Figanières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Var
Cet article est une ébauche concernant une commune du Var.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Figanières
Vue générale de Figanières
Vue générale de Figanières
Blason de Figanières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Draguignan
Canton Flayosc
Intercommunalité Communauté d'agglomération dracénoise
Maire
Mandat
Bernard Chilini
2014-2020
Code postal 83830
Code commune 83056
Démographie
Gentilé Figanièrois
Population
municipale
2 594 hab. (2013)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 11″ Nord 6° 29′ 52″ Est / 43.569722, 6.497778
Altitude Min. 227 m – Max. 719 m
Superficie 28,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Figanières

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Figanières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Figanières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Figanières
Liens
Site web Mairie de Figanières

Figanières est une commune française située dans le département du Var en région française Provence-Alpes-Côte d'Azur.

C'est l'une des communes les plus touchées avec de nombreux dégâts causés par les pluies diluviennes du mardi 15 juin 2010.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe 3 zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la Montagne Sainte-Victoire, au Massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

La commune de Figanières est en zone sismique de très faible risque "Ia" [1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en provençal est Figaniero, qui a donné son nom à une variété d'olivier, le plant de Figaniero[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Figanières (village perché et église)

Guillaume de Puget, viguier d'Avignon (1347-1348), vice-sénéchal de Provence (1353), chevalier, fut coseigneur de Puget-Théniers[3], coseigneur de Figanières[4], de Bargemon, Flayosc, etc. Il fut conseiller et chambellan[5] de la reine Jeanne qu'il suivit de Provence à Naples[6]. Il eut au moins deux fils, Guillaume et Honorat, coseigneurs de Figanières[7]. Le , Manuel de Pugeto (?-av.1384), seigneur de Figanières a pour juge, Antoine Laurentii, ancien juge de Puget-Thénier, puis de Grasse. Manuel de Puget (?-av.1384), viguier-capitaine de Nice (1374) puis viguier d'Arles (1374-1384), fut chevalier, coseigneur de Puget-Théniers et Figanières, seigneur de Bargemon ; il fut conseiller de la reine en 1350. Il fut assassiné avant le alors qu'il était viguier d'Arles, par Bertrand Sanneri d'Arles[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'Aire urbaine de Draguignan.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
         
         
mars 2005 en cours Bernard Chilini   Expert Auto au Ministère de la Défense

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 594 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 270 1 318 1 310 1 376 1 399 1 328 1 309 1 252 1 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 134 1 151 1 085 1 071 986 997 975 845 823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
791 756 654 551 534 506 455 404 422
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
481 571 758 1 176 1 634 2 230 2 523 2 594 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Figanières dépend de l'Académie de Nice. Les élèves disposent sur la commune d'une école maternelle, d'une école primaire et d'un collège[11].

Santé[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique Saint-Michel dépend du Diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Draguignan[12]. Le temple protestant le plus proche se situe à Draguignan[13].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Notre-Dame-de-l'Olivier (XIIe siècle, propriété de la commune). Inscrite sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du , le « site » lui-même étant inscrit par un autre arrêté du [14].
  • Église Saint-Michel, datant de 1833, sur les base d'une ancienne église du XVe siècle.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Figanieres 83.svg

Les armoiries de Figanières se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier d'argent à l'écureuil de sinople, au second de gueules à la barre d'argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. sismicité du Var sur le site de la préfecture
  2. Le Trésor du Félibrige / Lou Tresor dóu Felibrige, F. Mistral, t1, p. 1131, édition CPM 1979
  3. J.-P. Boyer, aux origines, p. 217
  4. AD du 13, série 309E2
  5. Cortez, les grands officiers, p. 119
  6. Léonard, Histoire, t.II, p. 177
  7. AD du 13, série 309E6f105v
  8. Musée Arbaud, MQ563, p. 270
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  11. enseignement à Figagnières
  12. paroisse Saint Michel
  13. culte protestant
  14. « Notice no PA00081600 », base Mérimée, ministère français de la Culture