Zodiac Aerospace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zodiaque (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Zodiac Aerospace
logo de Zodiac Aerospace
Création 1896
Dates clés 2007 : Scission des activités Marine et Aéronautique
2008 : Zodiac devient Zodiac Aerospace
Fondateurs Maurice Mallet
Forme juridique Société Anonyme
Action Euronext Paris
Slogan Mastering the Elements
Siège social Drapeau de France Plaisir (France)
Direction Didier Domange (Président du Conseil de Surveillance), Olivier Zarrouati (Président du Directoire)
Actionnaires Famille Domange
Activité Aéronautique
Produits Équipements aéronautiques
Effectif 30 000 (2015) - 22% en France, 12% en Europe (hors France), 35% États-Unis, 31% reste du monde
Site web zodiacaerospace.com
Chiffre d’affaires en augmentation 4,175 M€ (2013/2014)
en augmentation 4,9 M€ (2014/2015)[1]
Résultat net en diminution 354,4 M€ (2013/2014)
en diminution (2014/2015)[1]

Zodiac Aerospace est une entreprise aéronautique française créée en 1896 et fournissant des systèmes et des équipements à destination des aéronefs. Il est spécialisé dans les systèmes embarqués d’avion, les systèmes de sécurité d’avion et l’aménagement de cabine. Il compte une centaine de sites répartis à travers le monde et emploie près de 30 000 personnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les prémisses de l’aéronautique (1896 / 1933)[modifier | modifier le code]

En 1896, la société « Mallet, Mélandri et de Pitray » est fondée par Maurice Mallet et ses associés, elle est à l’origine de Zodiac. A ses débuts, l’entreprise participe au développement de la production des premiers ballons dirigeables de sport et de tourisme. En 1911, la société change de nom et devient « Zodiac ». Elle connait alors une période d’essor dans la construction d’aéroplanes et de ballons[2], notamment par son activité au service de l'aérostation maritime et par sa participation à l’effort de guerre. Jusqu’aux années 1930, ce sont 63 dirigeables qui sortiront des ateliers Zodiac.

Les activités Marine (1934 / 1972)[modifier | modifier le code]

En 1934, l’entreprise développe les premiers prototypes de bateau pneumatique, ancêtres du célèbre « Zodiac », qui contribuèrent au développement de l’industrie du bateau pneumatique civil et militaire. Zodiac s’oriente alors vers l’industrie du loisir en tournant la promotion de ses bateaux vers le marché civil. L’entreprise bénéficie aussi de l’essor des loisirs après la Seconde Guerre mondiale ainsi que de l’engouement des Français pour la navigation de plaisance dans les années 1960[réf. nécessaire]. Zodiac développe alors des bateaux pneumatiques à destination du marché civil et délaisse progressivement le marché des ballons dirigeables pour celui plus porteur du nautisme.

Zodiac honorera malgré tout un contrat en 1966 avec le Centre national d’études spatiales (CNES) pour la réalisation d’un ballon météorologique, dans le cadre du projet Eole. À la fin des années 1960, le Groupe se structure et se dote de sa première organisation commerciale pour exporter plus facilement ses produits à l’étranger. En 1964, il inaugure sa première filiale en Espagne, « Zodiac Española », puis « Zodiac North America » en 1970. Les bateaux pneumatiques étaient développés pour les professionnels et les particuliers. La marque « Zodiac » a vite été adoptée dans le langage courant comme nom commun de ce type de produit.

L’internationalisation du Groupe (1973 / 1989)[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, Zodiac connaît des difficultés financières. Sous l’impulsion de son nouveau Directeur Général, Jean-Louis Gérondeau, de l’aide des actionnaires et de l’Institut pour le Développement Industriel (IDI)[réf. nécessaire], le Groupe retrouve son équilibre en 1977. En 1978, le Groupe acquiert Aérazur Constructions Aéronautiques et retrouve ainsi son premier marché : l’aéronautique. En 1979, Zodiac acquiert la société EFA (Parachutes) qui conduit à la création de la branche aéronautique, et poursuit son développement dans la marine et l’aéronautique avec les rachats de Bombard-L’Angevinière (no 2 des bateaux pneumatiques), de Sevylor en 1981 (1er producteur français de structures gonflables légères en PVC), de Superflexit en 1983 (réservoirs souples) et la prise de contrôle de Parachutes de France (parachutes sportifs). En 1983, Zodiac est la première société admise au second marché de la Bourse de Paris. En 1987, Zodiac multiplie les acquisitions avec Air Cruisers (no 1 des toboggans d’évacuation), Metzeler (bateaux pneumatiques), B.Kern, Europool… En 1988, le Groupe acquiert Pioneer, qui est à l’époque le 2e fabricant américain de systèmes de décélération et de récupération d’engins freinés par parachutes.

Développement des activités aéronautiques (1990 / 2006)[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, le Groupe poursuit ses acquisitions[3][réf. insuffisante], en renforçant ses activités aéronautiques. En 1998, Monogram Systems (gestion de l’eau et des déchets à bord) rejoint le Groupe, ainsi que le groupe Intertechnique en 1999. Cette dernière acquisition augmente de façon significative la part des activités aéronautiques dans le groupe et permet plus tard la création de la branche Aircraft Systems, spécialisée des systèmes embarqués. De 2002 à 2006, Zodiac acquiert successivement ESCO (système d’arrêt d’urgence), ICORE (protection des câblages, interconnexion), Avox Systems (systèmes oxygènes), C&D Aerospace (intérieurs de cabines), Enertec et In-Snec (télémesure, enregistrement de données).

Scission et recentrage sur l’aéronautique (2007 à aujourd’hui)[modifier | modifier le code]

En avril 2007, le Groupe Zodiac annonce un accord en vue de céder ses activités Marine à une holding détenue à 72% par le Groupe américain Carlyle et dans laquelle il conserverait 28% par Zodiac. Cette opération est finalisée le avec la création de Zodiac Marine and Pool[4].

Début 2008, conformément aux accords signés lors de la cession de ses activités Marine, le Groupe se renomme Zodiac Aerospace et adopte un nouveau logo. Fin 2008, Zodiac Aerospace se renforce sur le segment des intérieurs de cabine en achetant la société néerlandaise Driessen (no 1 mondial de la fabrication de galleys pour avions monocouloirs et de trolleys), Adder (séparateurs de cabine) et TIA (équipements électriques pour les galleys, principalement à destination du marché des avions d'affaires).

Recentré sur l’aéronautique, Zodiac Aerospace poursuit sa stratégie d’acquisitions aussi bien dans le domaine des intérieurs de cabines, que dans celui des systèmes. En 2010, le canadien Cantwell Cullen & Co (câblage, interconnexion) et l’allemand Sell GmbH (galleys pour avions gros porteurs) rejoignent le Groupe. L’année 2010 est marquée par une tentative de rachat de Zodiac Aerospace par le Groupe français Safran. Début juillet 2010, Zodiac Aerospace annonce avoir été contacté officiellement par Safran et que son Conseil de surveillance refuse la proposition. Pendant plusieurs mois, Zodiac Aerospace et Safran s’affrontent sur le terrain médiatique. En novembre 2010, l’AMF somme Safran de clarifier sa position : son PDG, Jean-Paul Herteman annonce en novembre 2010 qu’il renonce à son projet de rapprochement avec Zodiac Aerospace.

En décembre 2011, Zodiac Aerospace rachète le britannique Contour Aerospace et devient ainsi, avec 40 % de parts de marché en valeur, le leader mondial des sièges d'avions devant l'américain B/E Aerospace. Contour Aerospace est présent sur le segment des sièges de classe affaires et de première classe, alors que l'activité sièges de Zodiac Aerospace, Sicma Aero Seat, fabrique des sièges pour la classe économique, où il est déjà leader mondial[5].

En septembre 2012, Zodiac Aerospace met en place une organisation en cinq branches (Zodiac Aerosafety, Zodiac Aircraft Systems, Zodiac Cabin & Structures, Zodiac Galleys & Equipment, Zodiac Seats), complétées par une activité de service après-vente, Zodiac Aerospace Services[6],[7],[8].

Zodiac Aerospace poursuit ses acquisitions depuis 2008, une quinzaines d'entreprises au total six ans plus tard[1], une trentaine en trente ans[9]. La capitalisation boursière et le chiffre d'affaires ne cesse d'évoluer durant cette période. Mais juste avant le milieu des années 2010, de vives critiques se font entendre de la part des clients importants de l'entreprise : les livraisons de sièges à Airbus, Boeing ou American Airlines ne sont plus effectuées dans les délais et la qualité de certaines pièces laisse à désirer[1],[10]. Les « avertissements sur résultat » s'enchainent, la cote boursière chute et les résultats plongent malgré un chiffre d'affaires toujours en hausse depuis des années[1],[9]. La décentralisation mondiale de la production du groupe, mal structuré pour gérer autant de divisions, semble en cause, rendant difficile une gestion et un contrôle par le siège de l'entreprise[1],[9]. Un plan d'urgence est lancé en avril 2014 permettant d'améliorer les choses[1],[9]. Finalement, même si Zodiac reste solide, l'image de l'entreprise s'en trouve fortement dégradée[1],[9].

La marque Zodiac Aerospace[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À sa création en 1896, la société est appelée « Mallet, Mélandri et de Pitray ». Elle change plusieurs fois de dénomination au cours de son histoire. En 1899, elle devient « Ateliers de constructions aéronautiques Maurice Mallet » et neuf ans plus tard, devient la « Société française des ballons dirigeables ». En 1909, le nom Zodiac apparait dans le nom « Société française de ballons dirigeables et d'aviation Zodiac », suivi en 1911 par « Société Zodiac, anciens établissements aéronautiques Maurice Mallet ». En 1965, la société change sa dénomination en « Zodiac ». Le nom Zodiac est associé aux bateaux pneumatiques qui ont été développés après la Seconde Guerre mondiale, et ont été rendus célèbres par les explorations du commandant Cousteau ou l’expérience de naufragé volontaire de Alain Bombard. Pour cette raison, lorsqu’en 2007 le Groupe Zodiac cède ses activités Marine, la marque Zodiac est aussi cédée. En vertu des accords signés avec l’acquéreur, le groupe prend le nom de « Zodiac Aerospace » qui souligne son recentrage sur l’aéronautique. Ce changement de nom s’accompagne de la modification du logo qui se compose du Z rappelant l’ancien logo du Groupe, associé au nom « Zodiac Aerospace ».

Organisation[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (janvier 2015).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Zodiac Aerospace fournit des équipements à destination des avions commerciaux, des avions régionaux, des avions d’affaires ainsi que des hélicoptères et du spatial. Le Groupe se structure en cinq branches opérationnelles, soutenues par une activité de service.

Zodiac Aerosafety[modifier | modifier le code]

Zodiac Aerosafety rassemble les activités développant des systèmes de sécurité à bord et au sol, ainsi que des solutions de protection et sauvetage. Cette branche est composée de cinq divisions principalement présentes en Europe et aux États-Unis.

  • Zodiac Arresting Systems développe des systèmes d’arrêt d’urgence dont le produit EMASMAX, qui permet de sécuriser les pistes des aéroports civils.
  • Zodiac Evacuation Systems offre des systèmes de sauvetage comme les gilets gonflables, les toboggans d’évacuation et les flottabilités de secours pour les hélicoptères.
  • Zodiac Interconnect est spécialisée dans la protection des câblages et des systèmes d’interconnexion.
  • Zodiac Elastomer conçoit des réservoirs souples pour les aéronefs, des systèmes d’acheminement du carburant ainsi que des systèmes de dégivrages.
  • Zodiac Parachute & Protection propose des parachutes civils et militaires.

Zodiac Aircraft Systems[modifier | modifier le code]

La branche Zodiac Aircraft Systems est spécialisée dans les systèmes embarqués qui assurent des fonctions essentiels en vol. Cette branche est composée de 7 divisions et est principalement implantée en Europe (France, Allemagne) et aux États-Unis.

  • Zodiac Cabin & Cockpit Systems fournit des systèmes pour les cockpits, des solutions d’éclairage interne et externe et des systèmes oxygène pilotes et passagers (LAVOX, Eros…).
  • Zodiac Controls développe des capteurs de mesure et des solutions de gestion des systèmes.
  • Zodiac Electrical Systems est spécialisé dans les systèmes de gestion de la puissance électrique.
  • Zodiac Entertainment & Seat Technologies est composée de deux parties. Zodiac Inflight Innovation développe et commercialise des systèmes de divertissement à bord (RAVE) et de connectivité. Zodiac Actuation Systems réalise des actionneurs électriques pour les sièges d’avions.
  • Zodiac Fluid Management propose des solutions pour la gestion et la circulation des fluides (carburants, eau, etc).
  • Zodiac Water & Waste fournit des systèmes de traitement des eaux usées et des déchets à bord.
  • Zodiac Data Systems conçoit des applications de télémesure et des systèmes embarqués pour l’acquisition et l’enregistrement des données. Ses produits sont connus sous les marques : In-Snec, Enertec et HEIM.

Zodiac Galleys & Equipment[modifier | modifier le code]

La branche Zodiac Galleys & Equipment est composée de trois divisions implantées en Europe (France, Allemagne, Pays-Bas), aux États-Unis et en Thaïlande.

  • Zodiac Galleys équipe les espaces cuisines des avions mono-couloirs et bi-couloirs et d’espace de repos pour le personnel navigant.
  • Zodiac Galley Inserts fournit des équipements pour les cuisines (fours, machines à café, compacteurs de déchets, « chillers », fours micro-onde…)
  • Zodiac Rotable Equipment fournit les trolleys (charriot transportant la nourriture ou les articles « duty free » à bord de l’avion) et des conteneurs permettant de charger les bagages et marchandises dans les soutes de l’avion (LD3).

Zodiac Cabin & Structures[modifier | modifier le code]

La branche Zodiac Cabin & Structures conçoit et fabrique des intérieurs de cabine pour l’aménagement d’avions neufs et le réaménagement d’avions anciens. Elle est principalement présente aux États-Unis.

  • Zodiac OEM Cabin Interiors conçoit, aménage et certifie les intérieurs de cabine des avions commerciaux et régionaux.
  • Zodiac Airline Cabin Interiors propose un service de réaménagement des intérieurs de cabine aux compagnies aériennes.
  • Zodiac Northwest Aerospace Technologies est une société d’’ingénierie spécialisée dans les programmes de réaménagement des cabines et leur certification.
  • Zodiac Advanced Composites and Engineered Materials fournit des matériaux composites pour l’aménagement des intérieurs de cabine.
  • Zodiac Business Aircraft Cabin Interiors conçoit et fabrique des intérieurs de cabine des avions d’affaires.

Zodiac Seats[modifier | modifier le code]

Zodiac Seats conçoit, commercialise et fabrique des sièges passagers (première classe, classe affaires premium éco et classe économique) pour les avions commerciaux et régionaux, des sièges techniques (pilotes d’avions, sièges pour hélicoptères, sièges pour le personnel navigant). Cette branche est constituée de quatre divisions principales :

  • Zodiac Seats France est basée à Issoudun (France) et spécialisée dans les sièges de classe Affaires et de classe économique.
  • Zodiac Seats US (en) est localisée à Gainesville (Texas) et est principalement spécialisée dans les sièges de classe économique. Sa filiale Zodiac Seats California est spécialisée dans les sièges pour avions régionaux.
  • Zodiac Seats UK est basée à Cwmbran et Canberley (Royaume-Uni). Elle est spécialisée dans les sièges de Première classe et de classe affaires.
  • Zodiac Seat Shells, basée à Santa Maria en Californie, fabrique les coques de sièges en matériaux composites pour les sièges de classe affaires.

Zodiac Aerospace Services[modifier | modifier le code]

Zodiac Aerospace Services est l’activité de service après-vente du Groupe Zodiac Aerospace. Elle est présente en Europe, aux États-Unis, au Moyen-Orient et en Asie.

Gouvernance / Direction[modifier | modifier le code]

Le Groupe Zodiac Aerospace est une Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance. Sa gestion est assurée par le Directoire, présidé par Olivier Zarrouati, et par Maurice Pinault, Directeur Général. Le Conseil de surveillance est présidé par Didier Dommange[11]. Le Comité Exécutif passe en revue les projets stratégiques du Groupe et suit les performances opérationnelles des branches.

Marchés & Stratégie[modifier | modifier le code]

Les produits et systèmes développés par Zodiac Aerospace s’adressent essentiellement au marché aéronautique civil. Ils se décomposent en deux catégories :

  • Les produits dits « SFE » (Supplier-Furnished Equipment) : équipements fournis par le constructeur de l’avion qui sont sélectionnés par les avionneurs au début d’un programme et équipent ensuite tous les avions produits.
  • Les produits dit « BFE » (Buyer-Furnished Equipment) : équipements fournis par l’acheteur de l’avion, qui sont sélectionnés par les compagnies aériennes pour équiper leurs nouveaux appareils ou en remplacement d’équipements sur des appareils plus anciens. Les sièges sont, pour les avions commerciaux, un produit BFE par excellence, permettant notamment aux compagnies aériennes de se différencier de leurs concurrentes.

La stratégie du Groupe Zodiac Aerospace consiste à bâtir ou renforcer des positions de numéro un mondial, sur des marchés aéronautiques de niche, présentant de fortes barrières à l’entrée, et un contenu d’après-vente significatif.[12]. Ce développement se base à la fois sur la croissance interne et sur la croissance externe.

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

L’exercice fiscal de Zodiac Aerospace commence le 1er septembre et se clôt le 31 août[13], [14].

Actionnariat et informations boursières[modifier | modifier le code]

L’action Zodiac Aerospace est cotée sur le marché Euronext Paris. Au , le capital social de Zodiac Aerospace s’élevait à 11 537 373 € répartis en 288 434 325 actions[15],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h V.L., « Le trou d'air de Zodiac Aerospace », Challenges, no 456,‎ du 3 au 9 décembre 2015, p. 70 (ISSN 0751-4417)
  2. Gérard Hartmann, www.hydroretro.net Le grand concours d’aviation militaire de Reims 1911
  3. http://www.zodiacaerospace.com/fr/timeline
  4. http://www.usinenouvelle.com/article/zodiac-largue-les-amarres-de-ses-activites-marine.N17904
  5. « Zodiac Aerospace assoit son leadership dans les sièges d'avions avec l'achat de Contour », sur Les Échos,‎
  6. http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/09/21/parachute-ascensionnel_3482238_3234.html?xtmc=olivier_zarrouati&xtcr=2
  7. http://www.aircraftinteriorsinternational.com/news.php?NewsID=47160
  8. http://www.red-dot.sg/en/online-exhibition/?y=2014&v=3022&i=M
  9. a, b, c, d et e V.L., « Le plan de Zodiac Aerospace pour sortir de la zone de turbulences », sur challenges.fr, Challenges,‎ (consulté le 6 janvier 2016) « Si le chiffre d’affaires de l’exercice 2014-2015 augmente de 18% à 4,9 milliards d’euros, la marge opérationnelle est en chute libre »
  10. J.J.J, « Zodiac Aerospace : la douceur du dollar », Économie, sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 6 janvier 2016) « Le groupe Zodiac Aerospace, premier fabricant mondial de sièges pour avion, n’arrive plus à livrer ses clients dans les temps. Cela lui vaut non seulement des pénalités de retard […] mais aussi d’importants coûts supplémentaires pour renforcer ses équipes de contrôle qualité, améliorer les procédés, augmenter les cadences, etc. »
  11. http://www.zodiacaerospace.com/fr/comit%C3%A9-ex%C3%A9cutif
  12. http://www.lesechos.fr/13/03/2014/LesEchos/21646-052-ECH_avec-zodiac--les-niches-montent-au-ciel.htm
  13. http://www.zodiacaerospace.com/fr/annual-reports
  14. http://www.zodiacaerospace.com/fr/chiffres-cl%C3%A9s
  15. http://bourse.lesechos.fr/bourse/synthese-cotation-action-zodiac-aerospace-bourse-paris,XPAR,ZC,FR0000125684,ISIN.html
  16. http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1rPZC

Lien externe[modifier | modifier le code]