Armand Mestral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mestral.
Armand Mestral
Nom de naissance Armand Serge Zelikson
Naissance
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Décès (à 82 ans)
Paris, France
Films notables Gervaise
Les Cinq Dernières Minutes
Mandrin, bandit gentilhomme
Mon oncle Benjamin

Armand Mestral (de son vrai nom Armand Serge Zelikson) est un acteur et un chanteur français né le à Paris 6e et mort le à Paris 14e.

Biographie[modifier | modifier le code]

Armand Mestral, né d’un père russe sculpteur, débute comme chanteur lyrique (il est doté d’une belle voix de basse), à l’église Saint-Roch de Paris. Il est engagé au théâtre de la Gaîté-Lyrique puis bifurque vers la musique légère en faisant du cabaret et de la scène. On le voit notamment dans des opérettes comme Le Pays du sourire (de Franz Lehár), Colorado et Chanson gitane (de Maurice Yvain) où il est remarqué pour son interprétation de Jalousie et est également chanteur d'opéra, connu pour sa lente et puissante voix de basse. Toujours dans la chanson, il enregistre plusieurs disques et ce sont ses versions françaises de Jézabel (Jezebel) et de Mississippi (Ol’ Man River) qui figureront parmi ses plus grands succès (Le Chant des partisans, L'Internationale). Il participe à la Résistance.

Il débute au cinéma après la Seconde Guerre mondiale, d’abord abonné aux rôles de garçons de mauvaise vie. On retiendra ses prestations dans Gervaise de René Clément (1956), Mandrin, bandit gentilhomme de Jean-Paul Le Chanois (1962), La Bande à Bonnot de Philippe Fourastié et Mon oncle Benjamin d’Édouard Molinaro en 1969 ainsi que dans le diptyque d'Alexandre Arcady : Le Grand Pardon (1982) - Le Grand Pardon 2 (1992). À la télévision, il participe fréquemment à des séries comme Les Cinq Dernières Minutes, Les Brigades du Tigre, Les Enquêtes du commissaire Maigret (avec Jean Richard) et joue dans de nombreux téléfilms.

Armand Mestral était également peintre.

Il est le père de Marie-Claude Mestral qui fait également une carrière d’actrice et de Patrice Mestral, compositeur et chef d'orchestre. Parisien de cœur et d’esprit, il réside durant près de 50 ans dans le quartier du Montparnasse, rue Froidevaux (dans le 14e arrondissement). Il est un hôte assidu de Sainte-Maxime (Var) en sa villa de Beauvallon.

On lit souvent qu’il fut incinéré au Père-Lachaise et que ses cendres ont été transportées à Grimaud, dans le Var (cette information provient du dictionnaire d’Yvan Foucart). Cependant, il possède bien une tombe - très modeste - au cimetière du Montparnasse, en face duquel il a vécu durant de très nombreuses années.

Citation[modifier | modifier le code]

« Je me souviens d'une opérette, au théâtre Bobino, dans laquelle jouaient les Frères Jacques, et Irène Hilda, Jacques Pills, Armand Mestral et Maryse Martin. Elle avait pour titre Les pieds nickelés. Armand Mestral y chantait Sur tous les chemins du monde. Il y en eut une autre, des années plus tard, également avec les Frères Jacques, qui s'appelait La Belle Arabelle; peut-être dans celle-là, y avait-il aussi Armand Mestral. » Georges Perec, Je me souviens, 1978.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • Salon des artistes indépendants normands, Rouen, 1981 (invité d'honneur)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Houques et Claude Houques, Histoire de la Société des artistes indépendants normands 1938-2005, Rouen, , 451 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]