Brenon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brenon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Intercommunalité communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon
Maire
Mandat
Armand Rouvier
2020-2026
Code postal 83840
Code commune 83022
Démographie
Gentilé Brenonais, Brenonaises
Population
municipale
27 hab. (2018 en augmentation de 3,85 % par rapport à 2013)
Densité 4,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 13″ nord, 6° 32′ 33″ est
Altitude 900 m
Min. 782 m
Max. 1 264 m
Superficie 5,59 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Flayosc
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Brenon
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Brenon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brenon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brenon

Brenon est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Petit village rural situé au nord du département du Var, en limite du département des Alpes de Haute-Provence, à 7 km de La Martre et 16 de Castellane, dans la partie Nord de Canjuers.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est membre du parc naturel régional du Verdon.

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique colline de Clare et sa forêt domaniale[1], dominant le village[2].

Brenon fait partie de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence.

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[3] :

  • rivière le Jabron,
  • torrent d'Éoulx,
  • vallons du Bourguet, de la Clue, du Massif, de Beautar,
  • ravin des Fonduas.

Climat[modifier | modifier le code]

La variété des reliefs lui confère deux types de climat, classés Cfb dans la classification de Köppen et Geiger : méditerranéen et montagnard[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département, qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Brenon est en zone sismique de faible risque Ib[5].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Accès par la RD 52 et RD 252.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par plusieurs lignes de transport en commun[6]. Les collectivités territoriales ont mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD), réseau régional Zou !

Les lignes interurbaines :
Lignes de transports Zou !. La Région Sud est la collectivité compétente en matière de transports non urbains, en application de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Brenon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1342, la communauté de Brenon est rattachée à la viguerie de Castellane (actuel département des Alpes-de-Haute-Provence) par le comte de Provence[12].

Brenon s'appelait Brenou en 1801.

Depuis 1959, la mairie de la commune est dirigée par la famille Rouvier[13]. Après les élections municipales françaises de 2020, la totalité des 7 membres du conseil municipal (le maire et ses 6 conseillers) sont tous membres de cette famille[13].

La commune a subi des inondations et deux coulées de boue en novembre 1994[14] et 2011[15].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Brenon

Les armes de Brenon se blasonnent : De gueules au rencontre de bœuf d'or accosté en chef de deux étoiles du même[16]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1995 Félix Rouvier PS  
juin 1995 en cours Armand Rouvier   Agriculteur

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[17] :

  • total des produits de fonctionnement : 115 000 , soit 3 715  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 65 000 , soit 2 101  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 0 , soit 0  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 10 000 , soit 317  par habitant ;
  • endettement : 1 000 , soit 24  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,80 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 3,27 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 34,31 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Évolution et structure de la population : Dossier complet 2017.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Précédemment, Brenon relevait de la Communauté de communes Artuby Verdon composée de 9 communes. Cinq d'entre-elles ont finalement été rattachée à la communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon et quatre à la communauté d'agglomération dracénoise.

La communauté de communes Lacs et Gorges du haut-Verdon (CCLGV) constituée initialement de onze communes (Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze) comprend désormais seize communes après intégration de cinq communes supplémentaires au  : Trigance, Le Bourguet, Brenon, Châteauvieux et La Martre[18],[19].

La communauté de communes « Lacs et Gorges du haut-Verdon (LGV) » constituée initialement de 11 communes (Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze) comprend désormais 16 communes [20] après intégration de 5 communes supplémentaires au  : Trigance, Le Bourguet, Brenon, Châteauvieux et La Martre[21],[22].

Son président en exercice est Rolland Balbis (maire de Villecroze)[23]. Ont été élus vice-présidents[24] :

  • Mme Raymonde Carletti (maire de La Martre) 1er vice président : Administration Générale et Finances ;
  • M. Antoine Faure (maire d'Aups) 2e vice président : Aménagement du Territoire (SCOT) et transition ;
  • M. Charles-Antoine Mordelet 3e vice président (maire d'Aiguines) : Tourisme et Itinérance ;
  • M. Fabien Brieugne 4e vice président (maire de Tourtour) : Agriculture, Fibre et numérique, Développement éco ;
  • M. Pierre Constant 5e vice président (commune de Villecroze)[25] ;
  • M. Serge Constans 6e vice président (Maire d'Artignosc-sur-Verdon).

La Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon compte désormais 34 représentants + 12 suppléants pour 16 communes membres.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Population sous l’Ancien Régime
Date 1315 1471
Population en feux[26] 8 ?


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[28].

En 2018, la commune comptait 27 habitants[Note 2], en augmentation de 3,85 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
116115109118135118121118112
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1109391808178756763
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
563345262526272820
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
171515161422262529
2018 - - - - - - - -
27--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignement les plus proches[31] :

  • École maternelle à Trigance,
  • Écoles primaires à Comps-sur-Artuby, La bastide, Trigance,
  • Collège à Castellane.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé les plus proches[32] :

  • La communauté de communes dispose désormais, à Aups, d'une Maison de santé pluriprofessionnelle (Médecine générale, Médecine spécialisée, Paramédical, Soins infirmiers), et intégrant également un lieu ressource "Social et solidaire"[33] intégrant un lieu ressource "Social et solidaire".
  • Maison de santé pluridisciplinaire à Comps-sur-Artuby.
  • Professionnels de santé à Draguignan, Castellane...
  • Hôpital-clinique à Castellane.
  • L'hôpital le plus proche est le Centre hospitalier de la Dracénie et se trouve à Draguignan, à 44 km[34],[35]. Il dispose d'équipes médicales dans la plupart des disciplines[36] : pôles médico-technique ; santé mentale ; cancérologie ; gériatrie ; femme-mère-enfant ; médecine-urgences ; interventionnel.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, l'église de la Nativité-de-la-Vierge appartient à la paroisse de Comps-sur-Artuby[37],[38].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Sentiers de randonnées, canyoning, rafting et sports d'eaux vives dans les gorges du Jabron[40].
  • Gîtes ruraux.

Commerces et artisanat[modifier | modifier le code]

  • Sculpteur-graveur[41].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de la Nativité-de-la-Vierge[42].
  • Ruines du château médiéval[43].
  • Chapelle romane[44].
  • Monument aux morts intercommunal de La Martre, Brenon et Châteauvieux[45].
  • Lieu de tournage du film Fleur d’oseille de Georges Lautner (1968) avec Mireille Darc notamment.
  • Fontaine médiévale du Gubaoi et fontaine des Henry[46].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. ZNIEF Montagne de Brouis, Gorges de l'Artuby, Montagne de Clare
  2. Boucle Les hauteurs de Brenon
  3. L'eau dans la commune
  4. Climat de Brenon
  5. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  6. Transports régionaux à Villecroze
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  12. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Histoire de la Sous-Préfecture de Castellane », Préfecture des Alpes de Haute-Provence, consulté le 22 juin 2012
  13. a et b Laurent Verdi, « Dans ce village du Var, tous les membres du conseil municipal sont de la même famille », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 27 mai 2020).
  14. Inondations et coulées de boue du 4 au 6 novembre 1994. Arrondissement de Draguignan
  15. Arrêté du 18 novembre 2011 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle
  16. Artuby Verdon : Brenon, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  17. Les comptes de la commune
  18. Décision du Préfet du Var après avis de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale entérinant la dissolution de la Communauté de communes Artuby Verdon qui regroupe neuf communes. Les quatre autres communes de cette communauté de communes intégrant la Dracénie Provence Verdon agglomération. Sources : « Vivre le territoire au jour le jour », in Les Échos du Verdon, journal intercommunal no 2, octobre 2016-avril 2017
  19. Statuts de la communauté de communes LGV : version modifiée par délibération communautaire no 51-09-2016 en date du 21 septembre 2016 - Département du Var [PDF].
  20. Gorges du Verdon et Lac de Sainte Croix fr
  21. Décision du Préfet du Var après avis de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale entérinant la dissolution de la Communauté de communes Artuby Verdon qui regroupe 9 communes. Les 4 autres communes de cette communauté de communes intégrant la Dracénie Provence Verdon agglomération. Sources : Les Échos du Verdon, journal intercommunal octobre 2016 - avril 2017 no 2, Vivre le territoire au jour le jour
  22. Statuts de la communauté de communes LGV : version modifiée par délibération communautaire n°51-09-2016 en date du 21 septembre 2016
  23. Site officiel de la Communauté de Communes Lacs et Gorges du Verdon
  24. Élus communautaires
  25. Conseil communautaire du 03-11-2020
  26. Jacques Cru, Histoire des Gorges du Verdon jusqu’à la Révolution, coédition Édisud et Parc naturel régional du Verdon, 2001, (ISBN 2-7449-0139-3), p. 167.
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. Établissements d'enseignement les plus proches
  32. Professionnels et établissements de santé les plus proches
  33. Maison de Santé Pluriprofessionnelle à Aups
  34. Centre hospitalier de la Dracénie
  35. Professionnels et établissements de santé
  36. « Département de l’Information Médicale », sur ch-dracenie.fr (consulté le 1er janvier 2019).
  37. Paroisse de la Nativité de la Vierge de Brenon
  38. Paroisse de la Nativité de la Vierge de Brenon (diocèse de Fréjus-Toulon)
  39. Zone de revitalisation rurale
  40. L'accueil touristique
  41. Artisanat
  42. Brenon – église de la Nativité de la Vierge
  43. Les vestiges du château de Brenon, pages 30-67
  44. Chapelle romane
  45. Monument aux morts intercommunal de La Martre, Brenon et Châteauvieux
  46. Circuit Patrimoine