Félix Arsène Billard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Félix Arsène Billard
image illustrative de l’article Félix Arsène Billard
Biographie
Naissance
Saint-Valéry-en-Caux (France)
Ordination sacerdotale
Décès
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Florian Jules Félix Desprez
Dernier titre ou fonction Évêque de Carcassonne
Évêque de Carcassonne

Blason
« In verbo tuo laxabo rete » (Lc 5,5)
« Sur ta parole, je vais lâcher les filets »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Paul Félix Arsène Billard, né à Saint-Valéry-en-Caux, en Seine-Inférieure le , est un évêque catholique français, évêque de Carcassonne de 1881 à sa mort le 3 décembre 1901.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 4 octobre 1853 il fut ordonné prêtre. Il devint tout d’abord vicaire à Saint Rémy de Dieppe, puis à Saint Patrice de Rouen et enfin à la cathédrale de Rouen.

Il prit sa première fonction de curé en 1869 à Caudebec-lès-Elbeuf. Puis il fut chanoine titulaire et vicaire général du Cardinal de Bonnechose.

Il fut nommé évêque de Carcassonne le 17 février 1881. Il succéda à Mgr Leuillieux.

Évêque de Carcassonne, Paul-Félix Arsène Billard nomma l'abbé Saunière professeur au séminaire de Narbonne[1] et aurait été son protecteur[2].

Il se rendit à Rennes-le-Château à deux reprises : tout d'abord en visite épiscopale le 1er juillet 1889, puis le 6 juin 1897, lors de l'inauguration de l'église restaurée.

Mgr Billard entreprit un voyage à Rome en 1891[3] tout en quittant son poste sans autorisation. Il fut sanctionné par le garde des Sceaux de l'époque, Armand Fallières. En effet une retenue de 500 francs sur le dernier trimestre de cette même année, correspondant aux traitements et salaires de l'évêque de Carcassonne fut mise en œuvre par le ministre des cultes[4].

Sur le porche de l’église de Rennes-le-Château l’abbé Saunière fit placer ses armoiries[5], et sa devise « IN VERBO TUO LAXABO RETE »[6].

Mgr Félix Arsène Billard a la particularité d'avoir la même devise que Jean Verdier, archevêque de Paris de 1929 à sa mort et cardinal.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Mgr Félix Arsène Billard et le mythe de Rennes-le-Château ont inspiré une illustration de sa personne :

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Fernand Kindt, Monseigneur Billard, L'Or du diable, série télévisée en six épisodes, d'après le roman éponyme de Jean-Michel Thibaux, (1989) avec Jean-François Balmer,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Fouquet. Il ouvrit le premier séminaire du diocèse de Narbonne
  2. Jean-Luc Robin, Rennes-le-Château : le secret de Saunière, Éd. Sud-Ouest, 2005, p. 27
  3. Dans ses carnets personnels, L'abbé Bérenger Saunière écrit le 21 septembre 1891 « découverte d'un tombeau ».
  4. La Lanterne : journal politique quotidien - SEIZIÈME ANNÉE — NUMÉRO : 5371 du LUNDI 4 JANVIER 1892
  5. Son blason est d’azur à une nacelle d’argent (alias d’or) sur mer du second, avec un saint Pierre comme pilote tenant une rame de sa main dextre et une croix haute de calvaire comme mât de sa main senestre, le tout d’argent (Comte de Saint Saud, Armorial des prélats français du XIXe siècle, Paris, 1906, H. Daragon, 415p., p. 85-86. Consultable sur Gallica.)
  6. (Luc, V, 5) : « Sur ta parole, je vais lâcher les filets »
  7. Ce fut le cardinal de Bonnechose, qui fit nommer son vicaire général, Monseigneur Billard, dans son ancien diocèse, à Carcassonne. Après cette nomination, le vieux cardinal, plus qu’octogénaire, reviendra deux fois à Carcassonne, en 1881 et 1882, avant de s’éteindre en 1883. Monseigneur Billard poursuivit son œuvre. Deux ans plus tard, le 1er juin 1885, il nommera Bérenger Saunière, curé de Rennes-le-Château.