Régusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Régusse
Régusse
Moulins à vent à Régusse (Var).
Blason de Régusse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon
Maire
Mandat
Renée Jeanneret
2020-2026
Code postal 83630
Code commune 83102
Démographie
Population
municipale
2 642 hab. (2019 en augmentation de 14,57 % par rapport à 2013)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 23″ nord, 6° 07′ 46″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 932 m
Superficie 35,30 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Régusse
(ville-centre)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Flayosc
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Régusse
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Régusse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Régusse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Régusse

Régusse est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 3 km de Moissac-Bellevue, à 7 km d’Aups et de Montmeyan et à 12 km du lac de Sainte-Croix.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le hameau de Saint-Jean, au nord de la commune, s’est développé autour de la chapelle éponyme à partir des années 1980 pour repeupler la commune, qui avait fortement souffert de l’exode rural.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée dans le parc naturel régional du Verdon[1], à proximité du lac de Sainte-Croix.

Régusse occupe un mamelon rocheux au cœur de son territoire, entre la plaine fertile et les collines boisées, en particulier de chênes pubescents avec les forêts de Saint-Jean et Pelenc.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la départementale D 9 entre Aups et Montmeyan.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Outre les transports scolaires les communes sont desservies par plusieurs lignes de transport en commun.

En effet les collectivités territoriales ont mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD), réseau régional Zou ![2].

Les lignes interurbaines :

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicités dans le Var :

Zone 0
Risque négligeable. C’est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d’une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l’abri d’un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
Zone Ia
Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire, au massif de l'Esterel.
Zone Ib
Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n’est pas le plus haut de l’évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Régusse, est en zone sismique de très faible risque Ia[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[4] :

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Régusse s'écrit Regusso en provençal de norme mistralienne.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Romains se sont implantés sur un site celto-ligure bâti sur un mamelon rocheux nommé Regussia.

À la suite des troubles occasionnés par les guerres de Religion, le village est déserté puis repeuplé en 1580 par des Hongrois. Gaspard de Grimaud[7] achète la seigneurie en 1613 et la fait ériger en marquisat par des lettres patentes données à Paris en [8]. Son petit-fils Charles de Grimaud, président au parlement de Provence en 1643[9], commence à porter le patronyme de Grimaldi[Note 1],[Note 2].

L'artère principale du village, le cours Gariel, tire son nom d'un opposant de Napoléon III qui suivit Victor Hugo[10] pendant de longues années dans son exil à Guernesey[11].

En 1840, Villeneuve (dit Villeneuve-Coutelas[12]) est supprimée de la liste des communes et est rattachée à Régusse. Le hameau transfère la cloche de sa chapelle à l’église Saint-Laurent de Régusse en 1875[13].

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Regusse est une ancienne possession de l’ordre du Temple dépendant de la commanderie de Saint-Maurice (ou Saint-Maurin). En 1274, fief des Templiers, puis en 1309 rattachée au domaine royal, la seigneurie est cédée en 1319 à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. En 1322, elle fait partie des terres échangées (comme Montmeyan, Gréoux-les-Bains et Saint-Julien-le-Montagnier) à Arnaud de Trians contre son comté d’Aliffe [réf. nécessaire]. Par mariage, la seigneurie passe aux Castellane qui ont revendu en 1564, à César-Antoine d’Albert[14],[15].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Le blason est celui de la famille de Grimaldi-Régusse[16] ; cette terre fut en effet érigée en marquisat en faveur de Gaspard de Grimaud[17],[18].

Blason ville fr Régusse (Var).svg

Les armoiries de Régusse se blasonnent ainsi :

Losangé d’argent et de gueules.
Devise : Deo juvante


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[19]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Paul-Jean Jean   Tailleur d'habits
1792 1808 Jean-Baptiste Dauphin   Notaire
1808 1816 Grégoire Jean   Notaire
1816 1818 Jean-Baptiste Dauphin   Notaire
1818 1830 Hypolite-Maxime Agnès   Architecte
1830 1831 Grégoire Jean   Notaire
1831 1838 César-Émile Rigordy   Propriétaire
1838 1842 Charles Gabriel   Ancien juge de paix
1842 1847 Jean-Baptiste Bagarry   Fabricant de drap
1847 1847 Basile Bérenguier   Négociant
1848 1848 Toussaint Rigordy   Propriétaire
1848 1852 Célestin Gariel   Notaire
1852 1852 Marc-Étienne Bérenguier   Propriétaire
1852 1854 Toussaint Rigordy   Propriétaire
1854 1860 Marc-Étienne Bérenguier   Propriétaire
1860 1883 Célestin Gariel   Notaire
1883 1895 Alexandre Gariel   Homme de lettres
1895   Henri Gariel   Propriétaire
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Raymond Truc    
1993 mars 2008 René Roux DVD  
mars 2008 juin 2010[20]
(démission)
Stéphane Poisson DVD Releveur au service des eaux
juillet 2010 octobre 2020 Anne Houy DVD Retraitée de la ville de Marseille, ancienne 1re adjointe
3e vice-présidente de la CC Lacs et Gorges du Verdon
16 octobre 2020 En cours Renée Jeanneret[21] SE Professeure d'espagnol et directrice de formation

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2019, la commune comptait 2 642 habitants[Note 3], en augmentation de 14,57 % par rapport à 2013 (Var : +4,68 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
646647632688623656740732720
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
670679686676670632603601573
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
525511452425364343291300276
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2072723264828201 1371 7072 2442 615
2019 - - - - - - - -
2 642--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[26] :

  • Écoles maternelle et primaire,
  • Collèges à Barjols et Riez,
  • Lycée à Lorgues.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissement de santé[27] :

  • Médecins à Régusse, Aups,
  • Dentiste à Régusse, Aups, Cotignac,
  • Masseur-kinésithérapeute à Aups, Quinson, Cotignac,
  • Pharmacie à Régusse[28], Aups, Cotignac, Salernes,
  • La communauté de communes dispose, à Aups, d'une Maison de santé pluriprofessionnelle (Médecine générale, Médecine spécialisée, Paramédical, Soins infirmiers), ainsi qu'un lieu ressource "Social et solidaire"[29].
  • L'hôpital le plus proche est le Centre hospitalier de la Dracénie qui se trouve à Draguignan, à 37 km[30],[31]. Il dispose d'équipes médicales dans la plupart des spécialités[32] : pôles médico-technique ; santé mentale ; cancérologie ; gériatrie ; femme-mère-enfant ; médecine-urgences ; interventionnel.
  • Le Centre hospitalier de Digne-les-Bains se trouve à 76 km.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, paroisse Saint-Laurent, diocèse de Fréjus-Toulon[33].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Les comptes 2011 à 2020 de la commune s’établissent comme suit[34],[35] :

Évolution financière en k€.
Postes 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Produits de fonctionnement 2 502  2 557  2 682  2 421  2 255  2 296  2 270  2 396  2 323  2 403 
Charges de fonctionnement 2 268  2 354  2 354  2 214  2 170  2 113  2 291  2 138  2 229  2 035 
Ressources d’investissement 512  408  1 640  718  612  1 331  1 272  407  795  549 
Emplois d’investissement 578  949  1 650  779  607  1 850  914  676  569  658 
Dette 619  581  1 635  1 518  1 398  2 002  2 259  2 092  1 948  1 803 
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[36]

Fiscalité 2020

  • Taux d’imposition taxe d’habitation : 17,84 %
  • Taxe foncière sur propriétés bâties : 10,88 %
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 60,72 %
  • Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 %
  • Cotisation foncière des entreprises : 0 %
  • Montant total des dettes dues par la commune : 1 803 000 euros, soit 686,00 euros par habitant

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : Médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 270 [37].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Exploitants agricoles[38].
  • Culture et élevage associés.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité[41].
  • Marché provençal tous les dimanches matin et marché nocturne en juillet et août tous les mercredis soir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Régusse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[42],[43],[44]. Elle appartient à l'unité urbaine de Régusse, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[45] et 2 904 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[46],[47]. La commune est en outre hors attraction des villes[48],[49].

La mise au point d'un plan local d'urbanisme est en cours[50],[51],[52].

Schéma de cohérence territoriale (SCoT)

Après l'officialisation du périmètre du SCoT par le préfet du Var, la première phase sera d’établir un diagnostic territorial[56],[57].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (70,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (73,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (64,4 %), terres arables (12,4 %), zones urbanisées (12 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,2 %), zones agricoles hétérogènes (5 %)[58].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[59].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La communauté de communes « Lacs et Gorges du haut-Verdon (LGV) » constituée initialement de 11 communes (Aiguines ; Artignosc-sur-Verdon ; Aups ; Baudinard-sur-Verdon ; Bauduen ; Moissac-Bellevue ; Les Salles-sur-Verdon ; Régusse ; Tourtour ; Vérignon ; Villecroze) comprend désormais 16 communes [60] après intégration de 5 communes supplémentaires au  : Trigance, Le Bourguet, Brenon, Châteauvieux et La Martre[61],[62].

Son président en exercice est Rolland Balbis (maire de Villecroze)[63]. Ont été élus vice-présidents[64] :

  • Mme Raymonde Carletti (maire de La Martre) 1er vice-présidente, chargée de l'administration générales et des finances ;
  • M. Antoine Faure (maire d'Aups) 2e vice-président, chargé de l'aménagement du territoire (Scot) et de la transition énergétique ;
  • M. Charles-Antoine Mordelet 3e vice-président (maire d'Aiguines), chargé du tourisme et de l'itinérance ;
  • M. Fabien Brieugne 4e vice-président (maire de Tourtour), chargé de l'agriculture, de la fibre et numérique et du Développement Economique ;
  • M. Pierre Constant 5e vice-président (commune de Villecroze), chargé de l'action sociale, de la petite enfance et de l'espace France Service[65] ;
  • M. Serge Constans 6e vice-président (maire d'Artignosc-sur-Verdon), chargé des travaux, du GEMAPI, de la gestion de la forêt et du PIDAF, de la flotte automobile et l'entretien du patrimoine bâti de la CCLGV.

La communauté de communes Lacs et Gorges du Verdon compte désormais 34 représentants + 12 suppléants pour 16 communes membres.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le patrimoine civil

Bastide de Saint-Vincent, membre de la commanderie[67].
  • Les moulins à vent[68] : ces moulins datent des XIIe et XIIIe siècles[69],[70]. Restaurés en 1995, l’un est devenu un musée d’outils agraires, l’autre produit encore de la farine[71],[72].
  • Le Musée de la mémoire et du souvenir[73].
  • Les deux tours de l’ancien château de Grimaldi[74].
  • Tour de l'horloge[75].
  • Dolmen du Jas de Mèze[76].
  • Ancien canal du Verdon.

Le patrimoine religieux

  • La chapelle Notre-Dame-de-la-Miséricorde : appelée aussi la chapelle du Presbytère, elle est signalée dès 1642. Elle servait de lieu à une confrérie de pénitents blancs[77]. Aujourd’hui elle est devenue un musée, La Maison du Combattant[78].
  • La chapelle Saint-Jean d’Albert[79].
  • L’église Saint-Laurent est érigée en 1676[80],[81],[82],[83].
  • Monument aux morts[84],[85].

Œuvres artistiques et événements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Gariel, maire de Régusse, participa à l'insurrection varoise[87]. Emprisonné et déporté pour son opposition au régime de Napoléon III il devint le fidèle compagnon d'exil de Victor Hugo[88].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Plan de la commanderie de Saint-Maurice.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La famille Grimaud achète la seigneurie de Régusse en 1613, la terre de Villeneuve Coutelas en 1631, puis fait ériger le tout en marquisat en 1649. Le nom patronymique Grimaud est transformé en Grimaldi au XVIIe siècle sans aucun lien avec les Grimaldi de Monaco.
  2. Charles de Grimaud, dit Charles de Grimaldi-Régusse ou Grimaldy de Régusse, est conseiller au parlement de Provence en 1633, président à mortier en 1643, second président en 1664 et conseiller d’État en 1677.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Régusse dans le parc naturel régional du Verdon
  2. Réseau régional de transports en commun
  3. Sismicité du Var sur le site de la préfecture
  4. L'eau dans la commune
  5. Aven de la Piste : Massif Le Défens; Secteur; Vallon de Redot; Lieu dit Bastide Blanche
  6. Table climatique
  7. Monique Cubells, Mémoires de Charles de Grimaldi, Éditions Presses Universitaires de Bordeaux, 2008.
  8. AD13, B3357, f°8
  9. Mémoires pour servir à l’histoire de la fronde en Provence, Charles de Régusse et Jacques de Gaufridi, Société historique de Provence, Éditions Achille Makaire, 1870.
  10. Victor Hugo, l'exil anglo-normand
  11. Gorges du Verdon et Lac de sainte Croix : Régusse et les communes du Haut-Verdon
  12. Notice no IA83001262, base Mérimée, ministère français de la Culture bourg castral de Coutelas
  13. Les cloches de l'Eglise Saint Laurent
  14. Histoire et patrimoine de Régusse
  15. Canton d’Aups : Aups, Bauduen, Aiguines, Les salles-sur-Verdon, Baudinard-sur-Verdon, Vérignon, Régusse, Sillans-la-Cascade, Artignosc-sur-Verdon, Moissac-Bellevue, Vexillologie Provençale.
  16. Lacs et Gorges du Verdon : Régusse, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  17. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, Éditions Bachelin-Deflorenne, Paris, 1866, sur le site de Google books.
  18. L'Armorial des villes et des villages de France : Régusse
  19. Joseph Salvarelli, Les Administrateurs du département du Var (1790-1897). Notices biographiques, Draguignan, 1897, pp.364-365[1]
  20. Prisca Thivaud, « Le maire Stéphane Poisson démissionne », Nice-Matin,‎ (lire en ligne)
  21. Y. D., « Élections municipales à Régusse : Renée Jeanneret dans le fauteuil de maire », Var-Matin,‎ (lire en ligne)
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Établissements d'enseignements
  27. Professionnels et établissements de santé
  28. Pharmacie des moulins Régusse Gas Cador
  29. Maison de Santé Pluriprofessionnelle à Aups
  30. Centre hospitalier de la Dracénie
  31. Professionnels et établissements de santé
  32. « Département de l’Information Médicale », sur ch-dracenie.fr (consulté le ).
  33. Paroisse d'Aups
  34. Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Régusse
  35. Le budget de la Commune de Régusse
  36. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (années 2000 à 2020)
  37. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  38. Régusse : agriculteurs éleveurs
  39. Restaurants, bars
  40. Location de vacances Régusse
  41. Commerçants
  42. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  43. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  44. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  45. « Unité urbaine 2020 de Régusse », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  46. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  47. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  48. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  49. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  50. Révision du plan d'occupation des sols valant transformation en PLU
  51. Évolution du document d'urbanisme vers un plan local d'urbanisme
  52. Commune couverte par le RNU (Règlement national d'urbanisme)
  53. Schéma de cohérence territoriale, État d’avancement dans le département du Var
  54. SCOT Verdon Var Ouest
  55. Aménagement de l'espace, la CC LGV lance son SCoT !
  56. Préparer collectivement l'avenir du territoire
  57. Scot : préparer l'avenir du territoire : Le schéma de cohérence territoriale des Lacs et Gorges du Verdon
  58. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  59. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  60. Gorges du Verdon et Lac de Sainte Croix fr
  61. Décision du Préfet du Var après avis de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale entérinant la dissolution de la Communauté de communes Artuby Verdon qui regroupe 9 communes. Les 4 autres communes de cette communauté de communes intégrant la Dracénie Provence Verdon agglomération. Sources : Les Échos du Verdon, journal intercommunal octobre 2016 - avril 2017 no 2, Vivre le territoire au jour le jour
  62. Statuts de la communauté de communes LGV : version modifiée par délibération communautaire no 51-09-2016 en date du 21 septembre 2016
  63. Site officiel de la Communauté de Communes Lacs et Gorges du Verdon
  64. Élus communautaires
  65. Conseil communautaire du 03-11-2020
  66. Liste des Ordres de Chevalerie
  67. Maisons et commanderies du Temple en France : Saint Marice de Régusse
  68. Notice no PA00081697, base Mérimée, ministère français de la Culture. Moulins à farine : moulins à vent, avec leur soubassement en forme de tours inscrit sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 14 février 1978]
  69. Moulins de Régusse
  70. Les moulins à vent de Régusse
  71. Moulins de la Gaieté à Régusse
  72. Site des Amis des moulins
  73. Musée de la mémoire et du souvenir des Anciens combattants de Régusse
  74. Promenade historique dans les ruelles du Vieux Village
  75. Notice no PM83000433, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de 1537
  76. Dolmen du Jas de Mèze (Chalcolithique)
  77. Pénitents blancs en Provence
  78. Chapelle Notre-Dame de la Miséricorde ou Chapelle du Presbytère
  79. La chapelle Saint-jean d'Albert
  80. l’église de Régusse dédiée à Saint-Laurent
  81. Le soutien de la Fondation du patrimoine à la restauration du tableau "Notre-Dame de Pitié", fin XVIIème, début du XVIIIème siècle
  82. l'église paroissiale Saint Laurent
  83. Église Saint-Laurent
  84. Monument aux morts
  85. Monument aux morts, mémoires de guerre
  86. « Archive : Le Studio Phocéen en tournage aux moulins de Régusse », .
  87. L’insurrection dans le Var contre le coup d’État du 2 décembre 1851
  88. Après le coup d'état de décembre 1851