Gaston Rébuffat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaston Rébuffat

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance ,
Marseille
Décès (à 64 ans),
Paris
Carrière
Discipline(s) Alpinisme
Ascension(s) notable(s) première de l'arête Sud-Ouest intégrale de l'aiguille des Pélerins, seconde ascension de l'éperon Walker sur la face nord des Grandes Jorasses, première de la face sud de l'Aiguille du Midi

Gaston Rébuffat, né le à Marseille et mort le à Paris, est un alpiniste français, notamment membre de l'expédition française à l'Annapurna de 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaston Rébuffat découvre l'escalade dans les calanques de Marseille (notamment l'escalade artificielle avec pitons, mousquetons et étrier) puis, à seize ans, il s'inscrit au Club alpin français (section Haute-Provence) où il découvre la haute montagne et fait la connaissance d'Henri Moulin qu'il considère comme « son grand frère de l'alpinisme ». Il découvre ensuite les Alpes et le massif du Mont-Blanc qui devient son aire de jeux.

Plaque à la mémoire de Gaston Rébuffat dans le massif des calanques de Marseille.

« Pendant des années, tandis que j'habitais Marseille, j'ai rêvé d'ascensions. Chaque hiver, j'attendais le mois de juillet avec impatience. Enfin, c'était le départ pour Ailefroide ou pour Chamonix. Je passais quelques journées sur les cimes, puis, un an encore, il me fallait attendre. Alors, un jour, décidant de vivre en montagne, je devins guide. »

En 1940, il s'engage à Jeunesse et Montagne où il rencontre Lionel Terray qui devient son ami. C'est dans le centre « École, jeunesse et montagne » du Valgaudemar que la passion des montagnes s'ancre profondément en lui. Il déménage ensuite pour Chamonix où il travaille dans la ferme de son ami Lionel Terray, en attendant d'être coopté à la Compagnie des guides de Chamonix[1].

En 1942, Gaston Rébuffat réussit son brevet de guide de haute montagne malgré son jeune âge (21 ans alors que l'âge requis était de 23 ans). Il poursuit son activité de moniteur à « Jeunesse et montagne », et en 1944 devient instructeur à l'École nationale d'alpinisme, ainsi qu'à l'École militaire de haute montagne. En , il intègre la prestigieuse Compagnie des guides de Chamonix sous la tutelle d'Alfred Couttet. Il devient alors le troisième « étranger » de la Compagnie, après Roger Frison-Roche et Édouard Frendo, alors que, traditionnellement, il fallait être né dans la vallée pour pouvoir y entrer. Modeste skieur, il est guide à la belle saison, mais au lieu d'être moniteur de ski l'hiver, il s'essaie à l'écriture[1].

« Je pris possession de mon métier de guide (...) Il me sembla devenir tout à fait le capitaine de mon existence. »

« Je comprends mieux la raison qui nous pousse vers les grandes voies et les ultimes premières : ne pas se contenter de mettre les pieds dans les traces creusées par l'effort des pionniers. Être digne de l'héritage. »

En 1958, il est le réalisateur dédié à la montagne dans le film de Walt Disney Pictures, Le Troisième Homme sur la montagne (1959), tourné à Zermatt en Suisse, au pied du Cervin[2].

Principalement résident à Chamonix, il est aussi un hôte assidu de Sainte-Maxime, ville natale de son épouse.

La tombe de Gaston Rébuffat dans le cimetière de Chamonix-Mont-Blanc.

Un an avant sa mort d'un cancer, en 1984, il est fait officier de la Légion d'honneur.

La photographie de Gaston Rébuffat debout sur le gendarme du pic de Roc fait partie des 116 photographies choisies pour représenter l'Humanité et la Terre au sein du programme Voyager en 1977.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ces ascensions ont été réalisées avec Lionel Terray, Édouard Frendo ou le violoncelliste et humoriste Maurice Baquet.

  • Fils d'une modeste couturière et marié à une fille d'architecte, sa belle-famille lui fait comprendre qu'il doit lui assurer un bon train de vie, si bien qu'il choisit des clients fortunés pour réaliser ses « premières »[1].
  • Gaston Rébuffat a participé à la première ascension de l'Annapurna en 1950 avec, entre autres, Jean Couzy, Lionel Terray, Maurice Herzog, Louis Lachenal, Marcel Ichac, Marcel Schatz, Jacques Oudot et Francis de Noyelle. Cet exploit restera une étape difficile de sa vie. Il n'est pas allé jusqu'au sommet, mais, avec Terray, il a secouru Lachenal et Herzog en perdition. Comme Lachenal, et contrairement à Herzog, il ne se sentait investi d'aucune mission patriotique ni mystique en gravissant ce sommet. Cet exploit lui valut à titre collectif avec les autres membres de l'équipe le Prix Guy Wildenstein de l'Académie des sports la même année, décerné à un groupement sportif dont la carrière ou l'œuvre d'éducation physique et sportive constituent un exemple[3]. Il ne put raconter sa propre version de l'expédition d'Annapurna, le Comité de l’Himalaya ayant par contrat interdit aux membres de l'expédition d'en faire des récits : seuls des récits officiels cocardiers et inexacts, comme Annapurna premier 8000 de Maurice Herzog étant autorisés[4].

Œuvres de Gaston Rébuffat[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Calanques, avec Gabriel-M. Ollive, Arthaud, Collection Belles Pages.
  • L'Apprenti montagnard, Éditions Vasco, Collection Grands Vents
  • Étoiles et tempêtes, Éditions Arthaud, 1954.
  • Du Mont-Blanc à l'Himalaya, Éditions Arthaud, Collection Belles Pages, 1955.
  • La Piste des cimes, Éditions Spes, 1961.
  • Mont-Blanc, jardin féerique, Éditions Guérin 2003 & Librairie Hachette 1962
  • Un guide raconte..., Éditions Hachette, 1964
  • Glace, Neige et Roc, Éditions Hachette
  • Cervin, cime exemplaire
  • Cervin, Belle époque, Édition Grand Vents, 1983
  • La Montagne est mon domaine, Éditions Hoëbeke, collection Retour à la montagne 1994.
  • Le Massif du Mont-Blanc - Les 100 plus belles courses, Éditions Denoël, 1973.
  • Le Massif des Écrins - Les 100 plus belles courses, Éditions Denoël, 1974.
  • Calanques, Saint-Baume, Sainte-Victoire - Les 400 plus belles escalades et randonnées, Éditions Denoël, 1980.
  • Chamonix Mont-Blanc 1900, Éditions Grands Vents, 1983.
  • À la rencontre du soleil, Édition Sélection du Reader's Digest, 1971.
  • Les 100 plus belles courses - le massif du Mont-Blanc, Éditions Denoël, 1973.
  • Les 100 plus belles courses - le massif des Écrins, Éditions Denoël, 1975.
  • Les 100 plus belles courses et randonnées - les Calanques, massif de la Sainte Baume et Sainte Victoire, Éditions Denoël, 1980.

Films[modifier | modifier le code]

  • Flammes de pierres tourné en 1953.
  • Étoiles et Tempêtes réalisé en 1955 par Gaston Rébuffat, images de Georges Tairraz avec Maurice Baquet. Film en couleur, Grand Prix du festival de Trente.
  • Entre Terre et Ciel réalisé en 1961 par Gaston Rébuffat, images de Georges Tairraz et Pierre Tairraz. Film en couleur, Grand Prix du 10e festival international du film de montagne et d'exploration de Trente, en Italie.
  • Les horizons gagnés réalisé en 1974 par Gaston Rébuffat, images de René Vernadet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Yves Ballu, « Gaston Rébuffat », La marche de l'histoire, .
  2. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 162.
  3. Prix Guy Wildenstein.
  4. Yves Ballu, Maurice Herzog en question ?, revue La Montagne et Alpinisme, no 126, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]