Sainte-Maxime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Maxime
L'église de Sainte-Maxime.
L'église de Sainte-Maxime.
Blason de Sainte-Maxime
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Sainte-Maxime
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez
Maire
Mandat
Vincent Morisse
2014-2020
Code postal 83120
Code commune 83115
Démographie
Population
municipale
13 835 hab. (2013)
Densité 170 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 25″ Nord, 6° 38′ 30″ Est
Altitude Min. 0 m – Max. 522 m
Superficie 81,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Sainte-Maxime

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Sainte-Maxime

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Maxime

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Maxime

Sainte-Maxime est une commune française située dans le département du Var en région française de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Maximois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La station borde la rive nord du golfe de Saint-Tropez. Protégée du mistral par les collines boisées du massif des Maures, elle s'ouvre au sud. Le Préconil, petit fleuve côtier, vient se jeter dans la Méditerranée après avoir traversé la commune dans sa partie ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Maxime
Le Plan-de-la-Tour Le Muy Roquebrune-sur-Argens
Grimaud Sainte-Maxime Roquebrune-sur-Argens
Grimaud Mer Méditerranée Mer Méditerranée

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sud de la commune, en bordure de la mer Méditerranée, est à une altitude proche de zéro. Plusieurs vallées, des fleuves côtiers traversant le territoire communal jusqu'à la mer, dans le sens nord-sud, sont entourées des collines du massif des Maures. Le point culminant de Sainte-Maxime, le Peigros, proche du col de Gratteloup, a une altitude de 526 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs fleuves côtiers traversent la commune de Sainte Maxime : le Préconil, se jetant dans la mer Méditerranée près du port, ainsi que son affluent, le « Vallon de Bouillonnet » ; la Garonnette, se jetant dans la mer Méditerranée en limite de commune, à l'est, près des Issambres ; le « Vallon du Puèro ».

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Var.

Le climat de Sainte-Maxime est de type méditerranéen, avec une influence du mistral moins marquée que pour les communes plus à l'ouest de la Provence.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Sainte-Maxime est accessible par la route départementale RD 559 (ex-RN 98), qui longe le bord de mer depuis Fréjus, à l'est, ou Grimaud, à l'ouest. La RD 25 permet de rejoindre l'autoroute A8 (sortie 36 Le Muy) et l'arrière pays varois, par le col de Gratteloup.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les bus verts (simplicity/circuit vert et bleu) assurent toute l'année des navettes sur le territoire de Sainte-Maxime, 7/7 jours durant la période estivale et du lundi au samedi en basse saison et pour un euro seulement.

Transports maritimes[modifier | modifier le code]

Une navette maritime assure, dix mois par an, une liaison entre le port de Sainte-Maxime et celui de Saint-Tropez[1].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Les gares TGV les plus proches sont celles de Saint-Raphaël-Valescure et des Arcs - Draguignan. Des liaisons de bus relient chacune des gares à Sainte-Maxime[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan provençal Santa Maxima selon la norme classique ou Santo Massimo selon la norme mistralienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possédait l’église Sainte-Daumas, dans les Maures, dont elle percevait les revenus[3].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Construction de la Tour Carrée ; occupation du site les David par deux évêques de Fréjus.

De 1789 à 1945[modifier | modifier le code]

Entre 1889 et 1949, la commune a été desservie par la ligne à voie métrique de Toulon à Saint-Raphaël des chemins de fer de Provence.

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

Dès le , les plages de la Nartelle et des Eléphants comptent parmi les sites qui accueillirent le débarquement de Provence réalisé par les Alliés[4],[5].

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1977 Aymeric Simon-Lorière UDR  
1977 1995 Paul Bausset RPR  
1995 2008 Bernard Rolland RPR puis UMP Conseiller général du canton de Grimaud (2001-2015)
2008 en cours Vincent Morisse DVD  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Sainte-Maxime.
Localisation de la ville
Sainte-Maxime


Pacte d'amitié[modifier | modifier le code]

  • Flag of Belgium.svg Anderlecht. Commune de la région de Bruxelles de 100 000 habitants.


Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 13 835 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 964 994 954 943 1 101 1 166 956 1 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
989 952 1 020 941 982 950 1 044 1 038 1 020
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 122 1 149 1 390 1 503 2 211 2 623 2 628 2 688 3 096
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 937 5 436 6 627 7 364 10 015 11 785 13 739 13 652 13 337
2013 - - - - - - - -
13 835 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Nice. Les élèves de Sainte-Maxime débutent leur scolarité dans la commune, qui comporte trois écoles maternelles, trois écoles primaires, dont une privée et un collège[9].

Santé[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique Sainte-Maxime dépend du diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Saint-Tropez[10].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le parcours de golf.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015 En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[11] :

  • total des produits de fonctionnement : 36 532 000 €, soit 2 611 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 34 715 000 €, soit 2 481 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 7 340 000 €, soit 525 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 7 123 000 €, soit 509 € par habitant.
  • endettement : 15 996 000 €, soit 1 143 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 20,32 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 21,36 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,65 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 35,33 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 23,55 %.

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'économie de Sainte-Maxime repose principalement sur le tourisme. En 1922, la commune de Sainte-Maxime a été classée "station climatique". Depuis, la station n'a de cesse d'améliorer son offre touristique. L'obtention de la dénomination "Station touristique (classement en "station classée de tourisme" introduit par la loi du 14 avril 2006) en mai 2011 récompense ainsi la politique touristique de qualité. Cette distinction repose sur de nombreux critères qui sont autant de facteurs d'attractivité pour Sainte-Maxime.

Station familiale, la ville de Sainte-Maxime a toujours accordé une attention particulière aux enfants. Depuis 2010, le dynamisme, le savoir-faire et l’expérience auprès des familles ont été récompensés par l’obtention du label « Famille Plus ». Ce label national vise à répondre de façon optimale aux attentes des familles en améliorant les prestations et les services.

Depuis février 2015, l'office de tourisme est classé catégorie 1.

Sainte-Maxime est situé au Km 42 de la Route du Mimosa

Agriculture[modifier | modifier le code]

Sainte-Maxime fait partie des zones de production de l'huile d'olive de Provence AOC et des Côtes-de-provence, deux produits bénéficiant d'une AOC. La commune fait également partie des zones de production des vins de pays des Maures, des vins de pays de Méditerranée, et du miel de Provence, trois produits bénéficiant dune IGP[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sainte-Maxime est une ville vivante et très animée toute l'année.

Février
  • Corso du mimosa : défilé et grande parade de chars fleuris en l'honneur du mimosa.
Mars
  • Salon des Vignerons et de la Gastronomie : producteurs et viticulteurs venus de toute la France présentent des produits d'exception.
Avril
  • Jetcup : championnat de jetski.
Mai
  • Fest'Italia : grand marché italien proposant des produits venus directement d'Italie. Artisanat, gastronomie, mode, décorations mais aussi spectacles et animations au rendez-vous.
  • Eurofestival Harley Davidson : Festival européen officiel de la marque.
  • Fête Votive : célèbre l’anniversaire de la mort de sainte Maxime, patronne de la ville.
  • Semaine Famille Plus et Journées Récréatives des Enfants : une semaine entière réservée aux familles, se terminant par trois journées dédiées aux enfants (spectacles, ateliers, animations...).
  • SUP Race Cup : championnat de stand up paddle
Juin
  • Fête de la Saint-Jean ;
  • Fête de la Saint-Pierre.
Juillet - Août
Septembre
  • Fête des Vendanges : la traditionnelle fête des vendanges en l’honneur de la récolte du raisin qui débute dans la région.
Octobre
  • Salon du Goût : véritable institution maximoise, ce salon offre mille et une recettes présentées par les plus grands chefs et professionnels de la région.
  • Sainte-Maxime Free Flight World Masters : depuis 2000, un show aérien exceptionnel avec les meilleurs pilotes de voltige au monde.
Novembre
  • Rallye du Var : épilogue traditionnel de la saison du championnat de France des Rallyes.
  • Fête de l'Huile : événement qui marque l'arrivée de l'huile nouvelle.
Décembre
  • Salon Plaisirs et Chocolats : de nombreux exposants dévoilent leurs produits artisanaux pour des plaisirs tantôt sucrés, tantôt salés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le port est bordé par la place du commandant Bietti. Cet homme de Sainte-Maxime a participé à la libération de la ville ; à proximité, sur le bord des quais, on verra la première borne de la voie libératrice « Sainte-Maxime-Langres »[14].
  • Monument aux morts[15].
  • L'église possède un bel autel en marbre du XVIIIe siècle[16] et une cloche de 1733[17],[18].
Tour Carrée.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Carte postale de Sainte-Maxime avec autographe de Théodore Botrel, 1907.
  • Face à l'église se trouve la Tour Carré. Cette tour abrite aujourd'hui le musée de Sainte-Maxime, au dernier étage qui permet aussi de voir une belle vue sur le golfe de Saint-Tropez et le port, vous trouverez une salle d'exposition temporaire. Elle a été inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 29 août 1977 et a abrité dans les années 1930 la mairie de Sainte-Maxime. La Tour Carrée des Dames érigée au XVIe siècle par des moines servit par la suite aux audiences de justice et abrite aujourd'hui le musée de la Tour Carrée : musée consacré au folklore et traditions locales, qui présente des expositions temporaires ou permanentes de costumes et d’objets divers relatifs à l’histoire provençale, à l’artisanat et à la pêche[19].
  • Le Sémaphore, haut de 127 mètres. De ses abords, la vue sur la côte englobe un panorama du cap Sardineau au cap Saint-Pierre, De là, la vue s'étend sur le massif des Maures et même jusqu'à la chaîne des Alpes françaises et les îles de Lérins[20].
  • Le musée du phonographe et de la musique mécanique présentent une collection unique en Europe de plus de 300 appareils, des origines à nos jours[21].
  • Le château des Tourelles (aussi nommé château Kéler -ou Keller-, château Gaumont ou château Meissonier), construit en 1883 par Jules Antoine Meissonier[22]. Léon Gaumont acheta le domaine en 1912. Ce château lui servit à plusieurs reprises de cadre pour le tournage de films, notamment Judex et Le Penseur. En 1930, Léon Gaumont s'y retira définitivement et y mourut en 1946[23].
  • Le Meinier site de l'âge du fer.
  • La villa Bellevue, construite en 1926, elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis 2004[24].
  • Vivier des Sardinaux, d'époque romaine.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Sainte-Maxime (Var).svg

Les armoiries de Sainte-Maxime se blasonnent ainsi :

De gueules à la tour d'or, maçonnée, ouverte et ajourée de sable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. liaison maritime pour Saint Tropez
  2. transports ferroviaires
  3. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p. 229
  4. Chemins de mémoire : Provence août 44.
  5. Mémorial du Débarquement des forces alliées
  6. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  9. écoles à Sainte-Maxime
  10. paroisse Sainte Maxime
  11. Les comptes de la commune
  12. « station de villégiature », base Mérimée, ministère français de la Culture : Patrimoine balnéaire
  13. produits AOC et IGP de Sainte-Maxime
  14. Monument dit mémorial du Débarquement des forces alliées à Sainte-Maxime
  15. Monument aux morts de Saint-Maxime
  16. « Notice no PM83000479 », base Palissy, ministère français de la Culture autel (maître-autel) classé au titre des objets mobiliers
  17. « Notice no PM83000481 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche de l'église Sainte-Maxime classée au titre des objets mobiliers
  18. Cloche à décor de coquille et du monogramme du Christ
  19. « Tour carrée », base Mérimée, ministère français de la Culture inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 29 août 1977
  20. Golge de Saint-Tropez depuis le Sémaphore
  21. Musée du phonographe
  22. Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Château Meissonnier, puis Château Keller, puis Château Gaumont, actuellement hôtel de voyageurs (centre de vacances) dit Château Les Tourelles
  23. Article sur l'histoire du château.
  24. « Notice no PA83000015 », base Mérimée, ministère français de la Culture