Fatwa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une fatwa[1] ou fetfa[2],[3] ou fetva[3] est, dans l'islam (plur. Fatâwâ), un avis juridique donné par un spécialiste de loi islamique sur une question particulière. En règle générale, une fatwa est émise à la demande d'un individu ou d'un juge pour régler un problème où la jurisprudence islamique n'est pas claire. Un spécialiste pouvant donner des fatwas est appelé un mufti[4].

Contrairement à l'opinion répandue par les médias, une fatwa n'est pas forcément une condamnation. Il s'agit d'un avis religieux pouvant porter sur des domaines variés : les règles fiscales, les pratiques rituelles ou encore l'alimentation[5].

Qui peut émettre une fatwa ?[modifier | modifier le code]

Comme il n'existe pas de clergé dans l'islam sunnite, il n'y a pas de règle unanimement acceptée pour déterminer qui peut émettre une fatwa ; certains musulmans se plaignent que trop de gens se considèrent comme qualifiés pour en émettre.

Le sunnisme est en partie décentralisé : différents muftis peuvent émettre des fatwas contradictoires ; la conséquence d'un tel événement varie selon le pays.

  • Dans un pays où la loi islamique est la base du droit civil et droit pénal, les fatwas sont débattues par les prélats nationaux avant d'être émises, après qu'un consensus a été obtenu. Dans ces cas, ils sont rarement contradictoires et ont force de loi. Si, malgré tout, une contradiction apparaît, les autorités nationales tranchent, émettant souvent une interprétation de compromis.
  • Dans les pays où la loi islamique n'est pas la base du droit national, les fatwas contradictoires coexistent. Les croyants suivent alors celles qui ont été émises par un membre de la même tradition qu'eux-mêmes. Ainsi, un sunnite suivra rarement une fatwa émise par un religieux chiite, et vice versa.

Néanmoins, une fatwa ne reste qu'un avis juridique n'ayant autorité que dans le cadre d'un code législatif ou s'il est adopté.

Exemples[modifier | modifier le code]

Fatwa politique[modifier | modifier le code]

Selon Riadh Sidaoui, les Fatwas politiques ont commencé à se propager depuis la guerre du Golfe en 1991, et elles se sont ensuite propagées en Égypte et un peu partout dans le monde arabe[6].

Toutefois, il fait remarquer que c'est la conséquence d'un vide politique dans la région qui fut remplacé par des cheiks prononçant des Fatwas ; c'est ainsi qu'on trouve le Conseil des Grands Oulémas d'Arabie Saoudite qui constitue un établissement qui remplace le Parlement[6]

Selon lui, ces fatwas politiques ne sont pas objectives et certains pays utilisent le discours religieux pour leurs intérêts politiques et économiques. Par exemple le Qatar utilise ce système politique contre l'Arabie saoudite, ce qui cause une guerre de Fatwas entre ces deux pays ; l’Arabie saoudite à travers The Association of Muslim Scholars (رابطة العلماء المسلمين) et le Qatar qui a baptisé l'association internationale des savants musulmans présidée par Youssef al-Qaradâwî[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en arabe : fatwā, فتوى, « avis juridique », au pl. : fatāwā, فتاوى
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « fetfa » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. a et b « fetfa / fetva », sur Le Littré
  4. en arabe : muftin, مفتٍ
  5. Qatar: controverse autour d'une fatwa du cheikh Youssef Al-Qardaoui - 11 avril 2008
  6. a, b et c Le Printemps arabe et l'arme des Fatwas, Deutsche Welle, 31 décembre 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]