Fernando Pessoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pessoa.

Fernando Pessoa

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fernando Pessoa à vingt-six ans.

Nom de naissance Fernando António Nogueira Pessoa
Autres noms Bernardo Soares, Alberto Caeiro, Ricardo Reis, Alvaro de Campos
Activités Écrivain, poète
Naissance 13 juin 1888
Lisbonne, Royaume de Portugal
Décès 30 novembre 1935 (à 47 ans)
Lisbonne, Portugal
Langue d'écriture Portugais, Anglais

Signature

Signature de Fernando Pessoa

Fernando António Nogueira Pessoa[note 1] est un écrivain, critique, polémiste et poète portugais trilingue[1] (anglais, dans une faible mesure français[note 2], et principalement portugais). Né le 13 juin 1888 à Lisbonne, ville où il meurt des suites de son alcoolisme le 30 novembre 1935, il a vécu une partie de son enfance en Afrique du Sud.

Théoricien de la littérature engagé dans une époque troublée par la guerre et les dictatures, inventeur inspiré par Cesário Verde[2] du sensationnisme[cf 1], ses vers mystiques et sa prose poétique ont été les principaux agents du surgissement du modernisme au Portugal.

« ... est-ce que je sais que je vis, ou bien seulement que je le sais[note 3] ? »

— Poèmes inconnus d'Alberto Caeiro[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pessoa flâneur, poète de l'errance[4], auteur d'une flânerie, Lisbon revisited, et d'un guide touristique posthume anglais.
Fernando Pessoa invitant à rejoindre sa table au café A Brasileira dans le Chiado.
Maria Magdalena Pinheiro Nogueira, sa mère.

Fernando Pessoa est porté le 21 juillet 1888 sur les fonts baptismaux par le général Chaby sous le patronage de son prétendu aïeul Fernando de Bulhões dont la fête coïncide avec le jour de sa naissance.

Enfance orpheline (1888-1898)[modifier | modifier le code]

Maison natale, aujourd'hui musée.
Le petit Fernand en 1894 portant le deuil de son père et de son frère.

L'enfant, qui a grandi en face de l'opéra de Lisbonne, 4 place Saint-Charles dans le quartier du Chiado, perd à l'âge de cinq ans son père, emporté le 13 juillet 1893 dans sa quarante quatrième année par la tuberculose. Ce père, Joaquim de Seabra Pessoa (pt), fils d'un général qui s'était illustré durant la Guerre civile portugaise, travaillait comme fonctionnaire du secrétariat à la Justice et publiait régulièrement des critiques musicales dans le Diário de Notícias (il a en outre publié une brochure sur le Hollandais Volant). Le 2 janvier 1894, c'est au tour de son frère né en juillet 1893, Jorge, de mourir. Le garçon, alors que la famille a dû en novembre emménager avec une grand-mère maternelle dans une maison plus modeste 104 rue Saint Marcel, s'invente un double, le Chevalier de Pas (pt)[note 4], et dédie un premier poème annonciateur de prédilections futures À ma chère maman[cf 2].

Sa mère, Maria Magdalena Pinheiro Nogueira (pt), îlienne de Terceira, femme de culture quadrilingue et versificatrice à ses heures, de qui le père, directeur général du ministère de la Reine, fréquentait entre autres personnalités le poète Tomás Ribeiro (pt), avait appris l'anglais auprès du précepteur des infants. Elle s'était remariée, par procuration, en décembre 1895 avec le consul du Portugal à Durban, le commandant João Miguel Rosa, qui lui avait été présenté à Lisbonne quatorze mois plus tôt, avant la nomination de celui-ci. Elle embarqua avec son fils le 7 janvier 1896 pour rejoindre son nouvel époux au Natal, colonie autonome d'Afrique du Sud, où l'éducation de l'enfant se poursuivit en anglais. Celui-ci franchit en deux années les quatre de l'enseignement primaire dispensé par les sœurs irlandaises et françaises de l'école catholique Saint-Joseph[note 5].

Adolescence anglaise (1899-1904)[modifier | modifier le code]

Beau-père et mère.
Étudiant anglais prometteur.

Introverti et modeste dans ses échanges, Fernando Pessoa se montre un frère amuseur en organisant des jeux de rôles ou en faisant le clown devant la galerie, attitude ambivalente qu'il conservera toute sa vie[1].

Devenu le crac solitaire[5] et inapte au sport[6] du lycée de Durban (en) (il est premier en français en 1900), il est admis en juin 1901 au lycée du Cap de Bonne Espérance (en). C'est l'année où meurt sa seconde demi-sœur, Madalena Henriqueta, âgée de deux ans[note 6], et où il s'invente le personnage d'Alexander Search dans lequel il se glisse pour écrire des poèmes, en anglais, langue qui restera, sans exclusivité[cf 3], celle de son écriture jusqu'en 1921. Il y en aura cent dix-sept, le dernier datant de 1909[7]. Ses tentatives d'écrire des nouvelles, parfois sous le pseudonyme de David Merrick ou de Horace James Faber, sont des échecs.

Cependant, à la rentrée scolaire, il est avec sa famille sur le paquebot qui conduit via Alexandrie le corps de sa sœur jusqu'à une sépulture lisboète. En mai 1902, le voyage familial se prolonge aux Açores où habite la famille maternelle. Sa belle-famille, rentrant sans lui, le laisse visiter de son côté sa famille paternelle à Tavira en Algarve. C'est seul qu'il regagne Durban en septembre. Préparant seul son entrée à l'université, il suit parallèlement des cours du soir au Lycée de Commerce de Durban. En novembre 1903, il est lauréat d'anglais, sur huit cent quatre-vingt-dix-neuf candidats[8], à l'examen d'admission à l'Université du Cap de Bonne Espérance.

C'est toutefois de nouveau au lycée de Durban qu'il suit l'équivalent d'une khâgne. Ébloui par Shakespeare, il compose alors, en anglais, Le Marin[9], première et seule pièce achevée des cinq œuvres dramatiques qu'il produira[10]. Il est publié pour la première fois en juillet 1904 par Le Mercure du Natal (en) pour un poème[note 7] signé Charles Robert Anon, comme anonyme. Le journal du lycée de décembre 1904 révèle par un article intitulé Macaulay ses talents de critique[8]. Il achève ses études « undergraduate » en décembre 1904 en obtenant précocement le diplôme « Intermediate Examination in Arts ».

Immigré à Lisbonne, exilé à soi-même (1905-1911)[modifier | modifier le code]

La dictature ne favorise pas la jeunesse. Les plus riches s'exilent à Paris. Fernando Pessoa rêve alors de s'éditer lui-même. C'est un échec.

En 1905, à l'âge de dix-sept ans, il part pour Lisbonne vivre auprès de sa grand-mère paternelle atteinte de démence à éclipses, Dionísia Perestrelo de Seabra, laissant sa mère à Durban, ce dans le but de devenir diplomate. Une santé fragile qu'il tente de maintenir par psychothérapie et gymnastique suédoise lui fait perdre une année universitaire et en octobre de l'année suivante, il s'inscrit au Cours Supérieur de Lettres, qui n'était pas encore faculté, mais son cursus est compromis par sa participation aux grèves estudiantines suscitées par le coup d'État du dictateur João Franco.

Fernando Pessoa à vingt ans en 1908. Devenu indépendant, tout en poursuivant en autodidacte des études littéraires et philosophiques, il entre alors dans la vie active et simultanément en écriture.

À la mort de sa grand-mère en août 1907, il se fait engager par l'agence américaine d'information commerciale R.G. Dun & Company (en). En septembre, il utilise la part d'héritage que sa grand-mère lui a laissé, pour ouvrir, 38 rue de la Conception de Gloire, un atelier de typographie et d'édition intitulé Ibis[note 8] et écrit sa première nouvelle aboutie, A Very Original Dinner, récit d'humour noir et de cannibalisme. En quelques mois, l'affaire tourne au désastre financier et en 1908 il se fait embaucher au journal Comércio comme « correspondant étranger ».

Il trouve également à travailler comme rédacteur de courrier commercial et traducteur indépendant pour différents transitaires du port. C'est en tant que traducteur commercial qu'il tirera jusqu’à la fin de sa vie son revenu de subsistance, revenu précaire qui l'aura fait passer par vingt maisons différentes, parfois deux ou trois simultanément.

C'est encore en 1908 qu'il inaugure une recherche intérieure, « une longue marche vers soi, vers la connaissance[11] » d'un soi qui se révèle multiple, sous la forme d'un journal intime transcrivant dans ce qui devait devenir un drame en cinq actes, Tragédie subjective[12], le monologue de Faust, monologue qui ne s’arrêtera qu'avec la mort de l'écrivain et dont seuls des fragments ont été publiés[11]. Cette quête intérieure répond à une errance physique, de chambre louée en chambre louée, de quartier en quartier, qui ne cessera qu'en 1921 et se ponctue de crises cénestopathiques[13],[cf 4].

Conscient de son état[13], il lit en 1910 Max Nordau, qui décrit le fou comme un dégénéré enfermé dans une subjectivité artistique, lecture qui le persuade que son génie à objectiver la perception du monde l'écarte[14],[cf 5] de la folie[15]. Aussi[16], en 1911, commence-t-il la rédaction, en anglais, de poèmes sensationnistes. Dépassant l'interprétation symboliste[17] des correspondances de Baudelaire, le poète tend à travers celles-ci à restituer une perception non teintée de subjectivité d'un au-delà présent[18]. Il réalise ainsi le projet nietzschéen d'une tragédie délivrée du moi de l'artiste[19]. Il est conforté dans le sens mystique d'un tel dépassement par les expériences de dépersonnalisation décrites par Edgar Poe, écrivain qu'il a beaucoup lu depuis son arrivée à Lisbonne[20] et qu'il traduira[21] à l'instar d'un Mallarmé[22] qu'il a également étudié de façon approfondie[23]. Après le refus de Constable & Robinson (en) de l'éditer, le 6 juin 1917[24], l'expérience sensationniste s'achèvera là[25] sous cette forme, laissant place entièrement au projet futuriste, avant d'être repris comme testament de l'artiste. Les cinquante-deux poèmes composant The Mad Fiddler ne seront publiés qu'après 1979[26], quatre autres volumes et une tragédie en anglais, que l'auteur jugeait imparfaits, restant inédits[27].

Du critique au pasticheur maniaque (1912-1914)[modifier | modifier le code]

Fernando Pessoa en 1914.

En 1912, il publie sa première critique en portugais[note 9] suivies de deux autres[note 10] dans la revue nostalgiste (pt) L'Aigle (pt), organe de la Renaissance Portugaise (pt). Introduit par le frère de son beau-père, le général retraité Henrique Rosa, il entre dans le groupe Orpheu (pt)[note 11], cercle littéraire qui se forme autour de celui-ci et qui se réunit au moderne café A Brasileira. Il propose régulièrement de publier leurs créations[28] à Alvaro Pinto, rédacteur de L'Aigle dans laquelle il prophétise la venue d'un « super Camoens[29] ». À la fin de l'année, il trouve un hébergement, qu'il conservera jusqu'à la guerre, chez sa marraine et tante maternelle, Ana Luísa Pinheiro Nogueira dite Anica, 18 place des Carmes.

C'est alors, en 1913, qu'il verse dans l'ésotérisme et qu'il entame en la « personne » lusophone de Bernardo Soares, la rédaction décousue du Livre de l'intranquillité qui s'étalera également jusqu'à la mort de l'écrivain[30]. La même revue, L'Aigle, innove en en publiant un extrait, Dans la forêt du songe, premier poème en prose portugaise, et entérine la mutation, fortement encouragée par l'amitié du poète, dramaturge et nouvelliste Mário de Sá-Carneiro, du critique en poète. Cependant une divergence grandit entre les écrivains avides d'ouverture que soutient Fernando Pessoa et la ligne nostalgiste de L'Aigle[31]. En deux jours, du 11 au 12 octobre, Fernando Pessoa reprend le manuscrit de sa pièce Le Marin qu'il destinait au public anglais dans le but de surpasser en raffinements le prix Nobel de littérature Maurice Maeterlinck[32], ce à quoi il parvient excessivement[33].

En février 1914, Renascença (« Renaissance ») publie dans ce qui fut l'unique numéro de la revue[note 12] ses poèmes Impressions du crépuscule et O cloche de mon village qui rallient la jeune garde littéraire à la bannière d'une forme de post-symbolisme initié par Camilo Pessanha (pt), le paulisme (pt) ou succédentisme[34]. Dès lors, il se sentira, comme maints de ses prédécesseurs portugais, investi d'une mission de promouvoir une sorte de révolution culturelle pour sauver la nation de la stagnation[35]. En l'occurrence[35], il se fait une religion de l'intersectionnisme[cf 6] ou « sensationnisme à deux dimensions[36] », application à la littérature du simultanéisme[37] qu'avaient expérimentée Apollinaire[38] et Sá-Carneiro[39]. Le 8 mars 1914[40], lui apparait[40] au cours d'une transe « l'hétéronyme » Alberto Caeiro, syncope de Carneiro, qui, pendant plusieurs jours, lui dicte[41] en portugais les trente neuf poèmes en vers libres du Gardeur de troupeau. Suivront les deux disciples de cette allégorie du Poète[42], le portuan Ricardo Reis, Richard Rois, figure intellectuelle[42] auteur des Odes, et le judéo algarvois Alvaro de Campos, Aubéron des Champs, écrivain du cœur[42] qui lui rédigera « sans pause ni rature[41] » les quelque mille vers de l'Ode maritime.

Le génie du modernisme (1915-1919)[modifier | modifier le code]

Le n° du 28 juin 1915 dont la rédaction était dirigée par Pessoa & Sá-Carneiro sera le dernier de la revue.

L'effervescence du moment est amplifiée par le retour consécutif à l'entrée en guerre de la France d'une jeunesse exilée, durant le régime de João Franco, à Paris où elle a vécu les expériences d'un surréalisme[note 13] naissant[43].

Le 28 mars 1915, avec son alter ego[44] Mário de Sá-Carneiro et l'argent du père de celui-ci[45], ainsi que d'autres artistes engagés contre les mouvements réactionnaires opposés ou favorables à la Première République, Fernando Pessoa lance une revue, Orpheu (pt), référence à l'orphisme[37],[note 14]. Plus qu'une revue moderne et plus qu'un objet d'art, Orpheu se veut un acte créateur et même l'art en acte. Calligrammes, vers libres, détournement de la ponctuation, éclectisme de l'orthographe et des styles, néologismes, archaïsmes, anachronismes[46], ruptures et synchronie du discours, paradoxes amphigouriques et antithèses ironiques[47], ekphrâsis[48] à satiété, interjections[cf 7], pornographie[49] et allusions homosexuelles[50], outrances déclenchent le fracas dans toute la presse lisboète et jusqu'en province[51]. L'avant-gardisme provocateur et suicidaire de la revue, la dénonciation d'une sexualité bourgeoise et hypocrite[52],[cf 8], le défi lancé à une littérature compassée et conformiste, le mépris affiché pour une critique étouffante choquent tant celle-ci que le public et révèlent au sein de la rédaction des clivages politiques envenimés par une diatribe[note 15] de Fernando Pessoa contre le chef du Parti Républicain, Afonso Costa. C'est à cette occasion qu'il « tue » le maître sensationniste[9] Alberto Caeiro. Malgré les maquettes qu'il s'obstinera à concevoir, la revue ne survit pas à l'opposition du pseudo[note 16] éditeur, António Ferro (pt) et au suicide dandy[53],[note 17] de Mário de Sá-Carneiro. Elle ne comptera que deux numéros (premier et deuxième trimestre 1915 ; le troisième numéro imprimé ne fut pas diffusé).

Thème astral de l'hétéronyme Ricardo Reis élaboré par Pessoa. Après le deuil de Sá-Carneiro, traduction des ouvrages de théosophie et séances de spiritisme lui ont été un secours au point d'envisager la carrière d'astrologue[54].

En septembre 1917[55], en pleine guerre, Alvaro de Campos, inspiré par le Manifeste du futurisme du nationaliste italien Marinetti, appelle, par un Ultimatum aux générations futuristes portugaises du XXe siècle[note 18] publié dans le premier et dernier numéro de la revue Portugal futuriste (pt), au renvoi de tous les « mandarins » européens[note 19] et à l'avènement d'une civilisation technicienne de surhommes. Quelques mois après, en 1918, parce qu'ils contiennent des insultes[note 20] tant contre les Alliés que contre le Portugal qui attisent les divisions entre germanophiles et républicains[56], la police de Sidónio Pais, dans les suites de l'arrestation d'Afonso Costa et du coup d'état du 5 décembre 1917[57] que pourtant Fernando Pessoa approuve, saisit les exemplaires restants et poursuit les auteurs[55] au prétexte qu'un des dix poèmes d'Almada Negreiros y figurant, Apologie du triangle féminin, est pornographique[58]. Inversement, Antinoüs, poésie où passion charnelle et spiritualité s'entremêlent, et 35 sonnets, plus élizabethains que Shakespeare lui-même[59] et tout emprunts de métaphysique, valent à Fernando Pessoa une critique élogieuse venue de Londres[60].

L'écrivain mélancolique (1920-1928)[modifier | modifier le code]

En 1920, il s'installe à Campo de Ourique (pt), un quartier de Lisbonne, au 16 rue Coelho da Rocha, avec sa mère invalide devenue une seconde fois veuve et bientôt reléguée dans un hospice de Buraca, campagne du nord-ouest de Lisbonne. Il déserte désormais le café A Brasileira pour l'antique café Martinho da Arcada, place du Commerce. Une correspondance amoureuse et une relation intense avec une secrétaire de dix-neuf ans très entreprenante[61] rencontrée en janvier chez un de ses employeurs[note 21], Ofélia Queiroz, coïncide avec un état qui lui fait envisager son propre internement et se solde en octobre par la rupture.

La prestigieuse revue londonienne Athenaeum avait publié le 30 janvier de cette année Meantime[62],[cf 9], un des cinquante-deux poèmes de The Mad Fiddler qui avait été refusé en 1917, classant ainsi son auteur au Parnasse anglais. L'année suivante, il fonde avec deux amis la librairie Olisipo[note 22] qui opère également comme maison d’édition. Celle-ci publie English Poems en trois séries[63]. À partir de 1922, il donne de nombreux textes à la revue littéraire Contemporânea[note 23]dont Le banquier anarchiste, brûlot à l'humour provocateur[64] fustigeant tant l'ordre bourgeois que l'intellectualisme des révolutionnaires[65],[note 24]. Destinée à une traduction anglaise, ce fut la seule œuvre que l'auteur considéra comme achevée[66] quoique la naïveté de sa construction la fit dédaigner des spécialistes[67]. En octobre 1924, il fonde avec Ruy Vaz la revue de poésie Athena dans laquelle il continue de publier mais en portugais.

Fernando Pessoa à quarante ans, martyr[68] de la génération montante des modernes.

Le 17 mars 1925, il perd sa mère, dont il ne désespérera jamais retrouver par delà la mort l'affection[69] éteinte par la maladie, renonce à poursuivre sa revue Athena, et c'est sa première demi-sœur Henriqueta[note 25] et son beau-frère, le colonel Caetano Dias, qui viennent habiter avec lui. En 1926, alors qu'il envisage à son tour le suicide[70], un de ses demi-frères le fait venir à ses côtés à la direction de la Revue de Commerce et de Comptabilité.

À partir de 1927, il est, avec maints de ses jeunes admirateurs[note 26], un des collaborateurs de la nouvelle revue Presença (pt), laquelle revendique la ligne moderne de l'éphémère revue Orpheu. En 1928, il publie dans la brochure gouvernementale L'interrègne[note 27] une Justification de la dictature militaire au Portugal, appelant à la remise en ordre du pays et soutenant la répression militaire de février 1927, position qu'il regrettera et reniera après l'instauration de la dictature civile[63]. Alvaro de Campos écrit son désenchantement ironique dans Bureau de tabac[cf 10] et lui-même entame à partir de son poème Mer portugaise publié en 1922 dans Contemporânea la rédaction de ce qui deviendra Message.

Fidèle à l'esthétique paronomastique du futurisme que lui avait fait partager Mário de Sá-Carneiro de trouver la poésie dans la réclame, il forge cette même année le slogan pour Coca-Cola nouvellement implanté au Portugal[note 28]. Il concevra aussi la publicité d'une laque pour carrosseries d'automobiles[71].

Approfondissements intérieurs (1929-1935)[modifier | modifier le code]

En septembre 1929, il renoue avec Ofélia, seule histoire d’amour qui lui soit connue, mais leur liaison ne connaîtra pas de suite après 1931. En septembre 1930, il rencontre, en tant que disciple gnostique de la société secrète dite de l'Ordre des Templiers[63],[note 29], le thélémite Aleister Crowley, qu'il avait impressionné au cours de leur correspondance par son érudition astrologique, alors que celui-ci est de passage en compagnie d'une « magicienne » de dix-neuf ans, Hanni Larissa Jaeger[note 30]. La farce du faux suicide de son hôte à la Boca do Inferno (pt) à Cascais[72], rivage prédestiné à l'ouest de Lisbonne, est tout à fait dans l'esprit mystificateur du poète et devait servir, en alertant toutes les polices d'Europe, au lancement d'une série[73] de romans policiers qui restera à l'état d'ébauche[74], les enquêtes du Docteur Parcequime, déchiffreur[73],[note 31] qui se seraient voulues une méthode d'investigation[75] de la criminalité de l'homme[76]. Fernando Pessoa fait l'objet d'un article paru à Paris[77].

En 1931, il écrit Autopsychographie[78],[cf 11], art poétique en trois quatrains. Il observe la mode du « freudisme » auquel il reproche de rabaisser l'homme au sexe[79] tout en prétendant dépasser la psychanalyse[80] et conçoit une nouvelle en forme d'étude psychiatrique, Marcos Alves[81]. Sa candidature au poste de bibliothécaire du musée de Cascais est rejetée en 1932. En 1933, paraissent les premières traductions de ses textes[82]. Dans un poème[83], il rationalise son sentiment d'une vie double, l'une rêvée et vraie, l'autre vécue et fausse.

En 1934, il publie son premier recueil en portugais, Message. Ces quarante cinq poèmes mystiques composent en trois parties une sorte d’épopée rosicrucienne[84] dont le messianisme sébastianiste prophétise une humanité nouvelle et l'avénement du « Cinquième Empire de paix universelle[84] ». Présentés par ses soins au jury du prix Antero de Quental (pt) fondé l'année précédente par l'ex éditeur de la revue Orpheu, António Ferro (pt) devenu chef de la propagande de l'Estado Novo, ils lui valent de remporter le second prix, sa création étant jugée trop éparse pour un premier prix.

Fernando Pessoa vieilli prématurément peu avant son décès à l'âge de 47 ans.

À la suite d'un projet de loi d'interdire les sociétés secrètes, il publie dans la presse une apologie de la franc-maçonnerie[85] et des pamphlets contre Salazar. L’année suivante, il refuse d’assister à la cérémonie de remise de son prix présidée par celui-ci. En octobre, en guise de protestation contre la censure, il décide de cesser de publier au Portugal[84].

Il est enterré un mois et demi plus tard, le 2 décembre 1935, pauvre et méconnu du grand public, estimé d'un petit cercle d'amis. Le 29 novembre, veille de son décès et jour de son admission à l’hôpital Saint-Louis des Français pour une cirrhose décompensée, il écrivait son dernier mot, I know not what tomorrow will bring[24],[note 32]


I know not what tomorrow will bring

.

Ses œuvres complètes seront éditées de 1942 à 1946. Des recherches plus complexes ont permis de faire resurgir son théâtre en 1952 et des inédits en 1955 et 1956. L'inventaire dressé par la Bibliothèque nationale du Portugal à la suite de son achat, à l'hiver 1978-1979[26], des manuscrits aux héritiers a permis de composer un certain nombre de publications dont Le Livre de l'intranquillité en 1982 et Faust en 1988. Les articles publiés de son vivant ainsi que les manuscrits inédits font l'objet de reconstitutions qui paraissent sous formes d'essais ou de recueils.

L'homme fait œuvre[modifier | modifier le code]

Hétéronymie[modifier | modifier le code]

Fernando Pessoa. Hétéronymes.

Pessoa a créé une œuvre poétique multiple et complexe sous différents hétéronymes en sus de son propre nom :

Bernardo Soares est considéré par lui comme son semi-hétéronyme, plus proche de l'auteur orthonyme. Il signe aussi quelques textes en prose sous son propre nom, comme Le Banquier anarchiste. L'hétéronymie deviendra sa façon d'être. De multiples autres hétéronymes auront des fonctions diverses, de l'astrologie à l'auteur de rébus.

Il reste que les grands hétéronymes littéraires auront une telle force, seront à l'origine d'une création littéraire si unique que l'auteur leur trouvera même à chacun une biographie justifiant leurs différences. Fernando Pessoa deviendra « le cas Pessoa » pour grand nombre d'intellectuels, de critiques, de littérateurs, de simples lecteurs.

« Nombreux sont ceux qui vivent en nous ;
Si je pense, si je ressens, j’ignore
Qui est celui qui pense, qui ressent.
Je suis seulement le lieu
Où l’on pense, où l’on ressent.. »

— Version du je est un autre rimbaldien de Ricardo Reis, double philosophe de Fernando Pessoa[87].

Une œuvre transocéanique[modifier | modifier le code]

Prolifique et protéiforme, Pessoa est un auteur majeur de la littérature de langue portugaise dont le succès mondial croissant depuis les années quatre-vingt a été consacré par la Pléiade. Son œuvre, dont de nombreux textes écrits directement en anglais, a été traduite dans un grand nombre de langues, des langues européennes au chinois. Des hommes de théâtre, des chorégraphes, des compositeurs se sont désormais emparés de cette œuvre très riche pour des spectacles. Le cinéma également a produit des films inspirés par ce poète.

Pessoa a la singularité d'être simultanément un écrivain anglophone. En volume, approximativement un dixième de sa production est anglaise[88], nonobstant l'apport qualitatif de cette production à la littérature. Élevé à Durban, capitale du Natal britannique, brillantissime diplômé de l'Université du Cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud, c'est en tant que dramaturge shakespearien qu'il y commence en 1904 le métier d'écrivain et en tant que poète anglais qu'il le poursuit jusqu'en 1921 dans sa Lisbonne natale. De son vivant, sa production en portugais a été principalement celle d'un critique et les poèmes portugais qu'il a alors donnés l'ont été bien souvent pour le service de cette critique.

Pessoa a aussi écrit, souvent à des dates inconnues, en français, langue de la relation privilégiée avec une mère[69] réinventée par delà les conflits familiaux[89],[note 33]. Cinq dossiers de ses archives[90] regroupent ses poèmes français[91], sa prose française[92] et les traductions qu'il a faites de ses poèmes anglais[93]. De cette production, seuls trois poèmes ont été publiés : Trois chansons mortes [94], Aux volets clos de ton rêve épanoui, Le sourire de tes yeux bleus. Les poèmes français de Pessoa, tel Je vous ai trouvé, ressemblent plus souvent à des chansons.

Le portugais deviendra, cependant, la langue de sa grande créativité, la perfection de son anglais donnant en revanche à celui-ci un air factice[59]. Il affirmera avec force « ma patrie est la langue portugaise » alors même qu'il ne cessera[24] de penser en anglais, passant naturellement d'une langue à l'autre au cours d'un même écrit[95].

Écrivain posthume[modifier | modifier le code]

Les cendres de Fernando Pessoa, monument de la littérature, ont été transférées en 1988 pour le centenaire de sa naissance au Monastère des Hiéronymites à une centaine de pas de Camoens et Gama.
La fameuse malle, devant la « bibliothèque anglaise » de l'écrivain.
Escudos du centenaire.

De son vivant, Fernando Pessoa a régulièrement écrit dans des revues littéraires portugaises dont celles qu'il a créées. En outre, il a fait paraître en anglais deux ouvrages mais sa mort prématurée ne lui a laissé le temps de publier qu'un seul livre en portugais, qui eut toutefois un succès retentissant : le recueil de poèmes Message, en 1934.

À sa mort, on découvrit, enfouis dans une malle, 27 543 textes que l'on a exhumés peu à peu. Le Livre de l'intranquillité n'a été publié qu'en 1982 et son Faust en 1988. Tous ces manuscrits se trouvent depuis 1979 à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne.

Son apport à la langue portugaise a été comparé au cours de l'hommage national officiel rendu le jour anniversaire de sa naissance, en 1988, à celui de Luís de Camões.

Le nom ou l'image-symbole de Fernando Pessoa ont été donnés à de nombreuses institutions portugaises. Depuis 1996, il existe une Université Fernando Pessoa à Porto.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

  • Alexander Search, Un souper très singulier[note 34] inédit en langue originale (nouvelle gothique écrite en 1907 en anglais d'environ 60 pp).
  • Tsarkresko, in M.L. Machado de Sousa, O Horror na Literatura Portuguesa, Instituto de Cultura Portuguesa, Lisbonne, 1989 (conte gothique en anglais).
  • Le vainqueur du temps, inachevé, in Textos Filosóficos, vol. II, Ática, Lisbonne, 1968 (conte métaphysique).
  • Bernardo Soares, Le Livre de l'intranquillité, Ática, Lisbonne, 1982 (journal aphoristique).
  • Fables pour les jeunes nations, Pessoa Inédito, pp. 266-270, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993
    (cinq fables[note 35] auxquelles s'ajoute Soie rose, parue in Le Journal nº1, Lisbonne, 4 avril 1915).
  • Le Pèlerin, Mealibra nº 23, Centro Cultural do Alto Minho, Viana do Castelo (Portugal), 2009 (nouvelle d'environ 88 pp).
  • Le Banquier anarchiste, Contemporânea, Lisbonne, 1922 (pamphlet social).
  • Marcos Alves, inachevé, in T.R. Lopes, Pessoa por Conhecer - Textos para um Novo Mapa, Estampa, Lisbonne, 1990 (portrait psychologique).
  • Quaresma, déchiffreur, Assírio & Alvim, Lisbonne, 2008, 477 pages (nouvelles policières).

Essais en portugais[modifier | modifier le code]

Attribués à des hétéronymes[modifier | modifier le code]

Fernand Pessoa en flagrant délitre vers 1928.
  • Álvaro de Campos, Ultimatum, Portugal Futurista no 1, Lisbonne, 1917.
  • Álvaro de Campos, Notes en mémoire de mon maître Caeiro, in Textos de Crítica e de Intervenção, Ática, Lisboa, 1980 (étude littéraire posthume rassemblant autour d'articles publiés du vivant de l'auteur sous ce titre des manuscrits portant sur le même sujet).
  • António Mora, Introduction à l'étude de la métaphysique, titre prévu par l'auteur[96] d'un essai dont divers manuscrits écrits sous divers hétéronymes à différentes époques font la substance, in Textos Filosóficos, vol. I & II, Ática, Lisbonne, 1968.
  • António Mora, La morale, titre prévu par l'auteur[97] d'un essai dont la substance (morale de la Force, morale de la Domination de soi, morale de l'Idéal, l'Humilité, l'Ascétisme)[98] a été retrouvé dans divers manuscrits, in Textos Filosóficos, vol. I, p. 226, Ática, Lisbonne, 1968.
  • António Mora, Le retour des dieux, inachevé, in G.R. Lind & J. do Prado Coelho, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, Ática, Lisbonne, 1996 (apologie d'un retour à une religion polythéiste).
  • Bernardo Soares ou baron de Teive, L'éducation du stoïcien, Assirio & Alvim, Lisbonne, 1999 (essai sur le suicide).

Attribués à Fernando Pessoa[modifier | modifier le code]

  • Chronique de la vie qui passe in M.I. Rocheta & M.P. Morão, Ultimatum e Páginas de Sociologia Política, Ática, Lisbonne, 1980
    (recueil des articles parus dans cette rubrique du Journal en 1915).
  • Erostratus in Páginas de Estética e de Teoria Literárias, Ática, Lisbonne, 1966 (essai sur la création littéraire).
  • Recueil de critiques d'économie politique parus dans la presse, Páginas de Pensamento Político, vol. II, Publicações Europa-América, Mem Martins (Portugal), 1986.
  • Lisbonne: ce que le touriste doit voir, Livros Horizonte, Lisbonne, 1992.
  • Le Paganisme Supérieur, titre prévu par l'auteur[99] d'un recueil d'articles ésotériques et métaphysiques parus dans diverses publications posthumes.
  • Théorie de la République aristocratique, titre prévu par l'auteur[100] d'un essai dont des articles parus de son vivant dans des journaux et des manuscrits de nature sociologique et politique parus dans diverses collections posthumes font la substance.
  • De la dictature à la république, inachevé, in M.I. Rocheta & M.P. Mourão, Da República (1910 - 1935), Ática, Lisbonne, 1979 (histoire politique du Portugal moderne).
  • Le sens du sidonisme, inachevé, in M.I. Rocheta & M.P. Mourão, Da República (1910 - 1935), Ática, Lisbonne, 1979.
  • Le préjugé des révolutionnaires, inachevé, in M.I. Rocheta & M.P. Mourão, Ultimatum e Páginas de Sociologia Política, Ática, Lisbonne, 1980.
  • Cinq dialogues sur la tyrannie, inachevé, in M.I. Rocheta & M.P. Morão, Ultimatum e Páginas de Sociologia Política, Ática, Lisbonne, 1980 (défense de la liberté individuelle et dénonciation de la dictature).
  • Commerce et civilisation, traduit du portugais par Simone Biberfeld et Parcidio Gonçalves, Éditions de la Différence, Paris, 2012

Poésie portugaise[modifier | modifier le code]

De Fernando Pessoa, orthonyme[modifier | modifier le code]

Message, 1ª ed., 1934, troisième et dernier recueil de Pessoa publié de son vivant après ceux parus en anglais en 1918 et en 1921 (hormis son manifeste Ultimatum, les poèmes de la revue Athéna, les textes parus dans Orpheu et Contemporânea, ainsi que ses nombreux articles...)
  • Message, Império, Lisbonne, 1934.
  • Rubaiyat, trente deux quatrains.
  • Cancioneiro, titre[101] prévu par l'auteur[102] du recueil paru épars en éditions posthumes
    • Poésies, Ática, Lisbonne, 1942 (reprend en sus les poèmes parus en revue du vivant de l'auteur).
    • Poésies inédites, Ática, Lisbonne, 1956.
    • Œuvre poètique, José Aguilar, Rio de Janeiro, 1960.
    • Nouvelles poésies inédites, Ática, Lisbonne, 1973.
    • Œuvre poétique et en prose, vol. I, Lello, Porto, 1986.
  • Patés[note 36] d'un goût populaire, Ática, Lisbonne, 1965.
  • Pessoa inédit, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993 (poèmes satiriques).

D'Alberto Caeiro, hétéronyme[modifier | modifier le code]

  • Le Gardeur de troupeaux in João Gaspar Simões & Luís de Montalvor, Poemas de Alberto Caeiro, Ática, Lisbonne, 1946.
  • Le Berger amoureux in João Gaspar Simões & Luís de Montalvor, Poemas de Alberto Caeiro, Ática, Lisbonne, 1946.
  • Autres poèmes et fragments, titre prévu par l'auteur[99] de poèmes parus en éditions posthumes
    • Fragments in T. Sobral Cunha, Pessoa por conhecer - Textos para um novo mapa, Estampa, Lisbonne, 1990.
    • Poèmes inconnus in T. Sobral Cunha, Poemas Completos de Alberto Caeiro, Presença, Lisbonne, 1994
      (Certains étaient parus dans Athena, Presença ou l'édition de 1946).

D'António Mora, pseudonyme d'Alberto Caeiro[modifier | modifier le code]

  • Le Retour des Dieux, titre prévu par l'auteur[99] de poèmes néopaïens parus dans diverses publications posthumes.

De Ricardo Reis, hétéronyme[modifier | modifier le code]

  • Livre premier, Presença no 1, Lisbonne, 1924
  • Odes, Ática, Lisbonne, 1946.
  • Poèmes, INMC, Lisbonne, 1994.

D'Alvaro de Campos, hétéronyme[modifier | modifier le code]

  • Opiacé[note 37], Orpheu no 1, Lisbonne, 1er trimestre 1915.
  • Ode triomphale, Orpheu no 1, Lisbonne, 1er trimestre 1915.
  • Ode maritime, Orpheu no 2, Lisbonne, 2e trimestre 1915. Réédition (France) : Ode maritime et autres poèmes, traduit du portugais par Dominique Touti et Michel Chandeigne, présenté par Claude Michel Cluny, éd. bilingue, Éditions de la Différence, coll. « Orphée », Paris, 1990.
  • Poésies d'Álvaro de Campos, Ática, Lisbonne, 1944.
  • Livre de vers, Estampa, Lisbonne, 1993.

Poésie des autres hétéronymes lusophones[modifier | modifier le code]

in T.R. Lopes, Pessoa por Conhecer - Textos para um Novo Mapa, Estampa, Lisbonne, 1990.

Théâtre[modifier | modifier le code]

« Le point central de ma personnalité, en tant qu’artiste, c’est que je suis un poète dramatique[103]. »

— Pessoa s'expliquant dans une lettre à un jeune universitaire[80].

  • Le marin, drame statique en un tableau, Orpheu no 1, Lisbonne, 1er trimestre 1915.
  • L"heure du Diable, Rolim, Lisbonne, 1988.
  • Un soir à Lima, inachevé.
  • Fragments
    • Dialogue à l'ombre in A. de Pina Coelho, Textos filosóficos vol. I - Fernando Pessoa, Ática, Lisbonne, 1968.
    • Mort du Prince in T.R. Lopes, Fernando Pessoa et le drame Symboliste, Fondation Calouste Gulbenkian, Paris, 1977..
    • Salomé in T.R. Lopes, Fernando Pessoa et le drame Symboliste, Fondation Calouste Gulbenkian, Paris, 1977.
    • Dialogue dans le jardin du Palais in T.R. Lopes, Fernando Pessoa et le drame Symboliste, Fondation Calouste Gulbenkian, Paris, 1977.
  • Sakyamuni (fragments) in T.R. Lopes, Fernando Pessoa et le drame Symboliste, Fondation Calouste Gulbenkian, Paris, 1977.
  • Tragédie subjective en cinq actes, inachevée, publiée sous le titre Faust (Presença, Barcarena, 1988).
  • The Duke of Parm, tragedy[104], inédit.

Poésie anglaise[modifier | modifier le code]

  • 117 poèmes signés Alexander Search[7], Poesia Inglesa, Livros Horizonte, Lisbonne, 1995, devant composés[105]
  • Poésie signée Charles Robert Anon[107], pseudonyme d'Alexander Search[108], Pessoa Inédito, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993, dont le poème
  • Poésie inédite signée Thomas Crosse[107].
  • Le violoneux fou[note 38], INCM, Lisbonne, 1993, 1er pub. non critique Presença, Lisbonne, 1988.
  • Antinoüs, Monteiro, Lisbonne, 1918 (composera Poèmes anglais I).
  • 35 Sonnets, Monteiro, Lisbonne, 1918.
  • Poèmes anglais I & II (Antinoüs & Inscriptions), Olisipo, Lisbonne, 1921.
  • Poèmes anglais III (Epithalamium), Olisipo, Lisbonne, 1921.
  • Deux poèmes anglais de Fernando Pessoa sur la Première Guerre mondiale in Ocidente nº 405, Lisbonne, janvier 1972.
  • Huit poèmes anglais inédits in G.R. Lind[107], Estudos sobre Fernando Pessoa, INCM, Lisbonne, 1981.
  • 30 poèmes non hétéronymiques, certains fragmentaires, écrits entre 1911 et 1935[7], Pessoa Inédito, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993.

Essais en anglais[modifier | modifier le code]

EPITAPH
Here lies who thought himself the best
Of poets in the world's extent;
In life he had not joy nor rest.
Alexander Search, 1907.

Œuvres de jeunesse inachevées signées Alexander Search[modifier | modifier le code]

Fragments destinés à une publication portugaise[modifier | modifier le code]

  • Le temple de Janus in Pessoa Inédito, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993.

Le reste de la prose anglaise de Pessoa ou ses hétéronymes anglais n'est pas organisé (correspondance, notes diverses, brouillons...)

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Notes en souvenir de mon maître Caeiro
  • Chronique de la vie qui passe (œuvres en prose en dehors du Livre de l'intranquillité)
  • Ode maritime et autres poèmes (1915)
  • Le Gardeur de troupeaux et les autres poèmes d'Alberto Caeiro avec Poésies d'Alvaro de Campos (1914)
  • Erostratus (Erostrate)
  • Lisbonne
  • Le Marin
  • Bureau de tabac, traduit par Adolfo Casais Monteiro et Pierre Hourcade, ed. bilingue,éditions Inquérito Limitada, 1952.
  • Ode Maritime, préface et traduction d'Armand Guibert, éditions Seghers
  • Bureau de tabac et autres poèmes, préface et traduction d'Armand Guibert, éditions Caractères, 1955.
  • Le Gardeur de troupeaux et les autres poèmes d'Alberto Caeiro, traduit par Armand Guibert, Éditions Gallimard, collection blanche, 1960, 224 p.
  • Visage avec masques, poèmes des principaux hétéronymes, traduits et présentés par Armand Guibert, Alfred Eibel éditeur, Lausanne,1978, (ISBN 2-8274-0035-9), 228 p.
  • Antinoüs, préfacé et traduit par Armand Guibert, éditions Fata Morgana, collection Dioscures, 1979, 64 p.
  • Le Gardeur de troupeaux, traduit par Rémy Hourcade et Jean-Louis Giovannoni, 1986. E.O (Éditions Unes)
  • L'Ode triomphale & douze poèmes de la fin d'Alvaro de Campos, traduits par Rémy Hourcade et Emmanuel Hocquard, éditions Royaumont, 1986, non paginé.
  • Cent cinquante-quatre quatrains, traduit et préfacé par Henry Deluy, 1986 (Éditions Unes)
  • Le Livre de l'inquiétude, traduit et préfacé par Inês Oseki-Dépré, 1987. E.O (Éditions Unes)
  • Le Gardeur de troupeaux et autres poèmes, présentés et traduits par Armand Guibert, Poésie/Gallimard, 1987, (ISBN 978-2-0703-240-64), 288p.
  • Alvaros de Campos, choix de poèmes traduits par Rémy Hourcade et Emmanuel Hocquard, éditions Royaumont, 1988, 64 p.
  • Quatrains complets, traduit et préfacé par Henry Deluy, 1988. E.O (Éditions Unes)
  • Bureau de tabac, préface de Adolfo Casais Monteiro (1952) et postface de Pierre Hourcade (1975), traduit par Rémy Hourcade, 1993 - édition définitive (Éditions Unes)
  • Ultimatum, 1993 - traduit par Michel Chandeigne et Jean-François Vargas E.O (Éditions Unes)
  • Opium à bord, traduit et préfacé par Armand Guibert, 1993 - nouvelle édition (Éditions Unes)
  • Sur les hétéronymes, traduit et préfacé par Rémy Hourcade, 1993 - édition définitive (Éditions Unes)
  • Quaresma, déchiffreur, 2010
  • Histoires d'un raisonneur, traduit de l’anglais par Christine Laferrière et du portugais par Michelle Giudicelli, 2014 (Christian Bourgois)

Publiés dans la collection « Pléiade » (Gallimard), sous le titre Œuvres poétiques, préface par Robert Bréchon, traduction, notices et notes de Patrick Quillier.

Correspondance[modifier | modifier le code]

Fernando Pessoa, José Blanco, Pessoa en personne, Paris, La Différence, 1986, rééd. coll. "Minos", 2003.

  • Correspondance avec Ofélia Queiroz, Cartas de Amor, Ática, Lisbonne, 1978.
  • Correspondance avec Armando Cortes Rodrigues, Cartas de Fernando Pessoa a Armando Côrtes-Rodrigues, Confluência, Lisbonne, 1944.
  • Correspondance avec João Gaspar Simões, Cartas de Fernando Pessoa a João Gaspar Simões, Europa-América, Lisbonne, 1957.
  • Correspondance diverse in Escritos Íntimos, Cartas e Páginas Autobiográficas, Europa-América, Mem Martins (Portugal), 1986 & in Pessoa Inédito, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993.

Œuvres inspirées de Pessoa[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Bévinda : Pessoa em pessoas (Celluloïd, 1997)
  • Jean-Marie Machado : Leve leve muito leve - Rêves et déambulations d'après Fernando Pessoa (Éditions Hortus, 2003)
  • Mariza : Do vale a montanha, poème de 1932 dans Mensagem chanté sous le titre de Cavaleiro monge dans Fado curvo (2003)

Films[modifier | modifier le code]

Apparat critique[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son nom de famille, qui signifie « personne », comme Ulysse sauvé de l'ogre Polyphème, et qui vient du mot latin signifiant « masque de théâtre », était orthographié Pessôa sur son acte de naissance. L'accent circonflexe fut supprimé par lui-même le 4 septembre 1916 après une réforme ultérieure de l'orthographe portugaise. Cet acte hautement symbolique voulait marquer une renaissance personnelle à la modernité et un engagement pour la modernisation soutenue par la nouvelle république du Portugal. Persona en latin, person en français (cf. J.-P. Gibert, Usages de l'Église gallicane concernant les censures et l'irrégularité, p. 695, Jean Mariette, Paris, 1724.), pessoa en portugais, parson en anglais et en breton, désigne le titulaire d'un personnat, bénéfice ecclésiastique attribué au chef de paroisse (Cf. Dictionnaire de L'Académie française de 1694). Habituellement, le person était donc également recteur. Dans les paroisses où siégeait un évêque, un abbé ou un de ses représentants, la cure d'âme revenait à ce dernier et le person, déchargé du titre de curé, se contentait d'un bénéfice mineur, amputé d'une part du personnat. Dans ce cas, il était un membre du chapitre ne dépendant pas temporellement de l'évêque ou de l'abbé à la différence des autres chanoines qui tiraient leur prébende de celui-ci.
  2. Chansons et traductions de ses propres œuvres, accessoirement correspondance, réflexions personnelles et notes de travail...
  3. Paul Ricoeur (Soi-même comme un autre, p. 25, Paris, Seuil, 1990) caractérise la conscience moderne comme «non pas l'inverse du Cogito cartésien, mais la destruction de la question même à laquelle le Cogito était censé apporter un réponse absolue». La subversion de la conception classique de l'homme transparait explicitement dans le projet de Pessoa quand il écrit par exemple «Je pense donc je ne suis pas et je suis d’autant moins que je pense davantage».
  4. Au delà de la métonymie entre "pas" et "non" (et "nom" puis "personne"...), il s'agit peut être d'une réminiscence de l'histoire d'un croisé de la famille de Pas.
  5. Sise à l'angle de West street et de Grey street, renommées depuis 2008 respectivement avenue du Docteur Pixley KaSeme et avenue Yusuf Daddoo. L'église paroissiale a été démolie avec son séminaire et reconstruite dans le quartier excentré de Greyville en 1903, puis, en 1976, reléguée dans le quartier septentrional de Morningside, 212 Florida road.
  6. Outre Madalena Henriqueta, née à Durban le 22 octobre 1898, mourra prématurément une autre demi-sœur, Maria Clara, née en août 1904, morte à deux ans.
  7. "Hillier did first usurp the realms of rhyme...". Quatre autres, sous le même pseudonyme, suivront de février à juin 1905, Joseph Chamberlain, To England I, To England II et Liberty
  8. L'ibis est l'oiseau de Thot, dieu des scribes. L'espèce hagedash était aussi un souvenir de l'enfance au Natal.
  9. Une nouvelle poésie portugaise considérée du point de vue sociologique.
  10. Rechute. et Une nouvelle poésie portugaise considérée sous son aspect psychologique.
  11. Mário de Sá-Carneiro, Almada Negreiros, António Ferro, Alfredo Guisado, Ângelo de Lima, Raul Leal, Mário Saa, Violante de Cysneiros, Luís de Montalvor, Armando Côrtes-Rodrigues, José Pacheco, Ronald de Carvalho, Camilo Pessanha, les peintres Amadeo de Souza-Cardoso, Santa-Rita Pintor...
  12. Une autre revue rendra hommage à cette tentative éditoriale de 1914 en adoptant le nom de La nouvelle Renaissance
  13. Outre l'influence déterminante sur le Lisbonne littéraire et Pessoa en particulier du Mercure de France, P.M. Pinho Martins (opus cité, p. 45) note la riche correspondance d'Almada Negreiros, très proche collaborateur de Fernando Pessoa, échangée avec Sonia et Robert Delaunay et surtout la présence du couple de surréalistes au Portugal durant la guerre, en 1915, c'est-à-dire durant le temps que Fernando Pessoa avait pris la direction de la revue Orpheu.
  14. Orphelin se dit Órfão en portugais. Fernando Pessoa, orphelin à cinq ans, appelait sa bien aimée Ophelina.
  15. Il a écrit dans une lettre citée dans Le Capital du 9 juillet 1915 que le tramway qui faillit tuer en plein coup d'état (14 mai) Afonso Costa et la démocratie marquait l'avénement du futurisme à « l'heure si délicieusement mécanique où la Divine Providence elle-même se sert des tramways pour ses grands enseignements ». Fernando Pessoa échappera aux poursuites en invoquant un état d'ébriété.
  16. Les titres un peu ronflants donnés à chacun donnaient un façade de sérieux à une revue qui se voulait canular. Par exemple, l'« éditeur » était mineur.
  17. Après avoir annoncé par courrier son suicide et rédigé un faire part à la seule femme qu'il avait connue, le jour fixé, il enfila un smoking, reçu à l'heure convenue José Araújo et donna à celui-ci le bref spectacle des contorsions de son corps causées par l'absorption du contenu de trois flacons de strychnine (cf. entre autres A. Rodrigues, Jorge Barradas, ch. V, Casa da Moeda, Lisbonne, 1995).
  18. Le titre est une référence à l'humiliation infligée le 11 janvier 1890 par l'Empire britannique au Portugal en imposant la cession de la future Rhodésie et donc la scission des territoires portugais de l'Angola et du Mozambique. Après la perte du Brésil, cette perte a signé le repli du Portugal sur lui même et le bouleversement de sa politique intérieure pour des décennies.
  19. Anatole France, comme le préconiseront les surréalistes, George Bernard Shaw, Rudyard Kipling, Gilbert Keith Chesterton, William Butler Yeats, Herbert George Wells, Maurice Maeterlinck, Edmond Rostand, Gabriele D'Annunzio, David Lloyd George, Guillaume II de Hohenzollern.
  20. Le texte éparpille le mot « merde » entre tous les noms propres évoqués.
  21. Félix, Valladas & Freitas, Lda.
  22. Olisipo est le nom antique de Lisbonne
  23. Mer portugaise qui sera repris dans Message, Le fiston à sa maman, Lisbon revisited, le poème anglais Spell (mars 1923)...
  24. Fernando Pessoa, contempteur tant de l'autoritaire João Franco accusé d'avoir brimer les étudiants et favoriser le régicide que du démocrate Afonso Costa, se définit lui même comme un libéral conservateur, monarchiste par principe, républicain par pragmatisme, radicalement opposé au conservatisme réactionnaire qui triompha au Portugal (Cf. F. Pessoa, fiche autobiographique, opus cité infra).
  25. Henriqueta Madalena, née le 27 novembre 1896. Ses deux demi-frères ont également survécu, Luís Miguel, né en janvier 1900, et João Maria, né à Lisbonne en janvier 1902 alors que la famille voyageait en métropole.
  26. José Régio, Joáo Gaspar Simóes, Adolpho Casais Monteiro...
  27. Publiée par le Centre d'Action Nationale (Núcleo de Acção Nacional).
  28. Primeiro estranha-se, depois entranha-se. Le marché fut aussitôt réfermé par le gouvernement portugais.
  29. D'après la fiche signée de sa main qu'il a laissé peu avant sa mort (ref. supra), il avait franchi à la fin de sa brève vie les trois premiers des douze grades de l'ordre et était donc qualifié de « magicien ».
  30. Toute l'attirance exercée sur Fenando Pessoa par la maîtresse d'alors du maître transparait dans un poème daté du 10 septembre 1930. C'est peut être la raison de l'interruption de sa correspondance amoureuse avec Ophélie.
  31. Le Dr. Dr. Quaresma. Quatre ébauches ont été retrouvées dans les manuscrits de Pessoa, Le cas Vargas, Une lettre magique, Le vol de la ferme viticole, Le cas de la fenêtre étroite.
  32. Je n'ai pas la connaissance de ce que demain apportera, expression d'un rapport au monde, d'une quête initiatique de la connaissance d'une altérité occulte, d'un au delà océanique qui aura empli de paroles toute sa vie.
  33. La belle famille a fait disparaître la correspondance adressée à sa mère habitant Durban alors qu'il s'était lui même installé à Lisbonne.
  34. A very original dinner
  35. Moi, le Docteur, L'âne et les deux rives, La grêle, Le secret de Rome, Si vis bellum para pacem
  36. « Quadras » est un jeu de mots entre « pâté de sable » enfantins du poète et « paté » au sens d'étalement de l'encre par une plume maladroite et une allusion aux misérables pâtés de maisons de l'habitat populaire.
  37. Opiaro traduit parfois par Opium à bord
  38. The mad fiddler

Renvois et citations[modifier | modifier le code]

  1. «..le Sensacionisme ne s'appuie sur aucune base (…). Le Sensacionisme est ainsi car, pour le Sensacioniste, chaque idée, chaque sensation à exprimer doit l'être d'une manière différente de celle qui en exprime une autre. » (F. Pessoa, Páginas Intimas e de Auto-Interpretação, p. 159, Ática, Lisbonne, 1966)
  2. « O terres du Portugal
    O terres où je naquis
    Pour autant que je vous chéris
    Inde a ma préférence. »
  3. Exemple de poèmes en portugais datant de cette époque, Quand il passe.
  4. Une de mes complications mentales (...) est la peur de la folie, laquelle, en soi, est déjà de la folie. (...) Des impulsions, tantôt criminelles, tantôt démentes, qui arrivent, au milieu de ma souffrance crucifiante, à une tendance horrible à l'action, une terrible muscularité, je veux dire ressentie dans les muscles, – ce sont des choses fréquentes en moi, et leur horreur et leur intensité – maintenant plus grandes que jamais en nombre comme en intensité─ sont indescriptibles (1908, ref. citée)
  5. « Je ne nie pas, toutefois ─ je favorise même ─, l'explication psychiatrique (...) Il ne m'est pas difficile d'admettre que je sois fou, mais j'exige que l'on comprenne que je ne suis pas différemment fou de Shakespeare, quelle que soit la valeur relative des produits du côté sain de notre folie » (ref. citée).
  6. Cf. article Fernando Pessoa in Petit Larousse.
  7. V.g. les avant derniers vers de l'Ode triomphale
    "Hup-lá, hup-lá, hup-lá-hô, hup-lá!
    Hé-la! He-hô! H-o-o-o-o!
    Z-z-z-z-z-z-z-z-z-z-z-z!".
  8. « Et dont les filles de huit ans — Comme c'est beau, oui j’aime çà!
    Masturbent des hommes d'allure respectable au détour d'un escalier. »
  9. Cf. le poème Meantime dans la base de données du fonds Pessoa de la Bibliothèque Nationale du Portugal
  10. Cf. en ligne Tabacaria.
  11. Cf. en ligne Autopsychographie

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 16, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  2. F. Pessoa, Páginas Intimas e de Auto-Interpretação, p. 168-169, Ática, Lisbonne, 1966.
  3. T. Sobral Cunha, Poemas Completos de Alberto Caeiro, p. 120, Presença, Lisbonne, 1994.
  4. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 27, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  5. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 15, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  6. C. E. Geerdts, Letter to Dr. Faustino Antunes du 4 octobre 1907 in R. Zenith, Escritos Autobiográficos, Automáticos e de Reflexão Pessoal, pp. 394–398, Assírio & Alvim, Lisbonne, 2003.
  7. a, b et c A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 133, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  8. a et b A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 13, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  9. a et b Article Fernando Pessoa in Petit Larousse.
  10. T. Rita, texte de présentation in Le privilège des chemins, José Corti, Paris, 1990 ISBN 2714303927.
  11. a et b T. Rita, texte de présentation in F. Pessoa, Le privilège des chemins, José Corti, Paris, 1990, ISBN 2714303927.
  12. P. Kéchichian, Le Monde, Paris, 4 mai 1990.
  13. a et b F.Pessoa, Escritos autobiográficos, automáticos e de reflexão pessoal, p.91, Assírio & Alvim, Lisboa, 2003.
  14. Textos de Intervenção Social e Cultural, a ficção dos heterónimos, introduções, organização e notas de António Quadros, p. 181-182, Europa-América, Mem Martins (Portugal), 1986.
  15. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 96, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  16. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 97, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  17. A. Pereira-Ruivo, La genèse du sensationnisme - Lettre de Sá Carneiro e Pessoa. in Boîte aux Lettres n°11, p. 83, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2004 ISBN 2-87854-297-5.
  18. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 217, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  19. F. Nietzsche, La naissance de la tragédie, p. 54, Christian Bourgois 10/18, Paris, 1991.
  20. M.T. Correia, Mallarmé e Fernando Pessoa perante O Corvo de Edgar Allen Poe in Ocidente vol. 65 n°303, p. 12, Lisbonne, juillet 1963.
  21. O corvo, Annabel Lee et Ulalume in Athena n° 1 & 3, Lisbonne, 1924.
  22. M.T. Correia, Mallarmé e Fernando Pessoa perante O Corvo de Edgar Allen Poe in Ocidente vol. 65 n°303, pp 4-20, Lisbonne, juillet 1963.
  23. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 164 & 165, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  24. a, b et c A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 14, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  25. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 216, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  26. a et b A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 9, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  27. Note 31-95 de l'inventaire des archives anglaises Pessoa in A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 200, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  28. A. Pereira-Ruivo, La genèse du sensationnisme - Lettre de Sá Carneiro e Pessoa. in Boîte aux Lettres n°11, p. 67, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2004 ISBN 2-87854-297-5.
  29. A. Pereira-Ruivo, La genèse du sensationnisme - Lettre de Sá Carneiro e Pessoa. in Boîte aux Lettres n°11, p. 69, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2004 ISBN 2-87854-297-5.
  30. F. Busnel, Le Magazine littéraire, Paris, mars 2000.
  31. A. Pereira-Ruivo, La genèse du sensationnisme - Lettre de Sá Carneiro e Pessoa. in Boîte aux Lettres n°11, p. 68-69, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2004 ISBN 2-87854-297-5.
  32. F. Pessoa cité in A. Crespo, A vida plural de Fernando Pessoa, p. 92, Bertrand, Maia (Portugal), 1990 Page 55 de la biographie de Pessoa par Crespo (version italienne de la biographie publiée en portugais par l'espagnol Angel Crespo).
  33. Crespo (supra) cité par Bréchon (opus cité) Brochure du Marin donné au Théâtre d'Almada à Lisbonne au printemps 2008.
  34. T. R. Lopes, Fernando Pessoa et le drame symboliste, héritage et création, p.152, La Différence, Paris, 2004.
  35. a et b Lettre à Armando Côrtes Rodrigues du 19 janvier 1915 in M. Parreira da Silva, Correspondência inédita, p. 141, Livros Horizonte, 1996.
  36. A. Pereira-Ruivo, La genèse du sensationnisme - Lettre de Sá Carneiro e Pessoa. in Boîte aux Lettres n°11, p. 82, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2004 ISBN 2-87854-297-5 La genèse du sensationnisme..
  37. a et b P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 45, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  38. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 45-46, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  39. C. Silva, Orpheu, le chant envoûtant des trois Narcisses. in Actes du colloque Du symbolisme au modernisme au Portugal, p. 127, Fondaction Calouste Goulbekian, Paris, 1990 Orpheu, le chant envoûtant des trois Narcisses.
  40. a et b F. Pessoa, Lettre à Adolpho Casais Montero du 3 janvier 1935 in A. Guibert, Fernando Pessoa, pp. 26 et sq., Gallimard, Paris, 1960.
  41. a et b Lettre à Adolfo Casais Monteiro du 13 janvier 1935 in Textos de Intervenção Social e Cultural, a ficção dos heterónimos, introduções, organização e notas de António Quadros, Europa-América, Mem Martins (Portugal), 1986.
  42. a, b et c F. Pessoa, Lettre à Adolpho Casais Montero du 3 janvier 1935 in R. Hourcade, Sur les hétéronymes, Editions Unes, Draguignan, 1985.
  43. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 13, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  44. C. Silva, Orpheu, le chant envoûtant des trois Narcisses. in Actes du colloque Du symbolisme au modernisme au Portugal, p. 126-128, Fondaction Calouste Goulbekian, Paris, 1990 Orpheu, le chant envoûtant des trois Narcisses.
  45. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 26, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  46. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 75-76, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  47. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 58-59, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  48. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 72, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  49. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 109-110, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  50. R. Leal, Atelier in Orpheu 2 facsimilada, p. 118, Contexto, Lisbonne, 1989.
  51. P.M. Pinho Martins, L'avant garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 31-38, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  52. A. de Campos, Ode triomphale in Orpheu 1 facsimilada, p. 81, Contexto, Lisbonne, 1989.
  53. C. Silva, Orpheu, le chant envoûtant des trois Narcisses. in Actes du colloque Du symbolisme au modernisme au Portugal, p. 126 & 127, Fondaction Calouste Goulbekian, Paris, 1990 Orpheu, le chant envoûtant des trois Narcisses.
  54. M. Queiroz, Fernando Pessoa Poeta (1888 - 1935) in Vidas Lusófonas, Orabem, Lisbonne, juillet 2011 Biographie de Pessoa par M. Queiroz.
  55. a et b G.R. Lind & J. do Prado Coelho, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, p. 406, Ática, Lisbonne, 1996.
  56. G.R. Lind & J. do Prado Coelho, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, p. 409, Ática, Lisbonne, 1996.
  57. M. Chandeigne & J.-F. Viegas, texte de présentation in A. de Campos, Ultimatum, Éditions Unes, Draguignan, 1993, ISBN 2877040054.
  58. A.M. Binet, Une poétique de la rupture: les manifestes futuristes portugais in Littéralité 5 - Figures du discontinu, p. 130, Grial, Bordeaux, 2007 ISBN 978-2-86781-429-7.
  59. a et b The Times Literary Supplement, 19 septembre 1918.
  60. Athenaeum, janvier 1919.
  61. M< Nogueira, Cartas de amor de Ofélia a Fernando Pessoa, Assírio & Alvim, Lisbonne, 1996, 334 pages.
  62. M.E. Monteiro, Incidèncias Inglesias na Poesia Fernando de Pessoa, p. 93, Coimbra Editora, Coimbra, 1956.
  63. a, b et c F. Pessoa, fiche autobiographique dactylographiée Fernando Pessoa du 30 mars de 1935 in Fernando Pessoa no seu Tempo, pp. 17–22., Bibliothèque Nationale, Lisbonne, 1988.
  64. A. Coyné, texte de présentation in F. Pessoa, Le banquier anarchiste, Fata morgana, Saint-Clément-de-Rivière, 1997 ISBN 978-2-85194-431-3.
  65. J. Vidal, S. Biberfeld & D. Touati, texte de présentation in F. Pessoa, Le banquier anarchiste, La Différence, Paris, 1994, ISBN 2729103554
  66. A. Coyné, texte de présentation in F. Pessoa, Le banquier anarchiste, Fata morgana, Saint-Clément-de-Rivière, 2005 ISBN 978-2-85194-431-3.
  67. J. Vidal, texte de présentation in F. Pessoa, Le banquier anarchiste, La Différence, Paris, 2006, ISBN 2-7291-1619-2
  68. P.M. Pinho Martins, L'avant-garde dans Orpheu entre ardeur et désistement, mémoire sous la direction de C. Dumas, p. 75, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 2007 L'avant garde dans Orpheu.
  69. a et b K. Centeno, Fernando Pessoa - Orphélia - bébézinho ou o horror do sexo in Fernando Pessoa (Tempo - Solidão - Hermetismo), p. 19, Morais, Lisbonne, 1978
  70. A. de Campos, Puisque tu veux te tuer, pourquoi pas tout de suite ?
  71. «O Automóvel ia desaparecendo» in Folhas de Poesia nº 3, Lisbonne, septembre 1958.
  72. A. Ferreira Gomes, O Mistério da Boca do Inferno in O Notícias Ilustrado, Lisbonne, 5 octobre 1930 Extraits de l'article du Notícias Ilustrado in V. Belém, O Mistério da Boca do Inferno - O encontro entre o Poeta Fernando Pessoa e o Mago Aleister Crowley, Casa Fernando Pessoa, Lisbonne, 1995..
  73. a et b T.R. Lopes, Pessoa por Conhecer - Textos para um Novo Mapa, p. 220, Estampa, Lisbonne, 1990.
  74. M. Roza, Encontro Magick - Fernando Pessoa e Aleister Crowley, Hugin Editores, Lisbonne, 2001.
  75. F. Luso Soares, O Caso Vargas in A Novela Policial-Dedutiva em Fernando Pessoa, Diabril, Lisbonne, 1976.
  76. A. Quadros, Ficção e Teatro, p. 131-141, Europa-América, Mem Martins (Portugal), 1986.
  77. P. Hourcade, in Contact, Paris, 1930.
  78. Auropsicografia in Fernando Pessoa antologia poetica, Ulisseia, Lisbonne, 1992.
  79. Fragment d'une critique sur la pièce Octávio de Vitoriano Braga in G.R. Lind & J. do Prado Coelho, Páginas de Estética e de Teoria Literárias - Fernando Pessoa, Ática,Lisbonne, 1966.
  80. a et b Lettre à Gaspar Simoens du 11 décembre 1931 in Presença nº 48, Coimbre, juillet 1936.
  81. T.R. Lopes, Pessoa por Conhecer - Textos para um Novo Mapa, ref. 25a à 25k, Estampa, Lisbonne, 1990.
  82. P. Hourcade, in Les cahiers du sud, Marseille, 1933.
  83. Álvaro de Campos, Dactilografia in Presença, 2ª série, nº1, Coimbre, novembre 1939.
  84. a, b et c J. Blanco, texte de présentation in F. Pessoa, Message, José Corti, Paris, 1989, ISBN 2714302483.
  85. F. Pessoa, Associações secretas in Quotidien de Lisbonne nº 4388, 4 février 1935.
  86. T.R. Lopes, Pessoa por conhecer, Estampa, Lisbonne, 1990.
  87. Ricardo Reis, Odes, in Poèmes Païens, Christian Bourgois, Paris, 1989.
  88. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 131, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  89. A. Margarido, As infâncias de Fernando Pessoa in Latitudes n° 4, décembre 1998, As infâncias de Fernando Pessoa
  90. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 153, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  91. Fond Pessoa, Dossiers 51A, 51 B & 127F, Bibliothèque Nationale du Portugal, Lisbonne.
  92. Fond Pessoa, Dossier 113F, Bibliothèque Nationale du Portugal, Lisbonne.
  93. Fond Pessoa, Dossier 91, Bibliothèque Nationale du Portugal, Lisbonne.
  94. F. Pessoa, «Trois Chansons Mortes», CONTEMPORANEA, grande revista mensal, n.º 7, Lisbonne, Janvier 1923, pp. 20-21.
  95. T.R. Lopes, Pessoa Inédito, p. 165, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993.
  96. T.R. Lopes, Pessoa Inédito, Livros Horizonte, Lisbonne, 1993.
  97. Textos Filosóficos, vol. I, p. 220, Ática, Lisbonne, 1968.
  98. Textos Filosóficos, vol. I, p. 226, Ática, Lisbonne, 1968.
  99. a, b et c F. Pessoa, Programme général du néopaganisme portugais in G.R. Lind & J. do Prado Coelho, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, p. 224, Ática, Lisbonne, 1996.
  100. M.I. Rocheta & M.P. Morão, Ultimatum e Páginas de Sociologia Política, p. 81, Ática, Lisbonne, 1980.
  101. A. de Campos, Projet d'une préface pour le «Cancioneiro» de Fernando Pesso in G.R. Lind & J. do Prado Coelho, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, p. 427, Ática, Lisbonne, 1996.
  102. A. de Campos, Projet d'une préface pour le «Cancioneiro» de Fernando Pesso in G.R. Lind & J. do Prado Coelho, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, p. 428, Ática, Lisbonne, 1996.
  103. Tra. J. Banco, Pessoa en personne - Lettres et documents choisis, p. 279, La Différence, Paris, 1986.
  104. A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 200, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  105. F. Pessoa, Alexander Search in T.R. Lopes, Pessoa por Conhecer - Textos para um Novo Mapa, p. 148, Estampa, Lisbonne, 1990.
  106. a, b, c, d et e A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 134, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  107. a, b et c A. Terlinden, Fernando Pessoa: the bilingual portuguese poet, p. 132, Facultés Universitaires de Saint Louis, Bruxelles, 1990 ISBN 2-8028-0075-2.
  108. F. Pessoa, note de l'auteur à Elegy in Poesia Inglesa, p. 192, Livros Horizonte, Lisbonne, 1995.

Brève bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Ana Maria Binet, L'Ésotérisme dans l'œuvre de Fernando Pessoa, thèse pour le Doctorat d'Études ibériques et ibéro-américaines, Université Michel de Montaigne- Bordeaux III, 1996, 745 p.
  • Robert Bréchon, Étrange étranger. Une biographie de Fernando Pessoa. Éditions Christian Bourgois, 1996, 620 pages.
  • Robert Bréchon, Fernando Pessoa. Le voyageur immobile. Biographie. Éditions Aden, « Le cercle des poètes disparus », 2002, 346 pages
  • Colloque international « Fernando Pessoa, Aleister Crowley et l'ésotérisme », Lisbonne et Cascais, juin 2000. Coorganisateur et animateur : Antoine Faivre.
  • Europe no 710-711, juin-juillet 1988 : « Fernando Pessoa ». [Paris], Éditions Messidor, 1988
  • Dominique Gauthiez-Rieucau, Pessoa, le secret révélé, Éditions F. Lanore, 2004, 64 pages
  • Magazine littéraire no 291, septembre 1991 : « Fernando Pessoa ». 1991
  • José Augusto Seabra, Fernando Pessoa. Pour une poétique de l’ésotérisme, préface de Alain Martinet. Éditions Á l’Orient, « De l’Orient à l’Orient », 2004, 160 pages
  • Maria José de Lancastre (version française de Pierre Léglise-Costa), Pessoa, une photobiographie, Christian Bourgois, 1991
  • Antonio Tabucchi : La nostalgie du possible (Sur Pessoa), Points/Seuil, 2003.
  • Catalogue exposition Univers Pessoa, Europalia Portugal 91, Bruxelles 1991 (commissaire exposition et du catalogue : Pierre Léglise-Costa)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]