Le Val (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Val
Le Val (Var)
Hôtel de ville - place de la Libération.
Blason de Le Val
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Provence Verte
Maire
Mandat
Jérémy Giuliano
2020-2026
Code postal 83143
Code commune 83143
Démographie
Gentilé Valois
Population
municipale
4 293 hab. (2018 en augmentation de 1,73 % par rapport à 2013)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 25″ nord, 6° 04′ 26″ est
Altitude Min. 140 m
Max. 540 m
Superficie 39,34 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Brignoles
(banlieue)
Aire d'attraction Brignoles
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brignoles
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Le Val
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Le Val
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Val
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Val
Liens
Site web http://www.mairie-leval.fr/

Le Val est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ce village est situé en Pays de La Provence Verte.

Ses habitants se nomment les Valois et Valoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Le Val, au nord de Brignoles, est accessible par la route départementale 554 (entre Brignoles et Châteauvert). La gare SNCF la plus proche était celle de Brignoles ; actuellement ce sont les gares des Arcs, Carnoules et Toulon. L'aéroport le plus proche est celui de Toulon-Hyères. La sortie de l'autoroute A8 la plus proche est la Sortie 35, depuis Nice, comme depuis Aix-en-Provence.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs hameaux, parmi eux :

  • les Grandes Aires
  • Saint Marc
  • l'Adrech de la Grande Bastide
  • Saint Georges
  • les Machottes
  • Sainte Anne
  • la Ribeirotte
  • Lou Piboulo
  • les Coteaux du Val

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

Le village est situé dans la vallée de la Ribeirotte, orientée est-ouest. Des collines encadrent cette vallée, au nord et au sud du village, comme le Pied de Bœuf (351 m) ou le Grand Claous (407 m).

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par deux principaux reliefs[1] :

  • Le massif des Sambles,
  • Le massif du Grand Claou

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité faible[2],[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau traversant la commune[4] :

  • La commune du Val est arrosée par la Ribeirotte[5](petite rivière), affluent de l'Argens.
  • Source de treize Raïs.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat méditerranéen avec, en raison d'un relatif éloignement de la mer et de la présence des collines et massifs du Haut Var une propension à des hivers frais ou froids en dépit de l'ensoleillement fréquent[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Val est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Brignoles, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[10] et 22 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brignoles dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (70,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (71 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (52,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (17,8 %), zones agricoles hétérogènes (10,4 %), zones urbanisées (8,8 %), cultures permanentes (8 %), terres arables (1,3 %), mines, décharges et chantiers (0,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,7 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Le Val, Lo Vau en Occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a 4 500 ans, les premiers habitants s’étaient blottis au pied de la falaise des Essartènes. Des dolmens situés sur la crête séparent Le Val de Brignoles. 300 ans avant notre ère est construit un oppidum sur la colline de Paracol[17], site qui sera occupé jusqu’au Xe siècle, et où se réfugie la population lors des invasions.

En 973, le comte Guillaume Ier le Libérateur délivre la Provence des Sarrasins, et distribue des terres à ses chevaliers. À la famille de Châteaurenard échoit le Val, ainsi que Paracol, Correns, etc. En 979, Mathilde de Châteaurenard fait don de ses terres à l’abbaye de Montmajour[18]. Sa fille Balde fait construire une église qui est consacrée en 1068. Dès lors, les habitants s’installent tout autour de cette église et du prieuré et construisent des remparts, dont il reste deux portes : la tour de l'Horloge (dont le magnifique campanile en fer forgé date de 1734) et la porte de la Dîme. En 1149, les religieux de Montmajour accordent la franchise municipale aux habitants du Val, qui choisissent leurs premiers consuls. Apparaissent alors moulins, fontaines, lavoirs, tanneries. En 1595, le consul Debergue trame un attentat contre le duc d'Épernon qui ravageait les terres alentour. Lors de la Première Guerre mondiale, 43 Valois tombent au champ d'honneur, et une dizaine à la Seconde.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[19] :

  • total des produits de fonctionnement : 3 717 000 , soit 847  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 3 138 000 , soit 715  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 606 000 , soit 138  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 1 906 000 , soit 434  par habitant ;
  • endettement : 2 279 000 , soit 519  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 12,65 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 18,26 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 96,04 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017 : médiane en 2017 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 200 [20].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Léon Guigou    
Daniel Toscan    
Paul Henri    
Pierre Matteï    
Roland Mariet    
Alfred Gautier DVD Président de l'Association des Maires du Var
Michèle Florent-Roattino SE  
Bernard Saulnier SE Architecte retraité
11e vice-président de la CA de la Provence Verte (2018 → 2019)
[21],[22] en cours Jérémy Giuliano SE 11e vice-président de la CA de la Provence Verte (2019 → )

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Val est l'une des 28 communes de la communauté d'agglomération de la Provence Verte.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2018, la commune comptait 4 293 habitants[Note 3], en augmentation de 1,73 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8741 7601 7631 7541 7521 7561 7341 7101 695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6291 6001 5641 6261 4831 4201 3521 2321 176
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2011 1421 0519511 025967801882907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009 2014 2018
9169721 3081 6992 8933 3634 0224 2424 293
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces et artisanats[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services traditionnels sur la commune.
  • Le vendredi matin se tient un marché provençal.
  • Chaque premier week-end de septembre, Le Val accueille la Foire à la saucisse[28]. Elle célébra sa 390e édition en 2018.

Industrie[modifier | modifier le code]

Dans le secteur de l'industrie du disque, le studio Miraval est situé sur la commune de Correns. Ce studio d'enregistrement, créé par Jacques Loussier, a accueilli de nombreux artistes nationaux et internationaux, notamment AC/DC (album Blow Up Your Video), The Cure (album Kiss Me, Kiss Me, Kiss Me), Pink Floyd (album The Wall), Muse (album Black Holes and Revelations), The Cranberries, Indochine, Téléphone, Rammstein (album Mutter), entre autres.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commune membre du Pays de la Provence Verte qui a obtenu le label « Pays d’art et d’histoire »[29].

  • Hôtels, Gîtes ruraux, chambres d'hôtes[30],
  • Restaurants.

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Coopérative vinicole et oléicole de Le Val[31],[32],[33].
  • Domaines vinicoles[34] :
    • Ancien domaine des Comtes de Provence, Château Réal Martin[35].
    • Domaine Fontainebleau en Provence[36].
    • Les Vignerons de Correns[37].
  • Vestiges Saint-Georges : oléiculture ; habitat ; villa (?)[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreux monuments[39] et un riche patrimoine mobilier[40].

Culture[modifier | modifier le code]

Le Musée du santon propose une collection de santons provençaux et de crèches internationales, dans l’ancien four banal du Moyen Age. musée municipal[41].

Dans la salle Marcel-Pagnol, la Crèche animée en son et lumière présente des santons habillés, mis en scène le soir de Noël. musée municipal[42].

La Crèche Rossellini permet de découvrir une grande crèche provençale d'influence napolitaine, sous un diorama. musée municipal[43].

Le Musée du jouet ancien et de la figurine historique rassemble des collections de jouets anciens (certains datent de 1850) et de figurines historiques. musée municipal[44].

Le Musée d'art sacré réunit des objets de culte, des ex-voto et du mobilier liturgique appartenant à la commune. musée municipal[45].

La Maison de l'olivier présente une collection de vieux outils et explique l'activité oléïcole. au Val et en Méditerranée. musée municipal[46].

La Maison de la route médiévale propose une exposition permanente sur la route médiévale qui allait de Grasse à Brignoles. musée municipal[47].

La Maison de l’archéologie, siège de l'Association ASER du Centre-Var (Association de Sauvegarde, d'Etude et de Recherche pour le patrimoine naturel et culturel du Centre-Var)[48].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • La collégiale Notre-Dame-de-l’Assomption, église romane érigée en 1009. De mai 2018 à octobre 2019, y fut attaché l'ordre canonial séculier de Saint-Remi, fondé par les chanoines Frédéric et Sébastien Goupil.

* Chapelles :

Chapelle Notre-Dame-de-Pitié, en cours de restauration[49].
La Chapelle Notre-Dame-de-Pitié[50] ː Cette chapelle est protégée au titre des monuments historiques[51].
  • La chapelle des Congrégations : Attenante à l'église (on y accède par la chapelle Saint-Joseph), elle fut construite en 1866. Sa remarquable décoration est de l’époque et du style Napoléon III.
  • La chapelle Saint-Cyriaque[50].
  • La chapelle Saint-Blaise[50].
  • La chapelle Notre-Dame-de-Paracol[50].
  • La chapelle des Pénitents-Noirs, XVIe siècle, aménagée en musée d'Art Sacré présentant une collection d'ex-votos, de vêtements religieux, de tableaux et d'objets de culte.
  • La chapelle des Congrégations des enfants de Marie.

* Monuments commémoratifs :

Autres éléments de patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Abris gravés dits abris des Eissartènes[54],[55],[56],[57],[58].
  • L’Hôtel de ville ː Il fut construit en 1886 et restauré en 1986. À l’intérieur on peut y admirer une salle du Conseil avec un plafond à la française, un triptyque de l'histoire du Val.
  • Le portail de La Dîme ː c’est l’une des portes des remparts du Moyen Âge.
  • La tour de l’Horloge[59] et sa cloche de 1633[60]. c’est un beffroi dominé par un campanile de fer forgé de 1754 et porte principale des remparts.
  • La place des Remparts ː c’est une partie des remparts du Moyen Âge qui accompagne une tour de défense dite à la gorge ouverte.ces deux moulins datent du XVIIIe siècle.
  • Le Vieux Lavoir ː les éléments de l’ancienne halle du marché du XVIe siècle[61] ont été réemployés pour couvrir ce lavoir.
  • Le Jardin-théâtre du Paradou[62] ː sur le mur de scène apparaît une sculpture monumentale : allégorie de la Comédie réalisée par Marcel le Couëdic.
  • Le Jardin des Gorguettes[63] ːce jardin des senteurs botaniques provençales avec un aqueduc du XIVe siècle a été réalisé pour amener l’eau de la source des Treje Raï aux fontaines et aux moulins.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le patrimoine naturel et faunistique. Le Val d’Argens s’inscrit dans le Réseau Natura 2000[64] qui présente un fort intérêt pour la préservation des chauves-souris. Diverses espèces sont présentes, dont certaines en effectif important.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le Val
Blason de Le Val Blason
D'azur aux deux montagnes cousues de sable mouvant des flancs, formant un val planté d’un cep du même feuillé et fruité d’or accolé à un échalas d’argent surmonté d’un croissant aussi d’argent[65].
Détails
Devise: « valen sempre valent ».
Alias
Alias du blason de Le Val
D'azur au valet de menuisier d'argent. (D'Hozier, de Bresc)

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Plusieurs lignes de bus desservent Le Val[66], vers les communes voisines :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves du Val débutent leur scolarité sur la commune, qui dispose d'une école maternelle et primaire. Le collège et le lycée de Brignoles les accueillent pour la suite.

Les universités les plus proches se situent à Toulon, Nice, Aix-en-Provence et Marseille.

Associations diverses[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations sont actives sur la commune[67]  :

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs professionnels de santé sont présents sur la commune[68]. En revanche, l’hôpital le plus proche se situe à Brignoles.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique Notre-Dame de l’Assomption du Val dépend du doyenné de Brignoles[69], au diocèse de Fréjus-Toulon. Elle est la paroisse principale de Vins-sur-Caramy et depuis 2018, de Bras.

Vêpres solennelles à quatre chapiers avec assistance pontificale au trône, à l'occasion des 950 ans de la dédicace de l'église du Val, le 11 novembre 2018.
Liste des curés du Val
Période Curé Qualité
2013-2017 Chanoine Dieudonné Massona[70] Curé-doyen
2017- Abbé Rémi Régnier Curé

En mai 2018, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, y établit en sus du curé de la paroisse un collège de chanoines séculiers d'abord installés au Trayas[71]. Le 25 octobre, il érige l'église en collégiale ad tempus, première en France depuis la Constitution civile du Clergé du 12 juillet 1790, et vient y présider vêpres solennelles et Salut du Saint-Sacrement le 11 novembre, à l'occasion du 950e anniversaire de la dédicace de l'église et du centenaire de la Grande Guerre.

Congrégations[modifier | modifier le code]

De mai 2018 à octobre 2019, les chanoines du chapitre de Saint-Remi[72] assurent le Service divin en la collégiale du Val, dans la liturgie latine traditionnelle. Ils résident au siège du Chapitre, en la Maison Saint-Louis-d'Anjou au presbytère, ancien prieuré bénédictin du XIe siècle partagé avec le curé.

Environnement[modifier | modifier le code]

La gestion de l'environnement, et notamment le traitement des déchets, est mutualisé avec les communes voisines, via le SIVED 83[73], syndicat intercommunal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fondateur de l’Association des maires ruraux du Var[76] et fondateur et premier grand maître de la confrérie de Sant Antoni dou pourquié[77],[78].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plan local d'urbanisme (PLU) de Le Val : Chapitre 6 : Géologie et relief, pp. 38 à 41
  2. Didacticiel de la réglementation parasismique
  3. Zone de sismicité 2 faible
  4. PLU, Chapitre 7 : L’eau pp. 42 à 47
  5. Fiche de la Ribeirotte sur le site du SANDRE
  6. Climat du Val
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  10. « Unité urbaine 2020 de Brignoles », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duBrignoles », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. « bourg castral de Paracol », notice no IA83001204, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « bourg castral d'Aspremont », notice no IA83001203, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 22 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  20. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  21. « La liste de Jérémy Giuliano élue dès le premier tour des municipales au Val », Var-Matin,‎ (lire en ligne).
  22. « Jérémy Giuliano a reçu son écharpe de maire », Var-Matin,‎ (lire en ligne).
  23. Jumelageavec la commune italienne de Ceva
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Manifestations en Provence Verte
  29. Villes et Pays d’art et d’histoire. Le pays de la Provence Verte
  30. Hébergment et restauration
  31. « Coopérative vinicole et oléicole Le Val, enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur) », notice no IA83001395, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. La cave viticole du Val
  33. Coopérative vinicole
  34. Domaines vinicoles
  35. Château Réal Martin
  36. Domaine Fontainebleau en Provence
  37. Les Vignerons de Correns
  38. Vestiges Saint-Georges Gallo-Romain, sur patrimages.culture.gouv.fr/siteArcheo/
  39. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune du Val sur le site du ministère français de la Culture (base architecture et patrimoine), photographies de Françoise Thurel, S. Denante, Gaëtan Congès, archives de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine, et service de l'inventaire général de la direction de la Culture et du Patrimoine de la Région PACA
  40. Patrimoine mobilier : chapelle Notre-Dame de Paracol ; chapelle Saint-Blaise
  41. Musée du santon
  42. Crèche animée
  43. [hhttps://www.la-provence-verte.net/ot_leval/patrimoine-le-val-creche-rossellini_2083.html Crèche Rossellini]
  44. Musée du jouet ancien et de la Figurine historique
  45. Musée d'Art Sacré
  46. https://www.la-provence-verte.net/ot_leval/patrimoine-le-val-maison-de-l-olivier_1892.html
  47. Maison de la Route Médiévale
  48. Philippe Hameau, Président de l'A.S.E.R. du Centre-Var
  49. Chapelle Notre-Dame-de-Pitié, sur patrimages.culture.gouv.fr/
  50. a b c et d Chapelles de Provence, de Serge Panarotto (édition Edisud), pages 120/121
  51. « Chapelle Notre-Dame de Pitié », notice no PA83000009, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. Conflits commémorés : 1914-18; 1939-45; Indochine (46-54); AFN-Algérie (54-62)
  53. Plaque commémorative Paul Authosserre - Stèles commémoratives 1939-1945
  54. Abri peint dit abri A des Eissartènes
  55. Abri gravé dit abri B des Eissartènes
  56. bri gravé des Eissartènes (abri B) ; Couloir des Eissartènes ; Abri peint des Eissartènes (abri A), sur patrimages.culture.gouv.fr/siteArcheo/
  57. Abri A des Eissartènes, sur patrimages.culture.gouv.fr/siteArcheo/
  58. Abri gravé des Eissartènes (Abri B)
  59. La tour de l'horloge
  60. Notice no PM83000665, base Palissy, ministère français de la Culture collectivité tour de l'horloge
  61. Le lavoir
  62. L'allégorie de la Comédie au jardin-thèâtre du Paradou
  63. Le jardin des Gorguettes au Val
  64. Inventaire et protections réglementaires de l'environnement de la commune : Site d'Importance Communautaire (SIC/pSIC)
  65. Comté de Provence : Le Val, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  66. réseau de bus au Val
  67. La vie associative du village Le Val
  68. professionnels de santé
  69. Diocèse de Fréjus-Toulon
  70. « Nominations année 2013 - Service de la chancellerie », Service de la chancellerie,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018).
  71. Diocèse de Fréjus-Toulon, « Site officiel du diocèse de Fréjus-Toulon », sur diocese-frejus-toulon.com (consulté le 14 novembre 2018).
  72. chapitre de Saint-Remi
  73. SIVED
  74. Décès des personnes nées à LE VAL
  75. Historique de l'association des maires du Var
  76. Alfred Gautier
  77. Chapitre de la Confrérie SAN ANTONI DOU PORQUET
  78. Annuaire des 244 Confréries viticoles
  79. Cavités souterraines : Grotte du grand Jas ; Abri peint des Eissatènes (Abri A) ; Abri gravé des Eissartènes (Abri B) ; Baume de Fauchin ; Lac du Carnier (effondrement) ; Les Brasques ; Grotte de la pudrière