Lorgues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lorgues
Vue du village.
Vue du village.
Blason de Lorgues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Vidauban
Intercommunalité Communauté d'agglomération dracénoise
Maire
Mandat
Claude Alemagna
2014-2020
Code postal 83510
Code commune 83072
Démographie
Gentilé Lorguaise, Lorguais
Population
municipale
9 047 hab. (2012)
Densité 141 hab./km2
Population
aire urbaine
132 hab.
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 42″ N 6° 21′ 40″ E / 43.4949, 6.3611743° 29′ 42″ Nord 6° 21′ 40″ Est / 43.4949, 6.36117  
Altitude Min. 70 m – Max. 343 m
Superficie 64,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Lorgues

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Lorgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lorgues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lorgues
Liens
Site web http://www.lorgues.fr

Lorgues est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Lorguais et les Lorguaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Plusieurs routes rejoignent la commune de Lorgues : la route départementale 10, depuis Taradeau, au sud est, ou Salernes au nord ouest ; la route départementale 562 depuis Flayosc, ou Carcès ; la route départementale 50 depuis Entrecasteaux.

La gare TGV la plus proche est la gare des Arcs - Draguignan. L'aéroport le plus proche est celui de Toulon-Hyères.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 64,4 km²[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lorgues
Saint-Antonin-du-Var Flayosc Draguignan
Saint-Antonin-du-Var Lorgues Taradeau
Le Thoronet Le Thoronet
Le Cannet-des-Maures
Vidauban

Relief, géologie et hydrogéologie[modifier | modifier le code]

Le village, au sein d'une vallée, est situé à 210 m d'altitude. La commune est vallonnée, les collines environnantes culminant à 320 m, comme celle de « l'ermitage Saint Ferréol », à l'est.

Ville du centre Var, à mi-chemin entre la Méditerranée et les gorges du Verdon, les vallées de l'Argens, au sud, et de la Florieye, à l'est, forment limites communales.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Dans le Var, 82 communes sont classées en risque négligeable (zone 0), 50 en zone de sismicité très faible mais au risque non négligeable (Ia), et 21 en zone de sismicité faible (Ib).

Lorgues est classée en zone 0[2], [3].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Lorgues
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,3 4,5 7,2 11,2 14,7 17,2 16,9 13,6 10,6 6 3 8,5
Température moyenne (°C) 6 7,6 10,6 13,1 17,2 21,3 24,3 24 20 15,8 10,8 8,7 14,8
Température maximale moyenne (°C) 12,1 13,9 16,7 19 23,2 31,4 31 29,5 26,4 21 15,7 12,4 21
Précipitations (mm) 52,9 23,2 25,2 47,3 37,8 22,4 12,9 27,7 65,5 77,6 66,4 41,3 500,2
Source : Relevé météo de Lorgues[4]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
12,1
2
52,9
 
 
 
13,9
2,3
23,2
 
 
 
16,7
4,5
25,2
 
 
 
19
7,2
47,3
 
 
 
23,2
11,2
37,8
 
 
 
31,4
14,7
22,4
 
 
 
31
17,2
12,9
 
 
 
29,5
16,9
27,7
 
 
 
26,4
13,6
65,5
 
 
 
21
10,6
77,6
 
 
 
15,7
6
66,4
 
 
 
12,4
3
41,3
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune s'appelle Lorgo en provençal selon la norme mistralienne. Les habitants sont les Lourguian / -ano ou les Lourguen /- enco[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorgues est un lieu d’habitat depuis la Préhistoire. Deux dolmens en témoignent encore aux 4 chemins. Bourgade ligure importante, avec son oppidum-refuge sur la colline de St Ferréol, elle est ensuite colonisée par les Romains. Au Moyen Âge[6], [7], le castrum reste à l’abri des invasions barbares et sarrasines grâce à ses remparts.

Vers 1156, les Templiers s’y installent pour constituer la commanderie du Ruou. Ils dotent la ville de nouveaux et solides remparts dont il reste aujourd’hui quelques vestiges[8].

À partir du XIVe siècle, de nombreuses confréries religieuses s’établissent et édifient chapelles, écoles et couvents. La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Lorgues fait partie de l’Union d’Aix, avant de faire promesse de reddition le 8 septembre 1387 à Marie de Blois, régente de Louis II d'Anjou[9].

Les XVIIIe et XIXe siècles sont des périodes riches avec la construction de monuments majeurs. Le cours de la République, artère centrale de Lorgues bordée d’un alignement de belles maisons bourgeoises, est tracé à cette époque.

En 1851, la ville refuse de participer au soulèvement varois contre le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte (épisode relaté dans le roman d'Émile Zola La Fortune des Rougon, le premier du cycle des Rougon-Macquart, dans lequel Zola situe toute l'action dans la ville imaginaire de Plassans, qui est à la fois Aix-en-Provence et, donc, Lorgues).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes du Var.
blason

De gueules, à un lion d'or et un chien d'argent affrontés, supportant de leurs pattes de devant une fleur de lis d'or ; et un chef cousu d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or Devise : Force et Fidélité. Vertus symbolisées par les deux animaux : le lion et le chien. Donc le lion doit être couleur or et non argent comme sur cette image.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2008 Barthélémy Mariani PS  
2008 aujourd'hui Claude Alemagna UMP  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lorgues est membre de la communauté d'agglomération dracénoise de 95 919 habitants[10], créée le 31 octobre 2000. Les communes composant la CAD en 2012 sont (par ordre alphabétique) :

La commune de Lorgues dépend du schéma de cohérence territoriale (SCOT) de la Dracénie[11].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les comptes 2005 à 2012 de la commune s’établissement comme suit [12],[13],[14]:

Évolution financière.
Postes 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Produits de fonctionnement 6 996 000 € 7 720 000 € 8 059 000 € 8 279 000 € 8 307 000 € 9 101 000 € 9 119 000 € 9 465 000 € 9 351 000 €
Charges de fonctionnement 4 731 000 € 5 274 000 € 5 607 000 € 6 434 000 € 7 361 000 € 7 540 000 € 7 801 000 € 7 834 000 € 8 063 000 €
Ressources d’investissement 2 101 000 € 3 471 000 € 5 168 000 € 2 734 000 € 3 084 000 € 2 459 000 € 5 952 000 € 1 948 000 € 4 056 000 €
Emplois d’investissement 2 166 000 € 4 489 000 € 3 946 000 € 1 778 000 € 3 749 000 € 3 305 000 € 4 245 000 € 1 461 000 € 3 690 000 €
Dette 2 121 000 € 1 623 000 € 1 117 000 € 696 000 € 445 000 € 256 000 € 127 000 € 100 000 € 73 000 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[15].

Fiscalité :

  • Taux d’imposition Taxe d’habitation : 12,75 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 17,15 %
  • Taxe foncière sur propriétés non bâties : 88,62 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 0,00 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 73 000 €uros, soit 8 €uros par habitant (le plus faible taux de la CAD et nettement plus faible que la moyenne nationale)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Des projets de jumelage de Lorgues avec une autre commune européenne ont été évoqués au cours de la campagne électorale municipale.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 9 047 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 509 4 923 5 015 5 418 5 444 5 028 4 196 4 603 4 705
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 434 4 634 4 729 4 436 4 210 4 269 3 762 3 494 3 196
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 197 3 141 3 062 2 517 2 685 2 707 2 679 2 613 2 817
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
2 865 3 401 4 173 5 196 6 340 7 319 8 550 9 004 9 047
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L’activité industrielle alimentaire[modifier | modifier le code]

Le patrimoine témoigne de l’activité industrielle alimentaire que la commune a connue jusqu’à la fin du XIXe siècle (moulins à farine, fours à pain, pressoirs à vins, moulins à huile)[18].

Viticulture[modifier | modifier le code]

La commune de Lorgues est bordée de 14 propriétés viticoles[19] autour de la cave coopérative « Le Cellier des Lorguians » : Domaine des Aumèdes ; Château Roubine ; Domaine Saint-Marc des Omèdes ; Château L’Arnaude ; Château Sainte-Béatrice ; Domaine de L’Estello ; Château Les Crostes ; Domaine de la Rose Trémière ; Château La Martinette ; Domaine du clos d’Alari ; Château Mentone ; Domaine Ludovic de Beauséjour ; Domaine de Gavaisson ; Château de Berne[20].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Idéalement placée entre mer, et le Verdon à environ 19 km, la commune bénéficie de l'activité touristique estivale de la côte d'azur, ainsi que de l'engouement pour le tourisme vert et sportif du Haut Var. La commune propose plusieurs types d'hébergements touristiques, de l'hôtel au camping, en passant par la chambre d'hôtes[21].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les services régionaux du patrimoine ont réalisé divers inventaires du patrimoine architectural et mobilier[22], [23]qui illustrent la qualité et la diversité du patrimoine de la commune. Parallèlement les associations concourent à des recherches documentaires et historiques qui enrichissent la connaissance de celui-ci[24].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • La Collégiale Saint-Martin, construite au XVIIIe, possède une façade classique. Classée, l'emplacement fut arbitré en 1705 par André Hercule de Fleury, évêque de Fréjus et futur premier ministre de Louis XV. À l'intérieur, le maître-autel est orné à ses angles de têtes d'anges et de jeunes filles et une Vierge due à Pierre Puget[25], [26].
  • Couvent des Ursulines (ancien)[34]
  • Le presbytère inscrit MH partiellement par arrêté du 16 novembre 1949[35],[36].
  • Les chapelles dont :
    • La chapelle Notre-Dame de Benva, Notre-Dame des Salettes ou Notre-Dame de Belval[37],[38], monument classé du XVe siècle décoré de fresques[39], [40].
    • La chapelle Notre-Dame-de-Florièye (à ne pas confondre avec l'Abbaye de Florièyes de Tourtour) mentionnée à la fin du Moyen Âge[41]. Cette confusion provient peut-être du fait que les cendres d’un des premiers moines de l’abbaye de Floriège à Tourtour, Guilhem, ont été transférées au Thoronet puis à l’église de Lorgues. Un de ses avant-bras, conservé à Tourtour, faisait l’objet d’une procession le dimanche le plus rapproché du 13 juin. Une lettre du curé de Lorgues, à l’évêque de Fréjus, le 21 juin 1873 (conservée aux archives paroissiale de Lorgues), signale la présence dans la chapelle détruite de Notre-Dame-de-Florièyes à Lorgues d’une relique du saint[42].
    • La chapelle Saint Honorat, utilisée par les trois confessions chrétiennes : catholique, orthodoxe et réformée[43]
    • La chapelle Saint-François[44]
  • L'ermitage Saint-Ferréol du XVIe siècle[45].
  • Le monastère orthodoxe Saint-Michel[46].

Autres éléments de patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Dolmens, oppidum ligure.
  • Bains maures VIIIe siècle ; IXe siècle[47].
  • Le quartier templier du Ruou[48].
  • L'enceinte fortifiée[49] et son beffroi,[50], [51].
  • Les nombreux lavoirs et fontaines[52], [53], [54], [55], [56], [57], et notamment :
    • La Font Couverte du XIIe siècle[58].
    • Fontaine place des Ormes, inscrite sur l’inventaire supplémentaire par arrêté du 24 février 1926[59].
    • Fontaine de la Noix du XVIIIe siècle, place du Revelin[60].
  • La coopérative vinicole et moulin à huile puis coopérative agricole (coopérative oléicole) et coopérative vinicole dite Société coopérative agricole La Lorguaise[61], [62], [63], [64].
  • Le Musée Pictural Architectural Rob Jullien[65] installé dans le plus ancien moulin à huile de la ville.
  • L’hôtel de ville du XIXe siècle[66].
  • Le palais de justice datant du XVIIIe siècle[67].
  • La cité scolaire, comprenant collège et lycée général et technologique[68].
  • Les parcs et jardins : Le jardin public[69], et le parc du château de Sainte-Foy[70].
  • Monument aux morts de la guerre de 1914-1918[71], [72].
  • Site d’importance communautaire (SIC) : Val d’Argent[73], [74].
  • Zones de sensibilité pour la protection de la tortue d’Hermann[75].

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Son important et typique marché hebdomadaire du mardi matin.
  • Ses produits du terroir : huile d'olive, miel, truffes, vins (une coopérative vinicole et 12 domaines privés).
  • Gastronomie et restaurants réputés.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Dans le Var, avec Varlib, 248 lignes (lignes scolaires comprises) assurent les rotations entre les communes varoises, en dehors des zones urbaines de Toulon, Draguignan et Fréjus-Saint Raphaël[76].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Lorgues dépend de l'Académie de Nice et les écoles primaires de la commune relèvent, elles, de l'Inspection académique du Var.

La Cité scolaire de Lorgues possède plusieurs entités : un collège et un lycée préparant aux baccalauréats généraux et technologiques[77].

En posbaccalauréat, l’établissement offre également la possibilité de formations en BTS et, par l’intermédiaire du GRETA, de nombreuses formations continues pour adultes[78].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune peut s’enorgueillir de bénéficier de l'activité de nombreuses associations sportives : Archers lorgais ; Equi-Passion ; ESL Basket club ; ESL Fottball E.T.S lorguaise ; ESL Gym féminine ; Judo club de Lorgues ; La boule de noix ; La godasse lorguaise ; Lorgues cyclo ; Lorgues ovalie Var ; Lorgues volley ball loisir ; OTL multisports ; Poney club compétition ; Tennis club de Lorgues ; Yogavar[79]. Lorgues dispose d’un parcours de santé[80].

Santé[modifier | modifier le code]

La ville dispose de toute la gamme des professionnels de santé (Médecins généralistes, Infirmiers, Masseurs kinésithérapeuthe, Dentistes et chirurgiens dentistes, Pharmacie, Ambulances)[81], mais bénéficie également de l'hôpital de Draguignan situé à 10 km de là[82].

Cultes[modifier | modifier le code]

Catholicisme : les catholiques lorguais font partie d'une paroisse englobant les villages de Saint-Antonin du Var, le Thoronet et ainsi Lorgues, dirigée par l'abbé Yves Menjot[83]. Le village compte plusieurs églises, dont la collégiale Saint-Martin, mais également les chapelles Saint-François[84], Sainte-Anne, Saint-Jaume[85] et celle de Saint-Ferréol accessible par un chemin de croix[86].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Editions Publitotal,‎ , 495 p.
    Lorgues p. 443 et Carte n°14 Provence-Alpes-Côte d'azur, B.38.688.87
  • Alain Marcel, Lorgues, mémoire en images, Éditions Alan Sutton
    Tomes 1 et 2

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La ville de Lorgues
  2. Le risque sismique dans le Var
  3. Communes soumises au risque séisme
  4. « Relevé météo de Lorgues », MSN Météo
  5. Dictionnaire français-provençal Jules Coupier, 2009, page 1513
  6. « Notice no IA83001179 », base Mérimée, ministère français de la Culture bourg castral de Calamars, le "castrum quod nominant Calemarzo"
  7. « Notice no IA83001178 », base Mérimée, ministère français de la Culture bourg castral de Bezaudun (?)
  8. L'installation Templière à Lorgues
  9. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408.
  10. Communes appartenant au Groupement Fiscalisé : CA DRACENOISE et Les Comptes des Groupements à Fiscalité Propre (GFP) : CA Dracénoise – Var
  11. Schéma de cohérence territoriale, État d’avancement dans le département du Var Périmètre SCOT Dracénie
  12. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Lorgues
  13. Proxiti Provence-Alpes-Côte d’azur : Informations locales concernant la Commune de Lorgues
  14. Lorgues: la dette en 2013
  15. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (années 2000 à 2013
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  18. l’activité industrielle alimentaire à Lorgues
  19. (en)La route des vins de Provence
  20. Domaines Viticoles et châteaux
  21. Hébergement touristique
  22. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site du ministère français de la Culture (Bases Mérimée, Palissy, Palissy, Mémoire, ArchiDoc), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service régional de l'inventaire général de la direction de la Culture et du Patrimoine de la Région PACA
  23. Le patrimoine de Lorgues, sur le site « Patrimages de la Drac Paca »
  24. Les Amis du Vieux Lorgues et de St Ferréol nous guident à travers notre cité millénaire : pages10 et 11
  25. « Notice no IA83000564 », base Mérimée, ministère français de la Culture collégiale et église paroissiale Saint-Martin de 1704 : classement par arrêté du 10 avril 1997
  26. « Notice no PA00081672 », base Mérimée, ministère français de la Culture Eglise collégiale Saint-Martin : classement par arrêté du 10 avril 1997
  27. « Notice no IM83001987 », base Palissy, ministère français de la Culture partie instrumentale du grand orgue collégiale et église paroissiale Saint-Martin
  28. « Notice no IM83001986 », base Palissy, ministère français de la Culture buffet du grand orgue
  29. « Notice no IM83001985 », base Palissy, ministère français de la Culture grand orgue
  30. « Notice no PM83001462 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune église Saint-Martin
  31. « Notice no PM83000351 », base Palissy, ministère français de la Culture église Saint-Martin, orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  32. « Notice no PM83002979 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : buffet d'orgue église paroissiale
  33. « Notice no PM83000352 », base Palissy, ministère français de la Culture cloche de 1623
  34. « Notice no PA00081671 », base Mérimée, ministère français de la Culture Couvent des Ursulines (ancien) XVIe siècle ; XVIIe siècle
  35. « Notice no IA83000134 », base Mérimée, ministère français de la Culture hôtel, actuellement presbytère
  36. « Notice no PA00081674 », base Mérimée, ministère français de la Culture Presbytère inscrit sur l’inventaire supplémentaire par arrêté du 16 novembre 1949
  37. Collectif (Conservations régionales des monuments historiques, des antiquités préhistoriques, des antiquités historiques, avec la collaboration d'A. Roth-Congès, IRAA-CNRS), Coordination générale : René Dinkel conservateur régional des monuments historiques, E. Decugnière, H. Gauthier, Suivez le guide, Monuments historiques Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur (Office régional de la culture) et ministère de la Culture (Direction régionale des affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d'Azur),‎ , 200 p.
    Lorgues, la collégiale Saint-Martin et la chapelle Notre-Dame des Salettes ou Notre-Dame de Benva, pp. 83 et Cartes thématiques : 2 Renaissance / Classique / Baroque
  38. « Notice no PA00081670 », base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle Notre-Dame de Belval : classement par arrêté du 25 avril 1929
  39. (en) La chapelle Notre-Dame de Benva
  40. (mul) Itinéraires archéologiques : Grottes et sanctuaires : Lorgues, Chapelle de Benva , par Jeannine de Ridder et Émilie Michaud-Jeannin
  41. Paroisse Catholique de Lorgues, Le Thoronet, Saint-Antonin, Archives pour la catégorie Notre-Dame de Florièye
  42. Edmond F. Barbier, L’abbaye cistercienne du Thoronet au Moyen-Âge : Son origine, son territoire, ses possessions, Saint-Rémy-de-Provence, Mémoires du Sud Équinoxe,‎ , 358 p. (ISBN 978-2908209914, ISSN 1159-5817)
    Les inhumations à l’abbaye de Floriège, pp. 64-281 à 283 -268
  43. Lorgues : la chapelle Saint Honorat
  44. « Notice no IA83000156 », base Mérimée, ministère français de la Culture chapelle Saint-François 2e quart XVIIe siècle ; 4e quart XIXe siècle
  45. La chapelle de Benva et l’Hermitage Saint-Ferréol
  46. Monastère Orthodoxe St Michel du Var
  47. « Notice no PA00081669 », base Mérimée, ministère français de la Culture Bains maures VIIIe siècle ; IXe siècle, inscrits sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 16 novembre 1949
  48. L'installation templière à Lorgues
  49. « Notice no IA83000153 », base Mérimée, ministère français de la Culture fortification d'agglomération
  50. « Notice no IA83000152 », base Mérimée, ministère français de la Culture beffroi, horloge publique XIVe siècle (?) ; 1er quart XVIIe siècle
  51. >Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Editions Publitotal,‎ , 495 p. (ISBN 2 906700-09-6)
    Lorgues, Tour-porte du XIVe siècle. 443, Restes des remparts ceinturés par des boulevards et Carte n°14 Provence-Alpes-Côte d'azur
  52. « Notice no IA83000161 », base Mérimée, ministère français de la Culture fontaine de la Bourgade XIIIe siècle (?)
  53. « Notice no IA83000141 », base Mérimée, ministère français de la Culture fontaine, lavoir 1660 place des Climènes
  54. « Notice no IA83000140 », base Mérimée, ministère français de la Culture Lavoir de 1866 place du Marché
  55. « Notice no IA83000143 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine
  56. « Notice no IA83000142 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine rue de la Trinité
  57. « Notice no IA83000159 », base Mérimée, ministère français de la Culture fontaines
  58. La Font-Couverte
  59. « Notice no PA00081673 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine inscrite sur l’inventaire supplémentaire par arrêté du 24 février 1926
  60. « Notice no IA83000160 », base Mérimée, ministère français de la Culture fontaine de la Noix
  61. « Notice no IA83001345 », base Mérimée, ministère français de la Culture coopérative vinicole et moulin à huile
  62. « Notice no IA83000150 », base Mérimée, ministère français de la Culture Moulin à huile de 1791
  63. « Notice no IA83000149 », base Mérimée, ministère français de la Culture Moulin à huile XVIIIe siècle
  64. « Notice no IA83000151 », base Mérimée, ministère français de la Culture Moulins à huile XVIIIe siècle
  65. Musée pictural architectural Rob Jullien
  66. « Notice no IA83000154 », base Mérimée, ministère français de la Culture hôtel de ville 2e quart XIXe siècle
  67. « Notice no IA83000147 », base Mérimée, ministère français de la Culture Palais de justice, prison
  68. « Notice no IA83000155 », base Mérimée, ministère français de la Culture École primaire de filles, collège, projet signé par Félicien Clavier, ingénieur à Draguignan, date de 1879
  69. « Notice no IA83000397 », base Mérimée, ministère français de la Culture Pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  70. « Notice no IA83000398 », base Mérimée, ministère français de la Culture Parc du château Sainte-Foy, pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  71. « Notice no IA83000139 », base Mérimée, ministère français de la Culture Monument aux morts de la guerre de 1914-1918
  72. Pages 12-13 : 11 novembre 1918, vers une paix illusoire ; Notre monument aux morts rajeuni pour nous souvenir
  73. Site de la directive « Habitat, faune, flore »
  74. Carte du site d’intérêt communautaire
  75. Plan national d’actions en faveur de la tortue d’Hermann : Carte de sensibilité
  76. Réseau Varlib Varlib de 248 lignes (lignes scolaires comprises)
  77. Cité Scolaire de Lorgues
  78. Année scolaire 2012-2013
  79. Guide des associations
  80. Le parcours de santé à Lorgues
  81. L’annuaire santé des professionnels de santé à Lorgues
  82. Centre hospitalier de la Dracénie
  83. Paroisse catholique de Lorgues, Le Thoronet et saint-Antonin
  84. Chapelle Saint François
  85. Chapelle Saint-Jaume
  86. A Lorgues, l’Ermitage Saint Ferréol, avec ses ex voto
  87. Site de la ville (rubrique : Patrimoine→biographies)
  88. GASQUET. Vieille famille noble provençale du XIIIe siècle (Histoire de la commune de Lorgues. Dr F. Cordouan. 1864 ), HYACINTHE (Père). Connu sous le nom de Père Hyacinthe de Lorgues, Hyacinthe Antoine de Gasquet, né en 1707