Solliès-Pont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Solliès-Pont
Solliès-Pont
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Gapeau
(siège)
Maire
Mandat
André Garron
2020-2026
Code postal 83210
Code commune 83130
Démographie
Gentilé Solliès-Pontois(e)s
Population
municipale
11 762 hab. (2019 en augmentation de 4 % par rapport à 2013)
Densité 663 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 28″ nord, 6° 02′ 30″ est
Altitude Min. 39 m
Max. 343 m
Superficie 17,73 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Toulon
(banlieue)
Aire d'attraction Toulon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Solliès-Pont
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Solliès-Pont
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Solliès-Pont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Solliès-Pont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Solliès-Pont

Solliès-Pont [sɔljɛs pɔ̃] est une commune française, localisée dans le département du Var de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, située à 12 km au nord de Toulon.

Ses habitants sont appelés les Solliès-Pontois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Solliès-Pont se situe à l'ouest de la vallée du Gapeau, au pied de la forêt de Font-Blanche, et à l'est du massif de la Sainte-Baume.

La ville de Toulon au sud-ouest est éloignée de 16 km par la route, et la ville de Hyères au sud-est à environ 18 km.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La ville compte plusieurs hameaux : au nord les Sénès, au nord-ouest les Aiguiers, au sud-ouest la Tour et au sud-est les Laugiers.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Un territoire au contact de trois entités géologiques et topographiques[1] :

  • au nord-ouest, la terminaison des massifs de la Provence Calcaire,
  • au centre, la plaine agricole traversée par le Gapeau,
  • à l'est, les contreforts du massif gréseux des Pousselons.

Des espaces naturels propices aux activités de loisirs[2].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • Solliès-Pont est à une heure de Marseille et 1 h 30 de Nice par les autoroutes A 18 et A55[3].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Commune desservie par le réseau régional de transports en commun Zou ! (ex Varlib). Les collectivités territoriales ont en effet mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD), réseau régional Zou ![4].

Lignes SNCF[modifier | modifier le code]

L'embouchure du Gapeau, vue du pont de la route de Hyères aux Salins.

Ports[modifier | modifier le code]

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches sont :

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située en zone de sismicité faible[5].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Barrage sur le Gapeau, avant le confluent avec le val des Borrels.

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[6] :

  • La ville est traversée par le fleuve côtier le Gapeau qui permet l'irrigation des terres cultivables se trouvant tout autour de la commune. Ce fleuve prend sa source à Signes au nord, il passe notamment par les communes de Méounes, Belgentier puis Solliès-Toucas. Il se jette dans la mer aux Salins d'Hyères après un parcours de 40 km. Les débits du Gapeau sont suivis avec beaucoup d'attention[7].
  • Les ruisseaux : du petit réal, de la jonquière, des partides, des anduès, de sainte-christine,
  • Le vallon des ruscats.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la ville est bien sûr de type méditerranéen, avec un hiver doux et un été sec et chaud[8]. Les pluies sont concentrées sur l'automne et le printemps. On dénombre une soixantaine de jours de pluie sur l'année et 300 jours de soleil. Les températures minimales descendent rarement en dessous de 0. La neige peut se manifester en moyenne une fois tous les trois ans en plein cœur de l'hiver (février). En été, les températures frôlent souvent les 40 degrés, mais le vent de la mer est là pour rendre l'atmosphère plus agréable. La période la plus favorable pour y séjourner s'étend d'avril à octobre.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Solliès-Pont est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulon, une agglomération inter-départementale regroupant 27 communes[12] et 575 347 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulon est la neuvième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice et Nantes[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).
Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 24,1 % 429
Zones industrielles ou commerciales et installations publiques 2,9 % 51
Terres arables hors périmètres d'irrigation 2,2 % 40
Vergers et petits fruits 31,5 % 565
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 0,4 % 53
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 9,6 % 172
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 0,3 % 5
Forêts de feuillus 0,7 % 12
Forêts de conifères 7,1 % 127
Forêts mélangées 21,3 % 381
Pelouses et pâturages naturels 0,2 % 3
Source : Corine Land Cover[17]

Les territoires agricoles occupent 43,8 % de la surface communale contre 29,3 % la forêt et les milieux semi-naturels et 26,9 % les territoires artificialisés. Les vergers occupent une surface considérable, près d'un tiers de la surface communale, Solliès-Pont s'étant spécialisée dans la production de figues.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de La Farlède est séparée par un angle de la commune de Solliès-Ville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom en ancien provençal est Soliers. Il évolua par l'influence du français en Souliers (car le -o de l'ancien provençal ressemblait souvent au -ou français) puis par la codification de la graphie de Roumanille en Souliés (ou encore Souliés-Pouant). La norme classique de l'occitan préconise l'utilisation de Soliers Pònt et se prononce comme Souliés-Pouant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le canton de Solliès-Pont a pour origine la localité de Solliès-Ville (autrefois Solliès-le-Haut), édifiée à l'époque gallo-romaine.

La petite ville est née du morcellement de ce qui fut le territoire de Solliès-Ville et Solliès-le-Haut, localité dépendante de la seigneurie de la famille Forbin, située sur l’éperon rocheux dominant la vallée du Gapeau.
Grâce à cet emplacement, lors de la longue période barbaresque, les habitants se réfugiaient sur les sommets pour échapper aux raids sarrasins.

Vers la fin du Moyen Âge on construisit les premières habitations près du pont sur le Gapeau. En 1480, un certain Forbin acheta le territoire qui devint Solliès-Pont, nom adopté dès la Révolution française, dont le sens dérive de « soleil » en langue provençale. En 1797, la commune obtint l’indépendance tant désirée.

Le , le territoire des Solliès et trente hameaux qui ne forment qu'une seule communauté est partagé en quatre communes : Solliès-Ville, Solliès-Pont, Solliès-Toucas et La Farlède (autrefois Solliès-Farlède).

La seigneurie de Solliès appartient successivement aux vicomtes de Marseille, aux comtes de Provence, à la famille de Forbin et divers particuliers.

Le comte Geoffroy donne Solliès au vicomte de Marseille, Solliès appartient ensuite à la famille Piégut et à la famille Riquier, de Morance, de Beauveau, de Forbin (dit "le Grand"), Les Des Porcellets, encore aux Forbin, ensuite à la famille Barben, de Beaux, de Blois, de Dreux, de Tarente, de Gonsalve de Morance et à ses successeurs qui, jusque sous Louis XIV ont été gouverneurs de Toulon.

Le château de Solliès-Pont reçut la visite de Charles IX, Catherine de Médicis, Louis XIV. Sous la Révolution française, des soldats cantonnés dans le château y mirent le feu; il fut reconstruit en 1862.

Vers la fin du XVIe et au commencement du XVIIe siècle, Solliès-Pont a été sans cesse exposée au fléau de la peste.

La ville fut maintes fois pillée et saccagée pendant les guerres de Religion, et par les troupes du duc de Savoie en 1707.

Au XIXe siècle, on y cultivait des citrons, des oranges et des pommes ; il y avait d'importantes tanneries et des filatures de soie.

Aujourd'hui, Solliès-Pont est spécialisée dans la production de chocolat, de nougat, de confitures... ainsi que dans la réalisation de précieuses céramiques et émaux. La ville présente également une cave vinicole,et célèbre la Fête de la figue à la fin du mois d'août.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 Joseph-François Gerfroit   Docteur en médecine
1790 1793 Victor Dollioule   Propriétaire
1793 1793 Dominique Toucas   Propriétaire
1793 1793 François Grué   Propriétaire
1793 1794 Dominique Toucas   Propriétaire
1794 1795 Jean-Gabriel Bon   Propriétaire
1795 1795 Jean-Baptiste Arène    
1795 1795 Jean-François Grué   Propriétaire
1795 1795 Jacques Mazau   Notaire
1795 1797 Sauveur Garnier   Percepteur
1797 1797 Sénès   Propriétaire
1797 1798 Félix Garnier   Propriétaire
1798 1798 Jean-Gabriel Bon   Propriétaire
1798 1800 Jean-Baptiste Gardanne    
1800 1800 Joseph Pellen    
1800 1801 Jean-Gabriel Bon   Propriétaire
1801 1807 Jean-François Sénès   Notaire
1807 1812 Louis-Augustin Fiès   Officier en retraite
1812 1816 Joseph-Sextius, marquis de l'Estang-Parade   Propriétaire
1816 1824 Hilarion-Auffan Sénès   Notaire
1824 1829 Sauveur-Guillaume Pellegrin   Avocat
1829 1830 Pierre-Grégoire Fiès   Propriétaire
1830 1830 Charles-François-Ferdinand Bon   Propriétaire
1830 1832 Félix-Martin Garnier   Propriétaire
1832 1837 Louis-Alexandre-Auguste Aillaud   Propriétaire
1837 1846 Louis-Félix-Auguste Dollieule   Ancien notaire
1846 1848 Joseph-Paul Gensollen   Propriétaire
1848 1849 Cyprien Bouffier   Propriétaire
1849 1860 Jean-Baptiste Arène   Fabricant tanneur
1860 1865 Joseph-François-Philippe Gerfroit   Médecin
1865 1871 Léonce-Alcide Grué   Propriétaire
1871 1871 Charles-Michel Gensollen   Docteur en médecine
1871 1874 Joseph-Marius Aillaud   Cafetier
1874 1875 Jacques-Philémon Dollieule   Lieutenant de vaisseau en retraite
1875 1876 Auguste-Alexandre Bouffier   Mécanicien
1876 1877 Joseph-Marius Aillaud   Cafetier
1877 1878 Auguste Ginouvès   Avocat
Marius-Edouard Gueit [19] Républicain Pharmacien et propriétaire
Conseiller général du canton de Solliès-Pont (1883 → 1886)
[Note 3]
(décès)
Charles Michel Gensollen Rad. Docteur en médecine
Conseiller général du canton de Solliès-Pont (1886 → 1900)
Président du conseil général du Var (1900 → 1901)
? ? Joseph Aillaud RG Conseiller général du canton de Solliès-Pont (1922 → 1934)

(démission)
Édouard Gerfroit[20] SFIO Fabricant-marchand d’huiles
Conseiller général du canton de Solliès-Pont (1934 → 1938)
Georges Durando[21] PCF Cheminot
Conseiller général du canton de Solliès-Pont (1945 → 1951)
Réélu en 1947
Claude Brun Droite Médecin généraliste
Réélu en 1959
[Note 4]
(décès)
Jean Murat Droite Réélu en 1983
André Durier UDF Enseignant
André Autran PS  
André Duhamel DL Trésorier principal
[Note 5]
(décès)
Gérard Capifali SE  
Jean Rassat DVD Retraité
en cours André Garron UMP puis DVD Médecin des hôpitaux retraité
1er vice-président de la CC de la Vallée du Gapeau (2018 → )
Réélu en 2014[22]

Budget et fiscalité 2020[modifier | modifier le code]

En 2020, le budget de la commune était constitué ainsi[23] :

  • total des produits de fonctionnement : 13 928 000 , soit 1 231  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 12 637 000 , soit 1 117  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 5 027 000 , soit 445  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 4 186 000 , soit 370  par habitant ;
  • endettement : 9 695 000 , soit 857  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 19,03 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 30,01 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,00 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 840 [24].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La municipalité a mis en place plusieurs actions de protection de l'environnement : prévention des risques naturels, notamment crues et incendies, propreté, tri sélectif et lutte contre les dépôts sauvages de déchets[25].

Station d'épuration intercommunale de la Crau / vallée du Gapeau, de 80 000 équivalent-habitants[26].

La réalisation de trompe-l'œil[27],[28] contribue à l'amélioration de l'esthétique des rues du village.

Le rond-point Antoine Pinay a, lui, été mis à profit pour mettre en valeur la production figuière, de variété Bourjassotte noire[29].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Peveragno (Italie) depuis 2000

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Elle est chef-lieu de canton et regroupe les villages de Belgentier, la Farlède, Solliès-Toucas, Cuers et Solliès-Ville dont elle est aussi le centre administratif et commercial.

Solliès-Pont appartient à la communauté de communes de la Vallée du Gapeau. Celle-ci a été créée en 1995 autour des communes du canton plus celle voisine de La Crau. En 2010, La Crau quitte la CCVG pour rejoindre l'agglomération Métropole Toulon Provence Méditerranée.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Le canton compte 40 000 habitants et environ 17 000 foyers. Une population jeune, les moins de 40 ans représentent 58 % du global et les 41/60 ans 22 %, les seniors sont à 20 %.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[30],[Note 6]

En 2019, la commune comptait 11 762 habitants[Note 7], en augmentation de 4 % par rapport à 2013 (Var : +4,68 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 6932 6092 5263 4303 4933 2773 1713 2102 980
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 9612 9612 7922 6922 9052 8912 6622 7052 701
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7842 8672 7572 6892 6662 7902 8682 9793 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 0214 2144 5495 4929 52510 82010 78811 56811 056
2019 - - - - - - - -
11 762--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Solliès-Pont débutent leurs études dans les écoles de la commune[33] :

Cycle Établissement public Établissement privé
Maternelles École maternelle Alphonse-Daudet
École maternelle Frédéric-Mistral
École maternelle Jules-Rimbaud
École maternelle Houard-Sauvat
École maternelle Notre-Dame
Primaires École primaire Alphonse-Daudet
École primaire Frédéric-Mistral
École primaire Jean-Moulin
École primaire Émile-Astoin
École primaire Notre-Dame
Collèges Collège La Vallée-du-Gapeau
Collège Lou Castellas
-

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Célébration de la Saint-Maur depuis 1505 (janvier)
  • Printemps international de l'orgue (de mars à mai)
  • Festival des chapelles (avril)
  • Fête du printemps (mai)
  • Tournoi de football des cerises (Pentecôte)
  • Festival du château (juillet)
  • Fête patronale de la Sainte-Christine (juillet)
  • Fête de la Saint Roch () [34]
  • Fête de la figue de Solliès (dernier week-end d'août)

Toute l'année

  • Ses festivals : Les Nuits du Château en juillet et Musique à la Cour en août
  • Expositions mensuelles au château par le Comité des fêtes et de la culture[35].
  • Conférences trimestrielles d'égyptologie.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et services de santé[36] :

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose des équipements sportifs suivants :

  • le stade Jean-Murat pour des compétitions de football, de rugby et l’athlétisme ;
  • le gymnase Saint-Cast ;
  • les courts de tennis du Tennis club (8 de plein air et 2 couverts) ;
  • le mini stadium. Terrain de football (14 × 28 mètres) entièrement équipé de filets pare-ballons et aménagé près du boulodrome ;
  • le skate-park de l’avenue des Oiseaux.
Rugby à XV

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Des vignobles, des oliveraies, des champs de légumes et des plantations de fruits constituent la plus grande part de l'économie de la ville. Solliès-Pont était autrefois célèbre pour ses cerises, aujourd'hui c'est la culture de la figue qui a pris le pas sur celle de la cerise.
Solliès-Pont se désigne elle-même comme l'une des « capitales » de la figue, avec Caromb dans le Vauclusede la figue et possède depuis peu[40] une AOC qui labellise sa production.

Les vins de qualité portent le label de qualité AOC Côtes de provence. Des coopératives existent pour la commercialisation du vin, des fruits et des légumes.

Coopérative agricole (coopérative fruitière) Copsolfruit[41].

Industrie[modifier | modifier le code]

  • L'entreprise Circet qui opère dans les réseaux de télécommunications a son siège sur la commune.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • L'office de Tourisme intercommunal de la Vallée du Gapeau[42].
  • Restaurants, chambres d'hôtes, etc.

Commerces, artisanat[modifier | modifier le code]

  • Commerces de proximité, zone commerciale, zone artisanale de La Poulasse[43].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La place du village et la fontaine Saint-Jean-Baptiste.

Le patrimoine civil :

L'église Saint-Jean-Baptiste.

Le patrimoine religieux :

Le patrimoine naturel :

  • Les berges du Gapeau au niveau du quartier de l'enclos.
  • Ses vastes plantations de figuiers le long du Gapeau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Solliès-Pont (Var).svg

Les armoiries de Solliès-Pont se blasonnent ainsi :

D'azur au pont d'or maçonné de sable, accompagné de deux soleils aussi d'or rangés en bande, un en chef et un en pointe[64].


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Charles Michel Gensollen, maire et conseiller général, meurt en 1900
  4. Jean Murat, maire, meurt en 1985
  5. Gérard Capifali, maire, meurt en 2005
  6. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Un territoire au contact de trois entités géologiques et toprographiques
  2. Des espaces boisés
  3. Comment venir à Solliès-Pont
  4. Réseau régional de transports en commun
  5. Didacticiel de la règlementation parasismique
  6. L'eau dans la commune
  7. Suivi des enregistrements du site "Vigicrues"
  8. Climat classé Csa dans la classification de Köppen et Geiger
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Toulon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Toulon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  18. Joseph Salvarelli, Les Administrateurs du département du Var (1790-1897). Notices biographiques (1897), pp.474-476[1]
  19. Texte numérisé de l'ouvrage de Joseph Salvarelli, Les administrateurs du département du Var 1790-1897: notices biographiques (1897)
  20. La fiche biographique de GERFROIT Édouard sur le Maitron en ligne
  21. [Fiche biographique sur le Maitron en ligne]
  22. « Municipales à Solliès-Pont : André Garron (SE) réélu », Var-Matin,‎ (lire en ligne).
  23. Les comptes de la commune
  24. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  25. protection de l'environnement
  26. Description de la station
  27. Trompe-l'œil "Les chapardeurs"
  28. Le trompe-l'œil de la rue de la République
  29. Le rond-point Antoine Pinay
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  33. écolesà Solliès Pont
  34. bexter betbconsulting.com, agence création sites internet, intranet, toulon, paca, var, 83000 http://www.bexter.fr, « Site officiel de la mairie de Solliès-Pont (Var) : capitale de la figue - Evenement », sur www.ville-sollies-pont.fr (consulté le ).
  35. Exposition "Les Arts au Château" le 08 juin 2018. Les salles du Château de Solliès-Pont partagées entre Patrick Pellerin et Sandrine Dreano peintres, et Nadège Petruccioli et Pierre Barzic, sculpteurs.
  36. Professionnels et services de santé
  37. Médecins généralistes
  38. Cliniques à Solliès-Toucas
  39. Paroisse Saint Jean-Baptiste
  40. C'est la saison de la figue de Solliès
  41. « coopérative agricole (coopérative fruitière) Copsolfruit », notice no IA83001387, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur)
  42. L'office de Tourisme intercommunal de la Vallée du Gapeau
  43. Zone commerciale / artisanale
  44. Le château Forbin
  45. « Four à cade des Pousselons », notice no PA00132790, base Mérimée, ministère français de la Culture
  46. Joseph-Antoine Durbec (préf. Jacques Juillet), Templiers et Hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes, Grenoble, Le Mercure Dauphinois, , 430 p. (ISBN 978-2-9138-2613-7, présentation en ligne), p. 345-346.
  47. Damien Carraz (préf. Alain Demurger), L'Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312) : Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Collection d'histoire et d'archéologie médiévales / 17 », (ISBN 978-2-7297-0781-1, lire en ligne), p. 16.
  48. Ancienne Commanderie des Hospitaliers au lieu-dit « Le Grand Beaulieu »
  49. « Oppidum du Castellas », notice no PA00081742, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. Oppidum du Castellas
  51. La restauration de l'orgue
  52. Notice no PM83001467, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  53. Notice no PM83000588, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  54. Chapelle Sainte Christine
  55. Chapelle Saint Jacques et Saint Philippe
  56. Chapelle Saint Roch
  57. Solliès-Pont sur provence7.com/
  58. Conflits commémorés : 1914-1918 et 1939-1945
  59. Un brillant hommage à Frédéric Mistral
  60. Peintres d'ex-voto
  61. Notice no PM83002338, base Palissy, ministère français de la Culture ex-voto : Le 5 mai 1861
  62. Notice no PM83002334, base Palissy, ministère français de la Culture x-voto : M. Joseph Gauthier (mai 1858)
  63. « Tous les Justes de France - Var », sur yadvashem-france.org (consulté le ).
  64. La Vallée du Gapeau : Solliès-Pont, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau