Saint-Jean-de-Soudain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jean-de-Soudain
Saint-Jean-de-Soudain
Centre-ville de Saint-Jean-de-Soudain en octobre 2019
Blason de Saint-Jean-de-Soudain
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vals du Dauphiné
Maire
Mandat
Alain Courbou
2020-2026
Code postal 38110
Code commune 38401
Démographie
Population
municipale
1 612 hab. (2018 en augmentation de 5,98 % par rapport à 2013)
Densité 216 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 24″ nord, 5° 25′ 47″ est
Altitude 389 m
Min. 303 m
Max. 471 m
Superficie 7,48 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine La Tour-du-Pin
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Tour-du-Pin
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Soudain
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Soudain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Soudain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Soudain
Liens
Site web www.saintjeandesoudain.fr

Saint-Jean-de-Soudain est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est adhérente à la communauté de communes Les Vals du Dauphiné depuis le .

La commune est plus précisément située dans la partie occidentale de la petite agglomération de La Tour-du-Pin, laquelle se place approximativement à égale distance des agglomérations de Lyon, située au nord-ouest, de Grenoble, située au sud, et de Chambéry, située à l'est.

Son territoire héberge un édifice classé au titres des Monuments historiques datant du XVIIe siècle, le château de Cuirieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Soudain est située dans le département de l'Isère et plus précisément dans la partie septentrionale de ce département, dénommé localement sous le vocable de Nord-Isère.

Saint-Jean-de-Soudain est limitrophe de la ville de La Tour-du-Pin, sous-préfecture de l'Isère, situé à l'est de son territoire. Le bourg, situé au sud du territoire communal se positionne plus précisément dans la vallée de la Bourbre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Plan de la commune et des communes limitrophes

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Saint-Jean-de-Soudain se situe dans la vallée de la Bourbre et les collines qui la domine et donc entre la plaine de Lyon et la bordure occidentale du plateau du Bas-Dauphiné qui recouvre toute la partie iséroise où il n'y a pas de massifs montagneux. Ce plateau se confond en grande partie avec la micro-région du Nord-Isère, région qui est composée essentiellement de collines de basse ou moyenne altitude et des longues vallées et plaines.

Situation du Nord-Isère

Climat[modifier | modifier le code]

Le secteur du Nord-Isère présente un climat de type semi-continental[1] qui se caractérise par des précipitations en toutes saisons.

Les étés sont généralement chauds et connaissent de fréquents orages. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Panneau routier d'entrée de Saint-Jean de Soudain

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Saint-Jean-de-Soudain est traversé dans sa partie méridionale par la Bourbre, un affluent direct en rive gauche du Rhône, d'une longueur de 72,2 km[2]. Il est également bordé, à l'ouest, par un de ses affluent le ruisseau de Buyat.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Saint-Jean-de-Soudain se situe sur les axes suivants :

Sortie 9 à 47 km : La Tour-du-Pin-centre
  • La route départementale 1006 (RD 1006) qui correspond à l'ancienne l'ancienne RN 6 reclassée en route départementale et relie la commune avec les communes de Bourgoin-Jallieu, en se dirigeant vers Lyon et La Tour-du-Pin, en se dirigeant vers Chambéry.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Soudain est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Tour-du-Pin, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[6] et 38 657 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

L’habitat est très dispersé et parfois éloigné du centre du village dans divers hameaux éparpillées autour du bourg.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (49,1 %), prairies (18,4 %), zones urbanisées (12,6 %), forêts (12,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,6 %), terres arables (0,7 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Hameaux, quartier et lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux de la Tour-du-PIn, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Rencurel, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[13].

  • Salérieu
  • les Bruyères
  • le Bressan
  • Saint-Vivant
  • le Puits
  • Chantilin
  • l'Iris
  • Fontenaille
  • les Grandes Concises
  • Molard Maillet
  • Comabalan
  • Badieu dessus
  • Bas Cuirieu
  • la Tabagie
  • les Bourrins

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Saint-Jean-de-Soudain est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[14].

Terminologie des zones sismiques[15]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au début de l'Antiquité, le territoire de la tribu gauloise des Allobroges s'étendait sur la plus grande partie des pays qui seront nommés plus tard la Sapaudia (ce « pays des sapins » deviendra la Savoie) et au nord de l'Isère. Les Allobroges, comme bien d'autres peuples gaulois, sont une « confédération ». En fait, les Romains donnèrent, par commodité le nom d'Allobroges à l'ensemble des peuples gaulois vivant dans la civitate (cité) de Vienne, à l'ouest et au sud de la Sapaudia.

Moyen Âge et Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Saint-Jean-de-Soudain en octobre 2019

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2019, le conseil municipal de Saint-Jean-de-Soudain est composé de quinze conseillers municipaux (sept femmes et huit hommes) dont le maire, quatre adjoints au maire et dix conseillers municipaux[16].

Liste des élus[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 François Ballet    
1795 1797 Étienne David    
1797 1800 Pierre Magnin    
1800 1816 Georges Genin    
1816 1816 Claude Borel    
1816 1816 François Guillon    
1816 1831 Georges Guerry    
1831 1849 Joseph Genin    
1849 1851 Louis Georges Bouquet    
1851 1860 Joseph Alexis Guerry    
1860 1870 César De Mougins    
1870 1870 Georges Bertbeaujean    
1870 1877 Jules César Tavel    
1877 1877 Benoit Ferrand    
1878 1884 Pierre Bel    
1884 1886 Jules César Tavel    
1886 1888 Joseph Bin    
1888 1908 Jean Berthier    
1908 1925 Pierre Rivoire    
1925 1965 Joseph Piraud    
1965 1978 Joseph Tropel    
1978 1995 Michel Emery    
1995 2011 Claude Mariscal    
2011 2020 Frédéric Cappe    
2020 En cours Alain Courbou    

Alain Courbou

Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 1 612 habitants[Note 3], en augmentation de 5,98 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
488542613722695736830766766
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
748741719695684702708687690
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
663614531534529483530576648
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
6527358399349801 2811 4301 5721 612
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble et compte une école maternelle et élémentaire située dans le bourg. Lors de la rentrée scolaire 2018/2019, cet établissement présentait un effectif de 171 élèves[21].

Équipement sportif et culturel[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et de l'agglomération, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Saint-Jean-de-Soudain (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Sainte-Anne qui est, elle-même, rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[22].

Autres cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Chateau de cuirieu

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Celui-ci date des XVIIe et XVIIIe siècles est situé dans le hameau de Bas-Cuirieu. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 22 janvier 1955, avec ses communs et son jardin à la française[23]. Non visitable. Ouvre pour les journées du patrimoine.
  • L'église paroissiale
Sa construction débute au XVe siècle, à l’initiative d'une famille de la région, les Rivoire qui souhaitait y établir leur tombeau de famille. Au début des années 1970, des fouilles entreprises dans le chœur ont permis de mettre jour une dizaine de squelettes ainsi que de vieilles tuiles ce qui laisse penser que cette église se situe sur l’emplacement d’un oratoire gallo-romain[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le château de Cuirieu garde le souvenir du marquis du Vivier, original qui louait ses maîtresses par contrat devant notaire et leur imposait de défiler en robe de soie rouge le jour de la Fête-Dieu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Jean-de-Soudain Blason
Blason de Saint Jean de Soudain.
Détails

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 1er juin 2018).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de La Tour-du-Pin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Site géoportail, page des cartes IGN
  14. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  15. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  16. Site de la mairie, page sur le conseil municipal, consulté le 23 octobre 2019.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Site bv.ac-grenoble.fr, page sur l'école de Saint-Jean-de-Soudain, consulté le 22 octobre 2019.
  22. Site de messe-infos, page sur la paroisse Sainte-Anne, consulté le 23 octobre 2019.
  23. « Château de Cuirieu », notice no PA00117293, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Site de la commune de Saint-Jean-de-Soudain, page de présentation du village, consulté le 22 octobre 2019.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]