Pourcieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pourcieux
Le village vu du mont Aurélien
Le village vu du mont Aurélien
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Brignoles
Canton Canton de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Intercommunalité Communauté de communes Sainte-Baume Mont-Aurélien
Maire
Mandat
Jean-Raymond Niola
2014-2020
Code postal 83470
Code commune 83096
Démographie
Population
municipale
1 173 hab. (2012)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 12″ N 5° 47′ 10″ E / 43.4701, 5.786143° 28′ 12″ Nord 5° 47′ 10″ Est / 43.4701, 5.7861  
Altitude Min. 278 m – Max. 870 m
Superficie 21,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Pourcieux

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Pourcieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pourcieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pourcieux

Pourcieux est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pourcieux est un petit village située à l'extrême ouest du département du Var, image vivante de la Provence de Frédéric Mistral, avec ses maisons de vignerons construites autour de son château, sa place ombragée par des platanes centenaires sous lesquels murmure une fontaine. Ses coteaux ensoleillés s'étalent aux pieds du Mont Aurélien, à peu de distance de la Montagne Sainte-Victoire et de ses paysages immortalisés par Cézanne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arc.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Pourcieux est en zone sismique de très faible risque "Ia" [1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pourcièu en provençal. Selon la croyance populaire le village, anciennement appelé Porcals ou Porcilis, tirerait son nom des porcheries installées ici et du commerce des porcs qui s'y faisait. Cette hypothèse est plausible quand on sait qu'en provençal "Pourcieou" signifie littéralement "toit à cochon", et que l'eau indispensable à un tel élevage ne manquait pas puisque le village est arrosé par l'Arc. Cependant, certains historiens font dériver le nom d'un consul romain, nommé Porcius, qui aurait servi sous Caius Marius, le vainqueur des Barbares à Pourrières, en -102, au terme d'une bataille particulièrement sanglante. Le corps de Porcius serait enseveli sous le sol de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitations humaines sur la commune remonte à la préhistoire. Notamment, plusieurs outils en silex ont été retrouvé, lors de fouilles dans la plaine de l'Arc[2], ainsi que des céramiques, meules et polissoirs[3].

Lors de l'Antiquité, la commune fût également habité ; des traces de villas ont été identifiés, dans les quartiers de La Plaine à Vitalis et aux Molières. La commune est également traversée par la Voie Aurélienne, sur le tronçon entre Aquae Sextiae (Aix-en-Provence) et Forum Julii (Fréjus)[4].

Pourcieux appartient d'abord aux vicomtes de Marseille. Guillaume Ier divise la seigneurie entre ses enfants, qui entre 1008 et 1020 en donnent les deux tiers à l'abbaye de St-Victor. Celle-ci les a encore en 1252. À cette époque, le tiers restant est à Burgondion de Trets et passe à ses descendants nés Mabille d'Agout Ponteves, cette famille est encore présente au XVIIIe siècle.

Au XVIe siècle, Pourcieux comptait 60 maisons, 10 bastides et une population de 300 âmes de "communion". C'était un simple fief seigneurial sans titre de marquisat, de comte ou de baronnie. Marc Antoine de Vitali, résidant à Aix, fut reconnu seigneur en 1645. Il avait les 2/3 de la juridiction et exerçait pendant 2 années sur 3 les droits de haute, moyenne et basse justice. Gaspard d'Honorat, Auguste d'Agoult résidents à Pourcieux, Gaspard d'Agoult, frère de ce dernier, marquis d'Ollières, résidant à Marseille furent par sentence d'expédients du 20 mars 1706 déclarés co-seigneurs avec 1/3 de la juridiction.

En 1756, Pazery, seigneur de Thorame achète Pourcieux et la communauté envoie deux des siens pour porter hommage et serment de fidélité au nouveau seigneur et le reconnaitre comme seul seigneur et haut justicier de ce lieu et de son terroir. Parmi les nobles possédant à diverses époques des biens à Pourcieux on cite : Louis de Felix, seigneur d'Ollières, la marquise de Forbin, sa mère. Alexandre de Coriolis, de Roquefeuil et sa tante Claire de Gasquet. Pierre de Rougemont, bourgeois. Mathieu de Queylar, propriétaire de la verrerie. Les frères Jacques et Esprit d'Escrivan et de Ferry la Blache, nobles verriers.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Pourcieux (Var).svg

Les armoiries de Pourcieux se blasonnent ainsi :

D'or au chêne de sinople englandé du même senestré d'un porc de sable sur une terrasse de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1989 Séraphin Carluet    
mars 1989 juin 1995 Suzanne Florent    
juin 1995 en cours Jean-Raymond Niola    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 173 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 509 503 578 623 649 581 568 545
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
495 555 539 540 546 523 526 507 422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
450 430 393 357 375 378 327 303 288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
260 256 256 281 527 921 1 043 1 163 1 173
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'un des principaux secteurs agricoles de la commune est la viticulture, la commune faisant partie de la zone d'appellation Côtes-de-provence Sainte-Victoire. Les 450 hectares de vignes sont partagés entre deux domaines viticoles et la cave coopérative communale[7]. Le bâtiment de la cave coopérative, construite en 1912, est inscrite à l'inventaire complémentaire des monuments historiques[8].

Commerces et artisanat[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Borne milliaire dédicacée à Claude, trouvée dans le lit d'un petit ravin du mont Aurélien (actuellement conservée dans le cloître de la basilique de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume).

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • Château de Pourcieux
  • Pont romain
  • L’église Notre Dame de l’Assomption
  • La Mairie
  • Les lavoirs publics et la fontaine
  • Le monument aux morts
  • La poste
  • La coopérative agricole

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Victor Chavet, peintre sous Napoléon III, est né à Pourcieux, en 1822. Une partie de ses toiles sont exposées au Musée du Louvre. Il est mort au Creusot en 1906.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]