Cohennoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cohennoz
Cohennoz
Vue de l'église du chef-lieu.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Arrondissement d'Albertville
Canton Canton d'Ugine
Intercommunalité Communauté d'agglomération Arlysère
Maire
Mandat
Christiane Detraz
2014-2020
Code postal 73400 et 73590
Code commune 73088
Démographie
Gentilé Cohennerans ou Cohennerains
Population
municipale
159 hab. (2015 en augmentation de 1,92 % par rapport à 2010)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 30″ nord, 6° 28′ 55″ est
Altitude Min. 520 m
Max. 1 880 m
Superficie 13,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Cohennoz

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Cohennoz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cohennoz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cohennoz

Cohennoz est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune compte également sur son territoire la station de sports d'hiver, Crest-Voland Cohennoz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cohennoz (fpvl Coënn) est une commune de la Savoie située sur les hauteurs de la rive gauche de l'Arly, en face du massif des Aravis, au pied du Signal de Bisanne.

Une image (de qualité douteuse) du hameau-chef-lieu de Cohennoz perdu dans le bois du Ban.

Le chef-lieu de la commune est en fait un hameau composé de quelques maisons. En raison du développement touristique, le hameau du Cernix, situé du côté de Crest-Voland est devenu beaucoup plus bâti que le chef-lieu lui-même, faisant ainsi de Cohennoz une commune atypique.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Le Kouéno, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Commune détachée en l'an VI de la commune d'Héry-sur-Ugine, située sur le versant opposé des gorges de l'Arly. Ironiquement, Héry-sur-Ugine a perdu par la suite sa qualité de commune en étant rattachée à Ugine, mais Cohennoz est demeurée indépendante.

Le nom de la commune vient probablement d'un ancien propriétaire, Cuenoz (orthographe attestée au XVIe siècle).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Étienne Maillet ... ...
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Christiane Detraz ... ...

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 159 habitants[Note 1], en augmentation de 1,92 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866 1872
434 391 473 380 428 366 415 341 306
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
313 293 323 315 319 292 308 268 238
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
220 229 257 200 141 117 82 91 95
1990 1999 2006 2011 2015 - - - -
121 138 156 150 159 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 3 078 lits touristiques répartis dans 580 établissements[Note 2]. Celle de la station, comprenant également les structures de Crest-Voland, est 7 681 lits touristiques répartis dans 1 355 établissements[6]. Les hébergements se répartissent comme suit : 98 meublés sur les 304 que l'on trouve dans la station ; 1 des 4 hôtels ; 2 des 10 centres ou villages de vacances / auberges de jeunesse / maisons familiales ; le 1 gîte et la chambre d'hôtes se trouvent dans la commune voisine[6].

La commune dispose d'une station de sports d'hiver, Crest-Voland Cohennoz, reliée avec le grand domaine skiable Espace Diamant.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle du hameau du Cernix.
Chœur de l'église Saint-Pierre de Cohennoz.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. a, b et c « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».