Triangle de Rocquencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rocquencourt.

Triangle de Rocquencourt
Type Échangeur routier
Croisement entre A 13A 12
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Yvelines
Coordonnées 48° 50′ 31″ nord, 2° 05′ 45″ est

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Triangle de Rocquencourt

Le triangle de Rocquencourt est un échangeur autoroutier du département français des Yvelines. Construit en 1950, c'est le premier de ce type construit en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le triangle de Rocquencourt a été construit en 1937[1]. Il devait comporter un monument, le Signal des Trois Provinces ; la construction en a été abandonnée au début de la Seconde Guerre mondiale. Le socle subsiste, au milieu de l'échangeur[2].

Description[modifier | modifier le code]

Cet échangeur permet la communication entre l'autoroute de Normandie (A13) – qui relie Paris à Rouen et Caen – et l'autoroute A12 qui, commençant à cet endroit, mène, d'abord à la route nationale 12 (via l'échangeur de Bois-d'Arcy) qui se dirige vers l'ouest, puis, plus au sud, mène à Trappes et à son prolongement, la route nationale 10 qui se dirige vers le sud-ouest. Une très légère inflexion vers le nord-ouest de l'autoroute A13 accentue la forme triangulaire de l'ouvrage.

Son appellation est un peu abusive car la presque totalité de l'ouvrage se situe sur le territoire de la commune de Bailly. L'amalgame a été fait avec l'accès à l'autoroute A13 depuis la route nationale 186. Cet accès à l'autoroute se situe à environ 500 mètres de l'extrémité est de l'échangeur et se trouve, lui, effectivement sur la commune de Rocquencourt.

L'échangeur se trouve en totalité dans la forêt de Marly, que l'A13 traverse dans toute sa longueur et qu'il a contribué à déboiser un peu plus. Entre les différentes voies des autoroutes, des sangliers et des chevreuils gîtent dans un petit bois, accessible de la forêt de Marly par des tunnels.

Il constitue, lors des grands retours sur Paris et le matin en semaine aux heures de pointe, un point de congestion chronique de la circulation, parfois qualifié de « plus grand bouchon d'Europe », tout comme celui de l'autoroute A4 près de Nogent-sur-Marne. Lors des départs en week-end des « Parisiens[note 1] » vers la Normandie, le vendredi après-midi et, a fortiori à la belle saison, l'échangeur se retrouve également bondé.

D'une façon générale, les embouteillages proviennent des engorgements en aval, les trois voies de l'autoroute A13 en direction de Paris ainsi que les deux voies en direction de Poissy étaient insuffisantes pour absorber la circulation automobile. Ceci est un peu moins vrai depuis le passage à quatre voies en direction de Paris en 2011.

Carte interactive du Triangle de Rocquencourt

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme, dans le contexte présent, désigne non seulement les habitants de Paris mais aussi ceux de la Petite couronne. Il sous-tend la population urbaine dense de l'Île-de-France tandis que le terme Francilien est plus généraliste, comprenant les habitants de la Grande couronne qui, eux, sont moins contraints à ce passage par l'autoroute A13, quasi obligé pour les premiers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mathieu Flonneau, L'automobile à la conquête de Paris : chroniques illustrées, Presses des Ponts, (ISBN 978-2-85978-373-0, lire en ligne), p. 47.
  2. Revue Urbanisme, no 235, p. 67, septembre 1989.

Articles connexes[modifier | modifier le code]