Le Thoronet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Thoronet
Le Thoronet
Mairie et place du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Var
Maire
Mandat
Marjorie Viort
2020-2026
Code postal 83340
Code commune 83136
Démographie
Gentilé Thoronéens
Population
municipale
2 507 hab. (2018 en augmentation de 4,59 % par rapport à 2013)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 10″ nord, 6° 18′ 16″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 444 m
Superficie 37,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Luc
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Luc
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Le Thoronet
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Le Thoronet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Thoronet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Thoronet
Liens
Site web http://www.lethoronet.org

Le Thoronet (Lo Toronet en norme classique de l'occitan provençal et Lou Tourounet en norme mistralienne) est une commune française située dans le département du Var, en région française Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle est membre de la communauté de communes Cœur du Var.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Village, situé à 9 km de Le Cannet-des-Maures[1] (Autoroute A8) et 11 de Le Luc.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village a conservé une architecture typiquement provençale, et est entouré de collines de chêne vert, pin, oliviers et vignes[2].

Anciens gisements de bauxite Les Codouls, Le Recoux, le Rigoulier[3],[4].

La commune bénéficie d'une Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) couvrant la vallée de l'Argens, les collines du Recoux et la Bresque et ses affluents[5] et d'un site Natura 2000 (Val d'Argent).

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans une zone à sismicité 2 : sismicité faible[6].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

  • Cours d'eau sur la commune ou à son aval[7] :
    • L'Argens (fleuve)[8],
    • Rivière la Bresque,
    • Ruisseau Grenouillé[9], de Siliès[10], de Bouillidoux[11], du Thoronet[12],
    • Vallons des Miquelets, de Saint-Peyre, de Sainte-Marguerite, de Larbitelle, de Mappe, de Recoux, des Codouls.

Un Plan de prévention du risque inondation (PPRI), couvrant le secteur de la commune[13], a été mis au point.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat du Thoronet est chaud et tempéré. La classification de Köppen-Geiger est de type Csb[14].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le centre de la commune Thoronet est bordé par le CD 17. La commune est desservie également par l'autoroute A8 et l'autoroute A57,  Échangeur entre A57 et A8 Sortie 13 Le Cannet-des-Maures.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau départemental Varlib[15].

Des transports scolaires desservent également le village[16].

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

Aéroport en Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

En particulier :

Ports en Provence-Alpes-Côte d'Azur[modifier | modifier le code]

En particulier :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Thoronet est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[17],[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Luc, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 5 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (67,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,3 %), cultures permanentes (21,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,6 %), zones urbanisées (4,9 %), zones agricoles hétérogènes (4,8 %), terres arables (0,4 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[24],[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Thoronet s'écrit Lou Tourounet en provençal dans la norme mistralienne[26] et Lo Toronet dans la norme classique. L'écriture classique se base sur celle de l'ancien provençal et, de ce fait, la prononciation -ou s'écrivait -o dans l'ancienne langue d'où l'écriture "Toronet" que l'on constate dans le dictionnaire de Frédéric Mistral. L'écriture latine écrit "Toronetum" et l'ajout du "h" peut-être le fruit d'une erreur de transcription.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est à partir des hameaux constitués par les familles de métayers de l'abbaye que s'est constitué ce qui est aujourd'hui « le village du Thoronet ».

Autrefois, Saintes-Maries, dit Riaoupeyroux[27], du nom du torrent pierreux qui se jette dans l'Argens, le village ne se composait que d'une bastide[28].

Le hameau de la Bourgade a permis, à la fin du XVIIe siècle, la constitution en tant que bourg du Thoronet, composé aujourd'hui de 15 hameaux : les Férauds, les Camails[29], le Clapier, le Moutas, les Beylesses, les Codouls, des Bertrands, le Villard…

La commune du Thoronet a vécu aussi la grande aventure de la bauxite et de l'aluminium[30]. C'est au château de Vins que Péchiney et ses « Gueules rouges » célébreront le bicentenaire de la carrière de bauxite exploitée en mines et à ciel ouvert sur la commune et de l'aluminium, mais vivront aussi la fermeture définitive des mines en 1993[31].

Un musée des Gueules Rouges, illustrant cette activité industrielle, a été créé à Tourves[32].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Le Thoronet (Var).svg

Les armoiries du Thoronet se blasonnent ainsi[33] :

D'azur à la bande d'argent.


Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[35].

En 2018, la commune comptait 2 507 habitants[Note 3], en augmentation de 4,59 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
671790819685755771752781774
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
792810832845861806708612668
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
717644681596654599577546566
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5235495758191 1631 5331 9522 2932 442
2018 - - - - - - - -
2 507--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle et élémentaire[38].
  • Les établissements d'enseignement les plus proches[39] :
    • Collèges : Carcès, Lorgues, Le Cannet-des-Maures, Le Luc,
    • Lycées : Lorgues, Les Arcs, Draguignan.

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Claudius Camail[48] PCF Ouvrier, président de la délégation municipale
Élu le 19 mai 1945, réélu en 1947
Roger Viort    
Gabriel Uvernet DVG Gérant de société retraité
1er vice-président de la CC Cœur du Var
Réélu en 1995, 2001, 2008 et 2014[49]
en cours Marjorie Viort DVD Cadre de la fonction publique[50],

Conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur (2021 → )[51]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Personnalités liées à l'Abbaye du Thoronet :
    • L’abbé Foulques, mort en 1231. D’abord troubadour, il est ensuite abbé du Thoronet avant d’être évêque de Toulouse.
    • Prosper Mérimée qui est intervenu pour le sauvetage de l'abbaye.
    • Le Corbusier qui a visité l’abbaye en 1953.
    • En 1964, l'architecte Fernand Pouillon imagine, dans son roman Les Pierres sauvages, un récit de la construction de l'abbaye au XIIe siècle, sous la forme du journal du premier père prieur de l'abbaye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Thoronet est membre de la communauté de communes Cœur du Var de 37 829 habitants, créée en [52].

Les onze communes composant la communauté de communes en 2012 sont (par ordre alphabétique) :

En matière d'urbanisme intercommunal, qui fixe les orientations générales et objectifs, la commune du Thoronet fait partie intégrante du schéma de cohérence territoriale (SCoT) de la communauté de communes Cœur du Var[53],[54].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les comptes 2010 à 2020 de la commune s'établissent comme suit[55],[56] :

Évolution financière en milliers d'Euros.
Postes 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Produits de fonctionnement 1 936  2 028  2 041  2 198  2 393  2 462  2 348  2 595  2 465  2 588  2 485 
Charges de fonctionnement 1 567  1 679  1 644  1 809  1 963  2 143  2 229  2 207  2 066  2 042  1 999 
Ressources d’investissement 916  1 342  1 572  944  540  319  220  509  776  753  635 
Emplois d’investissement 1 037  1 169  1 678  965  388  379  374  394  572  383  907 
Dette 1 528  1 682  2 278  1 951  1 793  1 645  1 494  1 337  1 401  1 479  1 333 
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[57].

Fiscalité 2020

  • Taux d’imposition taxe d’habitation : 18,01 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 13,83 %
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 85,38 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0, %
  • Cotisation foncière des entreprises : 0 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 1 333 000 €uros. Population légale : 2 499 habitants, soit 534 €uros par habitant.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : Médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 740 €uros[58].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture et le patrimoine agricole[modifier | modifier le code]

  • Coopérative agricole La Thoronéenne[59] (XXe siècle)[60], recensée dans le cadre d'une enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur).
  • Les nombreux domaines viticoles[61] : domaines de Camparnaud[62], de Sainte Croix[63],[64], de l'Abbaye[65], de Sainte Marie Vieille[66].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie de tout un réseau de commerces et de services de proximité[71].

Patrimoine architectural et paysager[modifier | modifier le code]

Les services régionaux de l'inventaire du patrimoine culturel ont procédé à un inventaire du patrimoine remarquable de la commune[72] :

Le patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Le patrimoine naturel et autres lieux chargés d'histoire...[modifier | modifier le code]

  • Bourg castral d'Envessènes[78] : château fort (XIe siècle).
  • Bourg castral de Sèguemagne[79] : château fort et église (XIIe siècle).
  • Le pont de l'Argens entre Le Thoronet et Lorgues, surnommé « pont romain »[80].
  • Canal d'irrigation de Sainte-Croix[81],[82].
  • Le lavoir des Fadons[83].
  • L'ensemble des sites de la commune bénéficie d’une double protection juridique, d’une part au titre de l’environnement, la préservation de la faune et la flore[84], et d’autre part au titre du périmètre de 500 mètres d'un monument historique en application des articles L621-30-1 et L621-31 du code du patrimoine[85].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Itinéraire
  2. Présentation du Thoronet
  3. Les mines de bauxite
  4. Bauxite en Provence
  5. ZNIEFF du Thoronet
  6. Didacticiel de la règlementation parasismique
  7. L'eau dans la commune
  8. Argens, fleuve provençal
  9. Ruisseau Grenouillé
  10. Ruisseau de Soliès
  11. Ruisseau de Bouillidoux
  12. Ruisseau du Thoronet
  13. Plan de prévention du risque inondation
  14. Table climatique
  15. Réseau départemental Varlib
  16. Transports scolaires
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duLe Luc », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. Avis délibéré de la mission régionale d’autorité environnementale de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur sur le plan local d'urbanisme (PLU) du Thoronet
  25. PLU, sur Géoportail de l'urbanisme
  26. Voir "Tourounet (Lou)" - https://www.lexilogos.com/provencal/felibrige.php?q=tourounet
  27. Patrimoine non jacquaire du Var, pp. 35-3
  28. Recherches de mai 1920 de M. Ferraud Edmond
  29. Nathalie Marche, La Fouant deï ma, Toulon, Editions géhess Éditions, , 141 p. (ISBN 978-2-35464-038-5)
    Pour son roman l'auteur, licenciée en ethnologie, s'est inspirée de l'étude qu'elle a effectuée sur les Camails, un des hameaux du Thoronet, autour d'un personnage Jean-Baptiste né en 1810
  30. Schéma départemental des carrières du Var
  31. Bernard Lucquiaud, avec la collaboration de Jean Clotaire Bonnet, Une vie, une passion… et les pierres revivent à Vins, Paris, Les Editions du Panthéon, , 100 p. (ISBN 978-2-7547-2555-2)
    " Une vie, une passion ... et les pierres revivent à Vins" est avant tout un roman à l'adresse du "Grand public". Chapitre IV, pages 85 et 96 : Le bicentenaire de la carrière de Bauxite et la signature de sa fermeture au château de Vins
  32. Musée des gueules rouges, Un territoire, un minerai, des hommes
  33. Coeur du Var Plaine des Maures : Le Tholonet, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. École maternelle et élémentaire
  39. Établissements d'enseignement
  40. Médecins
  41. Professionnels de santé
  42. Résidence Aquarelia Jasmin
  43. Pharmacie des Vignes
  44. Itinéraires
  45. Archives Le Thoronet
  46. Messe à l'Abbaye du Thoronet
  47. Monastère de Béthléem
  48. La fiche biographique de CAMAIL Claudius, Étienne, Fabius sur le Maitron en ligne
  49. « Centre Var: ces listes élues dès le premier tour », Var-Matin,‎ (lire en ligne).
  50. Elections municipales 2020 Le Thoronet
  51. Conseillère régionale, Membre Commission Tourisme, Membre Commission Transition énergétique, stratégie des déchets, Qualité de l’air
  52. Communes appartenant au Groupement Fiscalisé : Communauté de communes Cœur du Var et Les Comptes des communes : Commune Le Thoronet
  53. Scot "Cœur du Var"
  54. Schéma de cohérence territoriale, État d’avancement dans le département du Var : Cœur du var : Le Thoronet
  55. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Le Thoronet
  56. Le Thoronet : la dette en 2020
  57. Les comptes détaillés 2020 de la commune sur la base Alize du ministère des Finances.
  58. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  59. Dossier d'inventaire de la Coopérative agricole La Thoronéenne
  60. Notice no IA83001391, base Mérimée, ministère français de la Culture Coopérative agricole La Thoronéenne
  61. Le Thoronet : Domaines viticoles
  62. Domaine de Camparnaud abritant collège du vin de renommée internationale
  63. Domaine de Sainte-Croix la Manuelle. La cuvée « Clos manuelle » tire son nom de l’histoire. Jadis, la ferme contiguë à l’abbaye du Thoronet appartenait aux moines et était entourée d’une muraille de pierres sèches sur les douze hectares du Domaine. Le mur d’enceinte fut édifié par la communauté de Lorgues à la suite d’une transaction avec les moines en 1515. La porte Sainte Catherine, arcade en pierres sèches marquait autrefois le passage principal.
  64. Domaine Sainte-Croix La Manuelle Le Thoronet et Carcès
  65. Domaine de l’Abbaye autrefois relié à l'abbaye du Thoronet par un souterrain
  66. Domaine du Prieuré de Sainte Marie Vieille. En 1094, par voie de legs, cette propriété agricole entra dans le domaine de l’Abbaye de Lérins fondée par Saint - Honorat. Il y fut alors créé un Prieuré pour en assurer l’exploitation
  67. Office de tourisme
  68. Hôtellerie de l'abbaye
  69. Hôtellerie de l'abbaye
  70. Les Orchidées
  71. Commerces et services aux particuliers au Thoronet
  72. Base de données architecture et patrimoine
  73. voir "Le Thoronet, abbaye cistercienne XIIeXIIIe siècle av. J.-C.", par Yves Esquieu et Jean-Tristan Roquebert
  74. L'église de Le Thoronet, Paroisse de Lorgues
  75. L’église paroissiale du Thoronet est placée sous le vocable de la Nativité de la Vierge.
  76. Les moniales de Bethléem, de l’Assomption de la Vierge et de saint Bruno
  77. (mul)Les sœurs de Bethléem du Monastère Notre-Dame-du-Torrent-de-Vie, au Thoronet
  78. Notice no IA83001236, base Mérimée, ministère français de la CultureBourg castral d'Envessènes
  79. Notice no IA83001237, base Mérimée, ministère français de la Culture Bourg castral de Sèguemagne
  80. Pont sur l’Argens
  81. Béatrice Gomez, Au Cœur du Var, Le canal de Sainte-Croix, Le Luc-en-Provence, Editions A.L.PA., , 197 p. (ISBN 2-84994-000-3).
  82. Le canal de Sainte-Croix.
  83. Photos du Lavoir des fadons et du canal de Sainte-Croix
  84. Site de la Direction Régionale de l’Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) et Inventaire et protections règlementaires de l'environnement de la commune
  85. Système d’information géographique du Var (SIG Var : Le Thoronet)