Roger Sommer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sommer.
Roger Sommer
Description de cette image, également commentée ci-après
Roger Sommer dans un biplan Farman.
Naissance
Pierrepont
Décès (à 87 ans)
Sainte-Maxime (Var)
Nationalité France France
Profession
Constructeur et pilote pionnier de l'aviation
Les hangars de Sommer aviation au camp de Châlons.

Roger Sommer, né à Pierrepont (Meurthe-et-Moselle) le et mort à Sainte-Maxime (Var) le , est un aviateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Alfred Sommer, industriel belge, Roger Sommer grandit à Mouzon où son père a une entreprise de feutre . Il fait des études d'ingénieur à l'école des arts et métiers de Châlons. Il se dirige très tôt vers l'aviation. Il bat en 1909 le record du monde de durée de vol. Roger Sommer se lance par la suite dans la construction d'avions. Il en construira 182, ce qui fait de lui un pionnier en la matière. C'était un ami de Roland Garros. Son entreprise, Sommer, fait partie maintenant du groupe Sommer-Allibert. Il est le père de Raymond, François et Pierre.

Depuis son record du monde de 1909, de nombreux pilotes reçoivent le brevet d'aéroplanes Sommer, décerné par l'Aéro-club de France. Parmi les premiers bénéficiaires, son cousin, Henry Visseaux, le 19 septembre 1910, qui est lui-même cousin de Jules Visseaux et neveu de Jean Visseaux, tous deux maires de Carignan (Ardennes), mais également cousin issu d'issus de germains, du sculpteur Jules Visseaux.

Roger Sommer est titulaire du brevet de pilote no 29 attribué le 15 janvier 1910[1]. Il a eu des écoles de pilotages, et des hangars de construction au Camp de Châlons, à Douzy-Sedan et à Mouzon.

En 1918, il se rend acquéreur d'une scierie à Saint-Julien-du-Sault afin d'accélérer la fabrication d'avions, pour ses usines, destinés au renseignement et repérage des positions ennemies. [2].

Il voit des proches mourir dans des accidents d'avion, les commandes diminuer ; il « rentre dans ses affaires de feutre » et quitte définitivement l'aviation[3].

Ses performances aéronautiques[modifier | modifier le code]

  • Il est 7e au Grand prix de champagne de distance;
  • 9e au prix Heidsieck et Roedere de la vitesse ;
  • 11e au prix Pommery du tour de piste.
  • Le 1 août 1909, à l’aérodrome du camp de Châlons-sur-Marne, Sommer établit le nouveau record français de durée de vol : 1 heure, 50 minutes et 30 secondes.[4]
  • Le 2 août 1909, il remporte le « trophée Buinette » en volant de l’aérodrome de Bouy à Suippes avec son biplan Farman[5].
  • Le 15 mai 1910 au soir, il réalise un magnifique raid aérien de Mouzon à Charleville aller-retour, soit quelque 80 kilomètres couverts en une heure et dix minutes[6],[7].
  • Le 26 janvier 1911, Roger Sommer décroche deux records : le record du monde du vol avec passagers à travers la campagne et le record du poids enlevé, sur biplan Sommer à moteur Gnome de 50 chevaux, en volant de Douzy à Romilly aller-retour en compagnie de cinq passagers[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Sommer sur aviatechno
  2. Archives de l'Yonne ADY 7R 218
  3. Revue "L'Aéro" du 30 décembre 1912
  4. Le 1er août 1909 dans le ciel : L’aviateur Sommer établit le nouveau record de durée
  5. Le 2 août 1909 dans le ciel : Sommer se pose à Suippes et remporte le prix lancé par Léon Buinette
  6. Le Matin, Paris, 17 mai 1910, quotidien (ISSN 1256-0359) [lire en ligne]
  7. Carte du trajet suivi pour le raid Mouzon - Charleville aller-retour de Roger Sommer Le Matin, sur Gallica.fr
  8. Le 26 janvier 1911 dans le ciel : Sommer fait tomber des records Air-journal.fr 26 janvier 2014

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]