Ecce homo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ecce Homo)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ecce homo (homonymie).

Ecce homo est une expression latine signifiant « voici l'homme ». C'est l'expression prêtée à Ponce Pilate, gouverneur romain de Judée dans la traduction de la Vulgate de l'Évangile selon Jean (19:5) lorsqu'à Jérusalem, il présenta à la foule, Jésus de Nazareth sortant du prétoire, après la flagellation. La phrase correspondante en grec ancien est Ἰδού ὁ ἄνθρωπος / Idoύ ho anthrôpos.

Un Ecce Homo sur le plan artistique est une représentation de Jésus de Nazareth debout, couronné d'épines et revêtu d'une cape, les deux mains entravées par une corde tenant un sceptre de roseau. Naturellement, cette représentation peut comporter des variantes selon les œuvres.

Article détaillé : Passion du Christ.

Ecce homo comme motif artistique[modifier | modifier le code]

Peintures référencées[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Ecce homo est le titre classiquement donné à une œuvre représentant Jésus couronné d'épines, même lorsque Pilate est absent.

Gravure[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sculpture[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Architecture[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Ecce homo en musique, littérature, cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit plutôt d'un Christ de pitié

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tableau exécuté pour Jean Cueillette, notaire et secrétaire de Charles VIII (référence : catalogue de l'exposition France 1500 - Entre Moyen Age et Renaissance, voir bibliographie).
  2. Fiche de l’Ecce Homo de Giambattista Tiepolo sur univ-provence.fr.
  3. Espagne : la pire restauration au monde, Le Point, 22 août 2012.
  4. Espagne : le tableau du Christ défiguré attire des centaines de visiteurs, Le Point, 25 août 2012.
  5. Annie Becque et Nicole Chaquin, « Un philosophe toujours inconnu : Louis-Claude de Saint-Martin », Dix-huitième Siècle, vol. 4, no 1,‎ , p. 169–190 (ISSN 0070-6760, DOI 10.3406/dhs.1972.998, lire en ligne, consulté le 10 décembre 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]