Crest-Voland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Crest-Voland
Vue du village depuis les hauteurs de Paravy.En fond, la chaîne des Aravis et le Charvin.
Vue du village depuis les hauteurs de Paravy.
En fond, la chaîne des Aravis et le Charvin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Arrondissement d'Albertville
Canton Canton d'Ugine
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Arly - Com'Arly
Maire
Mandat
Lionel Mollier
2014-2020
Code postal 73590
Code commune 73094
Démographie
Gentilé Crest-Volantains
Population
municipale
381 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 45″ nord, 6° 30′ 23″ est
Altitude Min. 680 m – Max. 1 691 m
Superficie 9,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Crest-Voland

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Crest-Voland

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crest-Voland

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crest-Voland

Crest-Voland est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune compte également sur son territoire la station de sports d'hiver, Crest-Voland Cohennoz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Crest-Voland occupe une position médiane sur le versant sud de la moyenne vallée de l'Arly (en balcon des gorges) à environ 1 230 m d'altitude. Ses limites administratives vont depuis le cours du torrent jusqu'aux confins du col des Saisies ; elles sont mitoyennes de Cohennoz, Notre-Dame-de-Bellecombe et Hauteluce.

Outre le centre bourg, le village se compose de nombreux hameaux (Le Crest, le Tovat, le Zet, Paravy, les Molliettes, le Passage, les Reys…).

Le territoire de la commune est essentiellement boisé, les terrains non sylvicoles étant occupés par des pelouses d'alpage.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Crest-Voland
Manigod Notre-Dame-de-Bellecombe, Flumet Megève, Praz-sur-Arly
Le Bouchet-Mont-Charvin Crest-Voland Hauteluce (Les Saisies)
Ugine Cohennoz Hauteluce

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom reste assez obscure. Il s'agit sans doute d'un patronyme, le nom Veul(l)an[dt] étant attesté dans la région. On peut avoir Crest-Voland < *Crest V[eu/o]l(l)and.

Une légende raconte que le géant Gargantua aurait maladroitement botté dans la chaîne des Aravis. Une partie du rocher se serait détachée sous le choc (formant alors la Porte des Aravis), aurait « volé » au-dessus du village alors appelé simplement Crest (et depuis Crest-Voland) pour atterrir au-dessus de Roselend et former la Pierra Menta. L'identité de forme entre la Porte et la Pierra Menta est effectivement surprenante.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Kré-Valan, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mai 2010 Bernard Marin-Lamellet    
mai 2010 en cours
(au avril 2014)
Lionel Mollier    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 381 habitants, en diminution de -2,31 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
360 340 346 344 286 328 285 275 275
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
262 257 275 307 314 336 345 302 302
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
279 280 253 234 234 267 232 264 282
1982 1990 1999 2007 2011 2014 - - -
310 395 418 401 390 381 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 4 603 lits touristiques répartis dans 775 établissements[Note 2]. Celle de la station, comprenant également les structures de Cohennoz, est 7 681 lits touristiques répartis dans 1 355 établissements[6]. Les hébergements se répartissent comme suit : 206 meublés sur les 304 que l'on trouve dans la station ; 3 des 4 hôtels ; 8 des 10 centres ou villages de vacances / auberges de jeunesse / maisons familiales ; ainsi qu'1 gîte ou gîte d'étape et une chambre d'hôtes[6].

La commune dispose d'une station de sports d'hiver, Crest-Voland Cohennoz, reliée avec le grand domaine skiable Espace Diamant.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[7].

Crest-Voland et le cinéma[modifier | modifier le code]

Trois scènes du film Le crime est notre affaire (2008) avec André Dussollier et Catherine Frot ont été tournées dans la forêt de Covetan, sur la piste de ski des Bâches et à proximité du refuge de Lachat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Patrick Bérod, vainqueur de la Coupe du monde de parapente en 2001.
  • François Place, jeune espoir du ski alpin français. A fini cinquième en slalom au championnat du Monde de ski Junior en Allemagne de 2009 et premier au Championnat de France séniors 2010 en effectuant la descente puis la manche de slalom du Super Combiné aux Menuires en 2 min 6 s 49.
  • Frédéric Marin-Cudraz, membre de l'équipe de France de ski de 1993 à 2001, 3e au championnat du monde junior de slalom géant en 1993, une 6e place en coupe du monde au Super G de Beaver Creek en 1997, Jeux olympiques de Nagano en Super G en 1998. Il termine la saison 1998 au 23e rang mondial du Super G.
  • Philippe di Borgo, qui a inspiré le film Intouchables et auteur du livre Le Second Souffle, a possédé une résidence secondaire dans la commune de Crest-Voland. D'ailleurs, une scène du film a été filmé non loin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b et c « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  7. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).