Ligne de Quai-d'Orsay à Paris-Austerlitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligne de
Quai-d'Orsay à Paris-Austerlitz
Image illustrative de l’article Ligne de Quai-d'Orsay à Paris-Austerlitz
Section en tranchée le long du quai Saint-Bernard
avec un train de travaux (juillet 2012).
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Paris
Historique
Mise en service 1900
Électrification 1900 – 1927
Concessionnaires PO (1897 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Écartement standard (1,435 m)
Électrification 1500 V continu
Pente maximale 5,7 
Nombre de voies Double voie
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic (RER)(C)

La ligne de Quai-d'Orsay à Paris-Austerlitz est une ligne ferroviaire qui relie la gare du Musée d'Orsay (anciennement Quai-d'Orsay) à celle de Paris-Austerlitz. Ouverte en 1900 pour l'Exposition universelle, elle était empruntée par les trains à destinations d'Orléans et du Sud-Ouest jusqu'à ce que le nouveau terminus des trains soit reporté à la gare d'Austerlitz en 1939. Elle est aujourd'hui empruntée par les trains de la ligne C du RER d'Île-de-France (RER C). La ligne longe la Seine et est en tranchée (tranchée couverte ou tranchée découverte) sur tout son parcours.

Elle constitue la ligne 984 000 du réseau ferré national.

Un programme de travaux nommé « Travaux Castor » est en cours pour moderniser le tronçon central de la ligne C, empruntée par cette ligne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ligne a été déclarée d'utilité publique et concédée à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) par la loi du [1]. Elle a été mise en service le .

À l'origine, la ligne coupait la gare d'Austerlitz en deux parties : les départs et les arrivées. C'est pourquoi une gare de banlieue souterraine a été construite vers 1963 pour mettre fin à cette situation[2].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Électrification[modifier | modifier le code]

Dès sa mise en service, en 1900, la ligne était électrifiée en 850 volts continu avec une alimentation par troisième rail[3] (deuxième ligne électrifiée de France). Ces installations ont été déposées à partir de [3] date à laquelle l'électrification par une ligne aérienne rigide, alimentée en 1 500 volts, a été mise en service.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Vitesses limites de la ligne en 2012 pour les automotrices en sens impair (certaines catégories de trains, comme les trains de marchandises, possèdent des limites plus faibles)[4] :

De À Limite (en km/h)
Musée d'Orsay Saint-Michel - Notre-Dame 50
Saint-Michel - Notre-Dame Paris-Austerlitz-Banlieue 60

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des travaux publics. Recueil des lois et conventions relatives aux chemins de fer du Nord, de l'Est, d'Orléans, de Paris-Lyon-Méditerranée et du Midi (1883 à 1910).
  2. « Archives nationales (France) : Répertoire des travaux publics - chemin de fer - SNCF - étude - rapport » [PDF], sur archives nationales, (consulté le 26 février 2017) : « PARIS-AUSTERLITZ gare souterraine de banlieue - Axiale. Oct 1961/Juin 1966 », p. 5.
  3. a et b Revue Chemins de fer, éditée par l'AFAC, no 393 de décembre 1988, pages 261 et suivantes.
  4. Renseignements techniques SNCF/RFF - RT 4100 Versailles-Rive-Gauche - Paris-Austerlitz-Banlieue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]