Michel Ciry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michel Ciry

Naissance
La Baule
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Artiste-peintre
graveur
compositeur
écrivain

Michel Ciry, né à La Baule le , est un peintre-graveur, écrivain et compositeur français. Depuis les années 1960, il vit et travaille en Normandie à Varengeville-sur-Mer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre et graveur[modifier | modifier le code]

Élève à l'école des arts appliqués à Paris de 1934 à 1937, Michel Ciry grave son premier cuivre en 1935 et débute à l'exposition « Artistes de ce Temps » au Petit Palais en 1938.
Il est nommé sociétaire à la Société des peintres-graveurs français en 1941.
Pendant l'Occupation, il fait partie du milieu officiel des artistes proches du régime de Vichy[1].

Philatélie[modifier | modifier le code]

Pour les postes françaises, il a dessiné quatre timbres-poste[2] :

Quelques expositions[modifier | modifier le code]

  • 1938 : Exposition collective « Artistes de ce Temps », Petit Palais, Paris
  • 1945 : Bruxelles
  • 1960 : New York
  • 1972 : Vichy (du 20 Juin au 20 Juillet)

Compositeur[modifier | modifier le code]

Élève de Nadia Boulanger, il compose jusqu'en 1958 des œuvres musicales essentiellement religieuses, dont une Symphonie sacrée pour voix d'alto et orchestre (1958), Concerto pour 15 instruments à vent et percussion (1956), Stèle pour un héros (1949), Pieta (1950), Mystère de Jésus (1953), Deux ballades (1949-1956), Préludes et Quatuor à cordes (1955) et des cycles de mélodies (1941-1950).

Écrivain[modifier | modifier le code]

Depuis 1942, Michel Ciry tient son journal dont le premier volume est publié en 1971. Les 25 tomes parus du Journal se présentent sous forme de notes rédigées au jour le jour. Faute d'éditeur, la parution s'interrompt en 2001.

Citation[modifier | modifier le code]

« L'originalité, c'est la vision nouvelle d'un thème éternel. » (Relevé dans Le Figaro littéraire[6])

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1945 : prix national de peinture
  • 1956 : membre du conseil supérieur de l'enseignement des beaux-arts
  • 1958 : prix Eugène Carrière
  • 1969 : prix Wildenstein de l'académie des Beaux-Arts
  • 1972 : médaille d'or à la biennale de Florence
  • 1988 : membre de l'Académie royale de Belgique
  • 1993 : prix international du Gemmail pour Adieu de Jésus à Marie

Il a créé avec ses amis le prix international de gravure Michel-Ciry, qui récompense les graveurs de talent amateurs ou professionnels.

Livres illustrés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Droit, Michel Ciry, Ides et Calendes, 1998 (ISBN 2825800872)
  • Roger Passeron, L'Œuvre gravé de Michel Ciry, Bibliothèque des arts, Paris, 1949-1970 (3 volumes)
  • Roger Passeron, Michel Ciry, bibliothèque des arts, Paris, 1977
  • Luc Pinson, « Deux écrivains contemporains, Michel Ciry, Jacques-Pierre Amette », dans Études normandes, (ISSN 0014-2158), 2007-4

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Bertrand Dorléac, L'art de la défaite, 1940-1944, Seuil, 2010, (ISBN 2020121255), p. 125, note 48.
  2. Liste des timbres dessinés par Michel Ciry, Phil-Ouest ; page consultée le 14 avril 2009.
  3. Catalogue de cotations de timbres de France, Dallay, 2007-2008, page 219.
  4. Catalogue de cotations de timbres de France, Dallay, 2007-2008, page 283.
  5. Catalogue de cotations de timbres de France, Dallay, 2007-2008, page 399.
  6. « Michel Ciry », sur www.citations.com

Lien externe[modifier | modifier le code]