Tal (chanteuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Taloula
Image dans Infobox.
Taloula à la cérémonie des NRJ Music Awards 2014.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Tal Benyezri[1]
Pseudonyme
Taloula
Nationalité
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Spirituelle
Taille
1,63 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Label
Warner Music France (2011-2018)
Genre artistique
Influencée par
Site web
Distinction
Discographie
Œuvres principales

Tal Benyezri[4], connue sous le nom de Tal maintenant dite Taloula, est une chanteuse, auteur, compositrice, guitariste franco-israélienne, née le à Hadera, en Israël.

Elle connaît le succès dès 2011 avec le titre On avance. Depuis, elle a sorti quatre albums : Le Droit de rêver, À l'infini, Tal, Juste un rêve.

En 2021, elle modifie son nom de scène en Taloula.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Tal Benyezri naît le en Israël. Son prénom signifie « rosée du matin » en hébreu. Sa famille compte de nombreux musiciens : son père et son frère sont compositeurs et sa mère, chanteuse de world music, est connue sous le nom de scène de Sem Azar.

Tal a des origines yéménites et algérienne. Lorsqu'elle est âgée d'un an, sa famille s'installe à Paris, France[5]. Adolescente, elle apprend à jouer du piano et de la guitare en autodidacte[5]. Ses parents apprécient la musique noire américaine comme la soul et le reggae, ainsi que la pop et le jazz[6],[7]. Elle est inspirée par des artistes comme Stevie Wonder, Ray Charles, Mariah Carey ou Aretha Franklin ; en parallèle, pendant 4 ans, Tal suit les cours de théâtre de la Compagnie Les Sales Gosses. Elle prend aussi des cours de danse hip-hop et modern jazz pendant 5 ans.

Dès l'âge de 19 ans, Tal commence à chanter dans des pianos-bars à Paris. Elle rencontre l'auteur, compositrice et productrice Laura Marciano, avec laquelle elle signe en 2009 un contrat avec un label de Sony Music. En sort son premier single, La musique est mon ange[8]. Elle devient aussi l'égérie pour la marque Adidas[9]. En 2011, elle change de manager et se fait manager par Valerie Michelin et Sabine Feutrel. Elle signe un contrat avec la maison de disques Warner Music France[10]. Seulement, quelques semaines après la signature, elle chante en première partie de la chanteuse américaine Alicia Keys, au Palais des congrès de Paris, puis du chanteur français Christophe Maé, au Casino de Paris[11]. Avec l'accord de sa maison de disques, elle diffuse sur YouTube des reprises de Bruno Mars, Jessie J et Rihanna[6].

Le single On avance, sort en [12]. Une version anglophone sous le nom Music Sounds existe également et un album en anglais est alors prévu[9].

Le Droit de rêver (2011-2012)[modifier | modifier le code]

« Tout est allé très vite cette année, j'ai l'impression d'avoir passé cinq ans, tellement de choses se sont passées. Je n'ai jamais vécu ça, c'est énorme, je ne sais pas comment l'expliquer. Le bilan, c'est que je suis super contente, je profite de chaque seconde car je sais que tout peut s'arrêter. »

Tal sur ses premiers mois de carrière[13].

Durant l'été 2011, Tal enregistre les chansons de son premier album qui doit sortir à l'automne 2011[14]. En à Saint-Tropez, Thierry Chassagne, PDG de Warner Music France, organise une rencontre avec le chanteur jamaïcain Sean Paul au VIP Room[7],[15],[16]. Tal lui fait écouter Waya Waya, qui est à l'origine une chanson prévue pour elle seulement. Cependant, le chanteur apprécie la chanson et accepte d'y participer[16]. Une semaine après leur rencontre, il enregistre ses voix[6].

À la fin , la chanteuse dévoile le clip de sa chanson On avance[12]. Le titre atteindra la 29e place des ventes de singles en France[17],[18], suivi en novembre par le single Waya Waya avec Sean Paul[19], au succès plus discret[20]. À la fin , la chanteuse est présélectionnée aux NRJ Music Awards 2012 dans la catégorie « Révélation française de l'année »[21], mais n'est pas retenue parmi les nommés définitifs[22]. La sortie de son premier album Le Droit de rêver, prévue pour le est repoussée à début 2012[23]. À la place, la chanteuse propose la sortie d'un extended play (EP) intitulé Tal, contenant quatre chansons (On avance, Waya Waya, Man Down et Price Tag)[23].

Tal en au défilé de mode du Salon du chocolat.

Le , elle sort le single Le Sens de la vie[24] en deux versions : l'une avec la participation du rappeur L'Algérino et l'autre en version acoustique[25],[24]. La chanson devient rapidement un tube, atteignant la 4e place des charts en France, et se classant no 1 en Belgique.

Son premier album Le Droit de rêver, sorti le , est généralement bien accueilli par la critique, qui considère que « sans révolutionner la pop-R&B, l'album offre une production honnête et efficace »[26], « ayant la qualité d'être naturelle »[27]. L'album connaît un grand succès, avec plus de 450 000 unités vendues en France[28] ce qui lui permet d'être certifié triple disque de platine[29], soutenu par les titres Je prends le large et Rien n'est parfait. La chanteuse effectue au cours de l'année des showcases dès le mois de mars et annonce préparer une tournée[30]. Le , elle interprète avec M. Pokora pour la Fête de la musique[16] la chanson Hey Ya! d'OutKast[16],[31]. En juillet, sort un duo avec le rappeur Canardo sur la chanson M'en aller, qui atteint la 12e place des ventes de singles en France[32],[33].

En début , est annoncée la sortie de la compilation Génération Goldman à laquelle Tal participe en duo avec M. Pokora sur le titre Envole-moi[34]. La chanson est un succès commercial, atteignant la 5e place des ventes de singles[35], et permettant à l'album Génération Goldman d'être certifié disque de diamant moins d'un mois après sa sortie[36]. Sur Génération Goldman volume 2, qui paraît huit mois plus tard, elle interprète la chanson Pas toi. Au mois de , Tal dévoile la réédition de son premier album qui comprend un CD et un DVD ainsi que des reprises[37]. Les 18 et , elle effectue ses premiers concerts au Divan du Monde à Paris[13], et cosigne un appel d'artistes et de personnalités artistiques en faveur du mariage pour tous et du droit d'accès à l'adoption pour les couples homosexuels[38].

Dès fin 2012, dans une interview avec Charts in France, la chanteuse révèle commencer à faire des maquettes et des démos pour son deuxième album et souhaiter à long terme enregistrer un album en anglais[13]. « Je n'ai ni écrit ni composé sur le premier album Le droit de rêver, là je vais sauter le pas. Je vais composer et co-écrire avec les auteurs. J'ai vraiment envie de m'investir un peu plus », explique-t-elle[13]. Si dans l'interview Tal précise que la productrice et compositrice de son premier album, Laura Marciano ne travaillera pas sur son deuxième album dû à des différents, un démenti est apporté par la suite par la maison de disque et la productrice[13]. En 2016, la relation entre les deux femmes est conflictuelle, sa productrice reproche à Tal d'avoir ruiné sa réputation auprès de jeunes artistes[39],[40].

En , Tal est nommée aux Victoires de la musique dans la catégorie « Groupe ou artiste révélation du public » et « Album de musiques urbaines » pour son album Le Droit de rêver[41]. Fin janvier, aux NRJ Music Awards 2013, elle est nommée dans la catégorie « Chanson francophone de l'année » avec Le Sens de la vie, et remporte le prix de la « Révélation francophone de l'année »[42],[43].

À l'Infini et Danse avec les stars (2013-2015)[modifier | modifier le code]

Flo Rida et Little Mix participent à l'album À l'infini.

En , Tal sort son nouveau single, Danse, en featuring avec le chanteur Flo Rida, afin de promouvoir son album À l'infini[44], soutenu par les titres À l'international, Le passé et Marcher au soleil[44]. L'album, sorti le , recevra un triple disque de platine pour ses 350 000 ventes[45].

À l'automne 2013, elle participe à la quatrième saison de l'émission Danse avec les stars sur TF1, aux côtés du danseur Yann-Alrick Mortreuil, et termine sixième de la compétition.

Le , lors de la cérémonie des NRJ Music Awards 15th Edition, elle est récompensée dans la catégorie artiste féminine francophone de l'année[46]. Elle est également nommée aux Lauriers TV Awards pour sa participation à Danse avec les stars dans la catégorie Personnalités féminines ayant participé à un programme de divertissement.

En sort le documentaire Tal au Cinéma[47], réalisé par François Goetghebeur, qui présente le concert de la chanteuse ainsi que des images de coulisses. Elle débute alors la tournée À l'Infini Tour, pour laquelle elle assure six représentations au Palais des sports ainsi qu'une date au Zénith de Paris. Le , lors de la cérémonie des World Music Awards à Monaco, elle remporte le trophée de l'Artiste féminine française ayant vendu le plus de disques en 2013[48]. Le , elle remporte pour la deuxième année consécutive le trophée de l'artiste féminine francophone de l'année aux NRJ Music Awards 2014.

Après avoir fait une apparition dans les séries Plus belle la vie et Nos chers voisins, elle effectue une tournée acoustique, incluant quatre dates au Casino de Paris du 27 au .

Tal et Juste un rêve (2016-2018)[modifier | modifier le code]

Tal sort un album qui porte son nom le , construit comme une invitation au voyage. Cet album est promu par la tournée « TAL Tour », qui enchaîne de nombreuses dates en France et en Suisse l'année suivante.

Elle sort son troisième album : Juste un rêve, le . Son disque est décrit comme « une respiration de bonheur »[49]. Trois singles accompagnés de clips sont extraits de l'album : Mondial, Juste un rêve et ADN. Cet album n'est pas promu par une tournée, mais Tal a interprété à plusieurs reprises le titre Mondial à la télévision, notamment dans Touche pas à mon poste, Les années bonheur et 300 chœurs pour les fêtes.

The Evolution of Taloula (depuis 2020)[modifier | modifier le code]

En , Tal affirme dans une vidéo ne plus être signée par le label Warner Music France et annonce travailler sur un EP en anglais[40].

En , pour marquer un nouveau virage dans sa carrière, Tal change de nom de scène en devenant Taloula[50]. Sous ce nouveau nom, elle dévoile un single intitulé Keep On Tryin (traduction : Continuons d'essayer), un titre entièrement en anglais et sorti sous son nouveau label.

Elle part à Londres pour marquer un nouveau cap dans sa carrière, et elle se produit de nombreuses fois sur scène dans cette même ville, elle donne également un concert à Hambourg en Allemagne.

Elle sort un second single, Find My Way, au mois de novembre et annonce la sortie d'un EP : The Evolution of Taloula, le .

Environnement artistique[modifier | modifier le code]

La musique de Tal provient de différents styles musicaux dont le R&B, des éléments de reggae, de dancehall, le tout avec des éléments musicaux « orientalisants »[26],[27],[44]. Sur son premier album, les thèmes abordés le sont essentiellement avec des textes fédérateurs et optimistes et une volonté de transmettre des messages de paix et de fraternité[26],[27],[15]. Dans les chansons On avance et Le Sens de la vie, elle incite à aller de l'avant et à croire en des jours meilleurs[26],[27]. Elle aborde l'indépendance des femmes sur la chanson Toutes les femmes[26]. Sur Oublie, Tal entonne « Oublie les larmes d'hier, quand la nuit tu rejoues la scène, et que tu as de la peine./Demain est un autre univers remplis de lumière. » pour dire que lorsque l'on est au plus bas, il faut se reprendre[27],[51]. Enfin, sur la chanson Allez laisse-toi aller, où elle aborde les dangers des réseaux sociaux, elle chante « Sur la toile on se dévoile un peu trop [...]/On a des milliers d'amis qui nous aiment en laissant des commentaires à la chaîne/Mais sur lesquels peut-on compter ? »[27],[52]. Avec son deuxième album À l'Infini, la chanteuse confirme les thèmes du premier album tels que l'amour parfait, l'importance de ne pas rester prisonnier du passé, d'avancer et avoir une quête humaniste[53],[44].

Proche de ses racines orientales, Tal effectue, lors de ses concerts, des danses empruntées au reggae et à la traditions des danses orientales durant les passages instrumentaux de certaines de ses chansons (Le Passé, Out of Stress)

Philanthropie[modifier | modifier le code]

  • En , la chanteuse contribue au Collectif Paris Africa afin de lutter contre la famine en Afrique. Elle enregistre avec 60 artistes la chanson Des ricochets et l'album Collectif Paris-Africa pour l'Unicef qui sort en décembre[54].
  • Elle participe à la troupe des Enfoirés de l'association caritative des Restos du cœur de 2013 à 2019[55].

Discographie[modifier | modifier le code]

Tournées[modifier | modifier le code]

Année(s) Nom Dates Album soutenu
Première partie
2011 On trace la route 1 Le Droit de rêver
2011 Set the World on Fire Tour 5 Le Droit de rêver
Tête d'affiche
2014 À l'infini Tour 100 À l'infini
2015 Acoustic Tour 43 À l'infini
2017 Tal En Concert 85 Tal

Distinctions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Let's Sing It: Tal - biographie », sur Letssingit.com (consulté le )
  2. « Biographie de Tal surmusicme », sur musicMe (consulté le )
  3. « Biographie de Tal sur le site de la Fnac », sur Fnac (consulté le )
  4. « Let's Sing It: Tal - biographie », sur Letssingit.com (consulté le )
  5. a et b « Biographie de Tal », sur NRJ.fr (consulté le )
  6. a b et c Jonathan Hamard, « Tal en interview : "Mon plus grand rêve, c'est de faire un duo avec Stevie Wonder" », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b [vidéo] Interview TAL sur YouTube le 16 décembre 2011, consulté le 2 janvier 2013
  8. « Tal - La musique est mon ange », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le )
  9. a et b [vidéo] Tal - Interview sur Santa Monica Beach sur YouTube consulté le 3 janvier 2013
  10. Emmanuel Marolle, « Tal, sur les traces de Shy’m », Le Parisien, (consulté le )
  11. « INTERVIEW : Rencontre avec Tal », JustMusic.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. a et b Bridget Ugwe, « Tal dévoile le clip "On avance" », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. a b c d et e Jonathan Hamard, « Tal : "J'espère pouvoir sortir bientôt un album en anglais" », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. [vidéo] « TAL : La chanteuse qui a fait craquer Sean Paul », NRJ,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. a et b [vidéo] Tal - Interview (Mars 2012) sur YouTube consulté le 2 janvier 2013.
  16. a b c et d [vidéo] Olivier Sudrot, « Tal : Shy'm me conseille beaucoup », Télé Loisirs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Tal - On avance », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le )
  18. « Tal - On avance », sur Ultratop.be, Ultratop & Hung Medien (consulté le )
  19. « Tal feat. Sean Paul - Waya Waya », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le )
  20. « Tal feat. Sean Paul - Waya Waya », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le )
  21. « NRJ Music Awards 2012 : les nominés sont… », MSN Divertissements, (consulté le ).
  22. Jonathan Hamard, « NRJ Music Awards 2012 : revivez le direct », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. a et b « Tal reporte son album à 2012 », NRJ,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. a et b « Tal - Le sens de la vie », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le )
  25. « Tal feat. L'Algérino - Le sens de la vie », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le )
  26. a b c d et e Paula Haddad, « Le Droit de rêver - Tal », Music-Story,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. a b c d e et f Frédéric Mangard, « Notre chronique audio de l'album », sur Charts in France (consulté le )
  28. « Tal : « La scène est vraiment l’endroit où je me sens le mieux » » (consulté le )
  29. « Tal : son album "Le droit de rêver" certifié triple disque de platine », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  30. « Tal entre directement 6e du top album ! », NRJ,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. [vidéo](fr)« M POKORA / TAL : Hey ya », sur Mytaratata.com, (consulté le )
  32. « Canardo feat. Tal - M'en aller », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le )
  33. « Canardo feat. Tal - M'en aller », sur Ultratop.be, Ultratop & Hung Medien (consulté le )
  34. Jonathan Hamard, « Sevan Barsikian / "Génération Goldman" : "On a une obligation vis-à-vis de l’œuvre de Jean-Jacques" », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. « M. Pokora + Tal - Envole-Moi », sur Ultratop.be, Ultratop & Hung Medien (consulté le )
  36. Jonathan Hamard, « "Génération Goldman" certifié disque de diamant en moins d'un mois », sur chartsinfrance.net, (consulté le )
  37. Jonathan Hamard, « Tal lève le voile sur la réédition de son premier album "Le droit de rêver" », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Emmanuel Moire, Jenifer, Julien Clerc, Mika, Lorie : les artistes s'engagent pour le mariage pour tous », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. « Tal : son ex-productrice balance sur la chanteuse », MTV News,‎ (lire en ligne)
  40. a et b Julien Goncalves, « Tal révèle les coulisses de sa carrière : "J'ai fait ce qu'on m'a dit de faire" (VIDEO) », Charts in France,‎ (lire en ligne)
  41. Kévin Boucher, « Victoires de la Musique 2013 : La liste des nommés », Ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. Julien Goncalves, « NRJ Music Awards 2013 : PSY et Sexion d'assaut triomphent », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. Julien Goncalves, « NRJ Music Awards 2013 : suivez la cérémonie en direct ! », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. a b c et d « Critique - À l'infini », sur Music Story, (consulté le )
  45. LoisiraMag.fr, « TAL > Indre > Concerts > Variétés Françaises | loisiramag.fr », sur www.loisiramag.fr (consulté le )
  46. Jonathan Hamard, « NRJ Music Awards 15th Edition : Katy Perry, Stromae et One Direction ont tout raflé », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. Julien Piraud, « "Tal au cinéma" : le documentaire d'une jeune fille simple », PtitBlog,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. http://www.tal-officiel.com/tal-recompensee-aux-world-music-awards-2014/
  49. « "Juste un rêve" : Tal sortira son nouvel album le 8 juin 2018 », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  50. « "Hi! It's me, Taloula" », sur BFMTV (consulté le )
  51. « Parole d'Oublie de Tal », sur Charts in France (consulté le )
  52. « Parole d'Aller laisse toi aller de Tal », sur Charts in France (consulté le )
  53. AFP, « Tal, la petite fille chérie de la "Génération Goldman" », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. (fr)« Un collectif d’artistes se mobilise pour la Corne de l’Afrique ! », sur Unicef.fr, (consulté le )
  55. Jonathan Hamard, « Mika & Tal rejoignent la troupe des Enfoirés », Charts in France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. « Cinéma : Tal joue au Lego », La Parisienne,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :