Jean Schlumberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schlumberger.

Pierre Conrad Nicolas Jean Schlumberger est un éditeur et écrivain français né le 26 mai 1877 à Guebwiller et mort le 25 octobre 1968 à Paris. C'est le frère de Conrad Schlumberger et de Marcel Schlumberger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille bourgeoise de tradition protestante, Jean Schlumberger est l'aîné des six enfants de Paul Schlumberger (1848-1926) et de Marguerite de Witt (1853-1924), fille de Conrad de Witt et petite-fille de François Guizot. Ayant choisi la nationalité française, il quitte l'Alsace en 1892 pour Paris, où vit sa famille maternelle[1]. Marié en 1899 à Suzanne Weyher qui travaillera sa peinture aux côtés de Théo Van Rysselberghe Il est le fondateur de La Nouvelle Revue française (NRF) en 1908 en compagnie notamment d'André Gide de Jacques Copeau et André Ruyters. À ce titre, il est également célèbre pour avoir refusé le manuscrit d'un certain Marcel Proust : À la recherche du temps perdu.

Au cours de sa carrière il reçoit le Grand prix de littérature de l'Académie française (1942), le Grand Prix national des Lettres (1955), et est le cofondateur en 1968 de l'Association des Amis d'André Gide (AAAG).

Il est enterré avec nombre d'autres descendants de François Guizot au petit cimetière du village de Saint-Ouen-le-Pin dans le Calvados.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • "Poème des temples et des tombeaux" (1903)
  • "Le mur de verre" (1904)
  • Heureux qui comme Ulysse (1906)
  • "La mort de Sparte" (1910)
  • "Epigrammes Romaines" (1910)
  • L'Inquiète Paternité (1911),
  • 1912 : On naît esclave de Tristan Bernard et Jean Schlumberger, Théâtre du Vaudeville
  • Un homme heureux (1920)
  • Le Camarade infidèle
  • Le Lion devenu vieux
  • Traité 1 (1926)
  • L'Amour, le Prince, la Vérité (1927)
  • Les Yeux de dix-huit ans (1928)
  • Saint-Saturnin (1930)
  • Plaisir à Corneille (1936)
  • Stéphane le glorieux (1940)
  • Le Procès Pétain (1949)
  • Éveils (1950)
  • Au bivouac, Plaudite Amici, s.l.n.d [1951] avec des lithographies d'Elie Grekoff
  • Passion (1956)
  • Jalons, Nouveaux Jalons
  • Madeleine et André Gide (1956)
  • Rencontres (1968)
  • Correspondance André Gide-Jean Schlumberger, 1901-1950, édition de Peter Fawcett et Pascal Mercier, Gallimard, 1993.
  • Notes sur la vie littéraire, 1902-1968, édition de Pascal Mercier, Gallimard, 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Schlumberger et la NRF, Gilbert-Julien Salmon, L'Harmattan, 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Schlumberger face à l'histoire (colloque organisé par l'Association François Guizot-Val-Richer, le 20 octobre 2004 ; actes publiés sous la direction de Pascal Mercier). – Lisieux : Association le Pays d'Auge, 2005. – 97 p., (ISBN 2-9522120-2-3).
  • Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l'Occupation, éd. Albin Michel, 2001.
  • Jean-Marie Schmitt, « Pierre Conrad Nicolas Jean Schlumberger », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 33, p. 3463.

Liens externes[modifier | modifier le code]