Aiguines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aiguines
Aiguines
La place centrale d'Aiguines.
Blason de Aiguines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Flayosc
Intercommunalité Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon
Maire
Mandat
Charles-Antoine Mordelet
2014-2020
Code postal 83630
Code commune 83002
Démographie
Gentilé Aiguinois, Aiguinoises
Population
municipale
271 hab. (2015 en augmentation de 3,83 % par rapport à 2010)
Densité 2,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 32″ nord, 6° 14′ 35″ est
Altitude 817 m
Min. 470 m
Max. 1 572 m
Superficie 114,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Aiguines

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Aiguines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aiguines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aiguines
Liens
Site web http://www.aiguines.com

Aiguines en est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Aiguinois et les Aiguinoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village au pied du Grand Margès (1 577 m), surplombe le lac de Sainte-Croix, et domine l'accès aux gorges du Verdon. C'est à Aiguines que commence la route de la corniche sublime.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée dans le parc naturel régional du Verdon[1].

Le territoire communal vaste a plusieurs lieux géographiques remarquables : le Grand Canyon du Verdon, le plan de Canjuers, les avens de Canjuers, la source de Vaumale, le lac de Sainte-Croix et la montagne du Grand Margès. Les 3/5e du territoire sont occupés par le camp militaire de Canjuers.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par deux rivières : le Verdon et l'Artuby.

Le projet de Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (S.A.E.G.E.) du bassin versant du Verdon[2] a été validé par la Commission Locale de l'Eau, le 13 septembre 2012.

L'hydrographie de la commune s'inscrit dans l'hydrographie d'ensemble du vaste bassin supérieur du Verdon[3], ce qui explique les mesures prises globalement pour la préservation des ressources en eau et du milieux naturel aquatique[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[5].

Article détaillé : Climat du Var.

Protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux stations d'épuration :

  • une station de 600 Equivalent Habitants pour les habitations du village[6],
  • une station de 1400 Equivalent Habitantspour le camping municipal[7].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Commune desservies par les routes départementales 71 et 957.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Commune desservie par le réseau Varlib et bus à la demande[8].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département, qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune d'Aiguines est en zone sismique de faible risque Ib[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Aiguina en 1021, Aquina en 1044[10].

Ce toponyme peut être lié à l'eau, via un Aqua, Aigue.

En occitan provençal le nom de la commune est orthographié Aiguina selon la norme classique et Eiguino selon la norme mistralienne. La prononciation est [ejgˈinɔ] en occitan, ce qui est francisé en [egˈinə], voire [egˈin] non-localement.

Étymologie[modifier | modifier le code]

En occitan, le mot « aiga » (francisé généralement par aigue, aygue, ou eygue) signifie « eau » et le suffixe « in » est un suffixe diminutif. « Aiguines » peut donc se traduire en français par « petites eaux », un lieu où il y a quelques petites sources. Le « s » final n'est pas étymologique, et n'est pas présent dans le nom en occitan provençal (ni écrit ni prononcé).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes du Var.
Armes de Aiguines

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De gueules à la jument d'argent[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le clocher d'Aiguines.

On a relevé des traces d’occupation préhistorique, un oppidum gaulois au sud du Grand Margès et le passage d’une voie romaine[12].

L'installation du "Castrum de Aquina"[13], au Moyen Âge, succède à l'oppidum gaulois situé au sud du Grand Margès[14]. Une construction forte est mentionnée dès 1021 ; d’abord construit sur le Puy (1 056 m), il est rasé puis rebâti plus bas, à l’actuelle chapelle Saint-Pierre (837 m)[15].

Alors possession de l'abbaye bénédictine Saint-Victor de Marseille (XIe), Aiguines devient seigneurie des Baux, puis des Blacas, des Gauthier et des Sabran.

Le château aurait été construit par les Templiers à la demande de l'évêque de Riez au XIIe siècle[16].

Les frères pontifes ont une maison à Aiguines à la fin du Moyen Âge, pour y entretenir le pont du XIIIe siècle[17].

Le château est à nouveau reconstruit par Balthazar de Gauthier, seigneur du lieu de 1596 à 1641. Les nouveaux bâtiments construits sous Henri IV s'élèvent sur les substructions d'un édifice plus ancien ayant appartenu aux Blacas. La seigneurie d'Aiguines appartint par la suite aux Clapiers, descendants des Vauvenargues, et le château est aujourd'hui privé[18].

Dès le XVIe siècle, des artisans, tourneurs de bois, s'installent à Aiguines dont les forêts sont riches en buis[19]. Au XIXe siècle, la commune est peuplée de 800 habitants, dont la moitié vivent dans le village. L'autre partie vit sur le plan de Canjuers pratiquant le pastoralisme et l'élevage de chevaux. C'est ensuite que deux familles créent leurs usines équipées de machines à vapeur dont la principale production est la boule de pétanque cloutée. Le commerce est très florissant jusque dans les années 1920, date de l'apparition de "l'Intégrale", et périclite après la Seconde Guerre mondiale.

Peu avant la Révolution française, l’agitation monte. Outre les problèmes fiscaux présents depuis plusieurs années, la récolte de 1788 avait été mauvaise et l’hiver 1788-89 très froid. L’élection des États généraux de 1789 avait été préparée par celles des États de Provence de 1788 et de janvier 1789, ce qui avait contribué à faire ressortir les oppositions politiques de classe et à provoquer une certaine agitation[20]. C’est au moment de la rédaction des cahiers de doléances, fin mars, qu’une vague insurrectionnelle secoue la Provence. Une émeute frumentaire se produit à Aiguines le 30 mars[21]. Elle parvient à contraindre le conseil communautaire sur plusieurs points[22] :

  • les terrains communaux seront défrichés et loués ;
  • l’aire ne sera pas affermée ;
  • le conseil portera les demandes de coupes de bois des membres de la communauté.

Dans un premier temps, la réaction consiste dans le rassemblement d’effectifs de la maréchaussée sur place. Puis des poursuites judiciaires sont diligentées, mais les condamnations ne sont pas exécutées, la prise de la Bastille comme les troubles de la Grande peur provoquant, par mesure d’apaisement, une amnistie début août[23].

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’armée italienne passe élever des tas de pierres sur les terrains plats pour empêcher les avions de s'y poser. Les maquis sont actifs et ravitaillés par les fermiers. Deux sections du maquis Vallier défilent le 2 juillet 1944 devant le monument aux morts ; le 17 juillet, les FTP sabotent les ponts sur le Verdon et l'Artubie[24].

La route des Crêtes ou RD 71 est ouverte en 1950. Les travaux ont duré cinq ans pour développer le tourisme dans le village et les gorges du Verdon.

En 1968, 2/3 du territoire de la commune — soit 7 500 ha — ont été réquisitionnés par l'armée pour installer le camp militaire de Canjuers, notamment l'ensemble du plan de Canjuers et la montagne de Mocrouis en longeant la RD 19 et la RD 71. Plusieurs hameaux, bastides et fermes ont été abandonnés et 4 000 brebis ont disparu du Plan par l'arrêt forcé de l'activité des 11 bergeries.

En 1973-1974, fut créé le lac de Sainte-Croix. 116 ha de la commune sont sous les eaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 ? Ernest Coulomb
(1906-1987)
SFIO-PS Instituteur
1994 en cours Charles-Antoine Mordelet LR Hôtelier de plein-air, vice-président chargé du tourisme
à la communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[26].

En 2015, la commune comptait 271 habitants[Note 1], en augmentation de 3,83 % par rapport à 2010 (Var : +4,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9139349929931 0411 0791 033951934
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
933896835830771766721643607
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
607570581390313279280205206
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
174165132161207219251255269
2015 - - - - - - - -
271--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[29] :

  • Écoles maternelle et primaire[30],
  • Collège à Riez,
  • École de tournage sur bois[31].

Santé[modifier | modifier le code]

  • Professionnels de santé à Aups : Médecins, dentistes, kinésitherapeute, infirmiers[32].
  • Pharmacie à Aups et Salernes.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, Paroisse Les Salles sur Verdon, Diocèse de Fréjus-Toulon[33]

Économie[modifier | modifier le code]

Boules anciennes en buis clouté.

Le village est célèbre pour ses tourneurs sur bois fabriquant des boules de pétanque bardées de clous, activité principale de la commune jusque dans les années 1920. Un musée a été inauguré dans une ancienne fabrique du village.

Aujourd'hui, Aiguines vit essentiellement du tourisme.

Métiers d'art[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune [37],[38]:

Évolution des finances de Ampus (en k€).
Postes 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Produits de fonctionnement 853 € 854 € 920 € 849 € 785 € 1 078 € 1 000 € 854 € 884 € 883 € 863 €
Charges de fonctionnement 661 € 722 € 722 € 839 € 691 € 872 € 1 219 € 841 € 997 € 881 € 831 €
Ressources d’investissement 357 € 659 € 282 € 255 € 418 € 359 € 503 € 632 € 329 € 182 € 97 €
Emplois d’investissement 494 € 360 € 283 € 501 € 322 € 573 € 311 € 764 € 229 € 213 € 122 €
Dette 157 € 123 € 90 € 56 € 41 € 27 € 195 € 477 € 457 € 431 € 412 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[39]:

Fiscalité 2016

  • Taux d’imposition taxe d’habitation : 9,61 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 3,99 %
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 34,63 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 0,00 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 457 000 , soit 1 710,00  par habitant.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 14 550 [40].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La communauté de communes « Lacs et Gorges du haut-Verdon (LGV) » constituée initialement de 11 communes (Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze) comprend désormais 16 communes [41] après intégration de 5 communes supplémentaires au 1er janvier 2017 : Trigance, Le Bourguet, Brenon, Châteauvieux et La Martre[42],[43].

Son président en exercice est Rolland Balbis (Maire de Villecroze)[44]. Ont été élus Vice-Présidents :

  • M. Jean Bacci (Maire de Moissac-Bellevue) : Développement Economique et Numérique (Jean Bacci (Maire de Moissac-Bellevue) avait déposé sa démission afin de pouvoir se consacrer pleinement à son mandat de Conseiller Régional, tout en restant au service de la CCLGV),
  • Mme Raymonde Carletti (Maire de La Martre) : Administration Générale et Finances,
  • Mme Anne Houy (Maire de Régusse) : Emploi, Insertion, Formation et Petite Enfance,
  • M. Antoine Faure (Maire d'Aups) : Agriculture, Aménagement de l'Espace, Développement Durable et Santé,
  • M. Charles-Antoine Mordelet (Maire d'Aiguines) : Tourisme.

La Communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon compte désormais 34 représentants + 12 suppléants pour 16 Communes membres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Schéma de cohérence territoriale (SCoT)

Après l'officialisation du périmètre du SCoT par le Préfet du Var, la première phase sera d’établir un diagnostic territorial[48],[49].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux

Autres patrimoines

  • Le musée de la tournerie sur bois[50].
Inauguré en 1980 dans le dernier atelier de tournerie d'Albert Rouvier, qui a maintenu la tradition de la boissellerie jusqu'en 1978.
  • Le beffroi carré à campanile cylindrique[51].
  • La tour de l'horloge[52].
  • Le lavoir et ses peintures en trompe-l'œil[53].
  • La maison des consuls, avec sa belle façade XVIIIe siècle située en face de la mairie.
  • Le château d'Aiguines[54],[55].
C'est un château privé, non ouvert au public. Restauré en 1606 par Balthazar de Gauthier[56].
Il a subi de nombreuses transformations (annexes, jardins) vers 1720/1750. Plus récemment, il a été racheté en 1989 et restauré[57].
  • Le château de Chanteraine
Fief seigneurial de la famille de Blacas depuis le XIIIe siècle et situé à 3 km au sud-ouest d'Aiguines[58].
Elle abrite la dernière sorcière de Provence. Jusqu'à la dernière guerre, la mère Bousquet, une « bonne sorcière » y préparait, à l'aide d'herbes cueillies sur le plan, de mystérieuses potions curatives (interdite au public)[59].
  • le « Gros aven de Canjuers » (285 m de profondeur), l'« Aven de la Citerne » (280 m), le « Clos de Fayoun » (140 m), l'« Aven de la Cabane du Nouguier » (137 m), le« Grand Aven de la Nouguière » (137 m), ainsi que plusieurs dizaines d'autres cavités naturelles souterraines pénètrent le sous-sol karstique du plan de Canjuers (en zone militaire, interdite au public)[60].
  • Le pont de l'Artuby ou pont de Chaulière, 182 mètres de haut.
  • La table d'orientation[61].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Leubas (1870-1932) acteur de théâtre et de cinéma mort à Aiguines où il s'était retiré.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aiguines dans le parc naturel régional du Verdon
  2. Le S.E.G.E. du bassin versant du Verdon
  3. L'hydrographie du bassin supérieur du Verdon, par Raoul Blanchard, Recueil des travaux de l'institut de géographie alpine Année 1915 Volume 3 Numéro 1 pp. 57-67
  4. Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux "SAGE" du bassin versant du Verdon
  5. Table climatique
  6. Description de la station
  7. Description de la station du camping municipal Le Galetas
  8. Plan des lignes du réseau
  9. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  10. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 618 (ISBN 2600028838).
  11. Canton d'Aups : Aiguines, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  12. Villes et villages romains du Var
  13. Aiguines porte des Gorges du Verdon
  14. Canton d’Aups : Aups, Bauduen, Aiguines, Les salles-sur-Verdon, Baudinard-sur-Verdon, Vérignon, Régusse, Sillans-la-Cascade, Artignosc-sur-Verdon, Moissac-Bellevue, Vexillologie Provençale.
  15. Jacques Cru, « Petra Castellana », Verdon no 1, estieu 1999, p. 35
  16. Bernard Falque de Bezaure, Sur les traces des Templiers du Var, des Alpes-Maritimes, Domaine de l’Olympe, Les Milles (13290), Provençalement Vôtre, , 183 p. (ISBN 2-914438-05-2)
    Aiguines : p. 17
  17. Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, 1969 (notice BnF no FRBNF35450017), carte 68
  18. le site du château et ses documents historiques
  19. Gorges du Verdon et Lac de sainte Croix : Aiguines
  20. Monique Cubells, « Les mouvements populaires du printemps 1789 en Provence », Provence historique, volume 36, no 145, 1986, p. 309
  21. M. Cubells, op. cit., p. 310 et 312.
  22. M. Cubells, op. cit., p. 320.
  23. M. Cubells, op. cit., p. 322.
  24. Jean-Marie Guillon, « Les années de guerre dans le pays du Verdon varois », in verdon no 6, automne 2001, p. 90-104 (p. 94-95)
  25. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  29. Établissements d'enseignements
  30. École élémentaire
  31. École de tournage sur bois
  32. Professionnels de santé
  33. Paroisse d'Aiguines, Église Saint-Pierre-ès-Liens
  34. Jean-Marc Duval, Potier
  35. Visit Var, Découverte des métiers d’art Gaëtan Rodts
  36. Baudoin Gassies
  37. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Aiguines]
  38. Aiguines: la dette en 2016
  39. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (années 2000 à 2016)
  40. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  41. Gorges du Verdon et Lac de Sainte Croix fr
  42. Décision du Préfet du Var après avis de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale entérinant la dissolution de la Communauté de communes Artuby Verdon qui regroupe 9 communes. Les 4 autres communes de cette communauté de communes intégrant la Communauté d'agglomération dracénoise. Sources : Les Échos du Verdon, journal intercommunal octobre 2016 - avril 2017 no 2, Vivre le territoire au jour le jour
  43. Statuts de la communauté de communes LGV : version modifiée par délibération communautaire no 51-09-2016 en date du 21 septembre 2016
  44. Site officiel de la Communauté de Communes Lacs et Gorges du Verdon
  45. Schéma de cohérence territoriale, État d’avancement dans le département du Var
  46. SCOT Verdon Var Ouest
  47. Aménagement de l'espace, la CC LGV lance son SCoT !
  48. Préparer collectivement l'avenir du territoire
  49. Scot : préparer l'avenir du territoire : Le schéma de cohérence territoriale des Lacs et Gorges du Verdon
  50. Aiguines : inauguration du Musée du tournage sur bois ...
  51. La tour carrée à campanile rond, place de la Fontaine
  52. Notice no PM83000004, base Palissy, ministère français de la Culture Cloche de la tour de l’horloge
  53. Le lavoir d'Aiguines
  54. Histoire du château
  55. Le château d'Aiguines
  56. Vexillologie Provençale
  57. Notice no PA00125718, base Mérimée, ministère français de la Culture Château : Façades et toitures du château et des communs inscrits sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 23 juin 1993. Jardin en terrasses et les éléments qui le composent classés par arrêté du 12 octobre 1995
  58. Domaine de Chanteraine
  59. Aiguino lei fus
  60. Fichier des cavités du Var : cavités du plan de Canjuers situées sur la commune d'Aiguines
  61. La Table d'Orientation