La Martre (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Martre.
image illustrant une commune du Var
Cet article est une ébauche concernant une commune du Var.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

La Martre
Mairie et église de La Martre.
Mairie et église de La Martre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Arrondissement de Draguignan
Canton Flayosc
Intercommunalité Communauté de communes Artuby Verdon
Maire
Mandat
Raymonde Carletti
2014-2020
Code postal 83840
Code commune 83074
Démographie
Population
municipale
205 hab. (2014)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 20″ nord, 6° 35′ 56″ est
Altitude Min. 876 m – Max. 1 589 m
Superficie 20,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
La Martre

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
La Martre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Martre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Martre

La Martre est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la haute vallée de l'Artuby, à 997 m d'altitude, ce paisible petit village est bâti à flanc de coteau, dominé par les ruines de son castellas primitif.

Les petites rues de La Martre sont bordées par de hautes maisons de village, entourées de montagnes, de bois, de prairies. Le village offre un environnement naturel absolument magnifique, propice à de très belles randonnées pédestres.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département, qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune de La Martre est en zone sismique de faible risque Ib[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1342, la communauté de La Martre est rattachée à la viguerie de Castellane (actuel département des Alpes-de-Haute-Provence) par le comte de Provence[2].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr La Martre (83).svg

Les armoiries de La Martre se blasonnent ainsi :

De gueules à la fasce d'or chargée d'une fouine d'azur.

Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.


la fouine s’appelant « la martro » en provençal

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Raymonde Carletti    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 205 habitants, en augmentation de 18,5 % par rapport à 2009 (Var : 2,98 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
326 271 297 352 361 338 356 371 372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360 352 320 282 260 249 236 222 210
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
188 171 144 145 131 106 124 80 77
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
66 46 51 61 85 133 160 193 205
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments [7][modifier | modifier le code]

Vue du village.
  • Le domaine de Taulane, ouvert en 1992 et situé sur la route Napoléon, est considéré comme un des plus beaux golfs de France ; le parcours fut dessiné par le légendaire Gary Player ; le château est transformé en hôtel de charme avec restaurant et spa.
  • Pont de Serre, dit pont de Madame sur l'Artuby (1735).
  • Chapelle Saint-Blaise (XIe).
  • Barrage en gabions et piles de bois et enrochement sur l'Artuby, pour alimenter le bief du moulin et de l'ancienne scierie, mentionné sur le cadastre napoléonien (avril 1831) et ayant appartenu à feux messieurs Bérard et Boyer.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  2. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, « Histoire de la Sous-Préfecture de Castellane », Préfecture des Alpes de Haute-Provence, consulté le 22 juin 2012
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Bosc M. : Rapport à M. Teissère, préfet du Var, sur les cours d'eau du Var, et sur le moyen d'augmenter les irrigations. Préfecture de Var ed., 1845, p.58-ss