Belgentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belgentier
Belgentier
Campanile de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Blason de Belgentier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Gapeau
Maire
Mandat
Bruno Aycard
2020-2026
Code postal 83210
Code commune 83017
Démographie
Gentilé Belgentiérois(es)
Population
municipale
2 428 hab. (2018 en diminution de 0,49 % par rapport à 2013)
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 14′ 45″ nord, 6° 00′ 01″ est
Altitude Min. 126 m
Max. 620 m
Superficie 13,38 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Toulon
(banlieue)
Aire d'attraction Toulon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Solliès-Pont
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Belgentier
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Belgentier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belgentier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belgentier
Liens
Site web http://www.belgentier.fr/

Belgentier est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Belgentiérois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La commune de Belgentier est accessible par la route départementale 554, entre Méounes-lès-Montrieux et Solliès-Toucas. L'autoroute A57, qui passe à 7,5 km du centre du village, dessert les trois Solliès, ainsi que Belgentier, par la sortie Sortie 8.

La gare TGV la plus proche se trouve à Toulon, l'aéroport le plus proche est l'aéroport de Toulon-Hyères.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune comporte plusieurs lieux-dits :

  • les Beaumettes ;
  • la Colle ;
  • Saint Joseph ;
  • la Rouvière ;
  • les Blétonèdes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

Le village est construit dans la vallée du Gapeau, qui traverse la commune du nord-ouest au sud-est. Les collines qui bordent la vallée culminent entre 320 et 360 mètres.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Belgentier est traversé par le Gapeau[1], fleuve côtier varois, ainsi que par trois de ses affluents :

  • ruisseau de Vigne Fer ;
  • ruisseau des Roubins ;
  • ruisseau des Fougélys.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type méditerranéen, caractérisé par un très fort ensoleillement, une saison sèche nettement marquée en été, des précipitations rares mais parfois violentes, des températures chaudes en été et douces en hiver. De par sa proximité avec la mer, les températures restent relativement clémentes en toutes saisons[2]. La température moyenne annuelle est de 15,9 °C.

Ainsi la température moyenne de janvier (mois le plus froid) est 9,3 °C (la plus chaude de France métropolitaine) avec des températures maximales moyennes de 12,7 °C et des températures minimales moyennes de 5,8 °C. La température moyenne de juillet (mois le plus chaud) est de 23,9 °C avec des températures maximales moyennes de 29,1 °C et des températures minimales moyennes de 18,8 °C.

Les précipitations sont de 665 mm par an. Le mois le plus sec est juillet avec 6,6 mm, le plus pluvieux est octobre avec 93,9 mm. Il pleut moins de 60 jours par an (59,7 en moyenne) et les répartitions des précipitations sont très inégales. Ainsi février est le mois où il pleut le plus souvent avec 7,1 jours de précipitations mais pour seulement 88,3 mm alors qu'octobre n'a que 5,9 jours de pluie. Le mois où il pleut le moins souvent est juillet avec 1,3 jour. Les mois les plus secs et où il pleut le moins souvent vont de mai à septembre. L'automne est caractérisé par des pluies violentes mais brèves, l'hiver par des précipitations importantes mais plus réparties.

Nuvola apps kweather.svg Relevé météorologique de Toulon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5,8 6,2 7,5 9,6 12,7 16,1 18,8 18,7 16,6 13,3 9,2 6,7 11,7
Température moyenne (°C) 9,3 9,8 11,4 13,7 17,1 20,8 23,9 23,8 21,2 17,3 12,8 10,2 15,9
Température maximale moyenne (°C) 12,7 13,3 15,3 17,8 21,6 25,6 29,1 28,9 25,7 21,4 16,3 13,6 20,1
Précipitations (mm) 76,3 88,3 56,4 55,7 45 22,3 6,6 28,5 49,1 93,9 69,4 73,5 665
Source : Le climat de la région de Toulon (en °C et mm, moyennes mensuelles) [1]


De par sa proximité avec la mer, le gel est rare (2,9 jours par an en moyenne) et le gel permanent (c'est-à-dire où la température maximale reste inférieure ou égale à zéro) totalement inexistant. La neige est rare également (à peine 1,5 jour par an en moyenne) et il est exceptionnel qu'elle tienne au sol (0,3 jour par an en moyenne).

Cependant, la douceur du climat ne doit pas faire oublier une caractéristique désagréable : le vent. Il y a plus de 115 jours de vent fort (mistral, très sec ; vent d'est, en général accompagné de précipitations ou de temps nuageux). Le mois le plus venteux est janvier avec en moyenne 12,5 jours de vent fort. Le moins venteux est septembre avec sept jours de vent fort. En hiver, le mistral peut considérablement accentuer la sensation de froid même lorsque les températures restent clémentes.

L'atmosphère est souvent sèche. Ainsi l'humidité relative y est en moyenne de 56 % avec peu de variations saisonnières : les mois les plus secs sont juillet et août avec 50 %, les moins secs sont novembre et décembre avec 60 %.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Belgentier est desservie par trois lignes de bus, reliant le village aux communes voisines[3] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Belgentier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulon, une agglomération inter-départementale regroupant 27 communes[7] et 575 347 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulon est la neuvième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice et Nantes[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (69,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (28,6 %), zones urbanisées (18 %), cultures permanentes (9 %), zones agricoles hétérogènes (3,1 %), prairies (0,6 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beujanciá en provençal dans la norme classique et Bèujancié dans la norme mistralienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Nicolas-Claude Fabri de Peiresc né à Belgentier en 1580.

Claude Fabri naît à Belgentier, où ses parents, aixois, se sont réfugiés afin d’échapper à la peste qui sévit à Aix. Il prend en 1604 le nom de Peiresc, terroir des Alpes-de-Haute-Provence (aujourd'hui Peyresq) qui lui vient de son père; lieu dans lequel il ne se serait jamais rendu[14].

Il fait des études de philosophie et s'intéresse à l'astronomie, les mathématiques, les langues, etc.[15]. Appartenant à une famille de robe, il étudie le droit et est attiré par l'archéologie, ce qui lui permet de poursuivre ses études en Italie. Il revient en France en 1602 afin de préparer son doctorat à l'université de Montpellier et en 1604 il soutient sa thèse, obtenant le grade de docteur en Droit. Il fait de nombreux voyages (Paris, Londres, région des Flandres) avant d'être nommé conseiller au parlement de Provence[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[16]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 août 1975
(décès)
Étienne Arnaud   Industriel
Officier de la Légion d'honneur (1952)
août 1975 mars 1983 Henri Aycard    
mars 1983 en cours Bruno Aycard RPR puis
UMP-LR
Chirurgien-dentiste
Conseiller général (1989 → 2009) puis départemental de Solliès-Pont (2015 → )
2e vice-président de la CC de la Vallée du Gapeau (2018 → )
Réélu en 1989, 1995, 2001, 2008, 2014 et 2020

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Belgentier appartient à la communauté de communes de la Vallée du Gapeau.

La commune est adhérente du syndicat mixte de préfiguration du parc naturel régional de la Saint-Baume.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du nouveau parc naturel régional de la Sainte-Baume, créé par décret du [17].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2018, la commune comptait 2 428 habitants[Note 3], en diminution de 0,49 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2301 3151 3781 3161 3221 3101 2461 1401 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0901 0631 0551 042966884765727771
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
652662676615614548581511587
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5825616909841 4421 7242 1802 4382 432
2018 - - - - - - - -
2 428--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Belgentier commencent leurs études à l'école primaire du village. Le collège le plus proche se trouve à Cuers, mais les élèves vont surtout à ceux de Solliès-Pont et La Farlède. Le lycée le plus proche se trouve à La Garde.

Santé[modifier | modifier le code]

Deux médecins généralistes et un chirurgien dentiste sont installés à Belgentier. L'hôpital le plus proche est le centre Sainte Musse, à l'est de Toulon, à environ 12 km.

À ce jour, la commune ne compte aucune pharmacie.

Sports[modifier | modifier le code]

Le chemin de grande randonnée 51, allant de Menton à Marseille traverse la commune[22].

Cinq clubs sportifs sont installés à Belgentier :


Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maur de Belgentier, de culte catholique, dépend du diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Cuers[23].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est notamment dominée par la culture des oliviers. La Belgentiéroise, variété d'olive, tire son nom de la commune. Une coopérative réunit les cultivateurs de Belgentier[24]. Une bergerie est également implantée sur la commune.

Commerces de proximité[modifier | modifier le code]

Belgentier compte quelques commerces de proximité, dans les secteurs de l'alimentation, et des services :

  • une boulangerie
  • une boucherie
  • une supérette
  • un coiffeur
  • une maison de la presse
  • deux bar-tabacs
  • deux restaurants
  • une pizzeria

Artisans et industrie[modifier | modifier le code]

L'artisanat de la commune est essentiellement centré sur le secteur du BTP.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château Peiresc ;
  • Jardin public classé espace naturel sensible d'environ 2,5 hectares, dénommé parc Peiresc et bordant le Gapeau ;
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Buste de Nicolas Fabri de Peiresc par Caffieri, bibliothèque Mazarine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Belgentier.svg

Les armoiries de Belgentier se blasonnent ainsi :

De gueules à la belette d'argent

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du Gapeau sur le site du SANDRE
  2. Relevés de la Météorologie nationale sur la période 1961-1990
  3. lignes de bus à Belgentier
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  7. « Unité urbaine 2020 de Toulon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Toulon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. a et b Merlin 1951, p. 49-58.
  15. Maggiori 2015.
  16. Liste des maires de Balgentier sur le site de la mairie
  17. décret de constitution du Parc naturel régional de la Sainte-Baume
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. GR51
  23. église de Belgentier sur le site du diocèse de Fréjus Toulon
  24. site de la coopérative oléicole de Belgentier