La Motte (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Motte
La Motte (Var)
Le village illuminé.
Blason de La Motte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Intercommunalité Dracénie Provence Verdon agglomération
Maire
Mandat
Valérie Marcy
2020-2026
Code postal 83920
Code commune 83085
Démographie
Gentilé Mottois, Mottoises [1]
Population
municipale
2 833 hab. (2018 en diminution de 6,93 % par rapport à 2013)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 41″ nord, 6° 32′ 09″ est
Altitude 60 m
Min. 10 m
Max. 320 m
Superficie 28,12 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Draguignan
(banlieue)
Aire d'attraction Draguignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Flayosc
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
La Motte
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
La Motte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Motte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Motte

La Motte est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bordée par la rivière de l'Endre à l'est, La Motte est située à 4 km de Le Muy, 10 km au sud-est de Draguignan et à 19 km à l'ouest de Fréjus[2].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[3] :

  • rivière la Nartuby[4],
  • ruisseau du Golf[5],
  • vallon des Prouits,
  • vallat le Gros,
  • vallon du Rousset,
  • rivière l'Endre[6],
  • vallon de la Catalane,
  • vallon de la Doux,
  • vallon de la Péguière.

La Motte dispose de deux stations d'épuration :

  • station d'épuration de la Motte - hameau du Golf, d'une capacité de 1600 équivalent-habitants[7],
  • station d'épuration de la Motte - village[8].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

  • Colline boisée de Peyblou[9].
  • Colline du Rousset.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

  • 8 risques majeurs potentiels signalés par les services de l'état[10]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire, au massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de La Motte est en zone sismique de très faible risque "Ia" [11].

Voies de communications[modifier | modifier le code]

La commune n'est pas desservie par l'autoroute mais elle est reliée directement par la D 1555 à l'A8 (échangeur no 36 au Muy situé à 4 km).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Commune desservie par le réseau régional de transports en commun Zou ! (ex Varlib). Les collectivités territoriales ont en effet mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD), réseau régional Zou ![12].

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]
Aéroport en Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

En particulier :

Transport en Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Motte s'écrit La Mota en provençal classique et La Moutto selon la norme mistralienne[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

La vie à La Motte s'est forgée au pied de la tour de l'Horloge, à partir de ces pierres de tuf avec lesquelles le vieux village a été construit.

À l'origine, de 1030 à 1039, le bourg figurait sous le nom de Motta-Lamberti, dans une charte des XIe et XIIe siècles.

Le prieuré de Motta (en provençal Moutto) fut cédé par le chapitre de Saint-Victor à l'abbé Le Blance, prieur de La Celle, en remerciement d'une autre cession.

Les terres de La Motte furent inféodées en 1201 à celles de Trans, en faveur des Villeneuve, et englobées dans les dépendances du marquisat érigé en 1505.

Un peu plus tard, la commune obtint son autonomie, et augmenta son territoire au lendemain de la Révolution française, par l'acquisition de la majeure partie des terres d'Esclans.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le parachutage des troupes aéroportées du débarquement de Provence le à 2h30 du matin fit de La Motte le premier village libéré de Provence[14]. L'état-major américain devait s'installer au hameau du Mitan[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.

(démission)
André Bouis[16]   Viticulteur

(décès)
André Bouis[16] DVG Viticulteur
Élu en 1945, réélu en 1947 et 1953
Maire en 1956   René Edouard Raynaud    
1977 Yves Rosé PS Ancien bâtonnier
3e vice-président de la CA dracénoise (? → 2008)
Sabine Vachald DVG Retraitée de l'enseignement
En cours
(au 18 mai 2020)
Valérie Marcy DVG Cadre du secteur privé
7e vice-présidente de la CA dracénoise (2014 → 2020)
4e vice-présidente de Dracénie Provence Verdon agglomération (2020 → )
Réélue pour le mandat 2020-2026

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 2 833 habitants[Note 1], en diminution de 6,93 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670664709751853810887851811
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
832875906883916833794710704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
713687657629665666605629623
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6768181 0071 5571 9932 3452 7722 9482 875
2018 - - - - - - - -
2 833--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[21] :

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Motte a une structure scolaire comprenant[26] :

  • une crèche (Les Raz'Motte),
  • une école maternelle et une école élémentaire,
  • collèges à Le Muy et Draguignan,
  • lycées à Le Muy et Draguignan.

Cultes[modifier | modifier le code]

Animations-activités[modifier | modifier le code]

Un réseau de 31 associations aux multiples activités, culturelles et sportives animent la commune[29].

Parmi les clubs sportifs se trouvent le Football Club Mottois, Tennis Club Mottois, Aikido Club Mottois, Karaté Club Mottois.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Motte fait partie de la communauté de Dracénie Provence Verdon agglomération (ex-communauté d'agglomération Dracénoise) qui regroupe vingt-trois communes du département du Var, dont Draguignan[30] de 110 019 habitants en 2019[31], créée le . Les 23 communes composant la communauté d'agglomération en 2017 sont (par ordre alphabétique) :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Motte est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[32],[33],[34]. Elle appartient à l'unité urbaine de Draguignan, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[35] et 68 524 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[36],[37].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Draguignan dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[38],[39].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[40].

Le schéma de cohérence territoriale (SCOT) arrêté par le préfet le épouse le périmètre de la communauté d’agglomération dracénoise qui en a donc la charge[41]. La commune d'Ampus dépend donc du schéma de cohérence territoriale (SCOT) de la Dracénie[42].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (57 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,6 %), cultures permanentes (30,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (13,3 %), zones urbanisées (8 %), zones agricoles hétérogènes (5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,5 %), mines, décharges et chantiers (1 %)[43].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[44].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La plaine de La Motte a su sauvegarder sa vocation agricole et viticole[45] et une importante cave coopérative[46].

La Motte s'est affirmé au fil du temps comme le « village vigneron » de la Dracénie (pays Dracénois). Au travers d'un projet économique d'envergure qui mobilise tous les acteurs touristiques et viticoles du village, un partenariat actif a été établi[47].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces et services[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité[50].
  • Services divers : artisans, entreprises[51].

Budget et fiscalité 2020[modifier | modifier le code]

En 2020, le budget de la commune était constitué ainsi[52] :

  • total des produits de fonctionnement : 3 684 000 , soit 1 272  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 3 056 000 , soit 1 055  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 372 000 , soit 474  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 1 558 000 , soit 538  par habitant.
  • endettement : 4 291 000 , soit 1 482  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,31 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,23 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 75,31 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : Médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 060 [53].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Victor : à l'origine au XIe siècle fut bâti un prieuré dédié à saint Victor en raison de son rattachement à la grande abbaye de Marseille. Une statue en bois, début XIXe siècle, de ce saint se trouve dans la grande niche située à droite dans la nef principale. Cette partie la plus ancienne de l'église est constituée par la nef latérale diminuée de l'agrandissement de 20 pans.
Cet agrandissement décidé en 1777 et achevé en 1787 comportait l'élargissement à la nef principale avec avancement de l'édifice de 20 pans. Il fut ainsi créé dans la muraille de la première nef des ouvertures avec construction des piliers. Une grande entrée était réalisée dans la nef principale avec une porte en noyer doublée de bois de pin.
Un deuxième agrandissement fut réalisé en 1872 avec la réalisation du chœur et de la sacristie. Des travaux de consolidation de la toiture et de la voûte sont réalisés en 1978 (Ent. Sordello) et la restauration intérieure est effectuée en 1988 par René Fauret.
Sous l'impulsion du père Lahal, les vitraux sont offerts par la communauté à partir de 1987.
Dans la nef latérale se trouve l'autel de saint Quinis avec retable en bois doré du XVIIe siècle et toile[54], restauré par la commune et, à l'extrémité de la nef, aux fonts baptismaux se trouve une peinture du baptême du Christ (XIXe siècle)[55].
Dans la nef principale se trouve, sous le chœur, une toile de Feraud (XVIIIe siècle) et un autel majeur en marbre (fin XIXe siècle) et dans la niche au milieu de la nef se trouve un buste reliquaire de saint Faustin (XVIIIe siècle), une statue bois doré de saint Romain (début XIXe siècle) ainsi qu'une statue bois de saint Victor (début XIXe siècle).
Le clocher, réalisé en même temps que l'agrandissement de 1787, comporte deux cloches : l'une porte les inscriptions : « is du lieu de La Moutte 1674 »[56],[57] et l'autre porte la date de 1831 et « conserva me domine quoniam speravi anno salutis 1831 sit nomen domini benedictum » Baudoin – fondeur à Marseille.
Chapelle Saint-Jean-Bosco dite aussi chapelle Dom Bosco (la Cas),
Chapelle Saint-Michel (les Demoiselles).
  • Le monument aux morts[59],[60].
  • Mémorial de la division aéroportée "Rubby Force"[61].

Lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Le saut du Capelan.
  • Le Musée de l'Histoire et des traditions mottoises, installé depuis 2001 dans un ancien moulin à huile communal et qui abrite des œuvres de Robert Pizay, sculpteur sur bois, imagier, artiste poète, œuvres devenues patrimoine communal en 2008[62].
  • Le parc du château d'Esclans[63],[64],[65].
  • Le parc du château de Valbourgès[66],[67].
  • Le Saut du Capelan : la rivière de la Nartuby traverse toute la Dracénie. Au lieudit du Saut du Capelan (le curé), elle tombe en une cascade de 22 mètres de haut.
On y accède par une promenade le long d’un chemin de campagne bordé de vignes et de vergers[68].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Robert Pizay, Pizay sculpteur, imagier, poète[69].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : au premier d'argent au loup passant d'azur, au second de gueules au pal d'or[70]
Commentaires : Site amorialdefrance.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les habitants de La Motte
  2. Itinéraires
  3. L'eau dans la commune
  4. Rivière La Nartuby
  5. Ruisseau du Golf
  6. Rivière L'endre
  7. Description de la station LA MOTTE - HAMEAU DU GOLF
  8. STATION D'EPURATION DE LA MOTTE - VILLAGE
  9. Le village de La Motte
  10. La Motte, Information Acquéreurs Locataires, sur www.var.gouv.fr/
  11. sismicité du Var sur le site de la préfecture.
  12. Réseau régional de transports en commun
  13. De "La Moutto" au "Mitan"
  14. La cérémonie d’hommage à la Rugby Force à la Motte, p.16
  15. Parachutistes et planeurs du 15 août 1944. Images choc !, Réalisation Jean Claude Honnorat, sur Canal-D
  16. a et b La fiche biographique de BOUIS André, Julien, Marcel sur le Maitron en ligne
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Professionnels et établissements de santé
  22. Centre hospitalier de la Dracénie
  23. Professionnels et établissements de santé
  24. « Département de l’Information Médicale », sur ch-dracenie.fr (consulté le ).
  25. Centre hospitalier intercommunal de Fréjus-Saint-Raphaël
  26. Etablissements d'enseignements
  27. Paroisse de La Motte
  28. Mosquée
  29. Associations
  30. La Motte en Dracénie
  31. Les Comptes des Groupements à Fiscalité Propre (GFP) : CA Dracénoise – Var
  32. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  34. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Unité urbaine 2020 de Draguignan », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  36. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  37. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  38. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Draguignan », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  39. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  40. PLU sur Géoportail de l'urbanisme
  41. Le SCOT de la Dracénie : Diagnostic et enjeux
  42. Schéma de cohérence territoriale, État d’avancement dans le département du Var Périmètre SCOT Dracénie
  43. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  44. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  45. Domaines agricoles et viticoles
  46. « coopérative vinicole La Mottoise, actuellement Les Vignerons de Saint-Romain », notice no IA83001351, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (Coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur)
  47. Les Vignerons de Saint Romain. La Motte Appellation d'origine contrôlée Côtes de Provence, Indication géographique protégée : Var (IGP)
  48. Les domaines de Saint Endréol
  49. Hébergements
  50. Commerçants
  51. Services divers
  52. Les comptes de la commune
  53. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  54. Notice no PM83001214, base Palissy, ministère français de la Culture autel, retable, tableau : Saint Quinis
  55. Notice no AP83W00905, base Mémoire, ministère français de la Culture Autel, retable, tableau : 'Saint Quinis', retable architecturé à fronton sculpté en bas-relief d'une effigie du saint et de deux anges, autel peint d'angelots tenant des armoiries
  56. Notice no PA00107323, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de 1674 de l'église Saint-Victor
  57. Notice no AP83W00907, base Mémoire, ministère français de la Culture Cloche en bronze ornée d'une croix et d'une inscription, datée de 1674
  58. Chapelles, sur l'Observatoire du patrimoine religieux
  59. Le monument aux morts
  60. Notice no MHR93_04835862, base Mémoire, ministère français de la Culture Monument aux morts
  61. Mémorial de la division aéroportée "Rubby Force"
  62. Le musée d'histoire et des traditions mottoises
  63. « parc du château d'Esclans », notice no IA83000401, base Mérimée, ministère français de la Culture pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  64. Le Château d'Esclans, Domaines Sacha Lichine
  65. Le Château d'Esclans et Cave d'Esclans
  66. « parc du château de Valbourges », notice no IA83000402, base Mérimée, ministère français de la Culture pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  67. Le Domaine de Valbourgès
  68. Les sites naturels et culturels
  69. Biographie de Robert Pizay
  70. Communauté d'agglomération Dracénoise nord : La Motte, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau