Callas (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Callas
Callas (Var)
Vue générale du village.
Blason de Callas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Intercommunalité Dracénie Provence Verdon agglomération (ex Communauté d'agglomération dracénoise)
Maire
Mandat
Daniel Maria
2020-2026
Code postal 83830
Code commune 83028
Démographie
Population
municipale
2 015 hab. (2021 en augmentation de 8,86 % par rapport à 2015)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 35″ nord, 6° 32′ 18″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 811 m
Superficie 49,26 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Callas
(ville-centre)
Aire d'attraction Draguignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Flayosc
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Callas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Callas
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
Callas
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Callas

Callas [kalas] est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La commune est située entre mer et montagnes, dans la campagne provençale. Elle est implantée à proximité d'une ville comportant 40 928 habitants en 2019, Draguignan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village se situe à une distance approximative de 15 km de Draguignan, sous-préfecture[1]. D'autre part, Callas se trouve à vol d'oiseau à environ 36 kilomètres de Saint-Tropez[2].

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune se décompose en trois zones : deux zones vallonnées, une au nord, et une au sud, séparées par une plaine. Dans la zone vallonnée du sud, traversée par l'Endre, la rivière a formé des gorges, les gorges de Pennafort, d'environ 2 km.

Le point culminant de la commune, au nord-est du village est à 712 mètres d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bassin dans les gorges de Pennafort.

Cours d'eau sur la commune[4] ou à son aval[5] :

  • la commune de Callas est traversée par l'Endre[6], cours d'eau de 28,5 km, affluent de l'Argens, ainsi que par plusieurs de ses affluents ;
  • vallons des plaines du Rouet, de l'Ayguier, de Misère, du Rouet, de Vioune, de Joyeuse[7], de Gardanne, de la Catalane, de Bennet ;
  • riou de Claviers ;
  • ruisseaux de la Tuilière, de Brame-Pan, la Risse.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen franc, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[8]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat méditerranéen et est dans la région climatique Var, Alpes-Maritimes, caractérisée par une pluviométrie abondante en automne et en hiver (250 à 300 mm en automne), un très bon ensoleillement en été (fraction d’insolation > 75 %), un hiver doux (°C) et peu de brouillards[9].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 033 mm, avec 6,4 jours de précipitations en janvier et 2,9 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Draguignan_sapc », sur la commune de Draguignan à 8 km à vol d'oiseau[10], est de 15,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 865,0 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 40,8 °C, atteinte le ; la température minimale est de −8,8 °C, atteinte le [Note 1],[11],[12].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[13]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[14].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à plusieurs[15] risques, tels les feux de forêt, les inondations, les mouvements et tassements différentiels du terrain[16]. De plus, elle est soumise au risque sismique (zone de sismicité modérée 3)[16],[17].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La desserte routière de la commune se fait par la route départementale 25, entre Draguignan et Bargemon[18].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Commune desservie par le réseau régional de transports en commun Zou ! (ex Varlib). Les collectivités territoriales ont en effet mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD), réseau régional Zou ![19].

Entre Fayence et Draguignan une ligne de bus régulière dessert la commune de Callas, à un seul arrêt.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les gares TGV les plus proches sont :

Ports[modifier | modifier le code]

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches sont :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Callas viendrait de « Kal » (rocher, caillou)[20].

Le nom du village en provençal est Calas[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est habité dès la préhistoire. Des traces d'occupation ont été retrouvées près des gorges de Pennafort. La colonisation romaine a laissé des vestiges archéologiques sur le même site[22].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Du XIe siècle au XVIe siècle, le village appartient à la maison des Pontevès. La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Puis, Aix se soumet en octobre 1387, ce qui précipite le ralliement des carlistes, dont le seigneur de Callas, Foulque Flotte. Alors qu’il soutenait Charles de Duras depuis plusieurs années, il rejoint le camp angevin et obtient un « chapitre de paix » de Marie de Châtillon le et prête l'hommage féodal à Louis II d'Anjou, âgé de dix ans[23]. Durant les guerres de Religion[24], une révolte de paysans part de Callas, en 1579[25]. Le vicomte de Bargême est assassiné par ses paysans, son château pillé. La jacquerie se répand, soutenue par les protestants[26].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1607, la seigneurie est vendue au comte de Sault, puis revendue au duc de Lesdiguière[27] en 1625, pour être transférée par héritage en 1687 au duc de Villeroy[22].

En 1718, la commune rachetant la seigneurie, en fait don à Louis XV. Callas devient alors ville royale[22].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Une importante baisse de la population est enregistrée à partir de 1852, elle passe de 2 185 habitants, à 1 523 en 1891, pour atteindre 1 007 en 1911. Toutefois l'activité économique reste importante dans le village qui compte une savonnerie, une fabrique de pâtes alimentaires, une mine de baryte et une carrière. Avant la crise de la pébrine, qui va mettre à mal la culture du ver à soie, le mûrier est l'arbre omniprésent sur la commune. De plus, les vergers d'oliviers donnent d'abondantes récoltes d'olives qui alimentent les usines de Draguignan, ainsi que les moulins à huile de la localité. Une statistique de 1892 recense 56 000 oliviers en pleine production[22].

Au début du XXe siècle, Callas possède une gare sur la Ligne Central-Var (dit train des pignes). L'entrée et la sortie du tunnel sont toujours visibles[28].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Françoise Barre[30] UMP  
2014 En cours
(au avril 2014)
Daniel Maria[31]   Informaticien

7e adjoint de la Dracénie Provence Verdon agglomération, chargé de l'Administration générale - Communication[32]

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Callas en 2009[33]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 11,98 % 0,00 % 6,15 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 10,71 % 0,00 % 7,43 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 50,11 % 0,00 % 23,44 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 17,24 % 8,55 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Budget et fiscalité 2020[modifier | modifier le code]

En 2020, le budget de la commune était constitué ainsi[34] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 840 000 , soit 940  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 382 000 , soit 711  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 930 000 , soit 478  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 645 000 , soit 331  par habitant ;
  • endettement : 1 266 000 , soit 651  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,98 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,71 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Callas est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[35],[36],[37]. Elle appartient à l'unité urbaine de Callas, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[38] et 3 966 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[39],[40].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Draguignan, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[41],[42].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (82 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (63,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (18,8 %), cultures permanentes (6 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %), mines, décharges et chantiers (2,3 %), zones urbanisées (1,9 %), prairies (1,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,5 %)[46]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Callas fait partie de la communauté de Dracénie Provence Verdon agglomération (ex-Communauté d'Agglomération Dracénoise)[47] de 110 019 habitants en 2019[48], créée le 31 octobre 2000. Les 23 communes composant la communauté d'agglomération en 2019 sont (par ordre alphabétique) :

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune n'a actuellement pas d'accord de jumelage.

Environnement[modifier | modifier le code]

Une déchèterie, et des points de tri sélectif sont implantés sur la commune. La mairie a mis en place un plan de débroussaillement, en vue de la lutte contre les incendies[49].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[50]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[51].

En 2021, la commune comptait 2 015 habitants[Note 4], en augmentation de 8,86 % par rapport à 2015 (Var : +4,45 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0182 1081 9691 9662 2682 3222 1252 0982 185
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0462 0061 9611 8201 6661 8121 4681 5231 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2101 1201 015748761627646600570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5386087089451 2761 3881 7131 7591 829
2017 2021 - - - - - - -
1 9092 015-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[52] puis Insee à partir de 2006[53].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Callas dépend de l'académie de Nice. Les élèves commencent leur scolarité dans la commune, à l'école maternelle et primaire publique du village, regroupant 113 élèves[54]. Les études se poursuivent ensuite au collège de Figanières, puis au lycée de Draguignan.

Dans la ferme du Petit Siai une partie était dédiée à une ancienne école de filles rattachée au hameau du petit Siai[55].

Santé[modifier | modifier le code]

Des professionnels de santé sont installés à Callas : un médecin, un dentiste et un infirmier[56]. Une clinique est installée sur la commune. L'hôpital le plus proche est le Centre hospitalier de la Dracénie et se trouve à Draguignan, à 11 km[57],[58]. Il dispose d'équipes médicales dans la plupart des disciplines[59] : pôles médico-technique ; santé mentale ; cancérologie ; gériatrie ; femme-mère-enfant ; médecine-urgences ; interventionnel.

Cultes[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

En plus des services municipaux (médiathèque, école de musique), les services publics sont représentés par la poste, avec un bureau permanent.

La vie associative est également très présente sur la commune avec un réseau de 20 associations locales[62].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu net moyen des habitants de Callas, en 2011, était de 22 712 . Seuls 53,8 % des foyers fiscaux étaient imposables[63].

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2019 : médiane en 2019 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 330 [64].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, selon l'Insee, la population active de Callas (personnes âgées entre 15 et 64 ans) représente 73,8 % des habitants de la commune, partagée entre 63 % de personnes ayant un emploi, et 10,8 % de personnes en recherches d'emploi. La majorité des actifs ont un emploi salarial, essentiellement en CDI[65].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

De nombreux commerces de proximité sont implantés sur la commune, tant dans le secteur alimentaire (épicerie, boulangerie, produits du terroir), que dans les secteurs de services (coiffeur, maison de la presse, immobilier, assurance).

Une carrière d'extraction de granulat est exploitée sur le site de « La Joyeuse », depuis 1970. Plusieurs exploitants se sont succédé sur le site, le dernier en date étant le groupe Lafarge, depuis 2001[66].

Artisanat[modifier | modifier le code]

  • Les artisans et petites entreprises de la commune sont essentiellement dans le secteur du bâtiment et travaux publics.
  • Atelier de peinture Michel Moreau[67].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vinaigrerie dans chapelle restaurée.
  • Vinaigrerie[71] de David Doczekalski[72]. Réutilisation d'une chapelle restaurée[73] pour allier lieu et produits d'exceptions[74].
  • Fromagerie : Odile Christine[75].
  • Équitation : Haras de Panafort - Écurie Élodie Tadon[76].
  • Les territoires pastoraux du plan d'occupation pastorale de la Dracénie[77].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La situation géographique de la commune permet un développement du tourisme, tant vers le bord de mer, que vers les gorges du Verdon. Le village est le point de départ de nombreux sentiers pédestres, la "Route des chevaliers"[78],... que ce soit vers le sud, en direction de la Méditerranée ou vers la montagne, en direction des gorges du Verdon[79].

L'hébergement touristique est très varié :

La commune s'est vu décerner le label Commune touristique depuis le 29 juillet 2019 et le 21 novembre 2019 la deuxième fleur du Label Villes et villages fleuris "Qualité de vie".

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux :

Autres patrimoines[95] :

Patrimoine naturel :

  • Les gorges de Pennafort.
  • Le Vallon et le plan d'eau de la Risse[107].
  • Le « pied de Samson », roche plate présentant la trace d´un grand pied, et sa légende[108].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Ausile (ou Auxile), évêque et martyr[109].
  • Jacques Verrion (1759-1826), homme politique.
  • Lucien Guigues, homme politique né le à Callas (Var) et mort le à Nice.
  • Louis Spitz, né à Kispest (Hongrie) le et décédé en 1986. Peintre de la Provence. A vécu sur la Côte d'Azur puis à Callas[110].
  • Michel Moreau, artiste-peintre figuratif, vit à Callas[111].
  • Emmanuelle Arsan, née à Bangkok (Thaïlande) le 19 janvier 1932, y est décédée en 2005. Romancière française d'origine thaïlandaise, principalement connue pour avoir signé le roman érotique Emmanuelle[112].
  • Joseph Garus (1648-1722), médecin français.
  • Maria Duval, voyante française d'origine italienne, liée à l'une des plus grandes fraudes par la poste de l'histoire, l'arnaque Maria Duval.
  • Brigitte Komorn, artiste peintre et sculpteur[113],[114].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Callas

Les armes de Callas se blasonnent : De gueules à la devise d'argent, accompagnée en chef d'une fleur de lys au pied nourri d'or et en pointe d'une échelle posée en pal du même[115].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la commune, le village (consulté le 22/10/2014).
  2. Orthodromie, La France à vol d'oiseau (22/10/2014).
  3. Callas : les différentes unités paysagères.
  4. « Cours d’eau de la commune », sur le site du service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  5. L'eau dans la commune
  6. Fiche de l'Endre sur le site du SANDRE.
  7. Cartographie des espaces naturels ou protégés
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Callas et Draguignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France « Draguignan_sapc », sur la commune de Draguignan - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Station Météo-France « Draguignan_sapc », sur la commune de Draguignan - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  14. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  15. Information Acquéreurs Locataires
  16. a et b Callas, Prim.net (22/10/2014).
  17. Zones de sismicité dans le département du Var
  18. Réseau routier du Var
  19. Réseau régional de transports en commun
  20. Signification de Callas
  21. Le Trésor du Félibrige / Lou Tresor dóu Felibrige, F. Mistral, éd. CPM 1979, t1 p425
  22. a b c et d Histoire de Callas
  23. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408 (note 33).
  24. Bargème, les Pontevès et les Guerres de Religion
  25. Callas, un village chargé d’histoire
  26. Jacques Cru, Histoire des Gorges du Verdon jusqu’à la Révolution, coédition Édisud et Parc naturel régional du Verdon, 2001, (ISBN 2-7449-0139-3), p. 201.
  27. L'ancien Comté de Sault
  28. Randonnées ferroviaires, Chemin du central Var Est, Fiche itinéraire, pp. 7-8
  29. Joseph Salvarelli, Les Administrateurs du département du Var (1790-1897). Notices biographiques, Draguignan, 1897, p.400 [1]
  30. Résultats des élections municipales de 2014 à Callas
  31. Daniel Maria
  32. Le bureau communautaire sur dracenie.com
  33. « Impôts locaux à Callas », taxes.com.
  34. Les comptes de la commune
  35. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  36. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  37. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  38. « Unité urbaine 2020 de Callas », sur insee.fr (consulté le ).
  39. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  40. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  41. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Draguignan », sur insee.fr (consulté le ).
  42. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  43. Plan local d'urbanisme
  44. Parcelle couverte par le Plan local d'urbanisme dont la dernière procédure a été approuvée le 11 avril 2022
  45. Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de la Dracénie
  46. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  47. Callas en Dracénie
  48. Les Comptes des Groupements à Fiscalité Propre (GFP) : CA Dracénoise – Var
  49. débroussaillement à Callas.
  50. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  51. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  52. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  53. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  54. école deCallas.
  55. Rapport de présentation du PLU, p.116
  56. professionnels de santé à Callas.
  57. Centre hospitalier de la Dracénie
  58. Professionnels et établissements de santé
  59. « Département de l’Information Médicale »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ch-dracenie.fr (consulté le ).
  60. Église Notre-Dame-de-l'Assomption, sur l'Observatoire du patrimoine religieux
  61. Fiche de l'église de Callas sur le site de l'église catholique du Callas.
  62. Les associations sur la commune
  63. Revenus et fiscalité, sur le site de l'INSEE.
  64. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  65. Emploi à Callas.
  66. étude d'impact, dans le cadre du renouvellement de l'exploitation de la carrière, par le groupe Lafarge.
  67. Michel Moreau Le monde onirique de Michel Moreau s’expose au Château Aurélien dit Villa Aurélienne de Fréjus
  68. Moulin à huile
  69. Domaine de Peron
  70. Domaine de la Bastide du Plan
  71. Le Clos Saint Antoine
  72. Vinaigrerie du clos Saint Antoine
  73. Le vinaigre de Callas
  74. Le Clos Saint Antoine, Vinaigrerie, Callas Var, par Epicurien du Sud
  75. Ferme Christine
  76. Haras de Panafort - Écurie Élodie Tadon
  77. L'activité agricole en Dracénie
  78. Route des chevaliers
  79. La vie au village, site officiel (22/10/2014)
  80. Hôtellerie des Gorges de Pennafort. Hôtel 4 étoiles
  81. Gîtes du Moulin
  82. Hébergements et restauration
  83. Église Notre Dame de l'Assomption
  84. L'église Paroissiale dédiée à ND de l'Assomption
  85. « Chapelle de la Trinité (ruines) », notice no PA00081566, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. a b et c Les carnets du Patrimoine, op. cit., p. 192.
  87. Chapelle Saint-Auxile
  88. Chapelle Notre Dame de Pennafort
  89. Le projet de restauration de la chapelle
  90. Les gorges de Pennafort
  91. a et b Rapport de présentation du PLU, p.117
  92. Monument aux morts de Callas
  93. Résistance dans le Var : Monument aux morts. Emmanuel Ricard fusillé à Callas par les Allemands le 17 août 1944
  94. Conflits commémorés 1914-18 1939-45 Indochine (46-54)
  95. Le patrimoine de la commune
  96. Oppidum de Pourcieux
  97. Ruine du château des Seigneurs de Pontevès
  98. Diaporama de la ruine de château
  99. Notice no PM83000157, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture cloche mairie tour de l'horloge
  100. Pont
  101. Ancien moulin communal
  102. L'ancien Moulin Communal
  103. Le pigeonnier de Callas, sur communaute.geo.fr/
  104. Fours à cade fours à poix dans la Provence littorale, par Laurent Porte. Les Alpes de Lumiére
  105. PLU Restauration des bâtiments avec murs porteurs : La Bastide Moretti, Domaine de Garidelle], p.117
  106. La source de Jacques Giboin et le don de la source d'eau de sa propriété
  107. Plan d'eau de la Risse, qui a bénéficié d'une convention entre la mairie et la société de pêche La belle mouchetée pour la gestion halieutique (la science de l’exploitation des ressources vivantes aquatiques) de l’étang.
  108. Le "pied de Samson"
  109. Son corps, transporté à Callas, selon la tradition pour le soustraire aux invasions sarrasines, fut retrouvé en 1601 dans la chapelle où il était vénéré
  110. Fontaine sur la Place du village- Callas.
  111. Michel Moreau, artiste-peintre figuratif.
  112. Olivier Dumons, « « Emmanuelle, une vie érotique » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  113. Dracénie : le végétal provençal par Brigitte Komorn
  114. Exposition Brigitte Komorn
  115. Communauté d'agglomération Dracénoise nord : Callas, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  116. Bourgs castraux de Callas
  117. Bourg castraux de Pennafort et de Siaï, sur tresordesregions.mgm.fr/
  118. Rapport de présentation du PLU : Castrum de Siaï, p.227
  119. Rapport de présentation du PLU, p.226
  120. Chapelle du château de Callas