La Roquebrussanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Roquebrussanne
La Roquebrussanne
L'église Saint-Sauveur.
Blason de La Roquebrussanne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Provence Verte
Maire
Mandat
Michel Gros
2020-2026
Code postal 83136
Code commune 83108
Démographie
Population
municipale
2 329 hab. (2018 en diminution de 7,8 % par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 28″ nord, 5° 58′ 37″ est
Altitude Min. 311 m
Max. 827 m
Superficie 37,05 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Roquebrussanne
(ville isolée)
Aire d'attraction Toulon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Garéoult
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
La Roquebrussanne
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
La Roquebrussanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roquebrussanne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roquebrussanne
Liens
Site web la-roquebrussanne.fr

La Roquebrussanne est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de la Roquebrussanne est situé sur les contreforts de la Sainte-Baume et au pied de la Loube, en pays de la Provence Verte.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune, membre du Parc naturel régional de la Sainte-Baume, se découpe en trois grandes entités naturelles :

  • la plaine,
  • le plateau d’Agnis,
  • le massif de la Loube.

Le massif de La Loube culmine à 834 m, dominant La Roquebrussanne et le plateau de l'Issole[1],[2].

Le lac naturel « Grand Laoutien ».

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) terrestre de type II :

  • Montagne de la Loube,
  • Mourré d’Agnis et la forêt domaniale de Mazaugue,
  • Plaine deLa Roquebrussanne,
  • Ripisylves et annexes des vallées de l’Issole et du Caramy,
  • Forêt de Vautruite et de Saint-Julien Collines de Tourves.

Les zones humides recensées sur le territoire de La Roquebrussanne :

  • Grand Laoucien,
  • Petit Laoucien,
  • Prairie humide de Saint Julien.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est en Zone de sismicité 2 (sismicité faible)[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[4] :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de La Roquebrussanne est dit tempéré chaud. La pluie dans La Roquebrussanne tombe surtout en hiver, avec relativement peu de pluie en été. La commune est classée comme Csb (Climat méditerranéen avec été chaud) selon la Classification de Köppen-Geiger[13],[14],[15].

Rose des vents La Celle Rose des vents
Mazaugues N Garéoult
O    La Roquebrussanne    E
S
Méounes-lès-Montrieux Néoules

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Roquebrussanne fait partie des 39 communes du Pays de la Provence Verte labellisé Pays d’art et d’histoire et de la Communauté d'agglomération de la Provence Verte qui compte 28 communes membres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Roquebrussanne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Roquebrussanne, une unité urbaine monocommunale[19] de 2 455 habitants en 2017, constituant une ville isolée[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (64,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (54,5 %), cultures permanentes (24,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (10,4 %), zones urbanisées (5,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,1 %)[26].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[27].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par la route départementale 5 entre Tourves et Méounes-lès-Montrieux.

L'A8 traversant la commune de Brignoles desservie par la sortie no 35.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le réseau régional de transport en commun "Zou !" dessert la commune[28].

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]
Aéroport en Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

En particulier :

Ports en Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

En particulier :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en provençal est La Roco-brussano, le mot roco désignant un rocher isolé ou à pic[29].

Histoire[modifier | modifier le code]

De l’âge du fer aux occupations romaines, La Roquebrussanne recèle de nombreux vestiges archéologiques[30].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. La communauté soutient les Duras jusqu’en 1386, puis change de camp pour rejoindre les Angevins grâce aux négociations patientes de Marie de Blois, veuve de Louis Ier et régente de leur fils Louis II. La reddition d’Aix a également pu jouer un rôle dans la volte-face de la communauté[31].

En 2020 s'est déroulée la commémoration du 76ème anniversaire de la Libération de La Roquebrussanne après la deuxième guerre mondiale[32].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1814 1826 Louis-François Canolle (1769-1854)   Chirurgien de marine
ca. 1851   M. Béguin    
Victor Reymonenq Rad. Exploitant agricole
Sénateur du Var (1909 → 1919)
Député du Var (1919 → 1924)
Conseiller général de La Roquebrussanne (1907 → 1913)
ca. 1932   M. Latière    

(décès)
Louis Cauvin[33] SFIO Médecin
Conseiller général de La Roquebrussanne (1937 → 1940 puis 1945 → 1956)
Président du conseil général du Var (1946 → 1956)
Fernand Reynaud[34]   Réélu en 1965 et 1971
Les données manquantes sont à compléter.
Jean-Louis Giraudo    
Monique Caulet[35] (1928-2021) SE Professeure de provençal
Les données manquantes sont à compléter.
Jean-Paul Caporali DVD Retraité de l'Armée de Terre
En cours Michel Gros DVG Ancien directeur de société
Réélu en 2012[36], 2014 et 2020

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Parc naturel régional de la Sainte-Baume, créé par décret du [37].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[39].

En 2018, la commune comptait 2 329 habitants[Note 3], en diminution de 7,8 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5001 4361 4941 5181 5051 4731 4111 5291 322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3121 3201 2181 2321 119954740784728
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
787794809685644621603574614
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6387106628091 2351 6721 9732 3242 540
2018 - - - - - - - -
2 329--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

La Mairie.

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[42] :

  • total des produits de fonctionnement : 3 461 000 , soit 1 326  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 2 416 000 , soit 926  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 683 000 , soit 685  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 1 520 000 , soit 582  par habitant.
  • endettement : 1 895 000 , soit 726  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,03 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 18,68 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 61,15 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 690 [43].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Cave Coopérative Vinicole de La Roquière.

La commune compte 29 exploitations sur 33 qui exploitent des vignes dont 19 se sont spécialisées uniquement en viticulture, et 5 activités d’élevage[44].

  • Coopérative vinicole La Roquière[45].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces, artisannat et services[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité[49].
  • Résidence de retraite "Korian La provençale"[50].
  • Artisannat d'art : Archéo Poterie, Styl'Vieil (Ebenisterie).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les ponts sur la rivière la Latte[modifier | modifier le code]

Au cours de la traversée du village de La Roquebrussanne, la rivière l'Issole, appellation "La Latte tant que cette rivière longe le village[51].

Depuis le pont de l'Orbitelle reconstruit en 1797, 6 ponts, construits entre 1850 et 1900, enjambent la rivière jusqu'à l'ancien moulin à huile. Certains sont privés et rejoignent les jardins sur l'autre rive [52].

L'église Saint-Sauveur[modifier | modifier le code]

Construite en 1340 à la demande des habitants, l'église Saint-Sauveur possède un chœur et un porche de style roman et une nef de style gothique. Le clocher a été reconstruit en 1659. La plus grosse des 3 cloches fondue en 1751 pèse 528 kg [52].

Elle devient capitulaire en 2019, lorsque le chapitre collégial de Saint-Remi y est affecté par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, de septembre 2019 à Noël 2020, afin de célébrer quotidiennement messes et office divin solennels dans la liturgie latine traditionnelle.

L'église Saint-Sauveur.

La Tour de l'horloge[modifier | modifier le code]

Construite en 1616 sous Louis XIII, la tour de l'horloge possède un campanile cosmologique. Le soleil entouré des 6 planètes connues à l'époque date de 1699 (Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne; Uranus fut découverte en 1781 et la dernière, Neptune, en 1846). La cloche fondue en 1699 sonne en ré dièse. Le mécanisme actuel de l'horloge qui date de 1887 est remonté manuellement une fois par semaine[52].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Chapelle Notre-Dame-de-l’Inspiration et sa cloche de 1730[53].
  • Chapelle Saint-Louis-des-Molières et sa cloche de 1694[54].
  • Le chemin des oratoires.
  • Bassins et lavoirs[55].
  • La villa gallo-romaine[56] du Loou-Sambuc ou «Villa Marius»[57].
  • Lacs d’effondrement du Petit et Grand Laoucien[58].
  • Certaines espèces aquatiques uniques en France y ont été découvertes dont notamment un acarien subaquatique, Limnolegeria longiseta[59].
  • Jardin d'Elie Alexis[60].
  • Le monument aux morts[61].
  • Le pigeonnier. Construit en 1687 et récemment restauré.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Roquebrussanne Blason
D’azur à la tour carrée donjonnée d’or, ouverte et ajourée de sable, posée sur un mont du même mouvant d’une champagne ondée d’azur et chargée d’une burelle ondée d’argent (site de la commune)[62].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de La Roquebrussanne
D'azur à la transfiguration de Jésus Christ surmontant un mont mouvant de la pointe, accosté d'Élie et de Moïse affrontés, le tout d'or (d'Hozier).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Montagne de La Loube
  2. Le Mons Pennicus antique, de penna, pointes, serait devenu montagne de la Loube
  3. Didacticiel de la règlementation parasismique
  4. L'eau dans la commune
  5. Rivière L'issole
  6. Ruisseau de l'Escarelle
  7. Ruisseau du Cendrier
  8. Ruisseau de Lamanon
  9. Ruisseau de Laouron@
  10. Ruisseau du Riolet
  11. Ruisseau des Pourraques
  12. Ruisseau de la Foux
  13. Climat La Roquebrussanne
  14. Climat et historique météo de la Roquebrussanne
  15. Commune de la Roquebrussanne
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de La Roquebrussanne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Toulon », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. SCOT Provence Verte Verdon
  25. PLU
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  27. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  28. Les communes desservies par les cars "VarlIb"
  29. Lou tresor dóu Felibrige / Le trésor du Félibrige, F. Mistral, t2 p797, éditions CPM 1979
  30. Photothèque Archéologie : Peybouloun, Le Grand Loo
  31. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, cartes p. 417-418 et p. 419.
  32. Commémoration libération de La Roquebrussanne
  33. La fiche biographique de CAUVIN Louis, Félix, Gustave sur le Maitron en ligne
  34. « Mise en service en 1992, l’école porte le nom de feu Fernand Reynaud, maire de la commune de 1959 à 1977. » [1]
  35. B.G., « La Roquebrussanne a dit adieu à son ancienne maire Monique Caulet », Var-Matin,‎ (lire en ligne)
  36. [2]
  37. décret de constitution du Parc naturel régional de la Sainte-Baume
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 22 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  43. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  44. 1.a. Les caractéristiques des exploitations agricoles
  45. « coopérative vinicole La Roquière », notice no IA83001367, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. Hébergemens sur la commune
  47. Hôtel et village vacances Les Arbousiers
  48. Commerces
  49. Commerces
  50. Korian La Provençale
  51. Le patrimoine bâti de la Provence Verte « Entre bourgs et villages » L’eau apprivoisée
  52. a b et c Panneau d'informations touristiques municipales
  53. Notice no PM83000453, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de la chapelle Notre-Dame de l'Inspiration
  54. Notice no PM83000452, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de la chapelle Saint-Louis-des-Mollières
  55. Lavoirs du Var : La Roquebrussanne
  56. La villa Marius - ou villa du Loou (du nom du domaine) - à La Roquebrussanne (Var).
  57. « Villa Marius », sur la-roquebrussanne.fr (consulté le ).
  58. Liste des sites et monuments naturels classés sous le régime de la loi du 21 avril 1906 et reconnus par la loi du 2 mai 1930. Loi codifiée aux art. L. 341-1 et s. du code de l'environnement, 23 août 1932
  59. Diagnostic et étude du patrimoine naturel de La Roquebrussane
  60. Base Mistral - Mémoire
  61. Monument aux mort, Conflits commémorés : 1914-18 et 1939-45
  62. Val d'Issole : La Roquebrussanne, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  63. « bourg castral de Castellum Gardinum (?) », notice no IA83001231, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « bourg castral de la Garde », notice no IA83001230, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  65. « bourg castral », notice no IA83001229, base Mérimée, ministère français de la Culture.