Pourrières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Var
Cet article est une ébauche concernant une commune du Var.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Pourrières
Blason de Pourrières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Intercommunalité Communauté de communes Sainte-Baume Mont-Aurélien
Maire
Mandat
Sébastien Bourlin
2014-2020
Code postal 83910
Code commune 83097
Démographie
Population
municipale
4 754 hab. (2013)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 12″ Nord 5° 44′ 00″ Est / 43.50343745, 5.73335481
Altitude Min. 239 m – Max. 872 m
Superficie 56,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Pourrières

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Pourrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pourrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pourrières

Pourrières est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Pourriérois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à la limite des Bouches-du-Rhône, à l'est de la montagne Sainte-Victoire, le village occupe un coteau dominant la plaine viticole arrosée par l'Arc. Le point culminant se trouve au sud de la commune, dans le massif du mont Aurélien. Le centre est à 3 km au nord de la N7, à 27 km d'Aix-en-Provence et 16 km de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Le tracé de l'autoroute A8 empiète également sur le territoire de la commune.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Pourrières est en zone sismique de très faible risque "Ia" [1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pourrières s'écrit en provençal Pourriero selon la norme mistralienne et Porriera selon la norme classique.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité est citée en 1145 comme De Poreriis ; la tradition donne comme étymologie probable soit le vocable latin Campi Putridi, en raison du charnier laissé par Marius après la bataille d'Aix, où il écrasa les Cimbres et les Teutons en 102 av. J.-C., soit du provençal pòrri (les poireaux, abondants à Pourrières). Il est plus probable que le nom provienne du caractère perché du village (podium reriis), la plupart des villages voisins de la haute vallée de l'Arc ayant cette désignation : Peynier : podium nigra, le puy noir ; Puyloubier ; Pourcieux ou encore le Pain de munition : podium munita, le pic fortifié, triple enceinte de pierre de l'âge du fer sur Pourrières au nord de la commune.

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Isnard de Glandèves (1340-1409), viguier de Marseille (1380), lieutenant du sénéchal (1405), fut seigneur de Cuers, de Pourrières et de Glandèves. Il fut le premier enfant de Guillaume Féraud de Glandèves, seigneur de Cuers et de Thorame et de Louise de Villeneuve. Il fut selon le baron du Roure "un des seigneurs les plus puissants et les plus considérés de Provence[2]". Il fut l'objet de la reine Marie de Blois qui le couvrit de dons.

Jean de Sabran (?-av.1384), capitaine d'Aix (1367), châtelain d'Aix (1370), viguier de Marseille (1381), fut seigneur d'Ansouis et grand chambellan de la reine Jeanne[3]. Il était le troisième fils de Guillaume de Sabran, baron d'Ansouis et comte d'Ariano. Jean épousa avant 1351, Isoarde de Roquefeuil, dame de Puyloubier, de Belcodène et de Mimet, fille d'Isnard de Puyloubier, seigneur de Puyloubier et de Roquefeuil[4]. Il eut de longs problèmes avec son frère Guillaume au sujet de l'héritage paternel, si bien que la reine Jeanne dut intervenir. Le 9 mars 1351, il prêta hommage pour Puyloubier à la reine Jeanne[5].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le roi de France, Charles VI, intervient et envoie le sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, qui fait la conquête du château de Pourrières à l’été 1383. Lorsque Louis Ier meurt et que sa veuve, Marie de Blois, arrive en Provence pour défendre les droits de son fils Louis II, elle réclame que le sénéchal lui cède la ville, ce qu’il refuse par instruction du roi de France[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la pyramide d'argent, maçonnée de sable, sur un piédestal aussi d'argent sur lequel sont gravés ces deux mots CAIVS, MARIVS, l'un sur l'autre, en lettres capitales aussi de sable, le tout accosté en chef des lettres P et S capitales d'or.
Commentaires : Dans la version moderne du blason (non représentée), le nom de Pourrières est écrit sur le monument et ce sont les initiales de Caius Marius qui apparaissent en chef.

Économie[modifier | modifier le code]

Panorama depuis le chemin Saint-Pierre
Entrée par la route de Pourcieux
  • Vigne, céréales, melons.
  • Coopérative vinicole.

La commune fait partie de la zone d'appellation Côtes-de-provence Sainte-Victoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Sébastien Bourlin UMP Chargé de cours
mars 1989 2001 Jacques Gouirand    
mars 1977 1989 Michel Delenne    
mai 1960 1977 Marius Michel    
octobre 1947 1960 Fernand Estrailler    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 4 754 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 750 1 700 1 773 1 853 1 893 1 818 1 766 1 726 1 716
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 719 1 780 1 720 1 664 1 549 1 380 1 295 1 171 1 181
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 165 1 174 1 152 949 971 1 008 930 866 897
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
905 980 1 270 1 718 2 631 3 985 4 389 4 439 4 493
2013 - - - - - - - -
4 754 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis-Chrysostome Michel (1797-1853), dit Michel de Bourges, avocat et homme politique, né dans la commune.
  • Émile Rigaud (Pourrières, 1814–Aix-en-Provence, 1890), maire d'Aix-en-Provence de 1849 à 1863.
  • Germain Nouveau, (1851-1920), poète, ami de Verlaine et de Rimbaud.
  • Joseph Pascal (1886-1982), écrivain.
  • La pianiste Jacqueline Eymar (1922-2008), Grand Prix du Disque pour Le Zodiaque de Georges Migot, qui a consacré sa carrière à la musique de chambre avec le Trio Kehr (Allemagne) a vécu de 1984 jusqu'à sa mort aux Hermentaires, commune de Pourrières.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La place du Château, belvédère
  • L'église
  • Le couvent royal
  • Le Mémorial de Caius Marius
  • Ruines du château de Roquefeuil, berceau d'une famille de ce nom. La famille de Roquefeuil, en Provence, est issue des vicomtes de Marseille, et s'est éteinte au XVIIIe siècle. Elle tient son nom d'un fief de Roquefeuil (1340), situé sur la commune. Elle commença avec Raymond de Roquefeuil (1293), cinquième fils de Burgondion (+1246), vicomte de Marseille, seigneur de Trets et d'Ollières, et de Mabille d'Agoult, et prit fin avec Gabrielle d'Agoult d'Ollières, dame de Roquefeuil, héritière de cette branche cadette de la famille d'Agoult d'Olières, mariée le au château de Roquefeuil à Pourrières avec Pierre Isoard de Chénérilles.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. Martinelli, 1982, « Toponymie et société : contribution à l'étude de l'espace communautaire en Basse-Provence », Revue Etudes rurales, Laboratoire d'anthropologie sociale, n°85 : 9-31.
  • B. Martinelli, 1983, Une communauté rurale de Provence face au changement, Ed. du CNRS, 254 p.
  • B. Martinelli, 1985 « Dynamique agro-foncière en Basse-Provence viticole », in Hommage à Georges Granai, Aix, Université de Provence & J. Laffitte : 239-266.
  • B. Martinelli, 1985 « Eau, politique et usage en Basse-Provence », Le monde alpin et rhodanien, n° spécial Usages et images de l'eau, n°4 : 151-174.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  2. Baron du Roure, Glandèves, p.14
  3. AD du 13, 1 mi 33, parch
  4. Gérin-Ricard, Actes, tableau généalogique
  5. Gérin-Ricard, Actes, p.217
  6. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 407 et 413 (note 61).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.