Méounes-lès-Montrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Méounes-lès-Montrieux
Méounes-lès-Montrieux
Vue sur Méounes.
Blason de Méounes-lès-Montrieux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département
Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Provence Verte
Maire
Mandat
Jean-Martin Guisiano
2020-2026
Code postal 83136
Code commune 83077
Démographie
Population
municipale
2 226 hab. (2020 en augmentation de 4,75 % par rapport à 2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 55″ nord, 5° 58′ 15″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 784 m
Superficie 40,92 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Toulon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Garéoult
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Méounes-lès-Montrieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Méounes-lès-Montrieux
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
Méounes-lès-Montrieux
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Méounes-lès-Montrieux
Liens
Site web meounes.com

Méounes-lès-Montrieux [meun lɛ mɔ̃ʁijø] est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Méounes est environ à mi-distance de Toulon[1] et de Brignoles[2] et à trente kilomètres des plages hyéroises.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située, en totalité, dans l'aire du Parc naturel régional de la Sainte-Baume.

Le bassin du Gapeau[3].

La commune couvre une superficie de 4 092 hectares, pour 1 200 ha de forêt domaniale[4]. Elle se trouve en région forestière « Chaînons calcaires méridionaux »[5].

Forêt de Morières-Montrieux[6] et les Aiguilles de Valbelle[7].

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[8].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Ruisseau La Lône devant l'hôtel de ville.

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[9] :

  • fleuve le Gapeau ;
  • rivière le Meige Pan ;
  • source du Naï[10],[11] ;
  • ruisseaux le Naï[12], la Lône[13], de Vigne Fer, de Rénégon, des Fougélys, de Néoules.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'un climat tempéré chaud. La carte climatique (classification de Köppen) de Wladimir Peter Köppen y classe le climat comme étant de type Csb[14].

Communes limitrophes de Méounes-lès-Montrieux
La Roquebrussanne
Signes Méounes-lès-Montrieux Néoules
Solliès-Toucas Belgentier, Cuers

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La départementale D 554, qui est l’axe principal de desserte de la commune, qui relie Méounes-les-Montrieux à Toulon située à 30 km. C’est aussi un axe majeur à l’échelle de la Provence Verte. La départementale D 2, en carrefour avec la D 554 en plein cœur du village, permet de relier la ville de Marseille distante d'à peine 60 km[15].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Commune desservie par le réseau régional de transports en commun Zou ! (ex Varlib). Les collectivités territoriales ont en effet mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD), réseau régional Zou ![16].

Divers réseaux de transports desservent la commune du fait de sa position stratégique[17],[18].

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches sont à Toulon (TGV Sud-Est), Cuers[19] et Solliès-Pont.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches sont :

Ports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Méounes-lès-Montrieux s'écrit Meonas en occitan selon la norme classique ou Mèuno en provençal selon la norme mistralienne[21].

Montrieux s'écrit Mount-riéu[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux vestiges archéologiques[23] ont été découverts sur la commune.

En 1230, Guillaume de Signes[24] vend la seigneurie de Méounes à Benoît d'Alignan, l’évêque de Marseille qui en acquiert les droits comtaux en 1263. De cette date jusqu’à la Révolution, Méounes appartiendra aux évêques de Marseille, qui en sont les seigneurs temporels[25].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou.

Plaque commémorative 19 août 1944.

La communauté de Méounes avait choisi elle aussi le camp carliste, mais en 1383, le seigneur d’Ollioules et d'Évenos fait la conquête du village, qui se trouve de force dans le camp des Angevins[26],[27].

C'est à Méounes que, le 19 août 1944, les éléments avançés de la 3e division d'infanterie algérienne (3e DIA), unité de la 1re armée française et des élèments de la résistance locale, se sont rencontrés pour entreprendre la bataille de Toulon. Une plaque commémorative illustre cet évènement.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Les armoiries de Méounes-lès-Montrieux se blasonnent ainsi[28] :

D'or à la plante de mauve sur une terrasse isolée de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs à partir de 1900
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1921 1944 André Charlois[30] SFIO puis
PRS
Entrepreneur de travaux publics
ca. 1968   Louis Fille DVD Conseiller général du canton de La Roquebrussanne (1957 → 1964)
? 1984 M. Ledoux    
1984 Paul Gerfagnon[31]   Médecin
Jean-Claude Cogordan DVD  
Jean-François Massué DVD-UMP  

(décès)
Philippe Drouhot[32] DVD Cadre supérieur
En cours
(au 26 juin 2020)
Jean-Martin Guisiano DVD Avocat, ancien bâtonnier
11e vice-président de la CA de la Provence Verte[33] (2020 → )
Conseiller départemental depuis 2021
Réélu pour le mandat 2020-2026

Budget et fiscalité 2020[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.
Salle du conseil et des mariages.

En 2020, le budget de la commune était constitué ainsi[34] :

  • total des produits de fonctionnement : 2 168 000 , soit 984  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 2 108 000 , soit 956  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 346 000 , soit 157  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 899 000 , soit 408  par habitant.
  • endettement : 402 000 , soit 182  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 12.24 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 18.98 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 81.87 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 330 [35].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Méounes-lès-Montrieux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[36],[37],[38].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Méounes-lès-Montrieux est membre de la Communauté d'agglomération de la Provence Verte, regroupant 28 communes du Var.

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[39],[40].

Commune intégrée dans le Schéma de cohérence territoriale (SCOT) Provence Verte Verdon[41] approuvé le 21 janvier 2014.

Elle dispose par ailleurs d'un plan local d'urbanisme[42],[43].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (86,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (87,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (78,3 %), zones agricoles hétérogènes (9,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,2 %), zones urbanisées (1,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %), cultures permanentes (0,9 %)[44]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du nouveau parc naturel régional de la Sainte-Baume, créé par décret du [45].

Méounes-lès-Montrieux est membre du Pays de la Provence Verte, intercommunalité de loi Voynet, regroupant 43 communes du Var.

La Zone spéciale de conservation (ZSC) « Mont Caume - Mont Faron - forêt domaniale des Mourières » est située sur toute la partie sud-ouest de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Le relief très accidenté de la commune est une des raisons aux difficultés d’installation de jeunes exploitants agricoles. L'agriculture est tournée vers la viticulture[46], l’oléiculture et l’élevage[47].
  • Ancienne coopérative vinicole de Méounes-les-Montrieux[48].
  • Huile d'olive de Provence AOC.
  • Apiculture.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose de sérieux atouts encourageant l’activité touristique. Outre la qualité des espaces naturels et du cadre paysager, le centre bourg dispose d’un certain charme pittoresque de par ses caractéristiques rurales, historiques et patrimoniales[49].
  • Restaurants; « Le Moulin à Paroles », un café dans un ancien moulin à huile du XIIe siècle transformé en restaurant[50].
  • Deux camping contribuent à l'accueil des touristes sur la commune : Aux Tonneaux et Le Gavaudan Blue Garden[51].
  • Chambres d'hôtes[52],[53].
  • Gîtes de France.

Commerces[modifier | modifier le code]

La commune est bien desservie par des commerces de proximité[54] :

  • boulangerie ;
  • boucherie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[55]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[56].

En 2020, la commune comptait 2 226 habitants[Note 3], en augmentation de 4,75 % par rapport à 2014 (Var : +4,52 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1401 0331 0731 2391 1801 1621 1861 1161 149
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0731 0561 0201 0731 023739713640612
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
572577621587551496513457465
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
5505856329281 0101 2461 7621 9102 073
2018 2020 - - - - - - -
2 2022 226-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[57] puis Insee à partir de 2006[58].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est équipée d’une école maternelle et primaire[59], l’école Joseph-Ducret. Des services de restauration scolaire et de garderie périscolaire y sont assurés.

En ce qui concerne l’accueil des enfants, la commune propose aussi un centre aéré (A.L.S.H) et dispose d’une micro-crèche associative. Les élèves en âge de se rendre au collège sont dirigés soit vers La Farlède (collège André-Malraux), soit vers Garéoult (collège Guy-de-Maupassant). Le lycée le plus proche se situe à La Garde (lycée du Coudon)[60].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un cabinet médical, d'infirmiers, de kinésithérapeutes, d'un dentiste et d'une pharmacie[61]. Les autres professionnels de santé les plus proches se trouvent à Brignoles, Garéoult, Rocbaron.

Le centre hospitalier intercommunal Toulon-La Seyne-sur-Mer est à 28 km[62] et le centre hospitalier et services de santé de Hyères à 29 km.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les lieux de culte catholiques sont à Toulon, La Valette-du-Var, Ollioules, Sollies-Pont[63].

L'église de Méounes est placée sous le vocable de l'Assomption de la Sainte Vierge, mais le patron est Saint Eutrope, qui fut évêque d'Orange[64]. L'église Saint-Eutrope appartient à la paroisse de Belgentier[65]. La messe a lieu tous les dimanches dans l'église Saint-Eutrope.

Les messes dans la chapelle Sainte-Roseline de la chartreuse de Montrieux sont également accessibles au public[66],[67].

Animations et vie locale[modifier | modifier le code]

Répétitions pour le spectacle du 30-07-2021.

Trois concerts gratuits sur la place du village, ont été organisés durant l'été 2021, par l'Association Monalisa[68].

La commune dispose :

  • de l'Office communal de la Culture ;
  • du Centre social & Culturel Intercommunal Louis Flandin[69] ;
  • de la Mission locale Ouest Haut Var, Antenne de Brignoles[70] ;
  • des structures du Pays de la Provence Verte[71] ;
  • d'un réseau composé de nombreuses associations locales culturelles, sportives, festives et autres[72].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint Europe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Itinéraire Toulon-Méounes-lès-Montrieux. Distance 29,5 km
  2. Itinéraire Brignoles-Méounes-lès-Montrieux. Distance 23,5 km
  3. L’histoire actuelle du Gapeau
  4. Contexte géographique, p. 10
  5. Inventaire forestier national, p. 6 et 30
  6. La forêt de Morières-Montrieux, au sein du Parc naturel régional de la Sainte-Baume
  7. Les Aiguilles de Valbelle
  8. Didacticiel de la règlementation parasismique
  9. L'eau dans la commune.
  10. source du Naï.
  11. Atlas du patrimoine.
  12. Méounes-lès-Montrieux – Les Ferrages.
  13. Le dossier du PLU rappelle (p. 97 du rapport) que « les différents cours d’eau et leurs ripisylves (la Lône, le Naï, le Gapeau) et les divers ruisseaux constituent des supports de promenades et d’aménagements paysagers certains ».
  14. Climat et historique météo de Méounes-lès-Montrieux
  15. Itinéraire
  16. Réseau régional de transports en commun
  17. Horaires des Lignes de Bus - Meounes les montrieux
  18. Transports en bus à Méounes-lès-Montrieux
  19. Le cadre de vie des Territoires
  20. Aéroport du Castellet.
  21. Le trésor du Félibrige / Lou tresor dóu Felibrige, F. Mistral, CPM 1979, t.2 p. 333
  22. Le trésor du Félibrige / Lou tresor dóu Felibrige, F. Mistral, CPM 1979, t.2 p. 366
  23. Rapports de fouilles archéologiques
  24. Guillaume de SIGNES : Arbre généalogique par Base collaborative Pierfit (pierfit) - Geneanet
  25. L'histoire de Méounes
  26. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 412.
  27. Mémoire des princes Angevins, Bulletin publié par l'association« Mémoire des princes angevins», Maison des sciences humaines de l'université d'Angers, 2012
  28. Val d'Issole : Méounes-lès-Montrieux, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  29. Joseph Salvarelli, Les Administrateurs du département du Var (1790-1897). Notices biographiques (1897), pp.351-352 « [1]
  30. La fiche biographique de CHARLOIS André, Louis sur le Maitron en ligne
  31. « Paul Gerfagnon, médecin et ancien maire de Méounes, s’en est allé », Var-Matin,‎ (lire en ligne)
  32. Victor Tillet, « Qui était Philippe Drouhot, le maire de Méounes, décédé ce jeudi ? », Var-Matin,‎ (lire en ligne)
  33. Le nouveau visage du Conseil Communautaire
  34. Les comptes de la commune
  35. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  36. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  38. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Toulon », sur insee.fr (consulté le ).
  40. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  41. SCOT Provence Verte Verdon
  42. PLU
  43. PLU sur Géoportail de l'urbanisme
  44. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  45. décret de constitution du Parc naturel régional de la Sainte-Baume
  46. Vin Méounes-lès-Montrieux
  47. PLU pages 25 et 26 Diagnostic agricole
  48. « Coopérative vinicole de Méounes-les-Montrieux », notice no IA83001347, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur)
  49. Une activité touristique profitant du cadre naturel et paysager local, Extrait du PLU, p. 22
  50. « Le Moulin à Paroles » dans un ancien moulin à huile
  51. Projet de réhabilitation d’un camping
  52. Chambres d'hôtes
  53. Hébergements et restauration
  54. Commerces à Méounes-lès-Montrieux.
  55. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  56. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  57. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  58. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  59. École maternelle et élémentaire
  60. Écoles, collèges et lycées
  61. Professionnels et établissements de santé
  62. Itinéraires
  63. Les lieux de culte catholiques
  64. La paroisse de Méounes
  65. Paroisse de Belgentier
  66. Les moines Chartreux de Montrieux
  67. Chartreuse de Montrieux
  68. Patrimoines vivants.
  69. Centre social & Culturel Intercommunal Louis Flandin.
  70. Mission locale Ouest Haut Var.
  71. Agglomération Provence verte.
  72. Réseau d'associations locales.
  73. Église, sous le vocable de l’Assomption.
  74. Notice no AP83W00814, base Mémoire, ministère français de la Culture Église Notre-Dame de l'Assomption et sa cloche de 1668.
  75. Le patrimoine de la commune.
  76. Notice no PM83000360, base Palissy, ministère français de la Culture Vantaux de la porte de la façade principale.
  77. Notice no PM83000361, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau l'Assomption.
  78. Notice no PM83000362, base Palissy, ministère français de la Culture la Présentation de saint Jean-Baptiste à Jésus, la Descente de croix.
  79. Notice no PM83000363, base Palissy, ministère français de la Culture statues Anges pleureurs.
  80. Notice no PM83000364, base Palissy, ministère français de la Culture Autel (maître-autel).
  81. Notice no PM83000366, base Palissy, ministère français de la Culture cloche.
  82. Notice no PM83000839, base Palissy, ministère français de la Culture Autel et retable dit de la Donation du Rosaire.
  83. Notice no PM83000841, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau Saint François de Sales aux pieds de Notre-Dame.
  84. Notice no PM83000842, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau la Résurrection de Lazare, objet classé.
  85. Notice no PM83000843, base Palissy, ministère français de la Culture Retable.
  86. Notice no PM83000844, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau Saint Joseph, saint Roch et saint Sébastien.
  87. Notice no PM83000845, base Palissy, ministère français de la Culture Retable dit des Ames du Purgatoire.
  88. Notice no PM83000847, base Palissy, ministère français de la Culture Retable dit de saint Eloi.
  89. Notice no PM83000848, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau Saint Eloi et saint Clair.
  90. Notice no PM83000849, base Palissy, ministère français de la Culture Statue Saint Omer.
  91. Notice no PM83000850, base Palissy, ministère français de la Culture Statue Sainte Delphine.
  92. Notice no PM83000851, base Palissy, ministère français de la Culture Fonts baptismaux.
  93. Notice no PM83000882, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau l'Assomption avec saint Christophe et saint Jacques le Majeur.
  94. Notice no PM83002001, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau Sainte Marie Madeleine et Sainte Marthe.
  95. Notice no PM83002002, base Palissy, ministère français de la Culture Jésus Christ et Marie Madeleine.
  96. Notice no PM83002003, base Palissy, ministère français de la Culture Tableau couronnement de la Vierge.
  97. Notice no PM83002004, base Palissy, ministère français de la Culture tableau Le Sacré-Coeur.
  98. Notice no PM83002005, base Palissy, ministère français de la Culture Buste-reliquaire Saint Eloi.
  99. Notice no PM83002647, base Palissy, ministère français de la Culture Buste-reliquaire Saint Eutrope.
  100. Notice no PM83002648, base Palissy, ministère français de la Culture Buste-reliquaire Saint Eloi.
  101. Découvrir le village : La chapelle Saint Michel.
  102. Chapelle Saint Lazare.
  103. La colline de la Vierge.
  104. Le chemin de croix et le calvaire.
  105. Monument aux morts.
  106. Conflits commémorés 1914-18 ; 1939-45 ; AFN-Algérie (54-62).
  107. Les onze Fontaines.
  108. « Fontaine », notice no PA00081679, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  109. Canaux & Fontaines.
  110. Grotte des Rampins, fichier des cavités du Var.
  111. La grotte dite des « Rampins », Site classé par Arrêté du 23 avril 1924.
  112. Découvrir le village.
  113. Maison des 4 têtes.
  114. bienheureux Jean d'Espagne (Méounes)
  115. Var, grottes et sanctuaires : Signes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]