Abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint-André.
Abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon
Image illustrative de l'article Abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon
Peinture de William Marlow (1740-1813) montrant l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Musée Pierre-de-Luxembourg
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Début de la construction années 980
Site web www.abbayesaintandre.frVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Ville Villeneuve-lès-Avignon
Coordonnées 43° 57′ 55″ nord, 4° 48′ 02″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon

Géolocalisation sur la carte : Gard

(Voir situation sur carte : Gard)
Abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon
Plan du fort Saint-André montrant à l'intérieur l'emplacement de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon

L'abbaye Saint-André est une abbaye bénédictine située au sommet du Mont-Andaon, dans la commune gardoise de Villeneuve-lès-Avignon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la fondation du couvent[modifier | modifier le code]

Le Mont-Andaon fut, dès le VIe siècle, le lieu de sépulture des Avignonnais, dont une aristocrate prénommée Casarie, morte en 586[1].

L'arrivée des bénédictins[modifier | modifier le code]

Au début des années 980, les bénédictins fondent une abbaye. Garnier, évêque d'Avignon, donna biens et menses à l'abbaye par un acte daté du dont les églises de Saint-André et de Saint-Paul sur le terroir du « vicus » de Fréta, qui a succédé à Glanum. Les souverains pontifes prirent rapidement l'abbaye sous leur autorité et, en 999, Grégoire V avalisa la liste de ses prieurés languedociens.

Prieurés provençaux et rhodaniens[modifier | modifier le code]

Par la volonté de Jean XIX, ce fut en 1005 que les moines de Saint-André passèrent le Rhône pour aller s'installer sur la rive gauche du fleuve à Thouzon, près du Thor[2]. Ce fut en 1140, qu'Alphonse Jourdain, marquis de Provence et comte de Toulouse, ratifia au château de Pernes la dotation du fief de Thouzon à Saint-André. Raymond IV de Saint-Gilles, comte de Toulouse, en 1088, avant de partir pour la première croisade transforma l'abbaye du Mont-Andaon et de Thouzon[3] en fiefs allodiaux.

Avec plus de cinquante prieurés qui s'étendaient de la vallée du Rhône aux Baronnies, en passant par le plateau d'Albion, la vallée du Calavon et le val de Durance, les abbés de Saint-André eurent soin constamment de se faire confirmer par les papes successifs leurs possessions et bénéfices.

Les confirmations pontificales[modifier | modifier le code]

Ce fut d'abord Gélase II qui, de passage à Orange en 1119, signa une bulle reconnaissant l'ensemble des possessions languedociennes, provençales et delphinales de Saint-André. Il fut suivi par Innocent II, en 1143 puis par Eugène III en 1147.

Alexandre III fit de même en 1178 lors du sacre à Arles de son ennemi l'empereur Frédéric Barberousse. Grégoire IX confirma une dernière fois les possessions de Saint-André par une bulle datée de 1227.

Les abbés s'allient aux rois de France[modifier | modifier le code]

L'abbé de Saint-André, au cours de la croisade contre les Albigeois, en 1226, et lors du siège d'Avignon par Louis VIII, roi de France, rejoint ses troupes. La conséquence de cette alliance est que le fief allodial de Saint-André est désormais partagée, par un acte de paréage, entre le roi et l'abbé.

Quant à Philippe le Bel, en 1292, il signe avec l’abbé de Saint-André un nouvel acte de paréage qui prévoit l'édification de deux forteresses royales. Seule reste à l’entrée du pont Saint-Bénezet la Tour Philippe-le-Bel dite au Moyen Âge, la « Grosse Tour du bout du Pont »[4].

Les papes d'Avignon : la mise en commende[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, la papauté d'Avignon remit en commende la charge d'abbé de Villeneuve aux membres des familles pontificales ou de ses alliés. Au cours du mois de septembre 1347, lors de son mariage de sa nièce Marie Roger de Beaufort avec Garin VII d’Apcher, baron du Gévaudan, Clément VI, pour l’occasion donna au couple Montolivet, la résidence que lui avait remise le cardinal Élie de Nabinal à Villeneuve-lès-Avignon, et le pape en profita pour nommer Raymond d’Apcher, frère du marié et simple prieur à Montverdun, abbé de Saint-André.

L'implantation des mauristes[modifier | modifier le code]

Après cette période de décadence qui fut le lot de quasiment toutes les abbayes, une réforme s'imposait. Elle vint tardivement et fut le fait des mauristes. Ils arrivèrent à Villeneuve en 1636 et cette reprise en main fut fort mal reçue par les moines résidents.

Les jardins de l'abbaye[modifier | modifier le code]

De l'abbaye d'origine, il ne reste de nos jours à l'intérieur du fort Saint-André que des vestiges et l'emplacement dont le site est occupé par de superbes jardins en terrasses.

Ces parcelles de terrain à l'intérieur de l'enceinte fortifiée, ont été classées monument historique le 19 décembre 1947 comme ancienne abbaye Saint-André[5].

Le rayonnement de l’abbaye[modifier | modifier le code]

L’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon est une des plus riches de Provence, avec un maximum de 212 églises et prieurés qui dépendaient d’elle à l’est du Rhône[6], et 23 sur la rive droite[7].

Architecture[modifier | modifier le code]

La réforme mauriste s'accompagne de grandes campagnes de reconstruction, qui commencent dès 1645 par l'aile à l'est du cloître. À partir de 1692, sous la direction de Pierre II Mignard, architecte du roi, d'importantes modifications sont apportées à l'église double Saint-André et Saint-Martin / Sainte-Casarie. Puis au tournant du siècle, il projette un vaste bâtiment de trois étages élevé dans leur prolongement, posé sur une terrasse qui rachète les irrégularités de la montagne : cette aile nouvelle, poursuivie jusqu’en 1736, figure sur un projet gravé de la fin du XVIIe siècle et sur la célèbre vue de William Marlow. Mais en 1763, il faut reprendre de fond en comble les premières reconstructions, vieilles d'à peine 120 ans et qui déjà menacent ruine. C'est l'architecte avignonnais Jean-Ange Brun, apparenté aux Franque qui surveille cette ultime campagne.

Vendue comme bien national sous la Révolution, l'abbaye est méthodiquement dépecée. Il ne reste des travaux de Mignard que les terrasses et les premières assises de la vaste aile orientée est-ouest qu'il éleva sur la montagne. Toutes les parties subsistantes des lieux réguliers, pavillon d'entrée, portail monumental, grand escalier, aile des cuisines et réfectoire savamment voûtés, correspondent aux travaux de Brun, dernier architecte de l’abbaye.

Un temps occupée par les religieuses du Cœur de Jésus qui surélèvent le pavillon du réfectoire avant d'être expulsées par les lois anti-congrégationnistes, l'abbaye est rachetée en 1913 par le peintre Louis-Joseph Yperman, qui y fait réaliser des fresques par son ami Émile Bernard sous les plafonds de l'une des galeries. Il s'agit de trois peintures représentant l’Annonciation avec deux scènes d’Anges musiciens. L'abbaye est ensuite acquise par Gustave Fayet en août 1916 pour Elsa Koeberlé qui s'est consacrée à la restauration de l'édifice et à l'aménagement des jardins jusqu'à sa mort, en 1950.

Liste des abbés[8][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Chalon, « À propos des origines de Saint-André : l’épitaphe de Casaria », inGuy Barruol, Roseline Bacou et Alain Girard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 978-2-906162-54-9), p 23-48
  2. Ingilramnus, évêque de Cavaillon, confirma cette nouvelle implantation dans son diocèse en 1014 en lui donnant des biens.
  3. Ce fut en 1202 que Thouzon perdit son statut de premier prieuré de Saint-André sur le rive gauche du Rhône. Bermund, évêque de Cavaillon, échangea une partie de ce prieuré contre celui de Saint-Phalès au pied du versant sud du Luberon. À cette même époque, Saint-Pierre-de-Méjean régit douze prieurés sur tout ce versant du Luberon. Son prieur administrait Lauris et Puyvert.
  4. La tour Philippe le Bel fut élevée entre 1293 et 1307.
  5. Base Mérimée
  6. Guy Barruol, « Le temporel de l’abbaye Saint-André au haut Moyen Âge », inGuy Barruol, Roseline Bacou et Alain Girard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 978-2-906162-54-9), p 209
  7. Pierre-Albert Clément « Les possessions de l’abbaye sur la rive droite », in Guy Barruol, Roseline Bacou et Alain Girard (directeurs de publication), op. cit., p 235
  8. Source : Gallia Christiana
  9. Collectif de Religieux de la Congrégation de Saint-Maur, Histoire Littéraire de la France..., Paris, 1767, tome VIII, p.478 et suivantes. Son nom est orthogaphié Ponce

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque nationale, Copies des chartes concernant Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon et Saint-André de Gap, Ms latins, n° 12 659 et 12 777.
  • Document utilisé pour la rédaction de l’articleGuy Barruol, Roseline Bacou et Alain Girard, L'abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Actes du colloque interégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 978-2-906162-54-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]