Moissac-Bellevue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moissac (homonymie).
Moissac-Bellevue
Église et clocher Notre-Dame-de-la-Roche.
Église et clocher Notre-Dame-de-la-Roche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Flayosc
Intercommunalité Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon
Maire
Mandat
Jean Bacci
2014-2020
Code postal 83630
Code commune 83078
Démographie
Population
municipale
299 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 13″ nord, 6° 10′ 02″ est
Altitude Min. 430 m – Max. 982 m
Superficie 20,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Moissac-Bellevue

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Moissac-Bellevue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moissac-Bellevue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moissac-Bellevue
Liens
Site web http://www.moissac-bellevue.fr/

Moissac-Bellevue est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le nom Moissac existe depuis le XIIIe siècle, et « Bellevue » a été ajouté en 1932 pour éviter toute confusion avec le village du même nom dans le département du Tarn-et-Garonne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée dans le parc naturel régional du Verdon[1].

À cinq kilomètres d’Aups et à trois kilomètres de Régusse, le village est situé sur une colline qui domine de ses 579 mètres une riche plaine agricole encadrée au nord par les collines du Défend et de la chaîne des Cuguyons (982 m) et au sud par la forêt de Pelenq (500 m).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Outre les transports scolaires[2], la commune est desservie par plusieurs lignes de transport en commun[3].

Le Département du Var a d'autre part mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD)[4] à destination des communes ci-après des cantons d’Aups et de Tavernes :

Les déplacements sont également possibles vers les communes suivantes :

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

La municipalité a procédé, en 1860, à l’achat d’une source près de Vérignon sur le territoire de la commune d’Aups à 11 km du village.

Les travaux de canalisation et la construction de la fontaine furent terminés en 1875 grâce à la vente de la forêt de Pelenc à l'État[5].

La commune de Moissac-Bellevue est alimentée par le Syndicat du Haut Var à partir de la source de Fontaine l’Evêque située sous 70 mètres d'eau dans le lac de Sainte-Croix, et la station de production de Montmeyan Plage qui pompe l’eau dans 2 forages[6].

La surveillance des eaux[7],[8] :

  • Masses d'eau superficielles directement impactées (traversant la commune) : vallon de l'oure ;
  • Masses d'eau indirectement impactées (le territoire communal fait partie du bassin versant) :
  • Masses d'eaux souterraines impactées par la commune : plateaux calcaires Plan de Canjuers et Fayence.

Station d'épuration :

La commune dispose d'une station d'épuration d'une capacité de 250 équivalent-habitants[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Sismicité et risques naturels[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l’abri d’un effet tsunami, lié à un séisme en mer ;
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel ;
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque, le plus élevé du département mais qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Moissac-Bellevue est en zone sismique de très faible risque Ia[10].

Elle n’a fait l’objet d’aucun arrêté de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle relatif aux mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols. D’autre part, aucun sinistre lié au phénomène n’a été recensé dans le cadre de la cartographie de l’aléa retrait-gonflement des sols argileux, réalisée en 2007[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune a élaboré avec beaucoup de soin un plan local d'urbanisme (P.L.U.), très attentif à l'identification et la valorisation de ses éléments architecturaux et urbains d’intérêt patrimonial[12],[13] : Extraits du PADD :

  • Protéger la silhouette du village et ses caractéristiques paysagères :
    • Identifier et valoriser des éléments architecturaux et urbains d’intérêt patrimonial,
    • Protéger les paysages ruraux et agricoles de Moissac-Bellevue,
    • Protéger le fonctionnement écologique du territoire.
  • Assurer un développement durable pour les générations futures :
    • Le projet agricole,
    • Le projet d’économie locale et durable,
    • Un projet urbain et paysager.
  • Protéger la silhouette du village et ses caractéristiques paysagères :
    • Identifier le noyau villageois « historique » et lui appliquer des préconisations architecturales destinées à protéger la silhouette villageoise, les toitures et l’aspect extérieur des constructions (façades, menuiseries, ouvertures, coloris),
    • Encourager la restauration des bâtiments de caractère selon les principes architecturaux en accord avec l’identité originelle du bâti,
    • Conserver la « trame verte » de la crête boisée de Château Fondu qui coiffe la silhouette villageoise. Cette trame verte participe à la qualité paysagère du site,
    • Conserver et entretenir la « façade bâtie » au pied du village et sa trame végétale associée,
    • Conserver les jardins et les terrasses agricoles sous le village : limiter la progression de la friche et interdire toute urbanisation.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Moissac-Bellevue s'écrit Mouissa en occitan provençal de norme mistralienne[14].

Place forte dès le XIe siècle, Le nom composé de la commune a été arrêté en 1939 par le préfet du Var pour éviter toute confusion avec un autre Moissac dans le sud-ouest. Ce baptême fut l'occasion de mettre l'accent sur la vue exceptionnelle que le village offre sur la plaine, les collines environnantes : massif des Maures, le massif de la Sainte-Baume...

Histoire[modifier | modifier le code]

L’occupation du terroir est attestée dès l’époque pré-romaine. Le camp d’Olivier conserve les vestiges d’un oppidum celto-ligure[15]. La colonisation romaine a laissé des traces d’une implantation importante et de l’exploitation des riches terres des plaines environnantes (meules à main).

La situation exceptionnelle du village à flanc de colline en fait au XIe siècle une place forte idéale aux mains des Castellane, premiers seigneurs du lieu. Par son mariage avec Laure de Castellane, Blacas de Blacas d’Aulps dit le Grand Guerrier devient au XIIIe siècle seigneur de Moissac. En mars 1201, il cède à la commanderie de Saint-Maurice tous les droits qu’il détient sur le castrum de Moissac, notamment le droit de pâturage. En mars 1240, après partage des terres entre ses trois fils, Blacas, l’aîné, hérite de biens à Moissac, Boniface et Bertrand deviennent seigneurs de Moissac. À leur tour, le 3 juin 1249, ils cèdent aux templiers, par l’intermédiaire de Guillaume de Salernes, frère de l’ordre, tous leurs droits sur la seigneurie[16]. Une commanderie s’installe à Moissac[17], dépendante de Saint-Maurice[18] .

La seigneurie appartint par la suite aux Lenche (Linche) de Marseille, aux Grimaldi-Régusse, aux d’Hesmivi puis aux Coriolis qui la possédèrent jusqu’à la Révolution. C’est dans le château de Moissac que le conseiller au parlement de Provence, Jean-Louis-Hyacinthe d’Hesmivi, seigneur baron de Moissac, composa une partie de son Histoire du Parlement, manuscrit conservé à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Moissac-Bellevue (Var).svg

Les armoiries de Moissac-Bellevue se blasonnent ainsi[19] :

De gueules au château donjonné de trois tours d’or, maçonné de sable..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Jean Bacci    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 299 habitants, en augmentation de 7,55 % par rapport à 2009 (Var : 2,98 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238 249 270 324 292 279 319 330 329
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
332 336 300 322 286 285 302 255 210
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
194 187 168 153 119 107 108 113 92
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
68 69 106 117 148 151 263 289 299
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Bases 2006-2015[24],[25] :

Évolution financière (en k€).
Postes 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Produits de fonctionnement 554 € 558 € 492 € 507 € 507 € 543 € 551 € 454 € 510 € 495 €
Charges de fonctionnement 376 € 488 € 400 € 481 € 468 € 476 € 448 € 497 € 439 € 449 €
Ressources d’investissement 529 € 381 € 935 € 1 071 € 1 018 € 310 € 124 € 84 € 403 € 200 €
Emplois d’investissement 291 € 380 € 1 373 € 1 145 € 606 € 99 € 65 € 439 € 214 € 147 €
Dette 306 € 293 € 582 € 920 € 352 € 593 € 584 € 221 € 210 € 197 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[26].

Fiscalité 2015

  • Taux d’imposition taxe d’habitation : 14,81 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 10,00 %
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 52,43 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 0,00 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 210 000 euros, soit 712,00 euros par habitant

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2013 : Médiane en 2013 du revenu disponible, par unité de consommation : 19 203 €[27].

La communauté de communes « Lacs et Gorges du haut-Verdon (LGV) » constituée initialement de 11 communes (Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze) comprend désormais 16 communes [28] après intégration de 5 communes supplémentaires au  : Trigance, Le Bourguet, Brenon, Châteauvieux et La Martre[29],[30].

Son président en exercice est Rolland Balbis (Maire de Villecroze)[31]. Ont été élus Vice-Présidents :

  • M. Jean Bacci (Maire de Moissac-Bellevue) : Développement Economique et Numérique (Jean Bacci, Maire de Moissac-Bellevue, avait déposé sa démission afin de pouvoir se consacrer pleinement à son mandat de Conseiller Régional, tout en restant au service de la CCLGV),
  • Mme Raymonde Carletti (Maire de La Martre) : Administration Générale et Finances,
  • Mme Anne Houy (Maire de Régusse) : Emploi, Insertion, Formation et Petite Enfance,
  • M. Antoine Faure (Maire d'Aups) : Agriculture, Aménagement de l'Espace, Développement Durable et Santé,
  • M. Charles-Antoine Mordelet (Maire d'Aiguines) : Tourisme.

La Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon compte désormais 34 représentants + 12 suppléants pour 16 Communes membres.

Un projet de périmètre de schéma de cohérence territoriale (SCOT) Var Ouest concernant Sillans, Salernes, Villecroze, Tourtour, Aups, Moissac, Régusse, Artignosc, Bauduen[32] avait été envisagé mais n'a pas eu de suite, du fait du rattachement à la CAD de Saint-Antonin-du-Var ; Salernes; Sillans-la-Cascade. Mais un nouveau projet est en cours de réflexion concernant le Verdon Var Ouest[33].

Entreprises, métiers d'art, activité touristique[modifier | modifier le code]

Agriculture

  • L'activité agricole a été préservée : élevage d'ovins et de caprins[34], cultures maraîchères bio, horticulture maraîchère[35], cultures de fourrage, d'osier et de céréales, champs d'oliviers et vignes...

Artisanat, métiers d'art et tourisme

L'attention portée à la qualité des travaux réalisés pour la préservation des constructions du village et la préservation des espaces naturels a permis de maintenir une ambiance architecturale et un cadre paysager auxquels les touristes sont très attachés. Ce qui attire par ailleurs des artistes qui peuvent exposer leurs œuvres dans des salles aménagées à cet effet.
  • Sculpture, gravure et photographie[36].
  • La commune adhérente du Parc naturel régional du Verdon bénéficie de cette proximité (gorges du Verdon, lac de Sainte-Croix, villages perchés...), avec toutes les activités touristiques qui en découlent.
  • Le château de Moissac accueille des artistes pour des prises de vues publicitaires mais aussi des réceptions privées et mariages exclusifs, des séminaires et événements professionnels...

Cultes[modifier | modifier le code]

Offices religieux catholiques dans l'église de la transfiguration[37],[38]. Diocèse de Fréjus-Toulon, Doyenné de Draguignan, l’église de la Transfiguration appartient à la paroisse d’Aups.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le tourisme et les loisirs[modifier | modifier le code]

L'espace Elvire Jan

  • Un point Infos Tourisme est ouvert durant la saison touristique[39], en complément de l'accueil de la mairie.

Le Centre Polyvalent Culture et Loisirs

  • Le Centre Polyvalent Culture et Losirs disposent de deux salles permettant d'accueillir respectivement 75 et 250 personnes[40].

Le patrimoine architectural et naturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux

  • L’église paroissiale de la transfiguration dédiée à Saint-Sauveur XVIIe siècle[41] et son clocher octogonal du milieu du XIXe siècle. Une bulle du Pape Grégoire IX mentionne qu'elle aurait été l’église des Templiers[42]. Le clocher est du milieu du XIXe siècle.
    • L'ancien presbytère du XVIIe siècle converti en maison de vacances par l'ancien ministre Michel d'Ornano[43].
  • Commanderie Templière[44] et chapelle[45].
  • La chapelle Notre-Dame de la Roque du XIe siècle / XIIe siècle, et sa table d'orientation[46],[47].
  • L'oratoire de Saint Eloi[48].

Autres patrimoines

  • Tumulus[49],[50], vestiges celto-ligures (oppidum du Camp d'Oliviers) et traces de colonisation romain[51].
  • Monument aux morts[52],[53].
  • La tour de l'horloge construite en 1816 avec son campanile en fer forgé[54].
  • Des maisons de villages avec de nombreux bâtiments des XVIe siècle et XVIIe siècle.
  • La fontaine du milieu du XIXe siècle.
  • La fontaine à vasques[55].
Le château de Moissac dans son environnement. Cliquez sur la vignette pour l’agrandir.
  • Le Château de Moissac fin XVIe siècle - début XVIIe siècle. Restauré et réutilisé en sauvegardant son authenticité par Édouard Laurent de Coriolis, l’actuel propriétaire[56],[57],[58],[56], il accueille photographes et stylistes pour des prises de vues à des fins publicitaires, la mode, la décoration d’intérieur, le lancement de produits et de collections,... Il est également loué pour des réceptions privées et mariages exclusifs, pour des séminaires et événements professionnels...
La qualité de cette restauration-réutilisation a été récompensée par le prix des Vieilles maisons françaises, attribué au château (le second dans le département, après le Moulin Blanc de la famille Saporta, à Saint Zacharie[59]).

La faune, la flore et les paysages

  • 81 taxons terminaux ( espèces et infra-espèces ) ont été recensés sur la commune de Moissac-Bellevue[60]
  • La commune bénéficie des espaces protégés et gérés par le parc naturel régional du Verdon[61].
  • Les ZNIEFF : Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique continentales sur la commune : La plaine de Moissac-Bellevue[62] et la forêt de Pêlenc[63].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Elvire Jan, peintre non figuratif (° 1904–† 1996).
  • Camille Bourniquel, écrivain (° 1918–† 2013).
  • Le baron d’Hesmivy qui a écrit avec Jean-Louis-Hyacinthe « L’Histoire du Parlement de Provence ». Une grande partie du livre a été rédigée dans le château de Moissac, et le manuscrit conservé à la bibliothèque Méjanes d'Aix-en-Provence[64].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Les itinéraires de randonnées

Archives, informations administratives et documentaires

L'histoire et le patrimoine de Moissac-Bellevue

La présence d'une Commanderie

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Moissac-Bellevue dans le parc naturel régional du Verdon
  2. http://www.moissac-bellevue.fr/index.php/vivre-a-moissac/education-jeunesse/etablissements-scolaires/adirectory/blog/6-etablissements-scolaires Transports scolaires]
  3. Transpots à Moissac-Bellevue
  4. Bus à la demande
  5. Forêt de Pélenc
  6. Le fonctionnement hydraulique, page 23
  7. L'eau dans la commune
  8. Outil de Visualisation Cartographique
  9. Station d'épuration : Station d'épuration de Moisa-Bellevue, Code station : 06 09 83078 001
  10. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  11. Porter à connaissance communal : Retrait-gonflement des sols argileux
  12. Moissac se dote d'un plan local d'urbanisme (P.L.U.)
  13. Projet d’aménagement et de développement durables (PADD) : Identifier et valoriser des éléments architecturaux et urbains d’intérêt patrimonial
  14. Provençal ou occitan ?, par Joseph Salvat
  15. Canton d’Aups : Aups, Bauduen, Aiguines, Les salles-sur-Verdon, Baudinard-sur-Verdon, Vérignon, Régusse, Sillans-la-Cascade, Artignosc-sur-Verdon, Moissac-Bellevue, Vexillologie Provençale.
  16. Histoire de Fox-Amphoux
  17. Commanderies par département. Sources : Procès des Templiers, publié par M. Jules Michelet, tome 1 et 2 - Imprimerie Nationale - Paris - M. DCCC. LI.
  18. Notice no IA83001224, base Mérimée, ministère français de la Culture bourg castral Notre-Dame-de-la-Roque
  19. Canton d'Aups : Moissac-Bellevue, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  20. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  24. Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Moissac-Bellevue
  25. Le budget de la Commune de Moissac-Bellevue
  26. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (années 2000 à 2015)
  27. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  28. Gorges du Verdon et Lac de Sainte Croix fr
  29. Décision du Préfet du Var après avis de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale entérinant la dissolution de la Communauté de communes Artuby Verdon qui regroupe 9 communes. Les 4 autres communes de cette communauté de communes intégrant la Communauté d'agglomération dracénoise. Sources : Les Échos du Verdon, journal intercommunal octobre 2016 - avril 2017 no 2, Vivre le territoire au jour le jour
  30. Statuts de la communauté de communes LGV : version modifiée par délibération communautaire no 51-09-2016 en date du 21 septembre 2016
  31. Site officiel de la Communauté de Communes Lacs et Gorges du Verdon
  32. Schéma de cohérence territoriale, État d’avancement dans le département du Var
  33. SCOT Verdon Var Ouest
  34. Exploitante agricole spécialisée dans le secteur d'activité de l'élevage d'ovins et de caprins
  35. Maraichers GFA Les terres longues
  36. Visit Var, Découverte des métiers d’art - Elodie Meunier
  37. Offices religieux
  38. Moissac-Bellevue - Transfiguration
  39. Point Infos Tourisme
  40. Centre polyvalent de la Combe
  41. Gorges du Verdon et Lac de sainte Croix : Moissac-Bellevue
  42. L’église paroissiale dédiée à Saint-Sauveur
  43. Petit futé, Var : Côte d'Azur, Verdon, Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette Nouvelles éditions de l'Université, 1 janv. 2010 - 336 pages
  44. Liste des Ordres de Chevalerie
  45. Chapelle romane
  46. Chapelle Notre-Dame de la Roque
  47. Chapelle Notre-Dame-de-la-Roche à Moissac-Bellevue
  48. Les nombreux oratoires dédiés à Saint-Eloi, patron des orfèvres, des ferronniers, des muletiers et des maréchaux-ferrants, P. 21
  49. Vue aérienne : Tumulus découverts en prospection aérienne par Gaëtan Congès
  50. Tumulus sur Patrimages Drac paca
  51. Moissac-Bellevue Le "Camp d'Olivier"
  52. Monument aux morts de Moissac-Bellevue
  53. Monument aux Morts
  54. La tour de l'horloge (XIXe siècle) et son campanile
  55. Les ouvrages hydrauliques : Moissac-Bellevue p.19
  56. a et b Athmosphères
  57. Le patrimoine de la commune
  58. Vue aérienne du château
  59. « Domaine du Moulin Blanc », notice no PA83000012, base Mérimée, ministère français de la Culture
  60. Inventaire national du patrimoine naturel de la commune
  61. Espaces protégés et gérés
  62. ZNIEFF 930020247
  63. ZNIEFF 930020248
  64. Hesmivy de Moissac, Jean-Louis Hyacinthe 1684-1740, qui a écrit « L’Histoire du Parlement de Provence » dont une grande partie du livre a été rédigée dans le château de Moissac, et dont le manuscrit est conservé à la bibliothèque Méjanes d'Aix-en-Provence
  65. Guerres en Provence et Templiers : Sommaire : La filiation des seigneurs de Castellane; Successeurs de Boniface; La Provence sous l'autorité des Comtes de Barcelone; Raimond Bérenger I; Matant la révolte contre l'évêque Augier, le comte tue en combat Guillaume de Moustiers et Pons de Lançon, beau-père de Boniface II; Fin des Moustiers; Boniface II renforce la défense du territoire.....Puis va se battre contre le comte (1147); Appui du comte et descendance; Boniface III récuse la suzeraineté du Comte (1183); Alphonse I investit Castellane et soumet Boniface III (1189); Division des seigneuries de Château Neuf et de Rougon, création de celles de la Palud et Meyreste; Templiers et Hospitaliers dans les Gorges du Verdon, Tradition généreuse avec le Temple : Saint-Thyrs de Robion et la Grotte de Châteauneuf; Faible implantation; La légende des Templiers; Les templiers à Sainte-Maxime de Rougon (Aujourd'hui Saint-Maymes de Trigance); Les Hospitaliers à Puimoission, Comps... Les Vestiges de leur maison forte retrouvés dans la "Campagne Saint-Maymes"; Autres cessions; Les avatars de l'église Saint-Apollinaire à Puimoisson