Rocbaron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rocbaron
Ruines du château de Rocbaron.
Ruines du château de Rocbaron.
Blason de Rocbaron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Garéoult
Intercommunalité CA de la Provence Verte
Maire
Mandat
Jean-Claude Félix
2014-2020
Code postal 83136
Code commune 83106
Démographie
Population
municipale
4 718 hab. (2014)
Densité 233 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 18″ nord, 6° 05′ 30″ est
Altitude Min. 272 m
Max. 592 m
Superficie 20,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Rocbaron

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Rocbaron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rocbaron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rocbaron

Rocbaron est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rocbaron fait partie des 37 communes du Pays de la Provence Verte labellisé Pays d’art et d’histoire et de la Communauté d'agglomération de la Provence Verte qui compte 28 communes membres[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les massifs sont dominés par un couvert forestier de type méditerranéen (chênes)[2].

Les pertes agricoles sont essentiellement imputables à la recolonisation. Le centre de Rocbaron est quant à lui installé sur un flanc de colline tandis que l’habitat diffus se disperse dans la plaine au nord-ouest du centre. Le village est très étalé[3].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune classée en zone 2 (sismicité faible)[4].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

À Rocbaron, des documents datant de l'Ancien Régime signalent la présence d'aménagements liés à une gestion rationnelle de l'eau[5].

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[6] :

  • rivière l'issole,
  • ruisseaux le canadel, de la source de trian, de la verrerie, de la pességuière.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Rocbaron est chaud et tempéré. Selon la classification de Köppen-Geiger, le climat est de type Csb.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Départementale 12.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de transports du Var "Varlib"[7].

La gare SNCF la plus proche est la gare d'Aix-en-Provence.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rocbaron s'écrit Ròcbaron en provençal selon la norme classique et Rocbaroun selon la norme mistralienne.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le castrum de Forcalqueiret apparaît dans les textes en 1025[8].

Les terres de Forcalqueiret appartiennent alors aux vicomtes de Marseille qui en font don, dès le XIe siècle à l'abbaye de Saint-Victor[9]. Le fief comprenant les actuelles communes de Rocbaron, Forcalqueiret et Sainte-Anastasie est reconstitué au XIIIe siècle par Geoffroy Reforciat, vicomte de Marseille et seigneur de Trets.

Le 3 janvier 1227, le seigneur du lieu Guillaume de Rochabaron[10] vend sa seigneurie à son suzerain Geoffroy Reforciat[11].

Au XVIIIe siècle, la nouvelle église est construite en remplacement de l'ancienne, située près des ruines du château[12], également dédiée à saint Sauveur.

Combat aérien mené au-dessus de Rocbaron par le pilote de l’aéronavale Marcel le Bihan[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Louis Gueit    
1947 1955 Antoine Boyer    
1955 1959 Charles Trabaud    
1959 1965 Gorges Commarmond    
1965 1977 Jean Boyer    
1977 1983 Lucien Paye    
1983 1995 Gilbert Mestre    
Juin 1995   Jean-Claude Felix    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 718 habitants, en augmentation de 33,13 % par rapport à 2009 (Var : 2,98 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300 261 289 315 329 324 280 252 246
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
266 295 263 278 262 186 143 154 156
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
141 142 142 141 127 133 120 79 86
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
92 222 310 778 1 774 3 026 3 180 3 544 4 718
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Camping Soleiluna[20].

Commerces et artisanat[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école maternelle, d'une école primaire et d'un collège[25].

Les lycées les plus proches se trouvent à Cuers, Brignoles, La celle et Toulon.

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique. Paroisse : Garéoult (Paroisses du Plateau de l'Issole)[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ruines du château Saint-Sauveur.
  • Oppidum de l'âge de fer[27].
  • Église Saint-Sauveur [28]et sa cloche de 1733[29] .
  • Ruines du château Saint-Sauveur (XIIe siècle)[30] et de l'ancienne église ;
  • Fontaine romane de la Fardelle ;
  • Le beffroi carré avec son clocher ;
  • Les fours à cade et à chaux au domaine de la Verrerie[31] ;
  • Les 5 puits prétendus romains ;
  • Le four de l'ancienne boulangerie[32].
  • Grotte de Thérère[33].
  • L'observatoire. Rocbaron est classé 1ère réserve étoilée de France[34],[35].
  • Les monuments commémoratifs[36],[37].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rocbaron Blason D'argent au pressoir au naturel, chapé ployé d'azur, à la couronne de baron au naturel enfilée et brochant sur les traits du chapé[41].
Détails Devise : rocca de barone
Alias
Alias du blason de Rocbaron
D'azur à la vigne feuillée et fruitée au naturel, chapé ployé d'argent, une couronne de baron d'or perlée aussi d'argent enfilée brochant sur les traits du chapé (adopté le 1 octobre 1987).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La commune de Rocbaron et le Pays d’art et d’histoire de la Provence Verte
  2. Massifs calcaires jurassiques
  3. Plan paysage de la Provence verte
  4. Zonage sismique en vigueur depuis le 1er mai 2011
  5. L'eau sur la commune, une préoccupation constante
  6. L'eau dans la commune
  7. Plan des lignes du réseau
  8. Château de Forcalqueiret XIIIe siècle-XVIe siècle
  9. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Victor de Marseilles
  10. Acte de vente du castrum de Rocbaron
  11. Vente de la seigneurie de Rocbaron, p. 235
  12. « bourg castral de Rocbaron », notice no IA83001195, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. L’Inventaire du patrimoine de la République du Pays d’art et d’histoire de la Provence Verte (2012-2016), page 7
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. Vins de Rocbaron
  19. Les chèvres de Rocbaron
  20. Camping Soleiluna, Domaine de la Verrerie
  21. Domaine de la Pességuière
  22. Le santonnier de Rocbaron
  23. Paul Garrel - Artisan santonnier au coeur du Var
  24. Monique Rouquier Atelier Double Huit
  25. Les établissements d'enseignement
  26. Paroisses de l'Issole
  27. Oppidum de Théméré
  28. [L’église du village est dédiée au Saint-Sauveur]
  29. Notice no PM83000442, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de l'église Saint-Sauveur
  30. L’origine du Château de Saint-Sauveur à Rocbaron
  31. Cahier de l'Aser n°2
  32. Le four de Rocbaron par Eugénie Zatzepine, Cahier de l'ASER, pp. 36 à 39
  33. Cavités souteraines naturelles
  34. Sur le site de La Verrerie sont installées des lunettes astronomiques
  35. Centre d'observation astronomique de Rocbaron
  36. Monument aux morts communal. Conflits commémorés 1914-18
  37. Deux monuments rendent hommage au SM Marcel le Bihan
  38. Marcel Le Bihan 15 juin 1940 (côté sud)
  39. Marcel Le Bihan 15 juin 1940 (côté nord)
  40. Aviateurs alliés tombés en sol français
  41. Val d'Issole : Rocbaron, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau