Michel Constantin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Constantin
Nom de naissance Constantin Hokhloff
Naissance
Paris 15e, Seine
Nationalité Française
Décès (à 79 ans)
Draguignan, Var
Profession Acteur
Films notables Le Trou
Le Deuxième Souffle
Il était une fois un flic
Un homme est mort
La Valise
Séries notables Paparoff

Michel Constantin, de son vrai nom Constantin Hokhloff, est un acteur français, né le dans le 15e arrondissement de Paris (Seine) et mort le [1] à Draguignan (Var). Il joue souvent les gangsters ou les hommes de main, et devient un second rôle très populaire au cinéma dans les années 1960-1970. Il est tête d'affiche à plusieurs reprises, notamment dans des films policiers et des comédies. C'est un familier des univers de José Giovanni et Georges Lautner.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et métiers[modifier | modifier le code]

Constantin Hokhloff naît en dans le 15e arrondissement de Paris, d'un père, Naoum Khokhlov, officier de l'Armée russe d'origine kalmouke, et d'une mère, d'origine polonaise, née à Varsovie. Son père est gouverneur de Varsovie à l'époque tsariste[2]. Au début de l'année 1919, ses parents émigrent en France, comme de nombreux autres Russes blancs[3].

Pendant la guerre, il travaille aux usines Renault à Boulogne-Billancourt, où habite sa famille. À la libération, il crée une entreprise qui fabrique des aiguilles à tricoter. Amateur de sport aidé par sa grande taille (1,85 mètre), il s'inscrit en 1948 au CO Billancourt dans la section volley-ball où il joue pendant plusieurs années, remportant le championnat de France en 1954 et 1955[4]. Il est régulièrement sélectionné en équipe de France. À partir de 1951, il est pigiste pour le journal L'Équipe[5]. En 1956, Michel Constantin est figurant dans le film En effeuillant la marguerite de Marc Allégret.

En 1959, le cinéaste Jacques Becker prépare l'adaptation du roman de José Giovanni : Le Trou. Il recherche des acteurs amateurs pour incarner des détenus cherchant à s'évader de la prison de la Santé. Son fils Jean Becker lui recommande Constantin, qu'il a connu sur les terrains de volley. À cette occasion, celui-ci modifie son patronyme en Michel Constantin. C'est le début d'une carrière cinématographique qui comptera 64 films et téléfilms jusqu'en 1994[6]

Dans les années 1970, il est également animateur dans un village de vacances en ItalieCecina), puis en Corse dans le village de vacances de la Croix du Sud-Caramontino, dans la baie de Pinarello à Zonza[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

Le succès du Trou lui vaut des petits rôle de gangsters au début des années 60. En 1965, il incarne un détenu en liberté conditionnelle embauché comme bûcheron dans Les Grandes gueules de Robert Enrico, aux côtés de Lino Ventura et Bourvil. Le film obtient un succès considérable avec 3,6 millions de spectateurs en France[8]. L'année suivante, Constantin retrouve Lino Ventura dans Ne nous fâchons pas, un film policier parodique de Georges Lautner, puis dans Le Deuxième Souffle de Jean-Pierre Melville, qui devient rapidement un classique du cinéma policier. Les deux films sont de grands succès publics.

Les critiques mettent l'accent sur sa « grande gueule » et sa carrure[4], son « visage carré taillé à la serpe, (...) une stature à faire peur et des immenses battoirs à la place des mains[9] », « son visage zébré par des sourcils noirs et touffus[10] ». Son physique le cantonne dans des personnages de dur-à-cuire, « parfois du bon côté de la loi et parfois du mauvais côté[11] ». Son jeu instinctif et sa présence à l'écran font qu'il est souvent comparé à Lino Ventura, ancien sportif comme lui, qui est son partenaire à quatre reprises.

José Giovanni lui donne le rôle principal de son film La Loi du survivant, au côté d'Alexandra Stewart. Il est en haut de l'affiche pour Jerk à Istanboul et Mise à sac, adaptation par Alain Cavalier et Claude Sautet d'un roman de Richard Stark dans lequel il incarne le personnage de Parker - "francisé" sous le nom de Georges. En 1969, il fait une incursion dans le « cinéma d'auteur » en tournant La Fiancée du pirate, de Nelly Kaplan avec Bernadette Lafont. En 1970, il retrouve José Giovanni et Lino Ventura en incarnant un malfaiteur inquiétant dans Dernier Domicile connu, film qui rencontre un grand succès. Il tourne notamment sous la direction de Jean Delannoy (La Peau de Torpédo), Yves Boisset (Un condé), Jacques Deray (Un homme est mort) ainsi que dans des productions internationales, notamment sous la direction de Terence Young (De la part des copains) et Sergio Sollima (La Cité de la violence), deux films dans lesquels il est le partenaire de Charles Bronson. En 1971 il revient à la comédie avec Laisse aller... c'est une valse de Lautner, avec Jean Yanne et Mireille Darc. L'année suivante, il tient le premier rôle dans Il était une fois un flic, une comédie policière de Georges Lautner, toujours avec Mireille Darc, qui attire plus de 2 millions de spectateurs[8]. Puis il donne la réplique à Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale dans La Scoumoune, film policier de José Giovanni. Il obtient son dernier succès notable sur cette décennie dans La Valise, sa quatrième collaboration avec Lautner.

La suite des années 70 est moins faste pour Michel Constantin. Le cinéma policier français, dont il est une figure populaire, est en déclin[11],[10] et le public n'est plus au rendez-vous. Il tourne notamment avec Serge Leroy (Le Mataf, La Traque), Jean-Pierre Mocky (Un linceul n'a pas de poche), Marc Simenon (Signé Furax). Il en est de même pour les films qu'il tourne en Italie avec Sergio Corbucci (Deux Grandes Gueules) ou Tonino Valerii (Les Requins du désert). Il renoue avec les succès populaires au début des années 80 avec Tir groupé de Jean-Claude Missiaen avec Gérard Lanvin, Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ de Jean Yanne et Les Morfalous de Henri Verneuil avec Belmondo. En 1991, il apparaît pour la dernière fois au cinéma dans Ville à vendre de Jean-Pierre Mocky.

Délaissé par le cinéma, il tourne plusieurs téléfilms dans les années 80, notamment sous la direction de Josée Dayan (Le Deuxième Couteau). Il apparaît dans des épisodes de Marc et Sophie et de la série franco-italienne Le Professeur avec Bud Spencer et Mylène Demongeot. De 1988 à 1991, il tient le rôle principal de la série Paparoff, un policier à la retraite qui joue au volley dans un village de vacances. Réalisée par Denys de La Patellière, avec notamment André Pousse et Michel Duchaussoy, cette série est « une forme d'adieu au polar d'antan[2] ».

En 1985, il anime Anagram, un jeu télévisé diffusé sur TF1. Après six mois il est remplacé par Daniel Prévost.

Mort[modifier | modifier le code]

Michel Constantin meurt d'un malaise cardiaque dû à la canicule de 2003, ses cendres sont dispersées sur la plage de la presqu’île de Giens où il avait rencontré sa femme.

Un de ses amis, l'acteur américain Charles Bronson, meurt le surlendemain, le , après avoir appris la triste nouvelle.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , Michel Constantin épouse Maud Serres, une jeune enseignante dont il avait fait la connaissance un an plus tôt. En 1962, le couple a une fille prénommée Sophie (Sophie Hokhloff Onimus Constantin). Maud Serres meurt en 1996.

Amateur de jeux télévisés, il participe à L'Académie des neuf dans les années 80.

Il habitait à Sainte-Maxime, dans le Var, où il possédait une villa dans le quartier de Beauvallon. Grand joueur de bridge, il a été vice-président du Bridge-club de Sainte Maxime.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • En 2000, le quotidien sportif L'Équipe le mentionne parmi les douze joueurs composant « l'équipe de France du siècle »[12].
  • « J’apprends avec une profonde tristesse la disparition de Michel Constantin, acteur emblématique d’un cinéma français de divertissement et de qualité. La présence de sa silhouette imposante et les tonalités profondes de sa voix ont imprégné les films de grands réalisateurs français, tels que Jean Becker, Robert Enrico, Jean-Pierre Melville ou Georges Lautner. Ce physique associé à un indéniable talent pour interpréter très souvent des personnages aux comportements marginaux lui ont permis de gagner durablement l’affection du public et de marquer de son empreinte un grand cinéma français de qualité et populaire. A ses proches et à ses amis, je transmets mes plus sincères condoléances. »Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication, [13].
  • Le , dans l'un des cinémas du Carré Léon-Gaumont à Sainte-Maxime a lieu l'inauguration de la salle Michel-Constantin par le maire Vincent Morisse en présence de Sophie Hokhloff, fille de l'artiste, son petit-fils Niels et son gendre Patrick[14].
  • Chaque année depuis 2011, le Bridge club de Sainte-Maxime organise le Tournoi Michel Constantin, qui était grand amateur de bridge et fut à partir de 1984 et pendant plus de 15 ans son vice-président[15]. D'après sa fille Sophie, « Papa disait souvent que ce club de bridge était son enfant. Il en était très fier »[16].
  • Une rue porte son nom dans le village du Pradet dans le Var.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. a et b Philippe Lombard, « Michel Constantin, le Kalmouk », Schnock n° 40,‎
  3. Severine Celestine Eteme, « Michel Constantin : zoom sur le parcours de sa vie jusqu'à la mort du célèbre acteur », sur Amo Mama, (consulté le ).
  4. a et b Telerama« Michel Constantin, l'affranchi sachant smasher - Cinéma », sur Télérama, (consulté le ).
  5. Michel Constantin, Faites la connaissance du nouvel entraîneur des selections nationales article sur L'Équipe, 4 mars 1965, un article sur l'entraîneur Nicolae Sotir.
  6. (en) « Michel Constantin », sur IMDB (consulté le )
  7. Télé 7 Jours no 786, semaine du 7 au , page 35, article de Danièle Sommer : « et anime un village de vacances en Corse. Il y restera cet été trois mois et demi ».
  8. a et b Renaud Soyer, « Michel Constantin box office », sur Box office story, (consulté le )
  9. Antoine de Baecque, « Le dernier souffle de Michel Constantin », Libération,‎ (lire en ligne)
  10. a et b Samuel Blumenfeld, « Michel Constantin, un dur de cinéma », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. a et b Christophe Lawniczak, « Michel Constantin », sur cineartistes.com, (consulté le )
  12. Vivons Ensemble Sainte-Maxime no 13.
  13. Hommage de Jean-Jacques Aillagon à Michel Constantin sur le site du ministère de la Culture.
  14. Inauguration de la salle Michel- Constantin au Carré Léon-Gaumont sur micromax.tv
  15. « 1er tournoi Michel-Constantin » sur azurbridge.com.
  16. BeBridge, #927, mai/juin 2020, p.60

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Constantin, Ma grande gueule, du volley-ball au cinéma, Solar, 1973

Liens externes[modifier | modifier le code]