Michel Ciry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Ciry
Michel Ciry on his 90th birthday.jpg
Michel Ciry en 2009.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Mouvement
Maître
Distinction

Michel Ciry né à La Baule le et mort à Varengeville-sur-Mer le [1] est un peintre, graveur, écrivain et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre et graveur[modifier | modifier le code]

Élève à l'École des Arts appliqués Duperré à Paris de 1934 à 1937[2], Michel Ciry grave son premier cuivre en 1935 et débute à l'exposition « Artistes de ce Temps » au Petit Palais en 1938.

Il est nommé sociétaire à la Société des peintres-graveurs français en 1941.

Pendant l'Occupation, il fait partie du milieu officiel des artistes proches du régime de Vichy[3].

Parallèlement à son œuvre gravé personnel, il produit de nombreuses illustrations pour des éditions de bibliophilie. À partir des années 1960, il vit et travaille en Normandie à Varengeville-sur-Mer. Il fut un hôte assidu de Sainte-Maxime, dans sa villa du quartier du Sémaphore.

En 2000, Michel Ciry a créé avec ses amis le prix international de gravure Michel-Ciry, qui récompense les graveurs de talent amateurs ou professionnels[4].

Son frère Jacques Ciry (1914-1982) est également artiste peintre.

Mort le 26 décembre 2018, Michel Ciry est inhumé le 2 janvier 2019 au cimetière marin de Varengeville-sur-Mer[5],[6],[7],[8].

Philatélie[modifier | modifier le code]

Pour les postes françaises, Michel Ciry a dessiné quatre timbres-poste[9] :

Compositeur[modifier | modifier le code]

Élève de Nadia Boulanger[13], Michel Ciry compose jusqu'en 1958 des œuvres musicales essentiellement religieuses, dont une Symphonie sacrée pour voix d'alto et orchestre (1958), Concerto pour 15 instruments à vent et percussion (1956), Stèle pour un héros (1949), Pieta (1950), Mystère de Jésus (1953), Deux ballades (1949-1956), Préludes et Quatuor à cordes (1955) et des cycles de mélodies (1941-1950). Il fut interprété au festival de Darmstadt en 1951 et 1952, au festival de Donaueschingen en 1957[14].

Écrivain[modifier | modifier le code]

À partir de 1942, Michel Ciry tient son journal dont le premier volume est publié en 1971. Les 36 tomes parus du Journal se présentent sous forme de notes rédigées au jour le jour. Dans un style souvent ampoulé, il y expose ses goûts et dégoûts esthétiques, notamment son exécration de l'art contemporain[15]. Faute d'éditeur, la parution s'interrompt en 2011. Michel Ciry fut plusieurs fois et sans succès candidat à l'Académie française[16].

Publications[modifier | modifier le code]

Journal[modifier | modifier le code]

  • Le Temps des promesses, 1er janvier 1942 - 14 juillet 1949, Plon 1979.
  • La vie est une ombre, 1945-1952, Buchet / Chastel, 1992.
  • Pour l'amour de vous, 1953-1956, Buchet / Chastel, 1992.
  • Les Réalités impalpables, 20 juin 1956 - 16 mars 1959, Buchet / Chastel, 1993.
  • D'Assise à Manhattan, 18 mars 1959 - 12 mars 1963, Buchet / Chastel, 1994.
  • Le Temps du refus, 1er janvier 1968 - 30 décembre 1969, Plon, 1971[17].
  • Le Buisson ardent, 1er janvier 1970 - 31 décembre 1970, Plon, 1973.
  • Les Armes de lumière, 1er janvier 1971 - 31 décembre 1971, Plon, 1974.
  • Amour et Colère, 1er janvier 1972 - 29 décembre 1973, Plon, 1976.
  • Détruire la nuit, 1er janvier 1974 - 31 juillet 1975, Plon, 1977.
  • L'Approche du soir, 31 juillet 1975 - 14 février 1978, Plon, 1978.
  • Mon beau souci, 16 février 1978 - 29 septembre 1979, Plon, 1981.
  • La Meilleure Part, 29 septembre 1979 - 7 décembre 1980, Plon, 1982.
  • Puisque tout est grâce, 8 décembre 1980 - 2 mai 1982, Plon, 1983.
  • Au plaisir de Satan, 3 mai 1982 - 9 août 1983, Plon, 1984.
  • Le Temps des faux dieux, 5 août 1983 - 12 juin 1884, Plon, 1985.
  • La Chute des âmes, 14 juin 1984 - 14 juin 1985, Plon, 1986[15].
  • Les Nourritures célestes, 15 juin 1985 - 31 mars 1986, Plon, 1987.
  • La Passion de l'amitié, 1er avril 1986 - 11 février 1987, Plon, 1987.
  • Vive Don Quichotte, 12 février 1987 - 24 novembre 1987, Buchet / Chastel, 1992.
  • Brisons nos fers, 26 novembre 1987 - 27 août 1988, Buchet / Chastel, 1992.
  • Soyons des guetteurs, 27 août 1988 - 9 août 1989, Buchet / Chastel, 1994.
  • Alceste avait raison, 12 août 1989 - 7 décembre 1990, Buchet / Chastel, 1994..
  • Il se fait tard, 8 décembre 1990 - 4 avril 1992, Buchet / Chastel, 1995.
  • Regardons les étoiles, 5 avril 1992 - 29 juillet 1993, Éditions Bertout, Luneray, 1998.
  • Le Creux de la vague, 30 juillet 1993 - 31 août 1994, Éditions Bertout, Luneray, 1999.
  • Contre vents et marées, 1er septembre 1994 - 13 juillet 1995, Éditions Bertout, Luneray, 2000.
  • Le Temps des naufrages, juillet-1995 - août 1996, Éditions Bertout, Luneray, 2001.
  • Guérir ce qui est blessé, 20 août 1996 - 9 septembre 1997, Éditions Bertout, Luneray, 2002.
  • Ne pensons plus au passé, 30 septembre 1997 - 10 septembre 1998, Éditions Bertout, Luneray, 2003.
  • Le Temps des pardons, 11 septembre 1998 - 8 décembre 1999, Éditions Bertout, Luneray, 2004.
  • Les Flambées crépusculaires, 9 décembre 1999 - 27 février 2001, Éditions Bertout, Luneray, 2005.
  • Soyons des rebelles, 28 février 2001 - 28 juillet 2002, Ellébore éditions, 2009.
  • En toute indépendance, 29 juillet 2002 - 9 septembre 2003, Ellébore éditions, 2009.
  • Veillons à ne jamais être négligeable, 11 septembre 2003, 28 septembre 2004, Ellébore éditions, 2010.
  • Un train d'enfer, 28 septembre 2004 - 14 novembre 2005, Ellébore éditions, 2011.

Ouvrages illustrés par Michel Ciry[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Australie Australie[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Autriche Autriche[modifier | modifier le code]

Drapeau : États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Drapeau : France France[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Suisse Suisse[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Sensible aux lieux, écrira Pierre Mazars[34], au sortilège, au pourrissement malsain qui émane de quelque demeure à l'abandon, d'une maison du Pendu, d'un site maudit, sensible à la souffrance, à la vie recluse, à l'abandon des fins de vie, sensible comme seuls le sont les esprits nourris de l'Écriture, impressionnés par le drame de la Passion, allant et venant entre le besoin de montrer que les façades les plus majestueuses sont dévorées par derrière, prêtes à tomber en poudre, et le désir de rendre à la vie des objets fossilisés, Michel Ciry s'affirme, par son œuvre à la fois puissante et sincère, comme l'un des plus importants peintres d'inspiration religieuse depuis la disparition de Georges Rouault. » - Les Muses, encyclopédie des arts[27]
  • « Un art austère, exigeant, une gravité, un réalisme dur, un art résolument classique et pourtant moderne par l'isolement su sujet, par la froideur du graphisme. La composition est souvent sombre, en accord avec la sévérité janséniste du thème traité. » - Gérald Schurr[35]
  • « Portraitiste au style incisif, il marque cepe,da,t une prédilection pour les sujets religieux, ce qui ne l'empêche pas d'être sensible aux sujets qu'il visite et qu'il peint, notamment la Normandie àù il s'est fixé depuis 1964... Michel Ciry reste l'un des peintres d'inspiration religieuse les plus importants du XXe siècle. » - Dictionnaire Bénézit[2]
  • « Dans l'œuvre de Michel Ciry, on connaît la face religieuse : elle apparaît dans ses huiles. Mais surgit aussi de l'autre côté de la toile une face plus solaire, romaine, presque sudiste. D'ailleurs la Grèce, l'Italie, l'Espagne, la Syrie et la Jordanie, terres brûlées par le soleil et sources de nos civilisations, n'ont cessé de le retenir. Michel Ciry dans ses huiles comme dans ses aquarelles est un peintre de la lumière, à la recherche de la clarté divine et du soleil païen. Il excelle aussi dans les paysages normands hivernaux, quand la blancheur recouvre la terre des hommes. Il a parfaitement saisi la force sombre du Pays de Caux. Comme Georges Braque, il a transformé notre vision du ciel normand. » - Olivier Frébourg[4]
  • « Dès les années cinquante, les thèmes religieux l'inspirent plus que tous autres. Michel Ciry donne à travers son œuvre une lecture du Nouveau Testament dont il a choisi d'illustrer la Passion plutôt que l'image du Christ en gloire. On assiste peu à peu à la création de types de personnages, véritables leitmotiv d'un univers intime fécond. Le visage de la vieille femme incarne tour à tour la Vierge à la fin de sa vie et Génitrix, tout comme les portraits des moines du Barroux s'apparentent aux pèlerins d'Emmaüs ou aux prêtres des Hommages à Bernanos. Si ces êtres ont tous une signification religieuse, incarnant des saints ou des croyants, ils demeurent des hommes issus de notre quotidien et de notre temps. » - Luc Pinson[36]

Décorations[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1941 : Sociétaire des peintres-graveurs français.
  • 1945 : Prix national des arts[27].
  • 1956 : membre du conseil supérieur de l'enseignement des beaux-arts.
  • 1957 : Vice-président du Comité national de la gravure.
  • 1958 : Prix Eugène-Carrière[2].
  • 1962 : Grand Prix du Conseil général de la Seine.
  • 1963 :
    • Grande Médaille de vermeil de la ville de Paris[2].
    • Membre de l'Académie des Beaux-Arts de Florence.
  • 1964 : Prix de l'Île-de-France.
  • 1965 : Grand Prix de Montrouge.
  • 1968 : Prix Wildenstein de l'Académie des beaux-arts[2].
  • 1972 : médaille d'or à la biennale de Florence.
  • 1984 : prix Léon-Georges Baudry de la Fondation Taylor.
  • 1988 : membre de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique.
  • 1993 : prix international du Gemmail pour Adieu de Jésus à Marie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Varengeville-sur-Mer : le peintre Marcel Ciry s'est éteint à son domicile », sur actu.fr, (consulté le 27 décembre 2018)
  2. a b c d e et f Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.3, p. 657.
  3. Laurence Bertrand Dorléac, L'art de la défaite, 1940-1944, Seuil, 2010, (ISBN 2020121255), p. 125, note 48.
  4. a et b > Olivier Frébourg (préface d'André Bettencourt), Michel Ciry - Aquarelles, Les Amis de Michel Ciry, 2004.
  5. France 3 Normandie, L'artiste Michel Ciry est décédé à l'âge de 99 ans, décembre 2018
  6. a et b Maurizio Cecchetti, « Art et sacré - Adieu à Michel Ciry, peintre au pied de la Croix », Avvenire, 28 décembre 2018
  7. Franck Boitelle, « Michel Ciry, imagier de Dieu, en chemin vers l'au-delà », Paris-Normandie, 28 décembre 2018
  8. Raphaël Gaudriot, « Michel Ciry, de la solitude à la présence », Terre de compassion, 31 décembre 2018
  9. Liste des timbres dessinés par Michel Ciry, Phil-Ouest ; page consultée le 14 avril 2009.
  10. Catalogue de cotations de timbres de France, Dallay, 2007-2008, page 219.
  11. Catalogue de cotations de timbres de France, Dallay, 2007-2008, page 283.
  12. Catalogue de cotations de timbres de France, Dallay, 2007-2008, page 399.
  13. Sous la direction de Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Larousse, 2005
  14. Médiathèque Nadia-Boulanger, Lyon, Michel Ciry
  15. a et b Pierre Aube, « Écrivains normands - Le journal de Michel Ciry », Études normandes, 35e année, n°2, 1986
  16. traces-ecrites.com.
  17. « Michel Ciry : "Le Temps du refus" - André Bourin reçoit Michel Ciry », Archives INA, 31 janvier 1972 (durée : 9'33")
  18. National Gallery of Victoria, Michel Ciry dans les collections
  19. National Gallery of Art, Michel Ciry dans les collections
  20. « Michel Ciry - Une de ses œuvres entre au musée Fournaise », La Gazette des amis de la maison Fournaise, n°2, 1er semestre 2007, p. 1
  21. a et b Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin Delcrois, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes; B.N.F., 1992, p. 113.
  22. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Éric Mercier, Années 50 - La Jeune Peinture, tome II : Panorama de la Jeune Peinture, ArtAcatos, 2010, « Michel Ciry » pp. 110-113.
  23. Film 2 min 15 s, Michel Ciry présente le musée sur YouTube.
  24. Diaporama de la collection, site musée Michel Ciry.
  25. Armelle Barguillet-Hauteloire, « Michel Ciry ou la reconquête spirituelle », Agora Vox, 2 mars 2013
  26. François Mauriac, Nouveaux mémoires intérieurs, Flammarion, 1965, pp. 192-203.
  27. a b et c Les Muses, Grange Batelière, 1971, tome 5, pp. 1502-1503.
  28. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du monde, 1992, p. 308.
  29. Musée Baron-Martin, La Jeune Peinture, présentation de l'exposition, 2017
  30. « Les expositions à Paris - Les premières peintures de Michel Ciry », Connaissance des arts, n°74, avril 1958, p. 105.
  31. Gabor Szilasi, Le monde de l'art à Montréal, 1960-1980, McCord Museum of Canadian History, 2019.
  32. Michel Ciry, « interview à propos de son exposition à la galerie de Paris », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 6 novembre 1966.
  33. « Invitation aux voyages au musée Michel-Ciry de Varengeville-sur-Mer », Les Informations dieppoises, 15 juin 2020
  34. Pierre Mazars, Michel Ciry, Éditions Pierre Cailler, 1966.
  35. Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, pp. 182-183.
  36. Luc Pinson, « Deux écrivains normands contemporains : Michel Ciry, Jean-Pierre Amette », Études normandes, 56e année, n°4, 2007, pp. 42-64

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nane Bettex-Cailler, Michel Ciry, collection « Arts et documents », Éditions Pierre Cailler, Genève, 1958.
  • Pierre Mazars, Michel Ciry, Éditions Pierre Cailler, Genève, 1966.
  • François Daulte, Michel Ciry, Paris, Bibliothèque des arts, 1966.
  • René Huyghe et Jean Rudel, L'Art et le mode moderne, Larousse, 1970.
  • Pierre Bain, Michel Ciry, Éditions du musée-chateau de Dieppe, 1970.
  • Michel Droit, Michel Ciry, Ides et Calendes, 1998 (ISBN 2825800872).
  • Roger Passeron, L'Œuvre gravé de Michel Ciry (vol.1 : 1949-1954, préface de Jean Adhémar ; vol.2 : 1955-1963, préface d'André Dunoyer de Segonzac ; vol.3 : 1964-1970, préface de Jacques Guignard), Paris, Bibliothèque des arts, 1968, 1970, 1971.
  • Les Muses, encyclopédie des arts, tome 5, Grange Batelière, 1971.
  • Dictionnaire universel de la peinture, Le Robert, 1975.
  • Roger Passeron, Michel Ciry, Paris, Bibliothèque des arts, 1977.
  • Georges Daniel, L'œuvre sacrée de Michel Ciry, Éditions du Centre culturel Thibaud-de-Champagne, Troyes, 1982.
  • Jacques de Bourbon Busset, Michel Ciry - Dessins, Paris, Bibliothèque des arts, 1982.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965, Dictionnaires des peintres, Ides et Calendes, 1993.
  • Jacques de Givry, Lumières de Varengeville et Solange Louvet, Mémoire de Varengeville, 2 vol., Les Loges-en-Josas, JDG Publications, 1994.
  • Ouvrage collectif, Peintres en Normandie, Éditions Normandie-Magazine, 1995.
  • Marie-Jeanine Solvit, La gravure contemporaine, Paris, Éditions Le Temps Apprivoisé, 1996.
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture,, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuelle Tenailleau (avant-propos de Stéphane Cochepain, photographies d'Alain Dovifat), Michel Ciry, Association « Les amis de Michel Ciry » / Imprimerie Caplain S.A., Dieppe, 1997.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Olivier Frébourg (préface d'André Bettencourt), Michel Ciry, aquarelles, édité par l'Association des amis de Michel Ciry, 2004.
  • Sous la direction de Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Larousse, 2005.
  • Luc Pinson, « Deux écrivains contemporains, Michel Ciry, Jacques-Pierre Amette », dans Études normandes, (ISSN 0014-2158).
  • Jeannine Burny, « Chez Michel Ciry », chapitre du livre "Le jour s'en va toujours trop tôt" - Sur les pas de Maurice Carême, Éditions Racine, 2007 (lire en ligne).
  • Éric Mercier, Années 50 - La Jeune Peinture, tome I : L'alternative figurative ; tome II : Panorama de la Jeune Peinture, ArtAcatos, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]