Taradeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taradeau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Vidauban
Intercommunalité Communauté d'agglomération dracénoise
Maire
Mandat
Gilbert Galliano
2014-2020
Code postal 83460
Code commune 83134
Démographie
Population
municipale
1 816 hab. (2014)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 14″ nord, 6° 25′ 38″ est
Altitude Min. 44 m – Max. 259 m
Superficie 17,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Taradeau

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Taradeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Taradeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Taradeau
Liens
Site web http://mairie-taradeau.fr

Taradeau est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Taradéens et les Taradéennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Taradeau est un village du centre-Var renommé pour ses vignes, situé sur la D 10 qui relie Les Arcs à Lorgues. Il est niché dans la vallée de la Florieye, affluent de l'Argens, à nouveau en eau depuis fin 2008 après plusieurs années de sécheresse totale. Sa crue le 15 juin 2010 a fait des dégâts considérables, route de Lorgues emportée sur 50 m après le pont, cinq maisons détruites, 50 autres inondées. Autre inondation en novembre 2011.

À proximité de l'autoroute A8 (12 km), de la gare des Arcs-Draguignan (6 km).

Les communes limitrophes de Taradeau sont Draguignan au nord, Vidauban au sud, Lorgues à l'ouest, et Les Arcs à l'est.

Les bus de la ligne 13 des Transports en Dracénie relient la commune à Draguignan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Taradeau s'écrit Taradèu en provençal[réf. nécessaire] La prononciation locale est /taʀaˈdo/.

Il est aussi probable que le nom soit d'origine arabe : tarad = repousser, adou = ennemi. Prouvé par la présence d'une tour sarrasine encore debout aujourd'hui.

Histoire[modifier | modifier le code]

Taradeau est caractérisé par un habitat celto-ligure dès le Ier siècle av. J.-C., comme l'attestent les restes d'un oppidum (fortifications au sommet du village) découverts en 1969 sur le promontoire qui surplombe le village, à la suite d'un terrible incendie.

Aux XIIe et XIIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possède le prieuré Saint-Martin de Gaudissard[1].

Lors de l'incendie du , un tracker de la Sécurité civile, s'écrase en forêt. Le pilote est miraculeusement indemne.

Taradeau est victime de pluies diluviennes d'environ 400 mm et de la crue très violente de la Florieye le 15 juin 2010, le niveau de la rivière est passé de 10 cm à 6 m sur un largeur initiale de 3 m passée à 100 m de large pendan tune 1/2 journée. De nombreux dégâts sont à déplorer, parmi lesquels la destruction de cinq maisons, l'inondation de 50 autres maisons et la destruction de la route à l'ouest du pont sur une cinquantaine de mètres[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

liste des maires de Taradeau
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1908 Léon Courdouan    
1908 1925 Augustin Courdouan    
1925 1935 Camille Cauvin    
1935 1944 Jean Banivello    
1944 1953 Camille Cauvin    
1953 1977 Jean Reynier   Instituteur
1977 1995 Victor David    
1995 en cours Gilbert Galliano SE Vigneron

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Station d'épuration

L'actuelle station d'épuration de Taradeau ne pouvant plus traiter correctement les eaux usées, une station d'épuration commune à Taradeau et Vidauban a été construite, capable de gérer 15 000 équivalent-habitants. Elle est en service depuis le et les eaux usées bénéficient du label eau de baignade. L'ancienne station a été détruite lors de la crue violente de la Florièye en juin 2010.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 816 habitants, en augmentation de 4,97 % par rapport à 2009 (Var : 2,98 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345 294 326 331 430 412 460 447 441
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
455 458 515 474 511 478 486 428 435
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
426 353 352 298 297 310 287 324 357
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
367 421 535 774 1 151 1 619 1 694 1 767 1 816
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École primaire de Taradeau.

Le groupe scolaire Jean-Reynier (maire de Taradeau de 1953 à 1977) regroupe :

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le secteur agricole de Taradeau est essentiellement centré sur la production de vin.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Office du tourisme de Taradeau.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour de Taradeau.
  • Château du comte de Selle
  • Pppidum
  • Chapelle Saint-Martin et tour sarrasine qui dominent le village
  • Ruines de villas romaines

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille de Selle de La Castille.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Taradeau (Var).svg

Les armoiries de Taradeau se blasonnent ainsi :

De gueules aux trois tours d'argent ouvertes du champ.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 231
  2. « Taradeau, village méconnaissable », site de la mairie de Taradeau, 17 juin 2010.
  3. [1]
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .