Crest-Voland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crest-Voland
Crest-Voland
Vue du village depuis les hauteurs de Paravy.
En fond, la chaîne des Aravis et le Charvin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Intercommunalité Communauté d'agglomération Arlysère
Maire
Mandat
Christophe Rambaud
2020-2026
Code postal 73590
Code commune 73094
Démographie
Gentilé Crest-Volantains
Population
municipale
337 hab. (2018 en diminution de 12,24 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 45″ nord, 6° 30′ 23″ est
Altitude Min. 680 m
Max. 1 691 m
Superficie 9,96 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ugine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Crest-Voland
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Crest-Voland
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crest-Voland
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crest-Voland

Crest-Voland [kʁe vɔlɑ̃] est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune compte également sur son territoire la station de sports d'hiver, Crest-Voland Cohennoz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Crest-Voland occupe une position médiane sur le versant sud de la moyenne vallée de l'Arly (en balcon des gorges) à environ 1 230 m d'altitude. Ses limites administratives vont depuis le cours du torrent jusqu'aux confins du col des Saisies ; elles sont mitoyennes de Cohennoz, Notre-Dame-de-Bellecombe et Hauteluce.

Outre le centre bourg, le village se compose de nombreux hameaux (Le Crest, le Tovat, le Zet, Paravy, les Molliettes, le Passage, les Reys…).

Le territoire de la commune est essentiellement boisé, les terrains non sylvicoles étant occupés par des pelouses d'alpage.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Crest-Voland et les communes voisines.
Crest-Voland et les communes voisines.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Crest-Voland est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (62,8 %), prairies (24,2 %), zones urbanisées (7,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,9 %), zones agricoles hétérogènes (0,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom reste assez obscure. Il s'agit sans doute d'un patronyme, le nom Veul(l)an[dt] étant attesté dans la région. On peut avoir Crest-Voland < *Crest V[eu/o]l(l)and.

Une légende raconte que le géant Gargantua aurait maladroitement botté dans la chaîne des Aravis. Une partie du rocher se serait détachée sous le choc (formant alors la Porte des Aravis), aurait « volé » au-dessus du village alors appelé simplement Crest (et depuis Crest-Voland) pour atterrir au-dessus de Roselend et former la Pierra Menta. L'identité de forme entre la Porte et la Pierra Menta est effectivement surprenante.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Kré-Valan, selon la graphie de Conflans[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1585, unis à la paroisse de Saint Nicolas la Chapelle depuis le XIVe siècle, les habitants de Crest-Voland obtiennent; après une vive opposition du curé de Saint Nicolas la Chapelle; la séparation en deux paroisses distinctes et de ce fait le droit d’ériger une église paroissiale, et ceci par une bulle du Pape Grégoire XIII.

La paroisse de crest-voland continue de payer la taille (impôt) en commun avec Saint Nicolas la Chapelle, n'étant pas encore reconnue du point de vue civil. Cette reconnaissance acceptée 1664, après une requête déposée en 1640 auprès de la chambre des comptes de Savoie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1867 J.Michel Chevallier    
1867 1870 Jean Pierre Ajoux    
1870 1878 Frédéric Claray    
1878 1888 Jean Pierre Ajoux    
1888 1888 Théodore Mongellaz    
1888 1896 Charles Eugène Chevallier    
1896 1904 Jean Vincent Mollier    
1904 1912 François Marin-Lamellet    
1912 1913 Louis Ravier    
1913 1919 Jean Vincent Mollier    
1919 1929 Jean François Marin-Lamellet    
1929 1935 François Ravier    
1944 1945 François Mongellaz    
1945 1947 François Ouvrier    
1947 1949 François Marin-Lamellet    
1949 1953 Louis Ravier    
1953 1969 Clovis Ouvrier    
1969 1983 Louis Mollier    
1983 2000 Lucien Marin-Lamellet    
2000 2007 Bernard Marin-Lamellet    
2007 2010 Lucien Marin-Lamellet    
2010 2020 Lionel Mollier    
Juillet 2020 ..... Christophe Rambaud    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2018, la commune comptait 337 habitants[Note 2], en diminution de 12,24 % par rapport à 2013 (Savoie : +2,36 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
360340346344286328285275275
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
262257275307314336345302302
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
279280253234234267232264282
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018 -
310395418403401390341337-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les productions[modifier | modifier le code]

principalement tournée vers l'élevage bovin laitier de race abondance (race bovine) pour la production fromagère ; La commune est en zone d'appellation d'origine contrôlée, Beaufort (fromage), Chevrotin et le Reblochon de Savoie ainsi qu'en zone IGP pour l'Emmental de Savoie, Gruyère français et Tomme de Savoie[13]

résultats du recensement agricole de 2010[14]
Nombre d'exploitations unité de travail annuel

Surface agricole utilisée (en Ha)

Cheptel

en UGB

Surface labourable

(en Ha)

Surface en cultures permanentes

(en Ha)

Surface toujours en herbe

(en Ha)

2010 2000 1988 2010 2000 1988 2010 2000 1988 2010 2000 1988 2010 2000 1988 2010 2000 1988 2010 2000 1988
5 8 18 9 9 17 358 331 512 235 219 208 0 0 11 0 0 0 358 331 501

La forêt[15][modifier | modifier le code]

La forêt couvre 652 ha dont 53,56 ha classés en forêt de protection

forêt communale forêt privée
401 ha 251 ha

La commune est adhérente au Programme de reconnaissance des certifications forestières (PEFC) Composition de la forêt de Crest-Voland

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 4 603 lits touristiques répartis dans 775 établissements[Note 3]. Celle de la station, comprenant également les structures de Cohennoz, est 7 681 lits touristiques répartis dans 1 355 établissements[16]. Les hébergements se répartissent comme suit : 206 meublés sur les 304 que l'on trouve dans la station ; 3 des 4 hôtels ; 8 des 10 centres ou villages de vacances / auberges de jeunesse / maisons familiales ; ainsi qu'1 gîte ou gîte d'étape et une chambre d'hôtes[16].

La commune dispose d'une station de sports d'hiver, Crest-Voland Cohennoz, reliée avec le grand domaine skiable Espace Diamant.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église

L'église dédiée à la Nativité-de-Notre-Dame est de style ogival à trois nefs. Elle a été construite en 1857 sur les ruines de l'ancienne église connue sous le vocable de saint Grat, édifiée en 1606

Les chapelles

La chapelle Saint-Jean-Baptiste construite en 1658, au col des Saisies par le révérend Desbiolle, curé de Crest-Voland. Elle était, jusqu'en 1939, le lieu d'une foire point d'union entre le Val d'Arly et le Beaufortain.

La chapelle Saint-Claude ou chapelle du Cret existait en 1677 où le curé de la paroisse, le RD Favergeot, donne 100 florins. pour une messe le jour de la saint Claude. Le , Martin Favray, originaire de Crest-Voland et domicilié à Paris, donne son grangeage au curé pour la réparation de la chapelle ainsi que pour deux messes les 15 aout et 11 novembre.

Les croix et les oratoires[17],[18]

Croix de mission :

  • La croix de la mission de 1884
  • La croix de la mission de 1893
  • La croix de la mission de 1903
  • La croix de la mission de 1940

Croix honorifiques

  • Croix de l'abbé Joguet, croix en fer forgé, située au lieu-dit "Les Praz", érigée en souvenir de l'abbé Joguet fusillé le à Cluses pour avoir refusé de prêter serment à la constitution civile du clergé ;
  • Croix du cimetière, située au sommet du cimetière, érigée en honneur de Jean-Marie Paroud curé de Crest-Voland, mort en 1871

Croix de chemin :

  • Croix des "Pieux", située sur le sentier qui menait jusqu'en 1585, les habitants de Crest-Voland à l'église de Saint-Nicolas la chapelle ;
  • Croix de "la Varoche", située sur les piste de ski, au lieu-dit "la Varoche" ;
  • Croix des "Ayes", située sur la route du Col des Saisies (parking "des Ayes") ;

Oratoires :

  • Oratoire des Rey, dédié à Notre-Dame de Lourdes, situé sur la route du Col des Saisies, au lieu-dit "Paravy", il date de 1851. En ruine, il est restauré en 1978.
  • Oratoire de la Vierge à l'Enfant, construit en 1830, il est situé au lieu-dit « Monneret » dans un jardin privé. Il a été restauré en 1937
  • Oratoire des Biollets, dédié à Saint Joseph, situé à la sortie de Crest-Voland sur la route menant à Ugine.
  • Oratoire de Notre-Dame de Lourdes, situé dans le bois des « Maigres », au lieu-dit des « Mouilles ». À la suite du vœu, en 1914, de Madame Jean-Marie Marin-Lamellet, que si ses 3 fils et ses 2 gendres revenaient vivants de la guerre ; elle ferait construire un oratoire sur ses terrains. Vœu exaucé en 1920, malgré la mort d'un de ces fils.
  • Oratoire du Sauzier, dédié a la Sainte Famille, situé sur les bords du nant de "la Gave", en contrebas de la route menant à Notre-Dame-de-Bellecombes ; il date de 1859.
  • Oratoire de la Sainte Famille, situé au lieu dit "sous la vigne" en direction de Notre Dame de Bellecombes, à quelques mètres avant le pont du diable. Il a été édifié en 1894.

Petit patrimoine[modifier | modifier le code]

Le moulin Ainoz[19]

Il s'agit d'un moulin à eau daté de 1728 et situé sur le nant du Moulin dit aussi Lebet. Dans les années 1930, un des fils eut l'idée de monter une tournerie sur bois. Il construisit une deuxième turbine type Pelton raccordée sur la conduite forcée du moulin. Cette tournerie fournira aussi bien des manches d'outils (pour la S.N.C.F pour exemple) ou encore des jambes de poupées vendues aux Galeries Lafayette entre autres. L'activité ; tant meunerie que tournerie ; cessa en 1963. Le moulin est propriété de famille Ainoz depuis 1780. Une restauration a été réalisée en 2008.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris et une seconde en 2019[20].

Crest-Voland et le cinéma[modifier | modifier le code]

Trois scènes du film Le crime est notre affaire (2008) avec André Dussollier et Catherine Frot ont été tournées dans la forêt de Covetan, sur la piste de ski des Bâches et à proximité du refuge de Lachat[réf. nécessaire].

En 2019, des scènes du film Boutchou d'Adrien Piquet-Gauthier avec Stéfi Celma, Lannick Gautry, Catherine Frot,Carole Bouquet et Gérard Darmon sont tournées dans la station[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  3. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[16].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  8. Charles-Marie Rebord, Histoire de Crest-Voland, Annecy, Académie salésienne, coll. « Mémoires & documents (t.62) », (lire en ligne sur Gallica)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Crest-Voland – Zonages agricoles », sur le site de l'Observatoire des Territoires de la Savoie.
  14. Principaux résultats par commune - 26/04/2012 « Recensement agricole 2010 – Resultats, données chiffrées ».
  15. « Crest-Voland – Environnement », sur le site de l'Observatoire des Territoires de la Savoie.
  16. a b et c « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en ) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  17. Élise Pasqualini, Nos Oratoires de Savoie : Tome 1, Beaufortain, Tarentaise, Val d'Arly, Editeur Cléopas, , 251 p. (ISBN 2-9504976-1-6), pages 212 à 214.
  18. André Bié, Crest-Voland d'hier à aujourd'hui, Crest-Voland, Mairie de Crest-Voland, , 95 p. (ISBN 2-9504403-0-4), pages 70 à 75.
  19. Ghislaine Carrera, « Le Moulin Ainoz à Crest-Voland (Savoie) », sur de la Fédération des moulins de France — fdmf.fr, , d'après Ghislaine Carrera, « Moulin d'Ainoz », Association des Moulins Savoyards, article paru dans le Monde des Moulins, no 53, juillet 2015.
  20. « Les communes labellisées », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté en ).
  21. « Val d’Arly/Gérard Darmon, Carole Bouquet et Clémentine Célarié sont présents au casting. Le film “Bout’chou” sera tourné à Crest-Voland », sur www.ledauphine.com (consulté le ).
  22. Notice sur data.bnf.fr.
  23. « Frédéric Marin-Cudraz », sur le site dfis-ski.com (consulté le ).
  24. « Frédéric Marin-Cudraz », sur le site de Sports Reference (consulté le ).