Callian (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Callian.
Callian
Image illustrative de l'article Callian (Var)
Blason de Callian
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Draguignan
Canton Roquebrune-sur-Argens
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Fayence
Maire
Mandat
François Cavallier (UMP)
2014-2020
Code postal 83440
Code commune 83029
Démographie
Gentilé Calliannais, Calliannaises
Population
municipale
3 310 hab. (2014)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 20″ nord, 6° 45′ 11″ est
Altitude Min. 96 m – Max. 581 m
Superficie 25,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Callian

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Callian

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Callian

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Callian

Callian est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Callian est une commune perchée du Var, limitrophe des Alpes-Maritimes, située à une demi-heure de Cannes, Fréjus et ses plages, Saint-Raphaël et le Massif de l'Esterel. La commune fait partie de la communauté de communes du pays de Fayence[1]. Le village est dominé par son château, autour duquel s'enroulent des ruelles bordées de vieilles demeures. La vue s'étend sur la vallée, le Tanneron, le lac de Saint-Cassien, l'Esterel et le massif des Maures.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mons Saint-Cézaire-sur-Siagne (Alpes-Maritimes) Rose des vents
Tourrettes N Montauroux
O    Callian    E
S
Bagnols-en-Forêt

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est à 320 mètres d'altitude moyenne au-dessus du niveau de la mer, avec une altitude maximale à 581 mètres. Sa plaine, sa forêt et son village perché, constituent une entité géographiquement bien définie.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Callian est en zone sismique de très faible risque "Ia" [2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune appartient au bassin versant de la Siagne

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est méridional avec un taux d'ensoleillement qui peut atteindre 1 600 kWh/m²/an, soit l'un des meilleurs de France métropolitaine.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie de la route départementale 562 qui la traverse. C'est la route de liaison entre la plaine du pays de Fayence et le réseau de transport autoroutier de l’arc méditerranéen. L'intercommunalité ne dispose plus de gare de chemin de fer. Par contre, le réseau départemental de bus permet de la relier aux autres communes du pays de Fayence et à la Côte d'Azur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie, successivement des Villeneuve puis des Grasse qui bâtissent le château actuellement en ruine, des Rafélis et enfin de la famille de Lisle-Callian[3]. l'histoire de la ville est illustrée par son église baroque et ces deux châteaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les habitants participent aux scrutins locaux, départementaux, régionaux, nationaux[4].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
         
    juin 1995    
juin 1995 en cours François Cavallier UMP Conseiller général du canton de Fayence depuis 2001

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Callian fait partie de la communauté de communes du Pays de Fayence.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Callian est jumelée avec deux villes italiennes :

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La politique environnementale est définie dans le plan local d'urbanisme (2012). Il fait le diagnostic territorial et a été soumis à l'avis de l'autorité environnementale.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 310 habitants, en augmentation de 5,82 % par rapport à 2009 (Var : 2,98 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 738 1 800 1 747 2 073 2 232 1 571 1 567 1 515 1 388
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 421 1 478 1 460 1 367 1 303 1 406 1 365 1 181 1 025
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
888 849 841 805 832 861 772 783 685
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
756 942 1 203 1 449 1 790 2 445 2 979 3 287 3 310
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Callian dispose de deux écoles partageant une même cantine : l'école maternelle Henri-Olivier et l'école primaire Georges-Bauquier. Le collège Léonard-de-Vinci , situé sur le territoire de Montauroux, regroupe les collégiens de ce village, ainsi que ceux de Callian, Tanneron et Les Adrets-de-l'Estérel[9].

Santé[modifier | modifier le code]

Des professionnels de la santé travaillent sur la commune, tels des médecins, pharmaciens, infirmiers. L'hôpital le plus proche est celui de Grasse.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption propose des messes tous les dimanches.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Callian dispose d'une nouvelle médiathèque qui s'est installée dans le château Goerg, entièrement rénové[10]. La Médiathèque a mis en place un atelier de lutte contre l’illettrisme et d’alphabétisation et assure la liaison entre générations. Elle propose des ouvrages pour les petits et pour les adultes. Elle cherche aussi à capitaliser sur la centrale solaire photovoltaïque avec des publications adaptées pour expliquer les enjeux de la transition énergétique.

Plusieurs fêtes, foires et festivals culturels ont lieu dans la commune qui accueille aussi des associations culturelles.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L’activité agricole se concentre dans la plaine. C'est une exploitation ancienne et répétée.

La forêt recouvre plus de la moitié de la commune, avec des résineux et feuillus, clairsemés d’espace de maquis.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme est très développé à Callian, en particulier en été. Un office du tourisme modernisé s'est installé dans le château Goerg rénové, avec la nouvelle médiathèque, pour renseigner les estivants et proposer des activités. Le site d’importance communautaire (SIC) est relatif aux gorges de la Siagne (code FR9301574).

Commerces[modifier | modifier le code]

Les commerces sont nombreux, à la fois alimentaires et pour le tourisme.

Industrie[modifier | modifier le code]

La commune est rurale et avait traditionnellement peu d'industries, à l'exception de moulins qui avaient une activité de transformation artisanale.

En 2009, la commune a obtenu les autorisations pour faire construire une ferme solaire photovoltaïque de 7,4 MWc sur les 17 hectares de l'ancienne décharge, sur la route de Saint-Cézaire-sur-Siagne. Cette centrale est entrée en exploitation en 2011 et produit de l'électricité verte.

Elle fait l'objet de travaux universitaires pour analyser cette nouvelle dynamique territoriale liée à la transition énergétique[11]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine est traditionnel du haut Var.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux châteaux :

Le château médiéval de Callian, qui accueille la mairie, a des tours rondes du XIIe et XIIIe siècle. C'est un quadrilatère autour de la cour principale. Le château Goerg, d'Édouard Goerg, peintre et graveur expressionniste français (1893 – 1969)[12].

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption (1685), a des chefs-d'œuvre de l'époque baroque.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or, à une bande de gueules, et le mot « CALLIAN », de sable, posé sur la bande.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Germain, À la découverte du pays de Fayence, LUGD (1985)
  • Michel Germain, Les confins du Haut-Var autrefois, Pegase (1992)
  • Michel Germain, Le pays de Fayence, mémoire en images, Alan Sutton (2002)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « pays de Fayence », sur Communauté de commune (consulté en 2015).
  2. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  3. Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, Principauté d'Orange, Comté de Nice, et Principauté de Monaco, par E. Baratier, G. Duby, E. Hildesheimer (Atlas Belfram, Paris, Armand Colin, 1969).
  4. « résultats des élections présidentielles 2012 », sur Le Monde (consulté en 2012).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Collège Léonard de Vinci
  10. « Château Goerg renové », sur Var matin (consulté le 25 décembre 2013)
  11. Thèse de doctorat à la Sorbonne et poster scientifique, Louis Boisgibault, 2013-2016.
  12. « Pays de Fayence », sur intercommunalité (consulté en 2015)
  13. Site de La Taupinière
  14. Michel Loirette, Cool ! le lycée coule !, éd. Osmondes (2003) (ISBN 2-910830-34-9)