Gare de La Tour-du-Pin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Tour du Pin.
La Tour-du-Pin
Image illustrative de l'article Gare de La Tour-du-Pin
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune La Tour-du-Pin
Adresse Place de la Gare
38110 La Tour-du-Pin
Coordonnées géographiques 45° 33′ 37″ nord, 5° 26′ 58″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Rhône-Alpes
Caractéristiques
Ligne(s) Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble)
Voies 2
Quais 2
Transit annuel 810 212 voyageurs (2015)[1]
Altitude 339 m
Historique
Mise en service
Architecte Compagnie du PLM

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
La Tour-du-Pin

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
La Tour-du-Pin

La gare de La Tour-du-Pin est une gare ferroviaire française de la ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble), située sur le territoire de la commune de La Tour-du-Pin, sous-préfecture du département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est mise en service en 1861 par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Rhône-Alpes.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 339 mètres d'altitude, la gare de La Tour-du-Pin est située au point kilométrique (PK) 56,696 de la ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble), entre les gares de Cessieu et de Saint-André-le-Gaz[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de La Tour-du-Pin est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la troisième section, de Bourgoin à Saint-André-le-Gaz de la ligne de Lyon à Grenoble[3].

Le un décret approuve le projet de travaux d'agrandissement de la gare pour un coût de 18 500 francs. Ces travaux ont été rendus nécessaires du fait de l'importance du trafic formé par l'industrie et le commerce de la ville[4].

En 1876, le bâtiment voyageurs est modifié[5].

En décembre 1909, elle devient une gare d'échange avec l'ouverture de la ligne de La Tour-du-Pin à Avenières par la Compagnie des chemins de fer du Sud de la France qui exploite la ligne pour le compte du département qui a construit cette ligne (elle fermera en 1935)[6].

En 1911, c'est une gare de la Compagnie du PLM, qui peut recevoir et expédier des dépêches privées et qui est ouverte aux services complets de la grande et de la petite vitesse[7]. Elle est située sur la ligne de Lyon à Grenoble et à Marseille, entre les gares de Cessieu et de Saint-André-le-Gaz[8].

En 2013, la communauté de commune aménage un nouveau parking pour 225 voitures. il dispose d'un cheminement piéton pour rejoindre la gare[9].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet et salle d'attente, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport TER. On y trouve également un relais toilettes et un distributeur de boissons[10].

Une passerelle permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre;

Desserte[modifier | modifier le code]

La Tour-du-Pin est desservie par des trains TER Rhône-Alpes, des relations[10] :

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos (48 places en consigne colloective + des accroches vélos) et un parking pour les véhicules y sont aménagés[10].

Elle est desservie par des autobus du réseau urbain local.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SNCF, « Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com (consulté le 1er mai 2017)
  2. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [905/1] Lyon-Perrache - St-André-le-Gaz », p. 182.
  3. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le second Empire, t. 2 : 1858-1863, Paris, Palau, , 223 p. (ISBN 2-950-94212-1, notice BnF no FRBNF37658881), « 5.21 Bourgoin-Saint André le Gaz », p. 127.
  4. « Ligne de Lyon à Grenoble », Rapports et délibérations / Conseil général de l'Isère,‎ , p. 506 (lire en ligne).
  5. Préfet (rapport), « Ligne de Lyon à Grenoble », Rapports et délibérations / Conseil général de l'Isère,‎ , p. 249 (lire en ligne).
  6. « L’histoire du réseau », sur Ferro-Lyon, (consulté le 2 décembre 2016).
  7. Compagnie du PLM, 1911, p. 24.
  8. Compagnie du PLM, 1911, p. 59.
  9. « Un nouveau parking à la gare de La Tour du Pin », sur Communauté des communes Les Vallons de la Tour, (consulté le 2 décembre 2016).
  10. a, b et c « Gare La Tour-du-Pin », sur SNCF TER Rhône-Alpes (consulté le 2 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • PLM, Chemin de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : Nomenclature des gares, stations et haltes, Paris, Impr. Maulde, Doumenc, , 173 p. (lire en ligne), p. 24 et 159.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Lyon-Part-Dieu Bourgoin-Jallieu TER Rhône-Alpes Voiron Grenoble
Lyon-Part-Dieu Bourgoin-Jallieu TER Rhône-Alpes Pont-de-Beauvoisin Chambéry-Challes-les-Eaux
ou Modane
ou Bourg-Saint-Maurice
Lyon-Perrache Cessieu
ou Bourgoin-Jallieu
TER Rhône-Alpes Saint-André-le-Gaz Saint-André-le-Gaz
ou Grenoble