La Libre Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Libre Belgique
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Diffusion 38 346 ex. (décembre 2013)
Date de fondation 1884 (sous le nom Le Patriote)

Directeur de la rédaction Denis Pierrard
Rédacteur en chef Francis Van de Woestyne (depuis le 1er octobre 2013)
ISSN 1379-6992
Site web LaLibre.be

La Libre Belgique, couramment dénommée « La Libre » est un quotidien belge de langue française qui couvre l'ensemble de l'actualité nationale et internationale. Il constitue avec l'autre journal francophone à grand tirage, Le Soir, l'horizon quotidien de la plupart des Belges francophones en matière de presse écrite d'envergure.

Histoire[modifier | modifier le code]

La « Libre Belgique » fut fondée en 1883 sous le nom « Le Patriote », par Victor Jourdain avec le soutien de personnalités du monde politique catholique telles qu'Auguste Beckers. Durant les deux guerres mondiales, la Libre Belgique fut éditée sous le manteau.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Tout comme son semblable en langue néerlandaise, De Standaard, La Libre Belgique fut longtemps à forte tendance catholique, avant de s'ouvrir vers d'autres points de vue en 1999. Elle est aujourd'hui plutôt critique envers les positions de l'Église catholique[1],[2],[3], de l'aveu même de Christian Laporte, chroniqueur religieux du journal[4].

C'est le seul quotidien belge francophone à avoir une réelle audience en Flandre, à hauteur de 14 %.

En 2002, une deuxième grande réforme du journal (après celle de 1999) a lieu : il est publié au format tabloïd et sa mise en page est repensée tout en s'inscrivant toujours plus comme un journal de « débat ». Début mai 2009, La Libre est passée à un format encore plus compact avec l'utilisation d'une technique de « cuisson » des encres (heatset) qui a pour but que celles-ci ne tachent plus les doigts des lecteurs. Le 18 novembre 2008, un problème technique survient : seulement quatre exemplaires sortent des presses ce jour-là.

La Libre Belgique appartient aujourd'hui au groupe IPM qui édite six éditions régionales :

Elle se trouve en ce moment[Quand ?] face à un problème commercial : comme Le Soir, « La Libre » est dite de qualité, mais elle ne trouve plus de public recherchant une presse de qualité[réf. nécessaire]. Dès lors, La Libre Belgique utilise des produits dérivés comme La Libre Culture/Cinéma, La Libre Entreprise ou encore l'édition belge du magazine Paris Match, anciennement La Libre Match.

Le groupe IPM édite aussi La Dernière Heure.

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

  • Diffusion payante : 38 346 exemplaires (ventes et abonnements) en 2013[5].
  • Lectorat : 165 400 lecteurs quotidiens en 2012-2013, selon une étude d'audience TNS Media pour le CIM
  • François Le Hodey affirmait dans la Libre du 20 janvier 2007 que le groupe IPM qui détient La Dernière Heure et La Libre Belgique vendait plus de journaux en 2007 qu'en 1987, vingt ans plus tôt. Ce n'est plus vrai, depuis le 3e trimestre 2008 : Libre et DH cumulaient alors 122 380 ventes et abonnements, contre 135 098, en 1987 (source : CIM).
  • La Libre a fait authentifier pour la première fois ses chiffres par le CIM en 1987 : le quotidien affichait alors une diffusion payante de 66 763 exemplaires.

Bataille contre Google[modifier | modifier le code]

La Libre Belgique, au travers de la société Copiepresse qui gère les droits d'auteur de plusieurs organes de presse belges, a intenté un procès à Google afin que ce dernier paie des droits d'auteur pour l'indexation de ses articles dans son service Google News. Ayant perdu en première instance et en appel, la société de Mountain View a préféré sortir de son index de recherche le domaine lalibre.be en entier, non seulement du service News mais également de la recherche universelle[6]. Ce résultat place, de facto, La Libre Belgique parmi les opposants à la neutralité du Net.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]