Tourrettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourette.

Tourrettes
Tourrettes
Dolmen de la Verrerie-Vieille.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Roquebrune-sur-Argens
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Fayence
Maire
Mandat
Camille Bouge
2014-2020
Code postal 83440
Code commune 83138
Démographie
Gentilé Tourrettans, Tourrettanes
Population
municipale
2 908 hab. (2015 en augmentation de 6,02 % par rapport à 2010)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 27″ nord, 6° 42′ 11″ est
Altitude Min. 155 m
Max. 592 m
Superficie 33,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Tourrettes

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Tourrettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tourrettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tourrettes

Tourrettes est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à l’est du département du Var, Tourrettes se situe sentre les deux communes les plus développées du Canton de Fayence : Fayence et Montauroux, et à équidistance des villes de Draguignan et Grasse (Alpes-Maritimes). La commune est membre de la Communauté de communes du Pays de Fayence

Hameaux, villages, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Terre-Blanche[1].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune de Tourrettes est accessible par la route départementale 219.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Commune desservie par le réseau Varlib[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief du territoire communal est caractérisé par la vallée du Riou qui traverse la commune d’Est en Ouest[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval (rivière, ruisseau, canal...)[4],[5] :

  • la commune est arrosée par le Chautard, sous-affluent de la Siagne, long de 7,6 km[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[7].

Article détaillé : Climat du Var.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer ;
  • Zone Ia : risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel ;
  • Zone Ib : risque faible. Ce risque, le plus élevé du département mais qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Tourrettes est en zone sismique de très faible risque Ia[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le dolmen de la Verrerie Vieille[9], site néolithique[10], inscrit sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 03 novembre 1987, témoigne de l'occupation humaine sur le territoire de la commune[11].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une importante villa romaine se trouvait au quartier Saint Simon, établissant déjà la vocation agricole de la plaine de Tourrettes[12].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le nom de Tourrettes apparaît en 1032 dans les cartulaires du monastère de Lérins, puis de Saint Victor de Marseille en 1043, date de la construction de l’église Saint-André[13].

Les premières mentions du bourg castral de Velnasque [14] et du bourg castral de Pibresson[15] au XIIIe siècle.

Renaissance[modifier | modifier le code]

L’église a été reconstruite en 1546 et le vieux château, refuge pour les Carcistes[16], est détruit les Fayençois en 1590[17] (catholiques contre protestants)[18].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

  • L'original du Buste de la Marianne Révolutionnaire se trouve dans la salle du Conseil de la Mairie.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , des unités parachutistes américaine et britanniques sont larguées autour de Fayence par erreur (elles devaient se poser à proximité du Muy). Immédiatement attaquées par les Allemands, elles réussissent à les repousser puis descendre sur Le Muy, en réquisitionnant des véhicules. Le maire des Tourrettes, venu aux informations, est tué[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
- 1995 Marthe Marin -  
mars1995 2008 Jean-Marie Poujol -  
mars 2008 en cours Camille Bouge -  

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En plus du tri sélectif mise en place sur la commune, une déchetterie est à disposition de la population[20]. Dans le cadre de la lutte contre les incendies, la municipalité effectue un suivi du débroussaillement[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un Plan local d'urbanisme[22].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[24].

En 2015, la commune comptait 2 908 habitants[Note 1], en augmentation de 6,02 % par rapport à 2010 (Var : +4,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636602511605701809847816818
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
780783788777762733742691650
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
535630557525566524477500596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5737438971 0671 3752 1802 5512 6052 658
2013 2015 - - - - - - -
2 8632 908-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les parents de jeunes enfants ont une crèche et des assistantes maternelles à leur disposition[27]. Les élèves débutent leur parcours scolaire dans la commune, à l'école maternelle et l'école primaire du village[28]. Elles dépendent de l'académie de Nice. L'école maternelle du Coulet accueille 93 enfants[29] ; l'école primaire du Coulet regroupe 172 écoliers[30].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Les associations[modifier | modifier le code]

La commune ne compte pas moins de 24 associations[31],[32].

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[33] : médecin, infirmières, kinésithérapeute, radiologue...

Sports[modifier | modifier le code]

Dans la perspective de la Coupe d'Europe de football 2016, Tourrettes a fait partie des 66 communes de France proposées par la société organisatrice de la compétition pour servir de camp de base aux 24 équipes qualifiées (regroupant un terrain d'entrainement et un hôtel de qualité, tout en étant faciles d'accès de et vers les stades de la compétition). La commune a finalement été choisie par l'équipe de Hongrie[34].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église catholique Saint-André de Tourrettes dépend de la paroisse Saint-Martial[35], et des paroisses du Pays de Fayence[36].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2016

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[37] :

  • total des produits de fonctionnement : 3 485 000 , soit 1 189  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 3 018 000 , soit 1 030  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 017 000 , soit 347  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 830 000 , soit 283  par habitant ;
  • endettement : 3 561 000 , soit 1 215  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,45 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,87 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 66,72 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 35,33 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 21,33 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 098 [38].

Emploi[modifier | modifier le code]

Activités, entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Depuis 1991, un marché paysan, de ventes directes du producteur au consommateur, est organisé quatre jours par semaine, l'hiver, et six jours sur sept, l'été[39].

Neuf ateliers d'artistes sont installés sur la commune. En outre l'association AACT[40], à l'origine du Musée à Ciel Ouvert, organise des échanges sur les Arts au cœur des villages.

Le Domaine de Terre Blanche autour du château Bouge, avec ses deux parcours de golfs de 18 trous[41].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André.
Château du Puy à Tourrettes.
Tour de l'horloge de Tourrettes, du XIVe siècle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux et patrimoine religieux

Patrimoine civil

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Annie Bruel, ancienne institutrice qui a écrit des romans de terroir comme Le Mas des oliviers.
  • Joseph Marius Alexis Aubin (1802-1891), archéologue, mexicologue, paléographe, auteur d'une étude sur la peinture didactique des anciens Mexicains. Il fut un des précurseurs de l'archéologie au Mexique et collectionna les "codex", certaines de ces collections sont connues comme les fonds Aubin, en partie conservées à la bibliothèque nationale de France à Paris. Il fit notamment partie de la commission scientifique au Mexique sous Napoléon III et fut professeur à l'université de Paris.
  • Jacques Alexandre Fabre, lieutenant-colonel sous Napoléon Ier, il fut l'un des premiers polytechniciens (voir Liste de polytechniciens par promotion), ingénieur des ponts et chaussées[58]. Prisonnier en Russie et envoyé en Sibérie, Alexandre Ier (empereur de Russie) le fit venir à Saint-Pétersbourg et lui confia la construction de nombreuses infrastructures routières mais aussi des édifices civils et militaires. Il œuvra principalement à Saint-Pétersbourg en construisant des ponts sur la Neva et des édifices puis dans le reste de l'empire. Il demanda à "Nicolas Ier (empereur de Russie) "l'autorisation" de rentrer en France. Il rentra à Tourrettes avec le grade de général de l'armée russe et entreprit la construction de son château (le château du Puy) qui devait devenir sa demeure, celle de ses collections et son tombeau[59].
  • Joseph Perrot, père blanc et prélat catholique français.
  • Denyse de Bravura (1918-1993), illustratrice et graveuse qui connut une certaine notoriété dans les années 1940-1950 et 1960, passa les trente dernières années de sa vie au quartier du Lac, à Tourrettes.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Tourrettes (Var).svg

Les armoiries de Tourrettes se blasonnent ainsi :

D'azur aux deux flanchis d'or rangés en fasce surmontés d'un agneau pascal d'argent portant sur une hampe croisetée d'or une bannerette de gueules chargée d'une croisette aussi d'argent[60].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'histoire de Terre-Blanche
  2. T&seau de transport du Var
  3. PLU : Environnement physique - Organisation topographique, p. 75-76
  4. L'eau dans la commune
  5. À propos de l'eau dans le pays de Fayence, Fréjus et Saint-Raphaël entre pléthore et pénurie
  6. le Chautard
  7. Climat méditerranéen avec été tempéré
  8. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  9. Mégalithes de la Verrerie Vieille
  10. « Dolmen de la Verrerie-Vieille », notice no PA00081760, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Dolmen de la Verrerie Vieille
  12. Diagnostic du PLU, p. 112
  13. Seigneurs Catalans et période Angevine
  14. « bourg castral de Velnasque », notice no IA83001201, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « bourg castral de Pibresson », notice no IA83001200, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Pays de Fayence
  17. Fayence, Ville Royale, chargée de missions, telles que la destruction du château de Tourette
  18. Histoire du village
  19. Henri Julien (directeur de publication), Guide du débarquement de Provence, 15 août 1944, Digne-les-Bains, Éditions de Haute-Provence, 1994, (ISBN 2-909800-68-7), p. 140
  20. Déchetterie
  21. Débroussaillement
  22. Plan local d'urbanisme
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  27. crèche et assistantes maternelles
  28. écoles du village
  29. école maternelle du Coulet
  30. école primaire du Coulet
  31. Annuaire des associations
  32. Associations dévelppant des activités culturelles et contribuant à l'animation
  33. Professionnels et établissements de santé
  34. Euro 2016 : l'équipe de Hongrie a choisi Tourrettes dans le Var comme camp de base
  35. Paroisse Saint Martial de Tourrettes
  36. Paroisses du Pays de Fayence
  37. Les comptes de la commune
  38. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  39. marché paysan
  40. Association des Animations Culturelles de Tourrettes
  41. Le Domaine de Terre Blanche
  42. L’Église Saint André
  43. restauration patrimoniale
  44. L'église consacrée à Saint André et Saint Martail : Le soutien de la Fondation du patrimoine à la restauration des peintures
  45. La chapelle des Pénitents
  46. Chapelle des Pénitents (anciennement Notre Dame de Cavaroux)
  47. Conflits commémorés 1914-18 et 1939-45
  48. Monument aux Morts
  49. « Dolmen de la Verrerie-Vieille) », notice no PA00081760, base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. Le château, parfaite réplique de l’École des Cadets de Saint Petersburg
  51. Le château du Puy
  52. « Village médiéval de Puybresson ou Pibresson-Venasque (ruines du) », notice no PA00081761, base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. Tour de l'horloge
  54. Cadrans solaire "je luis pour vous"
  55. Un musée à ciel ouvert
  56. Autour de l'atelier Hung'ART
  57. Le lavoir du Boudoura
  58. Jacques Alexandre Fabre (1782-1844)
  59. Site de la bibliothèque de l'École polytechnique, onglet « Catalogues de la BCX → Famille polytechnicienne », recherche « Jacques Alexandre Fabre », résultat : « Fabre, Jacques Alexandre (X 1801 ; 1782-1844) » « Il fut désigné avec l’ingénieur Bazaine (1810) [en fait X1803, cf. la liste ci-dessous] pour faire partie d’une mission demandée par le tsar, pour organiser le service des voies de communications » « Général-major […] du Corps des ingénieurs des voies de communication de la Russie (CIVC) - Professeur de l'Institut CIVC (de 1810 à 1812 ; et en 1815) - De 1812 à 1815 est en exil en Sibérie […] Né le 18-3-1782 ? - Décédé à Tourrettes dans le Var ».
  60. Pays de Fayence : Tourrettes, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau