignes fixes (2010)
- soit pour 100 habitants
173 552
0,40
Nombre de lignes mobiles (2010)
- soit pour 100 habitants
17 677 000
41,35
Internet
Domaine .tz
Nombre d’abonnés (2010)
- d’utilisateurs (2009)
24 182
678 000
Radio Télécommunications[8]
Foyers équipés du téléphone (2004) 9,3 %
Foyers équipés d’une télévision au moins (2002) 14,24 %

Le pays s'est doté en 2003 d'une nouvelle politique nationale concernant les télécommunications principalement axée sur le développement de ses infrastructures et de la formation de la population dans ce domaine[9]. Visant à coordonner des politiques jusqu'ici erratiques, elle montre combien le pays a parcouru un long chemin depuis la promulgation de l'ordonnance d'interdiction des équipements électroniques et télévisions, en 1974[10]. Promulguée par le premier président du pays, Julius Nyerere, celle-ci reflétait sa vision selon laquelle la présence de la télévision accroitrait le fossé entre riches et pauvres. La première chaîne privée fut finalement lancée en 1994, sept années avant la première émission du service public. Les mesures de libéralisation des ondes (radio et télé) de 2001 ne s'appliquent d'ailleurs pas à Zanzibar, qui ne possède pas de médias privés (ceux du continent restant cependant accessibles)[9]. Le manque de professionnels disposant de la formation adaptée fait cependant sentir ses effets, et le gouvernement essaie d'investir plus particulièrement dans ce secteur éducatif (notamment via la création du Mosi Institute of Technology, calqué - modestement - sur le MIT américain).

Les progrès enregistrés depuis le début des années 2000 s'expliquent entre autres par la conjonction de deux facteurs:

  • la libéralisation du secteur (postes et télécommunications), qui a permis l'arrivée de nouveaux acteurs, et donc de nouveaux investissements. L'opérateur national (TTCL) a également été partiellement privatisé. Les procédures administratives ont été simplifiées, notamment par la mise en place du Tanzania Investment Centre, un guichet gouvernemental unique;
  • la mise en place d'un cadre réglementaire cohérent, avec deux autorités indépendantes pour les médias et les télécommunications, remplacées en 2005 par la Tanzania Communications Regulatory Authority.

Le paysage des télécoms tanzaniens reste quoi qu'il en soit excessivement déséquilibré, avec l'essentiel des infrastructures et investissements toujours concentrés dans la capitale économique. Le manque de moyens est criant, de même que le manque de personnel qualifié : certaines écoles, afin de familiariser leurs étudiants avec le matériel informatique en dépit de la pénurie, donnent leurs cours sur des ordinateurs en bois ou carton[9]. Quand bien même la loi prévoit la mise en place d'une politique d'accès universel pour le monde rural (80 % de la population), celle-ci est laissée faute de moyens aux bons soins du secteur privé, souvent concentré sur les zones urbaines plus denses.

Téléphonie fixe et mobile[modifier | modifier le code]

La télédensité du pays est faible, avec moins de 15 lignes mobiles pour 100 habitants en 2006, mais reste en progression constante, notamment à Dar-es-Salaam. Le réseau est désormais dans sa grande majorité numérique et la pénétration dans les zones urbaines s'accélère[9].

En 2005, la partie continentale du pays a modifié son système d'attribution de licences pour copier celui appliqué avec succès par la Malaisie à la fin des années 1990 : d'un système "vertical" (droit d'opérer un réseau de télécoms OU de radiodiffusion et de fournir des services sur celui-ci), on est passé à une approche "horizontale" (la licence permet de posséder un réseau de télécommunications ET de radiodiffusion, mais une licence distincte est attribuée pour fournir les contenus et services sur ledit réseau). Cette réforme, la première de ce type sur le continent africain, a permis aux investisseurs de se concentrer sur leur métier de base (infrastructures ou services) et sur un maximum de secteurs simultanément. Cette réforme a permis l'augmentation des investissements directs étrangers, et devrait favoriser à terme l'arrivée rapide de services téléphoniques par le biais de la télévision câblée, de la télévision par téléphone, et de l'internet sur tous les médias existants : la Tanzanie est le premier pays africain à s'être adapté aux phénomène de convergence des technologies.

La Tanzania Telecommunications Company (TTCL) est le seul fournisseur d'accès fixe sur le continent, son alter ego Zantel, une compagnie privée opérant depuis Zanzibar, visant à prendre pied dans le reste du pays à court terme. La TTCL était en situation de monopole jusqu'à sa privatisation partielle en 2001: cinq opérateurs mobiles se partagent désormais les licences pour l'ensemble du pays. Conséquence de cette concurrence accrue, les prix des services ont diminué de plus de la moitié en cinq ans[11]. Comme dans la plupart des pays en voie de développement, l'absence d'infrastructures dans un pays à la densité de population faible favorise grandement le développement de la téléphonie mobile : 97 % de la population peut en théorie avoir accès à un réseau mobile[12].

La compagnie de chemins de fer a également déposé une demande de licence pour opérer le long de la ligne Dar es Salaam - Mwanza[13]. Le pays a également été sélectionné pour la mise en route d'un projet-pilote de télécentre à Sengerema (près de Mwanza). Ce projet, mené en coopération avec l'UIT et l'UNESCO (et peut-être la FAO et d'autres acteurs potentiellement intéressés), vise à développer un centre multi-services capable de coordonner les activités commerciales, agricoles et gouvernementales[13].

Internet[modifier | modifier le code]

Le marché est dominé par trois fournisseurs d'accès qui obtinrent leur licence lors du premier appel d'offre en 1996 : les conditions d'obtention se résument à 100 000 dollars de frais, plus 5 % de redevance sur tous les services à valeur ajoutée. Les trois opérateurs dépendent de capitaux internationaux, avec participation locale dans le cas de Datel (coopération entre Nexus International, entité appartenant à France Télécom, et TTCL). L'université de Dar es Salaam dispose également d'une licence, mais celle-ci (gratuite) est limitée à la communauté universitaire et elle ne peut en faire commerce avec le grand public[13]. Les fournisseurs d'accès devant passer par les bandes satellitaires pour accéder à l'international, la mise en place d'Eassy (pour East African Submarine Cable System), un câble sous-marin de 9 900 km en chantier de fin 2008 à mi 2011, relie la côte est-africaine au reste du monde, et devrait permettre de faire baisser les coûts de connexion.

Les cybercafés sont désormais omniprésents dans les villes du pays, mais les efforts du gouvernement pour développer l'accès de la population à internet ont eu, au moins dans les premiers temps, un impact particulièrement limité : l'utilisation voire la connaissance du réseau des réseaux reste marginale[14] limitée essentiellement aux zones à forte concentration urbaine.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Tanzanie.
Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

La Tanzanie est peuplée de 44,929,002 habitants en décembre 2012. Le taux d'alphabétisation est de 69,4 % pour les personnes de plus de 15 ans[3] Sur le continent, 99 % de la population est d'origine africaine (dont 95 % de bantous répartis en plus de 130 ethnies), le 1 % restant étant représenté par des Asiatiques (260 000), Européens (20 000) et Arabes (70 000). À Zanzibar, la population est constituée d'un mélange plus homogène d'Africains et d'Arabes.

La Tanzanie accueille sur son territoire plus de 500 000 réfugiés provenant principalement du Burundi et de la République démocratique du Congo.

Santé[modifier | modifier le code]

Le taux de fécondité est estimé à 5 enfants par femme tandis que le taux de mortalité infantile est de 66,93 pour mille[3]. L'espérance de vie est de 52,85 ans en 2011, environ 14 ans de moins que l'espérance de vie moyenne dans le monde. L'âge moyen total est de 18,5 ans, pour les femmes de 18,7 ans et pour les hommes de 18,2 ans. La croissance démographique annuelle est de 2,5 %.

On relève la présence de plusieurs maladies infectieuses[15] :

  • de la dengue
  • de la fièvre jaune
  • de la fièvre de la vallée du Rift
  • du paludisme, maladies dont une forme sévère touche Dar Es Salaam.
  • du choléra. Il est endémique, en particulier sur l'ile de Zanzibar et à Dar es Salaam et prend souvent la forme d'une épidémie.
  • de la Trypanosomiase (maladie du sommeil) notamment dans les grands parcs animaliers du pays. La maladie du sommeil reste cependant rare en Tanzanie.
  • du sida en particulier (8,8 % soit 1,6 million de personnes, 12e rang mondial).

Éducation[modifier | modifier le code]

À l'époque coloniale[modifier | modifier le code]

L'arrivée de l'éducation en Tanzanie remonte à l'époque coloniale. En effet, la colonisation a entrainé l'apparition de la scolarisation dans le pays, sur un modèle occidental puisque l'Allemagne est la dite colonisatrice. Sa politique d'enseignement est calqué sur ce qu'on appelle l'assimilationnisme. Viens ensuite le modèle britannique, lorsque l'Allemagne ne possède plus la Tanzanie, qui est basé sur le différentialisme. Ces façons d'enseigner ont profondément marqué le modèle éducatif Tanzanien. Peu avant l'Indépendance, le système scolaire est caractérisé par une forte ségrégation des Européens, des Asiatiques (Asiatiques principalement venue d'Inde) et des Africains, au détriment de ces derniers. Quoi qu'il en soit, les deux puissances colonisatrices n'ont jamais considéré l'éducation en Tanzanie comme un souci majeur, un point important de leur politique coloniale. Cela a laissé une importante séquelle pour l'avenir (pendant l'Indépendance), avec un système éducatif très peu rodé et très fragile.

Avec l'indépendance[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée de l'Indépendance, et Julius Nyerere au pouvoir, le problème de la discrimination raciale au sein de l'éducation devient une priorité absolue pour le premier président Tanzanien. C'est donc une volonté de changement radical qui apparait ici, avec la politique éducative pour l'autosuffisance mise en place à la fin des années 1960. Avec Nyerere au pouvoir, l'éducation va prendre une nouvelle figure. Sa vision de l'éducation va partager les avis, certains verront en elle quelque chose de novateur, pour d'autres au contraire, elle ne serait que la continuité d'une éducation de colonie. Cette éducation porte le nom de Education for Self-reliance notée ESR. Elle est considérée par les dirigeants (comme dans de nombreux pays Africains) comme un moteur de développement mais aussi, et surtout, comme un moyen de faire un certain type de société. Cependant, l'éducation ne permit pas de constituer le type de société souhaité, ceci en partie dû à la crise économique des années 1980. Cette crise fit intervenir le FMI en Tanzanie, sous la demande du président A.H.Mwinyi, FMI qui regarda les institutions éducatives présentes et qui remania le système avec certains plans d'ajustement structurel. Le Ministère de l'éducation nationale vit son budget resserré, ce qui limita encore le champ et la liberté d'action des politiques Tanzaniennes en matière d'éducation[16].

Aujourd'hui, l'alphabétisation est définie en Tanzanie par : tout individu de plus de 15 ans capable de lire et d'écrire le Swahili, l'Anglais ou encore l'Arabe. Ce chiffre s'élève à 69,4 % de la population en 2011, et plus précisément : 77,5 % des hommes, 62,2 % pour les femmes[17]. Ainsi, la Tanzanie se classe au 167e rang mondial en matière d'alphabétisation. Les dépenses pour l'éducation étaient de 6,8 % du PIB en 2008[3]. La scolarité et la vie professionnelle sont souvent réservées aux hommes.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de la Tanzanie.
Porte sculptée à Zanzibar

La Tanzanie est largement influencée par la culture swahilie de Zanzibar. D'une manière plus générale, l'ensemble du pays conserve les traces de la présence arabe, qui s'est diffusée le long des routes des caravanes entre la côte et les actuels pays des grands lacs dès la fin du XIXe siècle. Cette influence se repère dans différents aspects culturels, comme l'architecture, les vêtements, et surtout la religion (un tiers environ de la population est de confession musulmane, les deux autres étant chrétien et animiste). Depuis l'introduction du libéralisme économique au milieu des années 1980 et de la démocratisation de la vie politique dans les années 1990, les grandes villes sont également soumises à une occidentalisation relative, très visible dans les choix vestimentaires et les goûts musicaux.

Les deux langues officielles sont le kiswahili ou swahili (appelé Kiunguja à Zanzibar) et l'anglais mais il existe d'autres langues véhiculaires comme l'arabe ou le gujarati, cette dernière parlée par des communautés originaires du sous-continent indien. Le pays compte plus de 120 groupes ethniques, chacun ayant conservé sa langue. On note toutefois que l'influence du kiswahili a contribué à un affaiblissement du poids des langues locales. Ce fait est surtout notable en milieu urbain, où l'on assiste à la naissance de la première génération de Tanzaniens ne maitrisant qu'une des langues de leur pays, le kiswahili.

Mosquée de Moshi

De nombreuses femmes sont mères au foyer. Beaucoup contribuent toutefois aux revenus du ménage par des travaux informels, comme vendeuses de repas dans la rue (mama ntilie en kiswahili).

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Jour de l'An New Year's day
12 janvier Jour de la révolution de Zanzibar Zanzibar revolution day
26 février Jour du prophète prophet's day
Vendredi Saint Good Friday
Dimanche de Pâques Easter
Lundi de Pâques Easter Monday
7 avril Fête des Héros Heroes day Zanzibar seulement
26 avril Jour de l'Union Union day Date anniversaire de l'union entre le Tanganyika et Zanzibar
1er mai Fête du travail Labor day
7 juillet Saba saba Saba saba day célèbre la fondation de la Tanganyika African National Union en 1954
8 août Nane nane Nane nane day Fête des paysans
Fin du Ramadan Eid-El-Fitril Fin du Ramadan
14 octobre Fête de Nyerere Nyerere day célèbre le jour de la mort de Julius Nyerere
Fête du mouton Eid-El-Haji
9 décembre Fête de l'Indépendance Independance day Fête Nationale célébrant l'indépendance du Tanganyika le 9 décembre 1961
25 décembre Jour de Noël Christmas day
26 décembre Après Noël Boxing day

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Islam en Tanzanie.

Les religions les plus représentées sont le christianisme (62 %) et l'islam (35 %)[18]. Les autres religions représentent 3% de la population. 99 % de la population de Zanzibar est musulmane. Le fort développement des Églises pentecôtistes est un fait récent. À noter : la présence importante de luthériens dans la communauté protestante, héritage visible de la colonisation allemande. Le christianisme progresse de plus en plus vite dans ce pays notamment grâce à la très forte croissance des Églises pentecôtistes.

Les catholiques de Zanzibar seraient persécutés par un groupe de musulmans, majoritaires sur l'île, sur fond politique indépendantiste[19].

Codes[modifier | modifier le code]

La Tanzanie a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) [PDF] « Human Development Report 2010 » (consulté le 2 novembre 2011)
  2. Site officiel de l'armée tanzanienne, consulté le 18 janvier 2013
  3. a, b, c, d et e (en) « The World FactBook », sur CIA (consulté le 2 novembre 2011)
  4. Edward S. Mkiaru, « Tanzania paper on transport and communication: infrastructure development and transit trade facilitation »,‎ 2004 (consulté le 20 avril 2008)
  5. Dar es Salaam - Kigoma (central), Dar es Salaam - TAZARA, Mtwara - Tunduma, Tanga.
  6. a et b (en) African Rural Energy Enterprise Development, « "The Energy Sector in Tanzania" »,‎ post-2000(?) (consulté le 18 juin 2011)
  7. a, b, c et d (en) Mbendi, « "Tanzania:Electrical Power" » (consulté le 18 juin 2011)
  8. Almanach UIT
  9. a, b, c et d Ministère de la communication et des transports, « National Information and Communications Technologies Policy » (consulté le 13 avril 2008). Cette politique fait elle-même partie du plan de développement 2025.
  10. Prohibition Order on Electronic Computers and Television Sets
  11. Tanzania Communication Regulatory Authority, « "Average Voice Tariff Trend (2000-2006)" » (consulté le 13 avril 2008)
  12. Emerging Markets, « Tanzania Telecom Sector Report » (consulté le 13 avril 2008)
  13. a, b et c Balancing Act, « News Update » (consulté le 13 avril 2008)
  14. Stephen M. Mutula, Mzee M.M.M. Ahmadi, "Contradictions of Tanzania Government policies on Internet service provision: case study of Dar es Salaam city", Library Hi Tech 20(3):359-369, 2002.
  15. [France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères et européennes TANZANIE
  16. etudesafricaines.revues.org
  17. Indexmundi
  18. (en) U.S. Department of State
  19. (fr) L'Église catholique de Tanzanie se dit persécutée par un groupe de musulman

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Baroin et François Constantin (dir.), La Tanzanie contemporaine, Karthala, Paris ; IFRA, Nairobi, 1999, 359 p. (ISBN 978-2-86537-912-5)
  • Tanzanie & Zanzibar (traduit de l'anglais par Catherine Ianco et al.), Gallimard, Paris, 2009, 344 p. (ISBN 978-2-7424-2502-0)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) These hands, film de Flora M'Mbugu-Schelling, CNC, Paris, 2008, 46' (DVD)
  • (es) Al otro lado del Tanganika, film documentaire espagnol, 2006
  • (fr) Au pays des dhows, film de Serge Montagnan et Emmanuel Pons, Université de La Réunion, 2006, 21' (DVD)
  • (fr) Le Cauchemar de Darwin, film de Hubert Sauper, Ad Vitam, Paris, MK2 éd., 2008, 138' (DVD)

Liens externes[modifier | modifier le code]