Rennemoulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rennemoulin
La mairie.
La mairie.
Blason de Rennemoulin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Canton Saint-Cyr-l'École
Intercommunalité Communauté d'agglomération Versailles Grand Parc
Maire
Mandat
Arnaud Hourdin
2014-2020
Code postal 78590
Code commune 78518
Démographie
Population
municipale
112 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 04″ nord, 2° 02′ 38″ est
Altitude Min. 86 m – Max. 125 m
Superficie 2,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Rennemoulin

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Rennemoulin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rennemoulin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rennemoulin

Rennemoulin est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Rennemoulinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Rennemoulin dans les Yvelines.
Locator Dot.png

La commune de Rennemoulin se situe au milieu de la plaine de Versailles, à 10 km environ à l'ouest de Versailles. Le territoire est constitué d'un plateau dénudé à environ 115 mètres d'altitude, entaillé par la vallée du ru de Gally qui le traverse d'est en ouest et le village se trouve dans un petit vallon qui face l'ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Noisy-le-Roi au nord-est, Fontenay-le-Fleury au sud-est et Villepreux à l'ouest.

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par la route départementale 161 qui la relie à Noisy-le-Roi vers le nord et à Villepreux vers l'ouest.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 20 de la société de transport Hourtoule et par la ligne 172 de l'établissement Transdev d'Ecquevilly.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Reine moulin en 1196[1], Ranæ molendinum en 1208[2], Regne moulin en 1286[2], Resne molin[2], Rene molin[2].

« Rennemoulin » vient de Areine Moulin (en langue d'oïl), qui désignait un moulin[1] implanté sur le ru de Gally, et appartenant à une famille au nom germanique Raganus ou Rainu[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village s'est constitué dès le XIIIe siècle autour du moulin et du prieuré Saint-Nicolas dont il ne reste plus que la chapelle.

L'église date du XIVe siècle[4].

Rennemoulin a été englobée au XVIIIe siècle dans le grand parc de Versailles.

Le domaine du prieuré Saint-Nicolas a été acquis par l'Institut Pasteur en 1919 pour y accueillir des animaux destinés à la recherche médicale[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération Melun Val de Seine dans le département des Yvelines. La commune de Bièvres, située dans l'Essonne, est en violet.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Depuis la Révolution française jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du département de la Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au département des Yvelines et son arrondissement de Saint-Germain-en-Laye à la suite d'un transfert administratif effectif le . Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription des Yvelines.

Ancien panneau d'agglomération mentionnant l'ancien département de Seine-et-Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Marly-le-Roi de Seine-et-Oise. Dans le cadre de la mise en place du département des Yvelines, la commune intègre le canton de Saint-Nom-la-Bretèche[6], puis le canton de Saint-Cyr-l'École lors du redécoupage cantonal de 2014 en France.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté d'agglomération Versailles Grand Parc (CAVGP), créée sous forme de communauté de communes fin 2002 et transformée en 2010 en communauté d'agglomération.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le , le conseil municipal a été dissous en Conseil des ministres[7]. Un nouveau conseil municipal a été élu le pour la durée du mandat restant à courir jusqu'aux élections municipales suivantes. Le , Arnaud Hourdin a été élu maire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant mai 1925 après mai 1925 M. Manuel    
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2006 Michel Sievert    
décembre 2006 en cours
(au 1er janvier 2017[5])
Arnaud Hourdin SE Cadre supérieur du secteur privé
Réélu pour le mandat 2014-2020[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 112 habitants, en diminution de -7,44 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
101 76 82 78 79 74 65 78 65
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
69 60 54 49 76 80 74 69 81
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
74 68 76 84 90 116 108 115 122
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
126 101 107 114 122 128 139 111 112
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (54,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 54,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 30,3 %, 15 à 29 ans = 14,5 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 19,7 %, plus de 60 ans = 14,4 %) ;
  • 45,3 % de femmes (0 à 14 ans = 25,4 %, 15 à 29 ans = 11,1 %, 30 à 44 ans = 30,2 %, 45 à 59 ans = 22,2 %, plus de 60 ans = 11,1 %).
Pyramide des âges à Rennemoulin en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
2,6 
75 à 89 ans
3,2 
11,8 
60 à 74 ans
7,9 
19,7 
45 à 59 ans
22,2 
21,1 
30 à 44 ans
30,2 
14,5 
15 à 29 ans
11,1 
30,3 
0 à 14 ans
25,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Commune rurale, grande culture de céréales.
  • Ferme expérimentale de l'Institut Pasteur (élevage d'animaux de laboratoire).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saint-Nicolas, du XIIe siècle, ancienne église paroissiale, désacralisée en 1793 lors de la Révolution française et transformé en grange au sein du domaine acquis en 1919 par l'Institut Pasteur, et rénovée avec l'aide de la Fondation du patrimoine et le mécénat de l'institut Pasteur et d'autres entreprises, ainsi que des subventions du Département et de l'intercommunalité. Après une messe au printemps 2017, la chapelle, rachetée par la commune, est transformée en espace polyvalent destiné à accueillir cultes, séminaires, concerts et mariages[5].
  • Lavoir Saint-Nicolas (XIIIe siècle), contigu à un oratoire dédié à saint Nicolas.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rennemoulin

Les armes de Rennemoulin se blasonnent ainsi :
d'azur à la fasce ondée d'argent accompagnée en chef d'une roue à aubes d'or en issant et en pointe d'une rainette nageant de même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Page 1066.
  2. a, b, c et d Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. Dauzat-Rostaing, Dict. des N. L.
  4. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  5. a, b et c « Rennemoulin : et la chapelle Saint-Nicolas devint… municipale », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Décret du 16 novembre 2006 portant dissolution du conseil municipal de Rennemoulin (Yvelines) sur Légifrance
  8. « Les maires de Rennemoulin », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 2 janvier 2017).
  9. « Extrait de la fiche de M. Arnaud Hourdin », sur http://www.lesbiographies.com,‎ (consulté le 2 janvier 2017).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Rennemoulin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 avril 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 avril 2011)