Le Revest-les-Eaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Revest.

Le Revest-les-Eaux
Le Revest-les-Eaux
Blason de Le Revest-les-Eaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Canton Toulon-3
Intercommunalité Métropole Toulon Provence Méditerranée
Maire
Mandat
Ange Musso
2014-2020
Code postal 83200
Code commune 83103
Démographie
Population
municipale
3 794 hab. (2015 en augmentation de 2,73 % par rapport à 2010)
Densité 158 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 38″ nord, 5° 55′ 38″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 804 m
Superficie 24,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Le Revest-les-Eaux

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Le Revest-les-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Revest-les-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Revest-les-Eaux
Liens
Site web lerevest83.fr

Le Revest-les-Eaux est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située aux portes de la ville de Toulon, Le Revest compte environ 3800 habitants. C’est une commune qui s’étend sur une superficie de 2 400 hectares de nature en grande partie protégée[1].

Cette commune est située au Nord de Toulon (dont elle est limitrophe), et dont elle est séparée par le Mont-Faron, d'une altitude de 584 m. Ses communes limitrophes sont (d'ouest en est) : Toulon, Évenos, Signes, Solliès-Toucas, Solliès-Ville et La Valette-du-Var.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans une zone de sismicité faible[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le vieux village s’est bâti sur le rocher, au pied de la tour dite médiévale. Orientées principalement vers l’ouest et le sud, les maisons s’enroulent autour de quatre rues reliées entre elles par des traverses.

Dominant la vallée de Dardennes, Le Revest, séparé de la mer par le mont Faron (584 m d’altitude) rayonne vers le mont Caume (804 m d’altitude), le Grand Cap, le mont Combe et le mont Coudon.

Vue depuis le mont Coudon, proche du mont Faron.

La commune est parcourue par un réseau de sentiers entretenus et balisés qui permet de très nombreuses promenades et randonnées. Le GR 99 relie Toulon aux gorges du Verdon et permet d’atteindre Signes en passant par le plateau de Siou-Blanc. Quant au GR 51, il traverse la commune d’ouest en est, des Marlets aux Ollivières puis au château de Tourris.

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Retenue du Revest-les-Eaux.

Cours d'eau sur la commune ou à son aval :

  • Le lac[3], créé par un barrage datant de 1912[4], est alimenté par plusieurs sources noyées sous les eaux de la retenue (la Foux, le Figuier, les Platanes, le Rabas, le Rérabas...). Quelques centaines de mètres en amont se situe le Ragas qui est une émergence de type vauclusien (c'est une cheminée d'équilibre, où les eaux remontent de plusieurs mètres, pendant les périodes de crue, pour se déverser dans la retenue). Les plongeurs ont pu explorer le gouffre jusqu'à 151 m de profondeur[5].
Les eaux sont issues du massif karstique de Siou Blanc (prouvé par opération de traçage). Ce système hydrologique alimente en eau potable la ville chef-lieu du Revest et la commune en général ainsi qu'une partie des habitants de la commune de Toulon.
  • Source Le Ray.
  • Prise d'eau dans le barrage de Dardennes[6],[7].
  • La commune bénéficie de la Station d'épuration de Toulon Ouest - Cap Sicié de 500 000 Équivalent-habitant[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csa dans la classification de Köppen et Geiger : méditerranéen et montagnard[9]

Article détaillé : Climat du Var.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Route nationale 8.

Depuis l’autoroute de Marseille. Sortie 15 : Toulon Ouest/Le Revest.

Depuis l’autoroute de Nice/Hyères. Sortie 5 : la bigue

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches sont :

Économie[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[10] :

  • total des produits de fonctionnement : 4 133 000 , soit 1 099  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 4 092 000 , soit 1 088  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 434 000 , soit 116  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 624 000 , soit 166  par habitant ;
  • endettement : 0 , soit 0  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 9,80 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 23,20 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 48,05 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015 : médiane en 2015 du revenu disponible, par unité de consommation : 24 618 [11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village, tel qu’il apparaît la première fois en 1200 (de Revesteto), est tiré de l’occitan revèst, variante de revers, et désignant un site exposé au nord[12].

Le Revest-les-Eaux s'écrit en occitan provençal Lo Revèst leis Aigas selon la norme classique et Lou Revest leis Aigo selon la norme mistralienne[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Peu avant la Révolution française, l'agitation monte. Outre les problèmes fiscaux présents depuis plusieurs années, la récolte de 1788 avait été mauvaise et l’hiver 1788-89 très froid. L’élection des États généraux de 1789 avait été préparée par celles des États de Provence de 1788 et de janvier 1789, ce qui avait contribué à faire ressortir les oppositions politiques de classe et à provoquer une certaine agitation[14]. C’est au moment de la rédaction des cahiers de doléances, fin mars, qu’une vague insurrectionnelle secoue la Provence. Une émeute se produit au Revest le 25 mars[15]. Dans un premier temps, la réaction consiste dans le rassemblement d’effectifs de la maréchaussée sur place. Puis des poursuites judiciaires sont diligentées, mais n’aboutissent pas, la prise de la Bastille comme les troubles de la Grande peur provoquant, par mesure d’apaisement, une amnistie début août[16].

Au début du XXe siècle, la commune est surnommée « La petite Suisse varoise »[4].

Beaucoup de poètes et de peintres ont visité la ville, comme Eugène Baboulène, Pietro Santi Bartoli ou Charles Dufresne[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Valette-du-Var

Les armes du Revest-les-Eaux se blasonnent ainsi[17] :

d'azur aux six étoiles d'or ordonnées 3, 2 et 1

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1883 1904 Alexis Beilon    
1904 1906 Joseph Hermitte    
1906 1916 Pierre François Meiffret    
1917 1925 Eugène Chaix    
1926 1935 Marius Cadière    
1935 1941 Pierre Paul Meiffret    
1945 1959 Pascal Simonetti    
1959 1971 Alphonse Sauvaire DVG  
1971 1995 Charles Vidal PS puis DVG  
1996 mars 2001 Jeannine Fenassile DL  
mars 2001 en cours Ange Musso UMP  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2015, la commune comptait 3 794 habitants[Note 1], en augmentation de 2,73 % par rapport à 2010 (Var : +4,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
503562650703663756669742700
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
766750741641639552567558539
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4965027925225365756968941 080
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 4781 6591 6882 0552 7043 4413 6643 6933 794
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[22] :

  • écoles maternelles et primaire ;
  • collèges à Toulon et Ollioules ;
  • lycées à Toulon et Ollioules.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé :

  • pharmacie[23] ;
  • centre de soins les collines du revest[24] ;
  • médecins à Toulon, Ollioules[25] ;
  • centre hospitalier intercommunal Bonnet de Fréjus-Saint Raphaël[26].

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, paroisse Saint--Pierre & Saint-Christophe[27], diocèse de Fréjus-Toulon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour du village.
  • Tour[29] médiévale, aussi appelé Tour sarrasine ou Tour revestoise, datant du XIIIe siècle, restaurée au XVIIIe siècle[4].
  • Le château dit du Roi-René, construit en 1578[30],
  • Le pigeonnier, perché sur un bloc de grès dominant le quartier des Arrosants,
  • Le cabinet des monnaies (mis en sommeil),
  • Le musée copte oriental et occidental,
  • La maison des Comoni[31] où sont programmées tout au long de l’année pièces de théâtre, variétés, expositions de peinture en hommage à tous les peintres venus s’installer pour travailler au Revest,
  • Le château de La Ripelle[32]. Le domaine de la Ripelle est mentionné pour la première fois dans les registres du cadastre foncier du Revest en 1818. L'ensemble foncier appartient alors à monsieur de Gantes et est composé « de jardins, d'un bastidon, d'une bastide avec moulin à huile, patège et écuries ». En 1842, une bergerie et une vanade, aire à vanner le blé, sont ensuite ajoutées au nord de la propriété. En 1856, le domaine est déclaré au nom de Louis Charles Fabre, ce qui indique une mutation par vente, mariage ou succession.
Il reste dans la même famille jusqu'en 1960, date à laquelle il est vendu dans sa totalité[33].
Le Groupe Mornay achète uniquement le château et l'aménage en hôtel pour y accueillir ses anciens cadres (d'après l'ouvrage « Balade au château de la Ripelle et au Mont Combe », Syndicat d'Initiative du Revest-les-Eaux - Les Amis du Vieux-Revest et du Val d'Ardène, et Loisirs et Culture[34]).
Aujourd'hui, le château et son parc appartiennent au conseil général du Var et les terres à l'alentour à la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée.
Le château de la Ripelle fut un des lieux du Festival de théâtre du Revest[35].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Images du Revest pendant la Révolution, ouvrage réalisé par Charles Aude et Yvette Roché (1989).
  • Le Revest et son siècle des Lumières, ouvrage collectif sur les artistes revestois ayant fréquenté le Mas du Cyprès (2004).
  • Louis Camolli, Agent secret et Chef des FFI revestois, Ouvrage collectif en mémoire d'un grand résistant (2004).
  • Fête des sentiers au mont Caume, Ouvrage collectif (2004)
  • Le Revest-les-Eaux et son école laïque, Ouvrage collectif (2005)
  • Balade au Château de la Ripelle, Ouvrage collectif (2006)
  • Promenade historique au Revest et dans la Vallée de Dardennes, Ouvrage collectif (2008)
  • Charles Aude ou l'élan brisé, Ouvrage collectif (2009)
  • L'eau de là - L'aventure du projet Spélé-eau à Siou Blanc, ouvrage de Philippe Maurel et Paul Courbon: publié par le Comité départemental de spéléologie du Var, février 2008. Historique des explorations et topographie du Ragas & carte des eaux souterraines qui alimentent les sources du Revest.
  • "Une Rivière dans la Ville" - Synthèse sur l'environnement aquatique du Las et de la Vallée de Dardennes - Ouvrage Collectif publié par Val d'As - 2008 - Présentation du fleuve côtier qui prend sa source sur la commune du Revest-les-Eaux. Auteurs Principaux : P.Courbon, T.Lamarque, P.Maurel.
  • Les Seigneurs du Revest et de Dardennes, du Moyen Âge à la Révolution, par Igor Fedoroff (2010)
  • Dictionnaire des noms des quartiers et des rues du Revest-les-Eaux, par Roland Vernet (2010)
  • Étude : La rivière dite du Las s'est toujours appelée DARDENNES, par C. Chesnaud (2012)
  • 68 Bulletins des Amis du Vieux Revest depuis 1986 : en 2012, 3 bulletins sur les cent ans du Barrage de la Haute Vallée de Dardennes
  • George Sand, La confession d'une jeune fille, Michel Lévy frères,Paris, 1865.
  • Le Journal de Madeleine Couret (Libération Le Revest - Toulon août 1944), par Les Amis du Vieux Revest / Loisir & Culture, Le Revest (2016)
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune
  • Cavités souterraines naturelles

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Biotope constitué par une partie des falaises, plateau sommital et pentes du massif du Mont Caume.
  2. Didacticiel de la règlementation parasismique
  3. Lac de Dardennes
  4. a b c et d Le Revest-les-eaux sur le document PDF Les Citadelles du Levant Document PDF. Consulté le 28 février 2013.
  5. Barrage du Ragas (ou de Dardennes)
  6. Reconnaissances géotechniques spécifiques dans le cadre d’opérations de mise en sécurité du barrage de Dardennes
  7. Travaux de mise en sécurité du barrage de Dardennes
  8. Description de la station
  9. Table climatique
  10. Les comptes de la commune
  11. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  12. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne)., § 22391, p 1199
  13. Un peu d'histoire
  14. Monique Cubells, « Les mouvements populaires du printemps 1789 en Provence », Provence historique, volume 36, no 145, 1986, p. 309
  15. M. Cubells, op. cit., p. 310.
  16. M. Cubells, op. cit., p. 322.
  17. Toulon Provence Méditerranée Est : Le Revest-les-Eaux, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  22. Établissements d'enseignements
  23. Pharmacie
  24. Centre de soins les collines du revest
  25. Médecins
  26. C.H.I de Fréjus Saint-Raphaël
  27. Paroisse Saint Pierre & Saint Christophe
  28. L'église Saint-Christophe
  29. « Tour dite du village », notice no PA00081698, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. Les Seigneurs du Revest
  31. Pôle Jeune Public, Maison des Comoni
  32. Le château de La Ripelle
  33. Domaine de La Ripelle.
  34. Association Loisirs et Culture (agrément Jeunesse et Sports)- Association des Amis du Vieux Revest et du Val d'Ardène
  35. Le festival au château de la Ripelle
  36. Un tableau de Baboulène pour M. Giscard d'Estaing
  37. "Le Revest-les-Eaux et son siècle des Lumières"
  38. Le cyprès
  39. Albert Decaris
  40. Rugby Club Toulonnais
  41. George Sand au Revest en 1861
  42. Pierre Trofimoff gouache Le Revest-Les-Eaux
  43. Le Revest, par Léon Vérane