Montagnieu (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montagnieu.
Montagnieu
Maison forte de Montagnieu.
Maison forte de Montagnieu.
Blason de Montagnieu
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Canton de Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Hien
Maire
Mandat
Rémy Rabatel
2014-2020
Code postal 38110
Code commune 38246
Démographie
Gentilé Montagnards
Population
municipale
1 023 hab. (2015 en augmentation de 14,17 % par rapport à 2010)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 30″ nord, 5° 27′ 11″ est
Altitude Min. 380 m
Max. 582 m
Superficie 8,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Montagnieu

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Montagnieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montagnieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montagnieu

Montagnieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune s'étend sur un plateau qui fait partie des "Terres Froides". La surface de la commune est un terrain vallonné s'élevant à 413 mètres aux Rivières, 468 mètres à Montagnieu le Bas, 484 mètres au Perrin, 523 mètres au Serpent, 565 mètres au Mont Dormir pour culminer à 584 mètres au Carrefour du Grand Firmin, le point le plus élevé.

Montagnieu s'étale entre deux vallées. Au nord celle formée par le Bier (ou Bièvre, ou Bien, orthographes couramment employées). Au sud, celle formées par le ruisseau des Molles de Tribouillon ou de Corognon des Rivaux. À l'ouest, c'est la vallée de l'Hien qui en ferme le territoire. Trois vallées donc, quant à l'est, les limites se confondent avec celles de Le Passage, de Saint-Didier-de-La -tour et de Chélieu. Trois rivières forment des limites naturelles avec les communes voisines. La principale étant l'Hien qui prend sa source à Belmont et qui se jette dans la Bourbre entre Cessieu et Sérezin-de-la-tour. À l'ouest en limite avec Chélieu, des chemins communaux séparent les deux communes.

La commune s'étend sur 882 hectares.

Histoire[modifier | modifier le code]

La villa "Bel Air" en 1930.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Un relief plutôt accidenté pourrait laissé supposer que son nom de "Montagnieu" vient de cette particularité. Ce n'est pas aussi simple que cela et ce serait faire des déductions un peu trop rapides. D'abord, toutes les communes environnantes ont le même relief accidenté, donc un raisonnement qui ne tient pas..

La réponse la plus vraisemblable vient des archives départementales: "La première mention de Montagnieu qui a été retrouvée remonte à l'an 956 en un texte où il est question d'une "Villa Montensis" ". Une autre version est avancée par un historien local (Monsieur Henri Greffié de Bellecombe) qui indique que l'origine du nom pourrait être liée au domaine d'un Gallo-romain nommé Montanus et de ce domaine serait devenu la seigneurie de Montagnieu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours M. Rémi Rabatel SE Agriculteur retraité[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 1 023 habitants[Note 1], en augmentation de 14,17 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
694 506 733 774 776 776 827 779 767
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
721 729 744 744 685 678 653 643 615
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
577 570 540 509 540 532 530 473 567
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
554 530 482 562 653 701 804 819 964
2015 - - - - - - - -
1 023 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commerces et industries[modifier | modifier le code]

Le village contient un restaurant, un bar-restaurant et une usine de plasturgie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Châtelard, des XIVe et XVIIe siècles, inscrit partiellement au titre des monuments historiques par arrêté du 30 janvier 1989[6]. Les éléments protégés sont les façades et les toitures du corps de logis, à l'exception du bâtiment nord, des vestiges de l'enceinte, du pavillon d'entrée et de la grange. Propriété d'une personne privée, le château est fermé au public.
Construit à l’emplacement d’un ancien oppidum, il est cité Domus Fortis Cappela de Castellarioau au XVe siècle.[réf. nécessaire]
  • Pont Sainte Marguerite Mion.
  • Les trois Têtes.
  • Château de Marlieu.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Montagnieu Blason De gueules au lion d'or, armé de sable; à la bande componée de sable et d'azur, chaque compon de sable chargé de cinq bâtons ondés et alésés en pal, d'argent et ordonnés en croix.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/montagnieu,38246/
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « Château du Châtelard », notice no PA00117224, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Dans un rescrit du 6 novembre 1968 en réponse au maire de Montagnieu M. Vital Chomel, conservateur en chef, directeur des Services d’Archives de l’Isère indique que « [des] personnages notables qui ait vu le jour dans votre commune le plus illustre est le Dr Marmonnier », ne donnant mention de personne d’autre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Grillot, Montagnieu : La vie d'un village des Terres Froides de la révolution au 21e siècle, Paul Grillot, (ISBN 2951150415)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :