Le Plessis-Belleville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Plessis.
Le Plessis-Belleville
La mairie et l'église Saint-Jean-Baptiste
La mairie et l'église Saint-Jean-Baptiste
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Nanteuil-le-Haudouin
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Dominique Smaguine
2014-2020
Code postal 60330
Code commune 60500
Démographie
Population
municipale
3 340 hab. (2011)
Densité 487 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 51″ N 2° 45′ 14″ E / 49.0975, 2.753949° 05′ 51″ Nord 2° 45′ 14″ Est / 49.0975, 2.7539  
Altitude Min. 94 m – Max. 122 m
Superficie 6,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Plessis-Belleville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Plessis-Belleville

Le Plessis-Belleville est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare du Plessis-Belleville, située sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) et desservie par les trains de la ligne K du Transilien (Paris-Nord - Crépy-en-Valois) ainsi que par ceux du TER Picardie (Paris - Laon).

Elle dispose par ailleurs d'un aérodrome.

Toponymie[modifier | modifier le code]


Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief relevait de la seigneurie d'Ermenonville. Il appartenait en 1663 au trésorier de France, Claude Guénégaud, qui y construisit un superbe château dont il ne reste plus de traces.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 22 septembre 2014)
M. Dominique Smaguine   Réélu pour le mandat 2014-2020[1]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 340 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
364 338 324 297 292 277 278 297 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
281 303 326 385 312 319 314 337 370
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365 377 380 421 440 474 432 467 560
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 016 1 177 1 474 1 816 2 580 2 806 3 061 3 032 3 208
2011 - - - - - - - -
3 340 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,2 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 24,7 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 11,2 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 22,8 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 25,2 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, plus de 60 ans = 13,3 %).
Pyramide des âges à Le Plessis-Belleville en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,2 
2,7 
75 à 89 ans
4,5 
8,4 
60 à 74 ans
8,6 
20,4 
45 à 59 ans
19,6 
24,7 
30 à 44 ans
25,2 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
23,2 
0 à 14 ans
22,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Économie[modifier | modifier le code]

À partir des années 1950 le développement de la firme Poclain associera le nom du Plessis-Belleville à la construction de pelles hydrauliques dont la renommée sera mondiale.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancien château du Plessis-Belleville. De ce château de la Renaissance, il ne reste que les douves qui sont accessibles derrière la mairie et aux heures d'ouverture de celle-ci.
  • Église Saint-Jean-Baptiste, construite vers 1865[5].

Ville fleurie : trois fleurs attribuée en 2007 par le Conseil des Villes et Villages Fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

L'écrivain Pierre Gamarra a situé une nouvelle au Plessis-Bellevile : Mort d'un bouvier, histoire conçue en 1956 après un reportage qu'il avait fait dans la région[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plessis-Belleville », Cartes de France (consulté le 22 septembre 2014)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Évolution et structure de la population à Le Plessis-Belleville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 octobre 2010)
  4. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 octobre 2010)
  5. Fiche sur l'église
  6. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎ 5 juillet 2008
  7. Mort d'un bouvier, in Le Village, coll. « La Vie, comme elle va », 2012, Éditions Henry, Montreuil-sur-Mer, (ISBN 978-2-36469-027-1), p. 73.